A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives

samedi 19 mai 2012

D’un côté, le député au parlement européen Patrick Le Hyaric qui n’a de cesse d’alerter sur les dangers des traités européens, de l’autre, l’ancienne ministre aux affaires européennes Élisabeth Guigou qui, de Maastricht au récent mécanisme européen de stabilité en passant par le traité constitutionnel de 2005 s’est obstinée dans une voie de plus en plus étroite, en vérité, véritable impasse démocratique ; d’un côté Patrick Le Hyaric qui dirige l’Huma, "véritable journal de service public pour le non" au traité constitutionnel de 2005, dixit Jean-Luc Mélenchon, de l’autre, Élisabeth Guigou de plus en plus coupée des réalités populaires qui veut "sauver l’Europe de la tyrannie des référendums".

Deux visions opposées de l’Europe, deux visions opposées de la place accordée au peuple, auront pour cadre la circonscription Pantin Aubervilliers. Pourtant, dès 1992, les habitants de ces deux villes avaient déjà largement voté NON à Maastricht alors que le oui l’emportait à une faible majorité dans le pays.

En 2005, c’est à plus de 60% à Pantin et à plus de 70% que le traité constitutionnel a été rejeté dans nos deux villes. On n’ose imaginer ce que donnerait un référendum aujourd’hui sur le MES (Mécanisme Européen de Stabilité), sur lequel les parlementaires socialistes se sont abstenus alors qu’ils avaient les moyens de bloquer le processus d’adoption au Sénat. Il a urgence à donner à l’assemblée un groupe Front de Gauche pour contrer les dérives démocratiques qui aboutissent au renforcement des politiques d’austérité.

Aubervilliers et Pantin qui ont voté NON en 2005 doivent élire Patrick Le Hyaric

Les circonstances de l’élection de Daniel Goldberg député en 2007, socialiste qui avait fait campagne pour le NON en 2005, avaient permis sur les questions européennes de maintenir un consensus avec le territoire. Son éviction par l’appareil du Parti socialiste pour un parachutage de confort d’Élisabeth Guigou modifient les termes de l’alternative proposée aux électeurs. Notre territoire peut-il être représenté par une députée à contre-courant de ses habitants et du cours de l’histoire ?

Partout, des mouvements d’ampleur se lèvent face à l’échec des politiques d’austérité, leurs cortèges de mesures injustes et le déni démocratique de leur mise en œuvre. Partout les peuples sanctionnent les gouvernements qui les défendent. Partout les forces de gauche anti-austérité progressent.

Face à la crise et contre l’austérité, un mouvement profond pour le changement se lève en Europe.

En France, le score du Front de gauche est un message d’espoir pour une alternative et a participé à briser le couple infernal Sarkozy-Merkel. Ce message peut s’amplifier aux législatives le 10 juin prochain. En Grèce, Syriza, la coalition de la gauche radicale emmenée par Alexis Tsipras, est devenue la première force à gauche à quelques points des conservateurs aux dernières législatives.

Les élections en France et en Grèce mettent tous les libéraux en difficulté. Les discours changent, des brèches sont ouvertes et les grandes manœuvres ont commencé pour les refermer.

Au lendemain de la rencontre entre François Hollande et Angela Merkel, à quelques jours du sommet européen du 23 mai, les jours qui viennent s’annoncent décisifs pour l’avenir de l’Europe.

Le moment est venu de renforcer nos solidarités, nos convergences pour un Front européen contre l’austérité : pour la remise en cause du traité Merkozy, la fin des attaques contre les droits du travail, l’arrêt des coupes budgétaires dans les services publics et les aides sociales… La remise en cause du rôle de la Banque centrale européenne, qui a fait plus de 1000 milliards de cadeaux aux banques et qui refuse toujours d’aider les Etats en difficulté.

Pour une Europe sociale, démocratique, écologique et solidaire, nous ne lâcherons rien !

Éric Plée

22 Messages

  • Les eurodéputés ont voté la règle d’or budgétaire dans l’indifférence générale.
    Alors que la presse française avait les yeux rivés sur la lune de miel Hollande-Merkel un vote crucial a eu lieu, lundi dernier à Bruxelles, dans l’indifférence générale. En toute discrétion, les eurodéputés de droite et du centre ont adopté la règle d’or budgétaire tandis que les eurodéputés socialistes se sont eux, au mieux, abstenus. Ce vote en dit long sur le consensus gauche-droite existant quant à la nécessaire discipline budgétaire. En dehors du consensus qui se dégage sur la croissance, qui, après un tel vote, peut encore croire à une possible renégociation du Pacte budgétaire par François Hollande ?

  • Le consensus qui semble se dégager sur la croissance ne remettrait pas en cause le socle du traité européen qui s’appuie sur la nécessité d’une forte austérité en France comme ailleurs. La renégociation aboutira à un ajout sur la croissance, c’est ce que veut Hollande. Il obtiendra satisfaction dans la mesure où il a déjà accepté de mettre en oeuvre les orientations du pacte européen de stabilité financière qui prévoient la regle d’or et l’austérité qui l’accompagne. La politique de croissance inscrira comme incontournable la compétitivité, la flexibilité et la réduction des dépenses publiques. Dans ce domaine Elisabeth Guigou sera comme un poisson dans l’eau, c’est une ligne qu’elle défend depuis toujours.

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 19 mai 2012 à 20:10, par Socialiste réf-rév

    @ Réveillons nous

    Vos propos sont tout à fait pertinents, et je trouve particulièrement intéressant de les compléter en analysant de manière plus approfondie la manière dont se sont comportés les eurodéputés socialistes français lorsqu’on leur demanda de s’exprimer sur le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG), plus connu sous le nom de Pacte Budgétaire Merkel-Sarkozy .

    Notons tout d’abord qu’aucun d’entre eux n’a daigné s’y opposer clairement. Comme vous l’avez dit à juste titre, les eurodéputés socialistes se sont au mieux abstenus. Je pourrais dire que cette abstention est absolument lamentable, et qu’elle marque le renoncement du Parti Socialiste à renforcer les clivages gauche-droite. Mais je ne m’y attarderai pas, car il y a une chose qui devrait attirer beaucoup plus notre attention.

    En effet, l’évènement majeur dans cette histoire, c’est que l’un des leurs a voté en faveur du Pacte Budgétaire. Et le hic, c’est que l’eurodéputé en question est probablement le plus proche, tant idéologiquement que politiquement, du Président François Hollande. Il a accompagné ce dernier tout au long de sa carrière politique en faisant figure auprès de lui de conseiller spécial. Vous l’aurez sûrement deviné, il s’agit de l’actuel Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

    Je trouve donc votre questionnement tout à fait légitime, dans la mesure où le PS ne semble pas aujourd’hui en mesure de défendre la vision d’une Europe anti-austérité. Mais heureusement, le Front de Gauche est là, et il ne lâchera rien !

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 20 mai 2012 à 12:16, par "Sauver l’Europe de la tyrannie des référendums"

    Connaissant Eric Plée et son sens de la formule, j’ai voulu vérifier si celle-ci état bien de Guigou. Je suis tombé sur un post de Yan Vrigers sur Médiapart qui révèle que l’article de votre site est en dessous de la réalité : "Sauver l’Europe de la tyrannie des référendums" est le nom d’une session de la Trilatérale tenue en novembre 2007 et présidée par Elidabeth Guigou.

    "Ce que je viens de lire pp. 206 et 207 de Circus Politicus (Christophe Deloire et Christophe Dubois, Albin Michel éd., Paris 2012) est extrêment déplaisant et préoccupant. En bref, Elisabeth Guigou est un membre actif de l’influente et secrète Trilatérale. En novembre 2008, elle a participé à une session de cette organisation, et présidé une de ses séances dont l’intitulé est "Sauver l’Europe de la tyrannie des référendums" ! Les auteurs du livre rapportent des éléments du compte-rendu proprement effrayants, du style : "Le référendum irlandais a été humiliant, et prouve que les référendums sont des mécanismes purement destructifs." ou encore : "L’Union européenne a besoin de traités, et les référendums tuent les traités" !"

    blogs.mediapart.fr/blog-yan-vriegers/050312/hollande-guigou-et-la-trilaterale

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 20 mai 2012 à 21:11, par Les communistes se trompent (encore) de débat

    La législative est une élection nationale. Je ne vois pas ce que vient faire l’Europe la dedans. Dans le cas qui nous intéresse, l’enjeu est de donner une majorité au nouveau président de la République, François Hollande. La question européenne doit être réglée dans le cadre des élections européennes. On a d’ailleurs un très bon député européen avec Patrick Le Hyaric. Il est très utile où il est pour défendre le Front de Gauche. C’est pour ça qu’il faut ici à Aubervilliers avoir une députée femme qui nous défende nationalement, et cette candidate c’est Elisabeth Guigou.

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 20 mai 2012 à 23:48, par Socialiste réf-rév

    @ "Sauver l’Europe de la tyrannie des référendums" :

    Je ne vois pas en quoi les propos d’Eric Plée seraient en dessous de la réalité. "Sauver l’Europe de la tyrannie des référendums !", c’est le titre d’un colloque de la Commission Trilatérale, que l’ancienne Ministre déléguée aux Affaires européennes a accepté de présider en toute conscience. Et si elle l’a fait, ce ne peut être qu’en raison de la parfaite concordance qui existe entre ses idées et le titre de ce colloque.

    Sans doute me direz-vous que je suis en train d’établir un parallèle douteux, sans véritable fondement. Je considère que les éléments qui figurent dans le livre Circus Politicus, que j’ai lu entièrement, sont particulièrement fiables, et constituent des éléments de réflexion solides. Mais il est vrai que cela est subjectif, et que vous pourriez m’avancer le contraire sans que je ne puisse vous prouver qui de nous deux a raison.

    J’aurais donc tendance à penser que pour pouvoir départager nos points de vue, rien ne peut remplacer des mots qui sortent de la bouche même de l’intéressée. Justement, il se trouve qu’il existe une interview vidéo d’Elisabeth Guigou extrêmement intéressante, que vous pourrez visionner en cliquant sur le lien suivant :

    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/10/12/1737471_interview-d-elisabeth-guigou-par-sauvons-l-europe.html

    Cette interview a été réalisée en 2009 par l’association Sauvons l’Europe. Si elle ne vous convainc pas de l’aversion de l’ex-Ministre vis-à-vis du plus direct moyen d’expression du peuple, je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus, mon cher ami. Elle y explique qu’un référendum britannique sur le traité de Lisbonne serait, je cite, un "scénario noir". Elle s’interroge plus loin sur l’intérêt qu’aurait le futur Premier Ministre britannique à "se mettre sur les bras un référendum sur l’Europe". Ces propos révoltants montrent clairement qu’elle défend l’idée selon laquelle les peuples ne doivent pas être associés au devenir de l’Europe, et qui nous a menés vers une Europe aujourd’hui soumise au diktat des marchés financiers. Ne pas le reconnaître relèverait d’une malhonnêteté intellectuelle sans nom !

    Finalement, sachant tout cela, on peut facilement concevoir ce que l’Europe a toujours représenté pour Elisabeth Guigou : un tremplin de carrière. En effet, cette dernière a toujours cru qu’elle était une référente de classe mondiale sur la question de l’Europe, et qu’elle pourrait sans trop de difficulté devenir haute représentante de l’Union Européenne pour la politique étrangère. C’est d’ailleurs pour cette raison que durant cette période, elle n’a cessé de crier haut et fort sur tous les toits qu’il fallait une femme à ce poste. Son appel fut entendu, mais elle ne se doutait pas qu’elle se ferait coiffer au poteau par la britannique Catherine Ashton !

  • "La croissance doit être une priorité en même temps que nous mettons en ordre nos comptes publics à travers des pactes budgétaires." François Hollande (ce wee-end). Tout est dit dans cette phrase, le changement c’est pas maintenant !

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 23 mai 2012 à 06:50, par Le 10 juin, je vote Goldberg, d’ailleurs y’a ses affiches !

    Les circonstances de l’élection de Daniel Goldberg député en 2007, socialiste qui avait fait campagne pour le NON en 2005, avaient permis sur les questions européennes de maintenir un consensus avec le territoire. Son éviction par l’appareil du Parti socialiste pour un parachutage de confort d’Élisabeth Guigou modifient les termes de l’alternative proposée aux électeurs. Notre territoire peut-il être représenté par une députée à contre-courant de ses habitants et du cours de l’histoire ?

    C’est vrai que Goldberg est sans doute plus proche de Le Hyaric que de Guigou. Les questions de l’Europe en sont l’illustration

  • réponse à :Le 10 juin, je vote Goldberg, d’ailleurs y’a ses affiches !

    ne fais pas cette connerie, vote Le Hyaric et comme cela la parachutée-confortable en aura pour son compte.
    Quant à Golberg, ses affiches représentent l’énergie du désespoir. Je ne le connais pas mais on m’en a dit du bien.
    MAIS AUJOURD’HUI IL FAUT VOTER "FRONT DE GAUCHE" AVEC PATRICK LE HYARIC ET RENVOYER GUIGOU DANS SON BEL APPARTEMENT DE PARIS !!

  • Au fait, connaissez-vous la réponse de nos amis socialistes à l’article de Monsieur Plée ?

    La voilà : « Dans un récent article publié par Monsieur Éric Plée, sur le site qui soutient le candidat du Front de Gauche à Pantin-Aubervilliers, on prête à Élisabeth Guigou des propos qu’elle n’a jamais tenus. La vérité doit être rétablie. À aucun moment elle n’a dit qu’il fallait « sauver l’Europe de la tyrannie des référendums » comme il l’est laissé entendre dans l’article.

    Ces propos sont ceux d’un rédacteur en chef d’un journal danois, lors d’une table ronde qu’Élisabeth Guigou présidait en 2008, dans le cadre de d’un colloque organisé sur les institutions et la démocratie au sein de l’Union européenne. Monsieur Plée devrait donc vérifier ses sources avant d’attaquer Élisabeth Guigou. Espérons que ce type de procédé, d’un temps révolu, ne sera pas réutilisé. Comment Monsieur Plée peut-il faire croire qu’Élisabeth Guigou s’oppose aux référendums sur les questions européennes, alors que c’est elle, lorsqu’elle était ministre des Affaires européennes, qui soutenait auprès de François Mitterrand, le choix d’un référendum sur le traité de Maastricht !

    Comment Monsieur Plée peut-il écrire qu’Élisabeth Guigou est « de plus en plus coupée des réalités populaires », alors qu’elle est élue et réélue députée de Seine-Saint-Denis depuis 2002. Que ceux qui dénigrent Élisabeth Guigou en fassent autant ! Monsieur Plée est mal venu d’attaquer Élisabeth Guigou sur la politique européenne voulue par François Hollande, alors que durant la campagne, elle a été chargée par l’actuel Président de la République des propositions pour réorienter l’Europe vers la croissance et l’emploi. Ces propositions ont été présentées par le Président de la République, François Hollande, à Madame Merkel immédiatement après la cérémonie d’investiture et au Conseil européen des 27 chefs d’État et de Gouvernement du 23 mai. François Hollande a proposé des mesures concrètes pour la croissance et l’emploi : un fond européen pour l’emploi des jeunes ; des investissements dans différents secteurs financés par des emprunts ; l’augmentation du capital de la Banque européenne d’investissement.

    Le Président Hollande a aussi demandé que soient créés des eurobonds pour mutualiser une partie de la dette des États, que soient augmentés les fonds du Mécanisme européen de stabilité ; que des procédures soient mises en place pour renforcer la démocratie et réduire les écarts entre les peuples. François Hollande, Président de la République, a déjà réussi à convaincre de nombreux dirigeants européens que les politiques d’austérité ne pouvaient pas résoudre les crises économique, sociale et démocratique, que les peuples d’Europe subissent depuis trop longtemps. Sans croissance et sans confiance, il est inconcevable de prétendre vouloir réduire la dette et les déficits, et de relancer l’économie.

    Regardons ce qui se passe en Grèce, où le peuple subit un traitement cruel. Les conditions imposées à la Grèce sont absolument inacceptables. A-t-on mesuré la brutalité de ce cinquième plan de rigueur ? Quelles en sont les conséquences sociales et humaines ? Les pensions de retraite vont diminuer de manière drastique, y compris les retraites complémentaires. Le SMIC va baisser de 22 % pour passer en dessous de 600 euros, et de 32 % pour les moins de 25 ans. Le salaire des fonctionnaires sera réduit de 10 %, et 15 000 fonctionnaires vont être licenciés. C’est la dignité même du peuple grec qui est aujourd’hui bafouée. Ce n’est pas ainsi que nous renforcerons la cohésion européenne dont nous avons tant besoin dans cette crise. Plutôt que de faire de la politique politicienne prenant pour cible la candidate qui est d’évidence la mieux placée pour remporter l’élection législative sur la circonscription, Monsieur Plée ferait donc mieux concentrer ses critiques sur la droite afin de faire gagner la gauche pour relancer la croissance, la confiance et l’emploi, dans l’intérêt de tous les citoyens français et européens. »

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 31 mai 2012 à 19:25, par Manifestement Plée a fait mouche...

    Quelques liens pour se faire une idée du caractère hautement démocratique de la construction européenne tel que l’encourage de ses voeux Elisabeh Guigou. Et puis on peut recommander la lecture de Circus Politicus, y compris aux socialistes...

    http://anticor.org/2012/02/15/sortie-du-livre-circus-politicus-sur-la-perte-du-controle-citoyen/

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yan-vriegers/050312/hollande-guigou-et-la-trilaterale

    http://blogs.mediapart.fr/blog/giulietta/240212/bilderberg-goldman-sachs-pustch-en-europe-video-du-live-sur-mediapart-chr

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 31 mai 2012 à 19:37, par "sauver l’Europe de la tyrannie des référendums"

    Je reviens sur l’avant dernier post : « on prête à Élisabeth Guigou des propos qu’elle n’a jamais tenus. La vérité doit être rétablie. À aucun moment elle n’a dit qu’il fallait « sauver l’Europe de la tyrannie des référendums » comme il l’est laissé entendre dans l’article »

    Si encore il ne s’agissait que de propos tenus par Elisabeth Guigou dans un contexte particulier... Mais pire, c’est l’intitulé de la session de la Trilatérale qu’Elisabeth Guigou a présidée en novembre 2008... Responsable mais pas coupable ?

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 31 mai 2012 à 20:53, par Je ne voterai pas pour une socialiste favorable au traité Sarkozy-Merkel

    Elisabeth Guigou s’est battue au sein du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale pour que celui-ci vote OUI au traité instituant le mécanisme européen de stabilité (M.E.S.). (voir son interview au journal "Le Monde" le 22 février 2012).

    Rappelons que ce traité vise à étendre les méthodes absurdes appliquées à la Grèce à tous les Etats qui auraient à l’avenir besoin d’une assistance financière. Ce traité prévoit des plans d’austérité impératifs et leur mise en œuvre autoritaire par la troïka BCE-Commission européenne – FMI.

    Il engage très lourdement la France sur le plan financier, à hauteur de plus de 16 milliards dans l’immédiat et jusqu’à 143 milliards en cas de montée en action du Mécanisme.

    Au sein du Parti socialiste, Madame Guigou est parmi les plus favorables à ce traité imaginé par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

    Aubervilliers n’a vraiment pas besoin d’une députée favorable aux mesures que l’Europe inflige à la Grèce.

    Voter Le Hyaric, c’est dire NON à ce traité infâme.

  • « Comment Monsieur Plée peut-il écrire qu’Élisabeth Guigou est « de plus en plus coupée des réalités populaires », alors qu’elle est élue et réélue députée de Seine-Saint-Denis depuis 2002. »

    Effectivement, l’argument est imparable. Et son auteur pourrait même ajouter que madame Guigou a même loué* un pied à terre à Aubervilliers de 27m2 avec commodités sur le pallier pour s’imprégner encore davantage des réalités populaires.

    *pendant trois mois, le temps de s’inscrire sur les listes électorales, puisque son nom n’apparaît plus sur la boite aux lettres... Et en 2017, elle fera sans doute comme elle a toujours fait, aller voir si l’air est meilleur ailleurs...

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 1er juin 2012 à 10:08, par Albertivilliarien

    A regarder de près "la feuille de route" de Mme Guigou, on a du mal à croire qu’elle va s’installer durablement à Aubervilliers, tout comme on ne comprend pas bien ceux qui veulent à tout prix la dédouaner de ses prises de positions européennes. En 1990, elle a été nommée ministre aux affaires européennes et a effectivement participé à la mise en place du traité de Maastricht, il ne sert à rien de le nier. En 1992, elle est élue au conseil régional en Provence/Alpes/Cote-d’Azur sur une liste conduite par Bernard Tapie. La même année, elle a fait campagne pour le OUI au référendum sur Maastricht, inutile de le contester, c’est parfaitement vérifiable. Elue Députée Européennes en 1994, elle prépare pour le groupe socialiste le traité d’Amsterdam. En 1997, elle est élue députée du Vaucluse et nommée ministre. En 2000, elle est à nouveau ministre, nommée à l’emploi. En 2001, elle cherche à conquérir la mairie d’Avignon et est battue en faisant le plus mauvais score de la gauche depuis 30 ans. Suite à cet échec elle abandonne la population et démissionne de ses mandats locaux en Provence/Alpes/Cote-d’Azur. En 2002, elle est élue députée à Bondy/Noisy-le-Sec/Romainville. Elle est élue adjointe au maire de Noisy-le-Sec en 2008. Aujourd’hui, oubliant les habitants de Noisy-le-Sec, elle découvre l’existence d’Aubervilliers et de Pantin avec l’espoir d’y être élue. A observer son parcours, on se dit que son attachement à Aubervilliers n’est rien d’autre qu’une "aventure" politicienne de plus dans sa carrière politique. D’ailleurs, après avoir eu une adresse pour quelques semaines rue Heurtault, le temps de son inscription sur les listes électorales, le Parisien d’hier nous apprend son changement d’adresse. Elle serait maintenant domiciliée, en location, dans un appartement avenue Franklin-Roosevelt, pour combien de temps... Les habitants d’Aubervilliers n’ont pas besoin de candidats qui vont et viennent au gré de leur ambitions politiciennes.

  • guigou ne sait plus où elle habite !!!!! Le 1er juin 2012 à 11:56, par sa maison est en carton, pirouette

    D’Avignon à la Seine-Saint-Denis, de la rue Heurtault à l’avenue du Président Roosevelt !!!!! Qu’elle retourne chez elle, dans les beaux quartiers de Paris !!!!!

  • Réussir à gauche, c’est voter Front de Gauche Le 2 juin 2012 à 11:17, par Electeur de gauche

    L’alliance PS/PRG/EELV assure une majorité et est sure de l’emporter. Par contre cette majorité n’assure en rien le changement attendu par les électeurs de gauche. Un député PS de plus ou de moins ne changera rien pour la gauche. Par contre si l’on veut que la gauche réussisse une vraie politique de changement, il faut donner un maximum de députés au Front de Gauche qui a clairement indiqué qu’il ne votera jamais de motion de censure contre le gouvernement mais qui appuiera pour que les lois en faveur d’un meilleur partage et d’une économie libérée des dictats des marchés soient votées. Tout en sachant que même avec beaucoup de députés Front de Gauche ça ne suffira pas. Il faudra aussi l’intervention des mouvements sociaux. Sans action, pas de changement !

  • Pour maximiser ses chances de victoire, le gouvernement est d’une grande prudence. Il ne suscite pas de mesures ou de sujets polémiques et se contente d’annoncer quelques réformes positives mais limitées. Le gouvernement et les socialistes attendent l’après-législatives pour annoncer les mesures les plus délicates. Ils vont nous faire le coup de : "il faut bien tenir compte de la crise, tout n’est pas possible et il faut gérer l’héritage Sarko/Fillon". Si le PS obtient à lui seul une majorité absolue, le changement sera renvoyé aux calendes grecques.

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 3 juin 2012 à 09:54, par Merci au parti socialiste

    Merci au parti socialiste d’avoir donné par sa réaction publiée dix jours plus tard sur son site un intérêt à mon propos du 19 mai sur Le Hyaric et Guigou au sujet de ll’Europe. Jusqu’à présent, je dois dire que mon texte n’intéressait que deux personnes, un jeune militant du parti de gauche et moi-même. J’ajouterais pour être objectif qu’une troisième personne s’y est intéressée, le Webmestre du site "Aubervilliers et Pantin à gauche" qui l’a repris, et j’ai même eu la surprise de retrouver mon texte sur un autre site qui relate l’activité politique dans le 93.

    Mais en réalité, à part une ou deux réactions sur l’existence d’officines plus ou moins secrètes comme la trilatérale, mais qui cernaient assez mal les enjeux antidémoratiques de la construction européenne, j’ai été gratifié de très peu de commentaires.

    Depuis, grâce au parti socialiste, je passe pour un véritable spécialiste des questions européennes auprès de gens qui se sont renseignés, en lisant "Politicus Circus" ou en surfant sur le net pour découvrir la Trilatérale, le groupe Bilderberg et tous les acteurs qui par leur intervention occulte font de l’Europe un objet des entreprises transnationales dans la mondialisation.

    Le parti socialiste a apporté un outil supplémentaire à la compréhension de ces mécanismes européens et je lui doit un grand merci. Merci aussi à mes deux amis du parti de gauche, anciens adhérents du PS, dont l’un a largement inspiré mon propos, et l’autre de Saint-Denis, m’a permis de faire un copié-collé de l’un de ses écrits (la deuxième partie de l’article).

    Comme quoi, malgré tout, on arrive à être unitaire. Quant aux arguments développés sur le site du PS, en particulier la petite leçon de déontologie sur la vérification des sources, j’invite son auteur à se référer au bouquin, à médiapart, aux vidéos visibles sur internet et aux différents sites ou blogs en prenant bien évidemment un minimum de précautions. Quant au caractère populaire de la candidature Guigou, chacun peut apprécier, y compris au parti socialiste où on ne s’était pas bousculé pour son investiture...

    Eric Plée

  • Encore une petite idée de la conception démocratique de l’Europe selon Guigou... http://z.agoravox.fr/actualites/europe/article/guigou-l-europe-disparait-dans-63063

  • albert
    10 juin 2012 à 09:44

    eric plee ,
    … ,qui a de la haine pour tout ce qui est socialiste ,ne se rend même pas compte du mal qu’il fait à son propre parti ,prétendre que la candidature de Mme guigou n’est pas populaire au PS c’est n’importe quoi à l’mage du personnage plus proche du F N ,que de l’unitaire qu’il prétend être après avoir distiller son venin !! ce haineux ne mérite que le mépris ainsi que ses nouveaux amis soit disant “anciens socialistes ” !! Monsieur plée anonce son vote du second tour et nous le remercions !!

  • A Aubervilliers, l’Europe invitée dans la campagne des législatives Le 16 juin 2012 à 11:14, par dimanche on vote

    On suivra avec intérêt les résultats dans la circonscription voisine (tout le monde a bien compris qu’il s’agissait de le Grèce) où Syriza avait obtenu 27% des voix. Faudra-t-il que nous nous retrouvions dans une situation à la grecque pour comprendre les transformations structurelles qu’il faut faire pour permettre à l’économie de fonctionner au service des peuples ?