Première analyse des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle (22 avril 2012) à Aubervilliers

À Aubervilliers, le front de gauche fait progresser la gauche

vendredi 27 avril 2012

Les éléments d’analyse qui suivent ont pour support la comparaison des résultats obtenus lors des premiers tours des élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012.

L’élection présidentielle présente en effet des caractéristiques très particulières qui ne permettent pas de procéder à des comparaisons avec les autres scrutins nationaux et locaux. Les singularités des élections présidentielles sont, au moins, au nombre de deux : l’extrême personnalisation du scrutin, le niveau élevé de participation.

Afin de rendre compte de l’essentiel nous avons procédé à un classement par famille politique et distinguons les ensembles suivants :

  1. Droite « parlementaire »
  2. Centristes
  3. Extrême droite
  4. Socialistes et alliés
  5. Ecologistes
  6. Extrême gauche
  7. Communistes puis Front de gauche

Corps électoral et niveau de participation

Année Inscrits Votants Blancs/nuls Exprimés % exprimés
2002 21 711 13 616 284 13 332 61,4
2007 24 705 19 923 218 19 705 79,76
2012 26 215 18 301 356 17 945 68, 45

Au cours des douze dernières années, le corps électoral s’est très fortement modifié. En dix ans le nombre des inscrits a augmenté de 4 504 unités (20,74%).

Le % des exprimés a connu, lors des trois élections, des évolutions contrastées (+18,36 points entre 2002 et 2007 ; + 7,05 points entre 2002 et 2012 ; -11, 31 entre 2007 et 2012).

Cette évolution de la participation conduit à enregistrer un déficit de 1 760 suffrages exprimés entre 2007 et 2012 malgré une progression du nombre des inscrits de 1 510 unités.

Les résultats

Droite parlementaire 2002* 2007** 2012***
2 434 (18,25%) 4 701 (23,85%) 2 844 (15,84%)

*Chirac, Saint-Josse, Madelin, Boutin, Lepage
**Sarkozy, Nihous
***Sarkozy, Dupont-Aignant

Après avoir progressé de 5,6 points en 2007, la droite recule de 7 points et enregistre en conséquence son score le plus bas en 2012.

Centristes 2002* 2007* 2012*
562 (4,22%) 2 708 (13,74%) 759 (4,2%)

*Bayrou

En 2012, le candidat centriste, François Bayrou, présent aux trois élections, retrouve son score de 2002.

Extrême droite 2002* 2007** 2012***
2 857 (21,42%) 2 192 (11,12%) 2 309 (12,9%)

*Le Pen, Mégret
** Le Pen, De Villiers
*** Le Pen

En 2012, l’extrême droite ne réalise pas de percée (elle ne progresse que de 1,78 point) et se trouve 8,52 points en dessous de son score de 2002.

Socialistes et alliés 2002* 2007** 2012***
4 055 (30,41%) 7 606 (38,60%) 7 661 (42,7%)

* Jospin, Taubira, Chevènement
** Royal
*** Hollande (soutien MRC, PRG…)

La mouvance socialiste connaît une progression régulière en %, mais stagne en voix en 2012 (c’est un effet de la baisse de la participation).

Écologistes 2002* 2007** 2012***
821 (6,15%) 202 (1,03%) 337 (1,9%)

* Noël Mamère
** Dominique Voynet
*** Eva Joly

Hormis en 2002, le courant écologiste est confirmé dans sa marginalité.

Extrême gauche 2002* 2007** 2012***
1 379 (10,34%° 1 443 (7,32%) 320 (1,73%)

*Besancenot, Laguiller
** Besancenot, Schivardi, Bové, Laguiller
*** Poutou, Arthaud

Le score de l’extrême gauche en 2012 est en régression considérable par rapport à 2002 (-8,61 point) et 2007 (-5,59 points).

PCF, puis Front de gauche 2002* 2007** 2012***
1 140 (8,55%) 933 (4,73%) 3 673 (20,5%)

* Robert Hue
** Marie-George Buffet
*** Front de gauche (JL Mélenchon)

En 2012, le Front de gauche réalise une progression spectaculaire par rapport à 2002 (+ 2 533 voix, + 11,95 points) et plus encore par rapport à 2007 (+2 740 voix, + 15,77 points).

Conclusions d’ensemble

En 2012, les résultats du scrutin présidentiel à Aubervilliers présentent des caractéristiques particulières par rapport aux résultats nationaux :

1 – les niveaux de la « droite parlementaire » et du courant centriste sont respectivement inférieurs de 11,34 et de 4,93 points par rapport aux résultats nationaux ;

2 – le Front national stagne en influence en 2012 après avoir fortement régressé en 2007. Son score local se situe 5 points en dessous du score national ;

3 – le résultat de la candidate écologiste, au demeurant très faible, se situe en dessous du score national ;

4 – l’extrême gauche connaît une décrue d’influence identique à celle qui s’est manifestée au niveau national ;

5 – le parti socialiste (et ses alliés) se situent à un haut niveau (14 points au-dessus du résultat national), mais si par rapport à 2007, ils progressent en % (+ 4,1 points), ils stagnent en voix (+55) ;

6 - Le Front de gauche réalise un spectaculaire bond en avant qui, rééquilibre les rapports de forces au sein de la gauche ainsi que le montre le tableau ci-après.

Parti socialiste Écologistes Extrême gauche PCF/Front de gauche Total
2002 4 055 (54,83%) 821 (11,10%) 1 379 (18,64%) 1 140 (15,41%) 7 395 (100%)
2007 7 606 (74,68%) 202 (1,98%) 1 443 (11,22%) 933 (9,16%) 10 184 (100%)
2012 7 661 (63,88%) 337 (2,81%) 320 (2,66%) 3 673 (30,63%) 11 991 (100%)

La progression en voix de la gauche est essentiellement à mettre au compte du résultat du Front de gauche qui s’installe comme force montante dans le paysage politique local ainsi que le montre le tableau ci-après :

PS et alliés Écologistes Extrême gauche PCF/Front de gauche Total
2007 7 606 202 1 443 933 10 184
2012 7661 337 320 3 673 11991
Évolution en voix + 55 + 135 -1123 + 2740 + 1807

André Narritsens

3 Messages

  • analyse contre analyse Le 3 mai 2012 à 21:29, par Poisson Rouge

    Sur le site des socialistes d’Auber on lit ça :
    « En revanche, Pascal Beaudet avait réuni 4060 électeurs au premier tour des municipales 2008 (avec une participation bien plus faible !), soit 34.94% des suffrages contre 3712 voix et 31.95% des suffrages pour la liste conduite par Jacques Salvator. En 2011, Pascal Beaudet avait certes récolté moins de suffrages (1269 contre 1179 pour Evelyne Yonnet), mais la proportion était nettement supérieure (30.85% des voix) compte tenu de la très faible participation dans le canton est.

    Ainsi, derrière le bon score de Mélenchon se cache la poursuite de la lente érosion de l’électorat communiste sur la ville : -9.5% par rapport à la liste Beaudet en 2008 alors que le Front de gauche local a bénéficié de la dynamique positive créée par la campagne nationale de Mélenchon. » (c’est le ps qui souligne)

    Méthode Coué ?

  • À Aubervilliers, le front de gauche fait progresser la gauche Le 4 mai 2012 à 23:36, par Pour un vote de rupture

    Hollande est en bonne position pour l’emporter sur Sarkozy. Mais n’oublions pas que sur des questions essentielles il n’a pas notre vision. C’est le cas pour :
    La France dans l’Otan
    La France et le MES (traité de rigueur européen)
    L’augmentation du SMIC
    La VI république
    Le futur traité 2015 Europe USA (des salaires mexicains, et des contrats de travail « flexibles » USA)
    Il n’a pas de planification écologique
    Il ne veut pas remettre en cause la réforme des retraites de Sarkozy, il souhaite juste quelques améliorations qui ne donneront pas la retraite à 60 ans à taux plein, etc...
    Voilà une petites parties de nos différences
    Alors votons Hollande, oui, mais les yeux grands ouverts.

  • Lente éosion ou forte progression ? Le 9 mai 2012 à 15:58, par Cricor

    Le site des socialistes d’Aubervilliers vient de publier en trois parties une "analyse" des résultats de la présidentielle sur la ville au terme de laquelle il est conclu à la poursuite d’une lente érosion de l’influence communiste.

    Cette conclusion est à mettre au compte d’un empilage de chiffres mêlant des scrutins disparates, empilage qui autorise les pronostics les plus farfelus.

    A comparer ce qui est comparable, un des faits majeurs de la présidentielle sur la ville est bien la spectaculaire progression du Front de gauche.

    Souhaitons que ce mouvement se poursuive et s’amplifie lors du prochain scrutin législatif !