Mercredi 21 mars à 12h00 : Mélenchon sur le parvis de la préfecture à Bobigny

mardi 20 mars 2012

Trois jours après la Bastille, le lieu n’est pas un hasard : la capitale de la Seine-Saint-Denis a été il y a une semaine au cœur des contradictions sociales : d’un côté, une manifestation enseignante pour exiger de l’État qu’il renonce aux suppressions de postes, de l’autre, un conseil général acculé par les banques qui choisit la fuite en avant en réalisant par contrat de partenariat (couramment appelé PPP) la construction de douze collèges dans le département. Le vice-président du conseil général Matthieu Hannotin avait beau affirmer son entière solidarité avec les grévistes contre la suppression des postes à une délégation syndicale qu’il recevait l’après midi, son discours pourtant sérieusement préparé pour justifier le recours au PPP ne passait pas.

JPEG - 130.8 ko

En début de semaine, les organisations syndicales du Conseil général avaient enfin été reçues pas Claude Bartolone sur le sujet, pour manifester leur inquiétude par rapport à ce dessaisissement de la puissance publique dans un domaine où le département a pourtant acquis un certain savoir-faire. Même inquiétude pour les enseignants du collège Jean Moulin d’Aubervilliers qui ont assisté, avec banderole et panneaux, à la séance du Conseil Général au cours de laquelle étaient votés les PPP. On sait que les élus communistes ont voté contre, refusant la dérive financière dénoncée par la Cour des Comptes et certaines collectivités ou organismes qui ont déjà fait les frais de ce mode de financement.

Faire Front pour un financement de combat ?

Mais on regrette que le débat n’ait pas porté sur les exigences qu’il fallait faire valoir en matière de solidarité par rapport à la collectivité nationale et que le président Bartolone l’ait cantonné à un choix entre la fuite en avant financière ou le renoncement à la construction nécessaire de ces établissements. A six semaines de la présidentielle, le moment était pourtant venu d’interpeller les candidats sur leurs propositions en matière d’égalité entre territoires. Le souhait du groupe communiste d’un report du vote sur une question aussi importante aurait permis à chacun de mieux mesurer les enjeux et de faire front pour un véritable financement de combat. La majorité socialiste du conseil général en passant en force, grâce à l’appui de la droite, choisit la fuite en avant financière et ne propose aucune perspective.

JPEG - 114.3 ko

Gageons que le candidat du Front de Gauche s’exprimera ce mercredi sur les mesures à mettre en oeuvre en faveur de l’égalité de traitement des territoires. C’est une urgence pour la Seine-Saint-Denis, mais aussi pour les personnels qui servent l’Etat ou le département et qui subissent ces discriminations dans leur quotidien professionnel ou d’habitant.

Eric Plée

8 Messages

  • Mercredi 21 mars à 12h00 : Mélenchon sur le parvis de la préfecture à Bobigny Le 21 mars 2012 à 06:53, par Arretez de nous bassiné avec vos ppp

    Mélanchon vient faire sa campagne à Bobigny , il a le droit, il faut que monsieur Plé en rajoute une couche sur son colège en ppp. Il y a que lui que ça intéresse comme si il y avait que les PPP dans le vie. Si il a envie que son collège s’écroule, il y a qu’à continuer comme ça. Maintenant qu’il a eu ce qu’il voulait avec l’amiante c’est bon. Combien ça coûte au conseil général les travaux qu’il a fait ? Est ce que c’était utile pour un collège qui va etre détruit ?

  • "il faut que monsieur Plé en rajoute une couche sur son colège en ppp... "
    Ben non, il n’y a pas que Plé qui soit intéresser. Vous retrouverez les coûteux PPP sur vos fiches d’impôts et pendant longtemps. Sans parler du principe même : l’Etat et les pouvoirs pouvoirs publics surpaient des équipements qu’il pourraient construire eux mêmes à meilleur compte.

    Si ça ne vous intéresse pas, tirez-vous, c’est simple.

  • Mercredi 21 mars à 12h00 : Mélenchon sur le parvis de la préfecture à Bobigny Le 21 mars 2012 à 13:53, par un beau printemps pour un été chaud ?

    Le parvis habituellement si vide semblait bien petit ce midi : beaucoup de fonctionnaires de la préfecture ou du conseil général, beaucoup de salariés des alentours ont choisi de passer leur pause déjeuner au soleil de ce premier jour de printemps en écoutant Mélenchon...

  • Effectivement le CG est acculé par les banques. La fautre à qui ?
    Ce qu’on retrouve sur les feuilles d’impot, ce sont les emprunts toxiques contractés par le CG à plus de 95 %, sous direction communiste.
    Ca va certainement influer beaucoup plus quand on voit les taux pratiqués maintenant. Combien de millions d’euros perdus à cause de ces emprunts cette année. Millions qui auraient pu permettre de subventionner des tas deprojets.
    Au moins les PPP sont des contrats négociés de gré à gré en, toute transparence sur les remboursements et sans mauvaise surprise.
    Ils ne sont pas indexés sur la parité dollar/yen ou franc suisse/euro ou que sais-je encore...

  • A propos des PPP.

    Eh oui, camarade contribuable qui répète ce qu’il a entendu au CG le 15. Désormais le CG ne sera plus seulement acculé par les banques, mais aussi par les grands groupes du BTP.

  • réponse à contribuable
    c’est vrai les socialistes savaient tout et avant tout le monde sur les emprunts toxiques !!!
    A l’en croire, il n’y a que les communistes qui ont emprunter exprès ces emprunts toxiques pour emmerder tout le monde...
    Y a des claques qui se perdent !!!

  • Mercredi 21 mars à 12h00 : Mélenchon sur le parvis de la préfecture à Bobigny Le 21 mars 2012 à 23:21, par Il y a des gens qui tendent l’autre joue pour en recevoir une autre...

    Les socialistes savaient mieux que tout le monde les emprunts toxiques et savent encore mieux que tout le monde le bien fondé des PPP. Enfin les socialistes de Seine Saint Denis, parce que les autres ont quand même compris, à commencer par Hollande.

  • Contribuable devrait proposer sa vigoureuse analyse sur les emprunts toxiques à Mme la maire de Lille...