8 mars : journée internationale de lutte pour les droits des femmes

Égalité : chiche !

mercredi 7 mars 2012

Ce jeudi 8 mars, les communistes d’Aubervilliers seront présents un peu partout dans la ville pour distribuer des œillets aux albertivillariennes. L’objectif est de sensibiliser femmes et hommes à la situation encore précaire de la lutte pour l’égalité. Un sujet politique qui trouve une place importante dans la campagne du Front de Gauche, comme l’a montré Jean-Luc Mélenchon dans son discours de Rouen.

Grâce aux luttes des mouvements féministes, des lois ont été votées et ont permis de faire progresser les droits des femmes favorisant des avancées pour la société toute entière. Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy et son gouvernement se livrent à une course de vitesse pour démolir tous les acquis. Il veut faire passer en force un nouveau traité européen permettant de faire voler en éclat le code du travail, d’empêcher les peuples de dire leurs mots. Partout, l’austérité est prônée comme remède à la crise alors qu’elle en est la cause. Et les femmes en sont les premières victimes.

Partout, le patronat utilise le travail féminin comme une sorte de laboratoire d’expérimentation pour généraliser précarité et flexibilité à l’ensemble du monde du travail. Si les femmes sont en première ligne des attaques, elles le sont aussi dans les luttes : ouvrières de Lejaby contre la fermeture de leur entreprise, salariées de ED à Créteil ou de DIA en Isère contre le travail dominical…

Les communistes veulent, avec le Front de gauche, révolutionner les pratiques d’un autre âge qui considèrent les femmes comme des subordonnées.
L’égalité professionnelle et salariale doit devenir effective.

Il est urgent d’obtenir le maintien, le développement et l’amélioration des services publics. La casse de la santé avec son lot de fermetures de services hospitaliers, de maternités, de centres d’IVG doit être stoppée en urgence, la loi "Hôpital Patients Santé Territoires" abolie et les Agences régionales de santé supprimées.

Il faut débarrasser la société de ce fléau que constituent les violences faites aux femmes.

Les femmes/citoyennes doivent faire irruption sur le devant de la scène. Or, force est de constater qu’on en est encore loin, 70 ans après la conquête le droit de vote. A 45 jours de la présidentielle, il faut donner force à des élu-es déterminé-es à résister à la droite pour développer des politiques émancipatrices ancrées dans les mobilisations sociales.

Les candidates et les candidats du Front de Gauche aux législatives, tout comme Jean Luc Mélenchon, ont à cœur de porter avec détermination les revendications des étudiantes, des salariées, des retraitées, des chômeuses, des femmes au foyer, afin de libérer la société de la domination sexiste qui aggrave les inégalités et l’injustice sociale.

Par votre vote-action à la présidentielle, tout comme aux législatives, vous pouvez changer le quotidien de millions de femmes.

(extrait du tract PCF pour le 8 mars)