Nous réclamons un référendum sur le nouveau traité européen !

L’insulte faite au peuple de France

Tribune de Patrick Le Hyaric

dimanche 4 mars 2012

M. Sarkozy, devenu fabricant de référendum pour casser les chômeurs ou les immigrés, vient de se faire prestidigitateur afin d’en éviter un sur les deux nouveaux traités européens. Il propose un référendum sans risque sur l’Euro, pas sur son contenu, son rôle, son existence. Autant demander si la nuit il fait noir ? Et il refuse cette consultation populaire sur la base du plus grand mépris. « S’agissant d’un traité de 200 articles je ne vois pas la question claire ». Ainsi, le prétendu candidat du peuple prend-il nos concitoyens pour des incultes, incapables de comprendre ce qui engage gravement leur avenir ?

Voilà qui est clair ! Il ne fait pas confiance aux Français pour se déterminer sur des traités européens relatifs à des abandons de souveraineté, à la surveillance des budgets de la nation et de la sécurité sociale et aux sanctions si un État n’applique pas l’austérité. Décidément le voile tombe. Sarkozy est bien le Président et le candidat des marchés financiers.

Ne laissons pas faire ! Réclamons un référendum sur les deux traités européens.

Ces traités, qui n’ont été soumis préalablement à aucune instance parlementaire, qui n’ont fait l’objet d’aucune information des groupes parlementaires et des responsables de partis, qui n’ont pas l’assentiment du Parlement européen, constituent le vrai programme de M. Sarkozy, écrit sous la dictée de la chancelière Merkel. Son credo est : l’austérité, l’austérité, et toujours l’austérité pour les peuples pendant que les banquiers se gavent. La Banque centrale européenne a dégagé mille milliards d’euros ces derniers temps pour les banques privées pendant qu’on serre la vis aux peuples partout dans l’Union européenne. A quoi a servi cet argent ?

Le traité obligera à réduire les dépenses sociales et publiques bien au-delà de ce qui était inscrit dans les traités de Maastricht et de Lisbonne, tandis que les recettes des États sont sans cesse amoindries par les baisses d’impôts sur les plus fortunés et sur le capital, ainsi qu’avec le recul de la croissance. Les peuples, à travers leurs représentants élus, perdront leur souveraineté sur leurs propres finances publiques, au profit des technocrates non élus de la Commission européenne. Et quiconque ne se soumettra pas à ses diktats se verra traduit devant la Cour de justice européenne.

Ce texte est totalement irresponsable et risque de faire exploser l’Union européenne elle-même. En effet, à peine la signature des chefs d’État et de gouvernement sur ce texte scélérat était-elle sèche que les gouvernements espagnol et néerlandais étaient contraints d’avouer que leur pays était placé en alerte, leur déficit public s’étant brutalement aggravés malgré de drastiques plans d’austérité. Dans toute l’Union européenne on assiste à une hausse vertigineuse du chômage, de la précarité et de la pauvreté. Il faut avoir le culot mensonger d’un M. Sarkozy pour affirmer, comme il l’a fait en début d’après-midi, que « la page de la crise est tournée ». Les milieux d’affaires avec lesquels vit M. Sarkozy ne connaissent certes pas la crise, mais les seize millions de nos concitoyens qui tirent chaque fin de mois le diable par la queue la subissent et en souffrent douloureusement.

Puisque M. Sarkozy prétend être devenu organisateur en chef de référendum, nous proposons que toute la gauche se rassemble pour réclamer que le texte du nouveau traité soit mis à la disposition de chaque française et français et qu’un référendum soit organisé sur ce texte. À quelques jours de l’élection présidentielle, le candidat Sarkozy n’a aucune légitimité pour engager seul la parole de la France. Seul le peuple souverain doit pouvoir engager notre pays sur la signature de traités internationaux. Seul notre peuple peut décider, au terme d’un débat démocratique, de son avenir. Nous réclamons un référendum sur le nouveau traité européen.

Pour votre information, je mets à votre disposition le texte du nouveau traité européen signé aujourd’hui au Conseil européen, cliquez ici.

Patrick le Hyaric
Député européen d’Aubervilliers
Candidat Front de Gauche aux élections législatives de la circonscription Pantin-Aubervilliers

4 Messages

  • L’insulte faite au peuple de France Le 6 mars 2012 à 10:02, par Socialiste réf-rév

    Je suis totalement d’accord avec les propos de Patrick le Hyaric !! Il est absolument nécessaire que la Gauche se rassemble pour demander ce référendum sur les traités européens...
    Toutefois, je ne pense pas que le Parti Socialiste se place dans cette optique. L’amour aveugle que ce parti manifeste à l’égard de l’Europe l’empêche d’être à l’écoute du mouvement social et de voir la réalité en face, c’est-à-dire l’ampleur des dégâts que provoquera l’austérité sur les peuples européens. Il n’y a qu’à se souvenir de la manifestation du 29 février contre l’austérité, à laquelle aucun responsable socialiste n’a daigné participer !

    Or la vérité, c’est que l’austérité renforce les nationalismes, et par là même entraîne l’apparition de rapports belliqueux entre les peuples. En effet, plus l’austérité se fait forte, plus les nationalismes s’affirment, et plus les risques de conflits augmentent. L’Histoire nous l’a montré à de très nombreuses reprises, les crises et les guerres survenues au cours du siècle dernier sont là pour en témoigner. Le Parti Socialiste semble l’avoir oublié, alors même que son membre fondateur le plus illustre, Jean Jaurès, en a été une des principales victimes !

  • L’insulte faite au peuple de France Le 6 mars 2012 à 17:28, par Kollontaï

    Jean Jaurès en a été la victime et dès le lendemain de son enterrement, la SFIO a voté en faveur des crédits de guerre, avant d’entrer dans le gouvernement d’union sacrée qui a mené la guerre durant quatre ans.

    C’est même le fondement de la rupture entre socialistes et communistes après guerre. Au congrès de Tours, ce que l’on reprochait aux dirigeants de la SFIO, c’était de ne pas avoir respecté ses choix de congrès, ie le pacifisme de la classe ouvrière contre le bellicisme des élites.

    Avec raison : des millions d’hommes sont morts dans un conflit abject et inutile, pour le plus grand bénéfice du capital en crise de sur-production.

    Il y a donc de bonnes raisons d’être inquiets quand on voit la tournure que prennent les évènements.

  • L’insulte faite au peuple de France Le 6 mars 2012 à 22:21, par compte rendu repris du site du PS à propos du meeting à l’école Victor Hugo

    Soirée fort instructive

    Soirée fort instructive au cours de laquelle Elisabeth Guigou, Michel Sapin et Jacques Salvator ont su donner des arguments décisifs pour convaincre les indécis à porter leur vote sur François Hollande dès le premier tour.

    L’Europe est notre destin, a martelé avec énergie notre future députée, européenne convaincue de la première heure qui s’était engagée sur le OUI à Maastricht et pour le traité constitutionnel de 2005. OUI, l’Europe sociale est à construire rappelle l’ancienne eurodéputée, et François Hollande est le seul à avoir la détermination pour le faire. L’abstention des députés socialistes sur le mécanisme européen de stabilité, loi d’être une reculade est au contraire un vote offensif, le contraire d’un NON de renoncement.

    Michel Sapin quant à lui était heureux de ne pas avoir fait le déplacement pour rien, tellement ses explications ont eu une résonance dans un auditoire avide d’explication et qui a su montrer par ses questions son niveau de réflexion.

    Enfin, Jack Salvator a d’emblée, par sa finesse d’analyse fondée sur des faits essentiels, mis en parallèle la situation d’Aubervilliers et celle de la France, démontrant le caractère incontournable du vote Hollande à Aubervilliers.

    Une soirée enthousiasmante qui en appelle d’autres...

    Rédigé par : Soirée fort instructive | 06 mars 2012 à 22:15

  • Une soirée formidable Le 7 mars 2012 à 19:08, par Albert

    Merci de lire le compte rendu de la réunion Salvator/Sapin/Guigou.

    Les infos figurant sur le site du PS sont réduites à 3 photos. On peut apercevoir une vingtaine de participants.

    Ca a dû être vraiment passionnant.