Les échos du débat sur France 2 : Mélenchon a fait mouche contre Le Pen

dimanche 26 février 2012

L’ambiance du débat était palpable sur le marché ce samedi 25 février.

Hasard des circonstances, les militants du Front de Gauche distribuaient le tract "l’imposture Le Pen". Il est vrai que le candidat du Front de Gauche met le paquet depuis plusieurs semaines pour dénoncer les contre-vérités qu’assène la candidate d’extrême-droite sur le pouvoir d’achat ou les services publics qu’elle prétend défendre, la retraite à 60 ans (alors qu’elle traitait les manifestants d’émeutiers), la laïcité (dont le terme est dévoyé pour attaquer les musulmans)... Et le débat de jeudi soir n’a fait en réalité que mettre en exergue l’imposture que dénonce le tract du Front de Gauche..

Difficile pour le militant qui a un peu surfé sur la toile de se faire une idée juste de l’impact d’un tel débat. Beaucoup de journaux se sont contentés de reprendre le texte de l’AFP, parfois en l’agrémentant de paraphrases. Quant à l’intelligentsia télévisuelle, elle s’est plus focalisée sur la forme de l’échange en la qualifiant d’indigne alors que le débat Le Pen - Guaino qui a précédé était paraît-il d’une autre tenue ! En terme d’analyse, on peut faire mieux, mais peut-on en demander davantage à des médias tenus par les groupes proches du pouvoir ?

Le militant a eu sa réponse sur le marché. Les discussions qui le samedi matin tournaient habituellement autour de "l’incurie de la municipalité" ont changé de tonalité. Les passants acceptaient volontiers le tract et même le demandaient.

Mais au delà des discussions souvent marquées par une satisfaction visible de voir la candidate d’extrême-droite renvoyée dans ses 22 mètres, c’est plus dans les regards qu’on a senti qu’il s’était passé quelque chose. C’est le vieux travailleur algérien qui relève la tête en prenant le tract, c’est le jeune dégoûté de la politique qui dit merci, c’est la jeune femme qui enfin décroché un emploi à temps plein qui s’insurge contre le salaire pour la femme au foyer (inférieur aux minima sociaux) que propose Marine Le Pen....

France-Soir peut titrer sur sa une numérique :"Ce débat n’apporte rien à la France à part une sale image", on peut être d’un avis différent. Pour peu qu’on ait la lecture de ceux qui ont le sentiment d’avoir retrouvé un peu de dignité à travers cet évènement médiatique, on peut penser qu’il faut bousculer certains codes pour faire valoir ses valeurs.

E.P.

11 Messages

  • Les échos du débat sur France 2 : Mélenchon a fait mouche contre Le Pen Le 26 février 2012 à 16:17, par Traités européens comme pour la constitution europérenne ?

    J’étais sur le marché samedi matin. Le communiste avec qui j’ai discuté m’a donné le papier de Le Hyaric sur les traités européens qui passent mardi au Sénat. Je me suis senti revenu en 2005 lors du traité constitutionnel où il y avait d’un côté les élites qui font l’opinion qui sont pour et les gens comme nous qui sont contre. Ce serait bien d’affirmer la position des communistes d’Aubervilliers sur ce sujet.

  • Les échos du débat sur France 2 : Mélenchon a fait mouche contre Le Pen Le 26 février 2012 à 18:29, par Les traités européens : les parlementaires seront-ils encore à la remorque du peule ?

    Les nouveaux traités européens.

    La position des communistes est claire et exprimée sur le site à travers l’article de Patrick le Hyaric "Je veux vous alerter" Ils voteront clairement contre lors du passage de ce texte au Sénat, comme ils ont voté contre à l’assemblée.

    Il est vrai que si les socialistes, eux aussi votaient contre, le texte serait retoqué. Mais les socialistes n’ont pas eu le droit à débat dans leur groupe pour définir leur position et ils s’abstiendront très certainement comme ils l’ont fait à l’assemblée et comme l’ont fait les socialistes français au parlement européen. Une abstention qu’ils qualifiaient d’abstention offensive !

    On a les terminologies qu’on peut et surtout les convictions qu’on peut !

    Le texte de Le Hyaric qui a été diffusé samedi et dimanche est encore disponible en fomat papier.

  • Les gens ne renvoient pas Mélenchon et le Pen dos à dos. On l’a vu sur le marché où tout le monde ne s’appelle pas Plantu (qui dans l’un de ses dessins dans Marianne plaçait Mélenchon et Le Pen sur le même plan, NDLR). Je trouve plutôt affligeant sur le net de voir tous les organes de presse numérique repomper la déclaration de l’AFP titrer "le débat tourne à une succession de monologues".

    Pas un pour relever que d’un côté il y a un candidat qui a posé trois questions (sur l’avortement, le salaire maternel et les mères porteuses) et de l’autre une candidate qui a répété qu’elle refusait tout débat. Bref, ceux qui payent des instituts de sondages, des experts à la mord moi le noeud sont pas foutus de faire un petit travail d’enquête sur ce que pensent les gens ?

  • Les échos du débat sur France 2 : Mélenchon a fait mouche contre Le Pen Le 27 février 2012 à 12:15, par Socialiste réf-rév

    Ce refus de débat de la part de Marine Le Pen a fait mal au Front National, et c’est tant mieux !! Une majorité de personnes trouve que l’actuelle leader de l’extrême-droite s’est ridiculisée...

    Jean-Marie Le Pen essaie maintenant de rectifier le tir en proposant un débat à Jean-Luc Mélenchon. L’ex-leader du Front National trouve "scandaleux" que le candidat du Front de Gauche "se croit autorisé à prendre à partie une femme" et voudrait, je cite, lui "retirer son caleçon".

    C’est une nouvelle preuve claire de ce que dénonçait notre candidat, à savoir que pour le FN, les hommes et les femmes ne sont pas égaux...

  • Les échos du débat sur France 2 : Mélenchon a fait mouche contre Le Pen Le 27 février 2012 à 12:34, par Socialiste réf-rév

    A noter, par ailleurs, que dans une interview dans le journal de bord du Front National, Jean-Marie Le Pen s’explique sur son attachement à Robert Brasillach et conclut en citant... Mussolini !!

    Pour moi, ne peut prendre pour référence un fasciste qu’un fasciste !! Encore une fois, Jean-Luc Mélenchon avait raison...

  • Les échos du débat sur France 2 : Mélenchon a fait mouche contre Le Pen Le 27 février 2012 à 15:02, par ludwig fermtag

    La Penaude fait comme toute les gamines. Quand elle n’a pas le dessus, elle appelle son père... un hymne au patriarcat de plus de sa part.
    Elle a choisi : rester une fille à papa !

  • Les échos du débat sur France 2 : Mélenchon a fait mouche contre Le Pen Le 27 février 2012 à 17:05, par C’est plutôt les mouches qui tournent autour du plateau de France 2

    Votre article est du même acabit que le parisien qui fait voter les gens sur des questions dont on connait le résultat à l’avance. C’est du radio trottoir au rabais et vous vous faites la voiture balai de ce braillard de Mélenchon. Marine Le Pen a eu raison de ne pas répondre à cette grotesque provocation. L’anti lepénisme se fait avec des arguments comme le fait d’ailleurs l’analyse très construite qu’on trouve sur le site du parti socialiste.

  • Est-ce que sur le site du Parti socialiste, on explique comment François Mitterand, à partir de 1984, a donné des ordres aux chaines de télévision pour qu’elles fassent la promotion de Jean Marie Le Pen ?

  • Les échos Le 27 février 2012 à 19:25, par bescherelle

    "l’analyse très construite"... tu te mélanges : on construit un argumentaire et on développe (ou propose) une analyse.
    Sur le site cité (tiens c’est joli), on ne fait ni l’un ni l’autre.
    Le(s) Pen(s) prospèrent sur la misère que crée ce système que vous ne voulez pas changer.

    Le troll devrait se moucher de temps en temps

  • Mélenchon Le Pen, enfin on sort du café du commerce ! Le 2 mars 2012 à 14:14, par C’est dans "Le Monde" le magazine


    Loué soit Mélenchon !

    "War Room", la campagne présidentielle vue par C. Salmon – Quelques jours plus tôt, elle chantait encore "Paroles, paroles", de Dalida. Et là, soudainement, elle s’est murée dans une protestation muette.
    Christian Salmon

    Marine Le Pen a refusé de répondre aux questions de Jean-Luc Mélenchon sur France 2, jeudi 23 février. Celui-ci eut beau la questionner sur tous les tons. Peine perdue. Elle s’enferma dans un mutisme obstiné. Le nez plongé dans son journal, elle inaugura devant les caméras une nouvelle forme de protestation politique : le buzz du mutisme. Une situation inédite à la télévision. Un débatteur qui ne débat pas. Du jamais-vu. On entend déjà les protestations des producteurs du spectacle politique. Caprice de star ! Certains vont invoquer la défense des usagers pris en otage, d’autres exigeront un service minimum dans les débats publics. L’incident ne mériterait pas qu’on s’y attarde s’il ne rendait visible une vérité qui n’est pas toujours aussi accessible. Dans les campagnes performatives modernes, il s’agit moins de débattre que de capter l’attention. On fait campagne en cercle restreint, avec quelques arguments, une cellule riposte, un agenda médiatique. Et c’est à peu près tout. Pourquoi s’encombrer de citoyens, quand il s’agit de confier le pouvoir à des experts pilotés par des spin doctors ? Ainsi la vie démocratique régresse vers toujours plus de gestion autoritaire et de spectacle. Le Front national n’en est pas exempt : à l’abri de sa non-participation aux gouvernements de droite, il inspire depuis trente ans une entreprise de retournement de l’idéal républicain : en criminalisant l’immigration, en bâtissant des murs aux frontières, en encadrant la liberté d’expression, en surcodant l’identité et la citoyenneté par la religion.

    L’AFFRONTEMENT ENTRE MARINE LE PEN ET JEAN-LUC MÉLENCHON
    a donc valeur de symbole. Car M. Mélenchon, lui, à la différence de Mme Le Pen, madone médiatique, fruit d’un croisement -hasardeux entre Jeanne d’Arc et Sarah Palin, fait de la politique à l’ancienne, celle qui, depuis les Grecs, fait naître la "res publica" de l’esprit de révolte et qui renaît en cette année 2012 sur les places publiques d’Athènes et se propage de Tunis au Caire, de Madrid à Wall Street. La politique considérée non pas comme une série télévisée, mais comme un moment d’intense discussion. Car, on l’avait oublié, il n’y pas d’autre forme à la démocratie que l’attroupement spontané d’une foule en colère. C’est elle qui donne naissance au premier forum. C’est elle qui inaugure la grande dispute citoyenne qui fonde la démocratie. C’est le grand mérite de la campagne de M. Mélenchon que de renouer avec ces sources de la démocratie. Elle opère un triple déplacement du débat public. De la scène du souverain et de ses rivaux vers la scène du forum, de la place publique. Elle milite pour un changement social mais aussi pour un changement de perception. Elle rend contagieux un certain état d’esprit. Le renversement ironique du haut et du bas. L’esprit du carnavalesque qui préside aux périodes de grand bouleversement.

    Loin des "éléments de langage" qui sclérosent la parole politique, M. Mélenchon emploie une langue qui se souvient de Rabelais, de Villon, mais aussi de Brassens. Aux "ébahis de la com’" qui ne savent qu’imiter les campagnes à l’américaine, M. Mélenchon oppose l’histoire de France de l’émancipation : "De La Boétie aux philosophes des Lumières, des "Maillotins" de Paris, courant plus vite que les bourgeois, aux sans-culottes, Robespierre, fondateur de notre liberté, Olympe de Gouges, notre remords, Gracchus Babeuf, ceux de 1848 et les communards, le martyr des résistants pour vaincre les nazis, la lutte pour la décolonisation. Tout, nous prenons tout. [...] Jean Jaurès et l’indomptable Louise Michel." Le revoilà, le citoyen qui avait disparu des campagnes électorales soumises à la bêtise narrative, celle qui nous fait choisir un candidat comme une marque, dans un mouvement de sympathie dévoyée. Le revoilà le peuple absent, le "peuple qui manque", disait Gilles Deleuze, un peuple qui s’était détourné de la gauche... Car comme le rappelait le philosophe allemand Peter Sloterdijk, "c’est leur colère synchrone contre l’arrogance sans bornes des puissants qui a appris aux petites gens qu’ils voulaient désormais être des citoyens".

  • Mélenchon a fait mouche contre Le Pen Le 8 mars 2012 à 15:34, par Ludwig Fermtag

    Avec la volée de bois vert qu’elle a pris, la Pen mérité une entrecôte pour faire baigner ses bleu. Une fois n’est pas coutume, je la lui offre

    http://a10.idata.over-blog.com/4/07...

    c’est sur le site giblog.com