Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche

mercredi 11 janvier 2012

Cinq syndicats du commerce (CFTC, CGT, CFDT, FO, CGC) ont fait savoir qu’ils engageaient une action en justice contre le travail du
dimanche au centre commercial Le Millénaire à Aubervilliers.

Vendredi dernier, ils ont déposé un recours devant le tribunal administratif pour faire annuler l’arrêté préfectoral du 17 novembre autorisant ce centre
commercial à ouvrir tous les dimanches pendant un an.

Le Millénaire, gigantesque centre commercial de 56000 m² et 140 boutiques, a ouvert ses portes fin avril 2011. Dés le début, la société
gestionnaire du centre, la Ségécé, a tenté d’obtenir la reconnaissance
en PUCE (Périmètre d’Usage de Consommation Exceptionnel, dispositif
instauré par la loi Mallié de 2009). Elle a échoué au début car le centre
ne remplissait pas les critères, mais depuis, elle a réussi à convaincre
le maire d’Aubervilliers et le préfet qu’il lui fallait une autorisation.

Or, le centre n’étant ni en PUCE ni en zone touristique, il ne restait au
préfet que l’article L3132 du Code du Travail, qui lui permet d’accorder
une dérogation au repos dominical lorsque celui-ci « compromet le
fonctionnement normal d’un établissement ».

L’arrêté fait ainsi valoir que l’existence de quatre chantiers de voirie aux
alentours du centre crée des difficultés d’accessibilité et que le chiffre
d’affaires est inférieur aux prévisions de 30 à 40% selon les enseignes,
de même que les travaux porteraient atteinte au fonctionnement normal
du centre.

Pour les syndicats, cet arrêté ne repose sur rien et sera probablement
annulé. Sinon, dans un an, Le Millénaire pourrait s’appuyer sur l’usage
commercial ainsi crée pour obtenir le classement en PUCE.
Ses concurrents pourraient aussi obtenir des dérogations similaires,
banalisant ainsi le travail du dimanche, soulignent les mêmes syndicats.

Le recours étant suspensif, Le Millénaire ne devrait plus pouvoir ouvrir
le dimanche, même si il bénéficiera peut-être pour les soldes d’une des
cinq autorisations annuelles du maire. Les magasins qui ouvriraient
les dimanches suivants seraient ainsi dans l’illégalité et les syndicats
pourraient engager des poursuites contre les enseignes pour ouverture
illégale, les amendes encourues s’élèveraient en moyenne à 10000 euros
par dimanche et par salarié.

Si on peut se réjouir de la probable annulation de cet arrêté
préfectoral, il faut toutefois rester vigilant pour qu’à l’avenir le droit au
repos dominical soit vraiment respecté.

Silvère Rozenberg

32 Messages

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 11 janvier 2012 à 16:51, par RINGARD ?

    Le centre commercial marche mal. On est loin des fréquentations annoncées et des chiffres de vente escomptés. Personne ne s’en réjouit.

    La faute à qui ? Les travaux du tramway, de la rue de la gare nous dit-on...

    Et de se lancer dans une fuite en avant avec l’ouverture du dimanche... Et comme le dit notre correspondant dans son papier largement pompé dans l’Huma d’hier, de créer le risque que tout le monde se jette dans cette fuite en avant en réclamant des ouvertures le dimanche.

    Ca nous fait une belle jambe si les commerces se concurencent avec pour seule perspectve de prendre à l’autre des parts d’un gâteau qui se réduit du fait de la baisse du pouvoir d’achat des gens.

    Seule conséquence prévisible : pour les commerçants qui ouvriront : un plus dérisoire au regard des vies sacrifiées pour des salariés qui auront brisé leur vie de famille pour simplement survivre...

    Vous avez dit ringard ?

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 11 janvier 2012 à 22:11, par Travailleuse et mère de famille

    Voilà pour mémoire ce que j’écrivais sur ce site il y a un peu moins de deux mois :
    Plus de six millions de salariés, (27,5% d’entre eux), ont travaillé le dimanche en 2009. Les politiques qui se déclarent favorable pour accorder des dérogations permettant l’ouverture des magasins dans les centres commerciaux le dimanche sont des faux-culs. Ils le font en se réfugiant derrière l’accord et le volontariat des salariés, alors qu’ils savent parfaitement que face à une menace camouflée de licenciement le volontariat n’est plus un choix. Je travaille au Millénaire, et quand votre responsable de magasin vous dit : "Vous n’êtes pas obligée, mais il faut regagner du chiffre d’affaire, sinon moi je serais obligé de réduire le personnel" Vous faites quoi ? Le principe du volontariat est bafoué, c’est un leurre en fait les salariés n’ont pas le choix. Messieurs les politiques, monsieur le maire d’Aubervilliers, ne vous retranchez pas derrière l’accord des salariés, soyez courageux, refusez ou dites clairement que vous n’en n’avez rien à faire de la vie de famille. Il ne faut pas encadrer ou réglementer le travail du dimanche dans les grands centres commerciaux comme le millénaire, il faut l’interdire. De plus vous faites fausse route la difficulté des commerces tient plus au pouvoir d’achat qu’à l’ouverture d’un jour supplémentaire. Habitante d’Aubervilliers, je prends mon travail à 11h au Millénaire, avec une ridicule coupure en journée, et je retrouve mon domicile après 20h30 : je vis avec mes enfants quand ? (posté le 19/11/11).
    Aujourd’hui, bien que non syndiquée, je veux féliciter les syndicats qui dans l’unité ont déposé un recours devant le tribunal administratif. J’espère qu’il aboutira positivement. Par contre je regrette de lire dans le journal Le Parisien la réponse du maire d’Aubervilliers à ce recours : "Je comprends la position des syndicats, mais à toute règle il y a des exceptions et c’en est une" à déclaré Jacques Salvator. J’aurai préférée qu’il comprenne la vie des salariés du Millénaire et tout particulièrement la vie difficile des salariées mère de famille. Je ne dis pas merci à monsieur Salvator pour son manque de soutien et je trouve inadmissible que le conseil municipal n’est pas eu à donner son avis sur cette privation du repos dominical.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 11:30, par Commerçante rue Cochennec

    Il est regrettable que la décision favorable d’ouverture du Millénaire soit prise sans aucune concertation avec les commerçants locaux. Cette ouverture du dimanche donne un avantage supplémentaire aux grandes enseignes. Le maire ne défend pas le commerce de proximité qui fait pourtant l’actrativité de sa ville.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 12:23, par jusqu’où va le mépris de classe

    Dans une période où le pouvoir d’achat se réduit mécaniquement avec la hausse des frais incompressibles (loyers, charges, téléphone, essence, électricité, impôts, etc.), où le chômage augmente, dans un périmètre où la population n’est pas particulièrement aisée, comment peut-on sérieusement penser que l’ouverture des magasins le dimanche est la solution miracle ? Il faut quand même être sérieusement aveugle.

    Les gens qui n’ont pas d’argent durant la semaine n’en n’auront pas plus le dimanche.

    Par contre, pour les salariés précaires, les vendeurs, les magasiniers, les vigiles..., payés au lance-pierre, l’ouverture le dimanche va constituer une attaque de plus contre les acquis sociaux. Non seulement ce sont des travailleurs pauvres, mais en plus, ils vont devoir aller travailler le dimanche. C’est beau la défense du monde du travail par un maire socialiste imposé à l’ISF !

  • Soldes au PC local Le 12 janvier 2012 à 13:13, par Victor Noir

    Qu’il est bon, parfois, d’être dans l’opposition locale... , calé dans ses bottes, ignorant les responsabilités et les contraintes pour rester bien au chaud dans ses principes.

    Le Millénaire a du mal à démarrer ? Qu’importe les 150 Albertivillariens qui y travaillent et en font vivre leur famille, sur ce blog, on ne transige pas sur les principes. Pas de dérogation au sacro-saint repos dominical même pour une période limitée ! Et tant pis si cela se paye en emplois locaux.
    De toutes les manières, il est bien entendu que cela sera de la faute de Salvator...

    Ah, si Pascal Beaudet était resté en place ! Tiens, oui d’ailleurs, qu’aurait-il donc vraiment fait dans la même situation ?

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 14:08, par Volontariste

    Victor Noir qui semble bien las des positions intenables de la municipalité ne trouve pas beaucoup d’arguments pour défendre l’ouverture le dimanche.
    Allez bon sang ! Un peu de nerf ! Il faut se remotiver.

    Parce que dans votre commentaire, la résignation et le fatalisme transpire de partout... et ça déborde !

    Ainsi donc, nous n’aurions pas d’autres choix que de soutenir l’ouverture le dimanche. Ah bon ? Est-cela la volonté politique ?

    Il s’agit d’ouvrir tous les dimanche et de créer un usage de fait qui justifiera l’ouverture pour tout le temps du centre commercial le dimanche. Il ne s’agit pas pour une "période" mais pour un choix qui se veut définitif. La stratégie de la direction du centre c’est celle là et autre chose.

    Face à cela, ou on choisi comme vous de faire le béni oui-oui ou on décide de faire autrement, de s’opposer et de travailler de concert à la réussite du Millénaire dans le cadre de la loi et du respect des travailleurs.

    Alors oui, je vous le dit il vaut mieux être droit dans ses bottes que de léchez les bottes des autres !

    Quant à Pascal Beaudet, j’imagine que l’instigateur de la démarche quartier, bien connu pour ses qualités d’écoute aurait commencer (comme à son habitude) par faire de la concertation.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 14:55, par acheteur du samedi

    Ce n’est pas en ouvrant le dimanche que les clients auront davantage d’argent pour acheter ! Pourquoi ne pas ouvrir la nuit ?

    Certains avancent aussi l’argument que le travail du dimanche permet aux salariés de ces commerces de gagner plus. Mais pourquoi ne pas augmenter leur salaire ?

    Personnellement, je me suis fixé la règle de ne jamais aller le dimanche dans ces grandes surfaces.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 15:36, par Une syndicaliste

    L’activité du centre commercial le Millénaire ne semble pas être à la hauteur des espérances c’est une évidence et c’est probablement regrettable. Cependant ce n’est pas aux salariés d’en faire les frais avec pour seule réponse, la décision préfectorale soutenue par le maire d’Aubervilliers d’ouvrir tous les dimanches. Ce d’autant plus que cela s’est fait contre l’avis de la plupart des salariés du centre qui ne sont pas d’accord car cela ne se traduit pas pour eux par de meilleurs salaires, cela s’est fait sans solliciter les organisations syndicales locales qui normalement doivent être consultées dans pareil cas, cela s’est fait sans l’aval et la demande de toutes les enseignes présentes au Millénaire.
    Il est donc important que les organisations syndicales de salariés se positionnent contre et affirment des positions de principe non pour être "archaiques" mais pour défendre l’intérêt du plus grand nombre de salariés et éviter que cette autorisation de travail dominical fasse tâche d’huile. En effet depuis les premiers articles sur le sujet parus dans le Parisien (apparemment courroie de transmission de la ville d’aubervilliers) les demandes semblent augmenter auprès de la Direction Départementale du Travail. Comme par hasard.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 17:10, par Avatar

    Ha ! Victor noir, comme il est facile d’être bien au chaud, le cul dans son fauteuil derrière son écran et donner des leçons sans se soucier de la vie de famille. Allez donc expliquer à "@Travailleuse et mère de famille" comment vous comptez vous asseoir sur sa vie familiale. Le problème n’est pas de savoir si la fin du repos dominical est une question d’opposition ou de majorité : c’est simplement une question de respect de la vie familiale.
    Qu’aurait fait Pascal Beaudet dans la même situation ? Premièrement, il n’aurait sûrement pas décidé seul et secrètement du fond de son bureau. Deuxièmement, il aurait pris l’initiative de rencontrer les syndicats. Troisièmement, il se serait adressé aux salariés pour débattre avec eux et connaitre leur opinion. Quatrièmement, il n’aurait pas ignoré les commerçants des quartiers. Cinquièmement, il aurait inscrit cette question à l’ordre du jour du conseil municipal pour en débattre avec l’ensemble des élus, en y invitant les salariés, les syndicats et les commerçants de proximité. Sixièmement, il aurait rencontré les responsables du Millénaire pour leur faire des propositions, comme par exemple suggérer à ceux-ci d’amplifier leurs campagnes de communication, de promotions et d’animations commerciales. Septièmement, après toutes ces initiatives, il aurait arrêté une décision pour transmettre un avis au Préfet en connaissance de cause, et en faisant en sorte qu’ il soit partagé par le plus grand nombre et notamment les salariés.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 18:08, par jusqu’où va le mépris de classe

    Comme toujours, on s’aperçoit que l’idéologie du MEDEF fait des émules là où on ne devrait pas les trouver.

    Le problème du Millénaire, c’est de passer un cap difficile puisque la fréquentation et donc la consommation ne sont pas au niveau où il faudrait pour assurer la réussite économique. Quelqu’un au MEDEF de Seine-Saint-Denis pense que la solution est d’ouvrir le dimanche. La belle affaire : toutes les études faites depuis la promulgation de la loi sur l’ouverture des magasins le dimanche montrent que cela n’augmente pas le volume des ventes. Nulle part. Alors comment cela pourrait augmenter celles du Millénaire et le sauver d’un plantage économique dont les salariés ne sont a priori pas responsable ?

    Quand l’idée du Millénaire a été retenue, il y a plus de quinze ans, rien ne laissait penser à une crise économique profonde et de longue durée. Le centre n’est manifestement pas sdapté à la situation économique actuelle.

    Ce ne sont certainement pas les salariés du Millénaire qui vont pouvoir consommer compte tenu de leurs salaires, pas plus d’ailleurs que la majorité de la population d’Aubervilliers qui n’en n’a pas les moyens.

    Alors on peut se réfugier dans l’incantation et psalmodier que les responsables sont les méchants syndicalistes qui refusent le travail le dimanche, aidés par les horribles communistes qui poursuivent ce pauvre Salvator de leur haine.

    Les responsabilités sont diverses et multiples : la crise, l’absence de pouvoir d’achat, certainement une conception inadaptée du Millénaire, peut être également un manque de publicité. Mais en tout cas, les responsables ne sont ni les salariés ni les syndicalistes et ce n’est pas en posant les problèmes là où ils ne sont pas qu’on arrive à les résoudre.

    Quant à en profiter pour tenter de justifier les mesures anti-sociales Sarkozy-Fillon, alors là, bravo au maire : décidément, le PSU mène à tout !

  • Droit dans ses bottes... Le 12 janvier 2012 à 20:11, par Victor Noir

    Et huitièmement... il aurait dit oui. Ou du moins il n’aurait pas dit non...

    Tout comme Patrick Braouezec.

    Comme quoi, le PC mène à tout !

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 12 janvier 2012 à 23:18, par Avatar

    Neuvièmement, avec le précédent commentaire Victor Noir nous démontre le peu d’intérêt qu’il y a à débattre avec lui.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 14 janvier 2012 à 10:59, par zorbec

    @ Victor Noir
    J’étais très inquiet de votre santé, ne voyons plus votre prose si reconnaissable sur ce site. Je me suis ensuite persuadé que vous aviez pris un temps de réflexion (je sais, je m’illusionne parfois).
    Il s’agissait donc seulement d’une petite grippe (ou des oreillons) – pas d’une vraie retraite de réflexion – et vous voilà revenu en pleine forme mais sans un neurone de plus !
    Et toujours avec la conception que le débat et la critique se mènent avec le bâton du troll à la main. Petit rusé pas bien malin.

  • Militance et/ou gouvernance ? Le 14 janvier 2012 à 16:05, par Victor Noir

    Ce blog, comme ceux des autres forces politiques locales, privilégie une parole militante à fonction de mobilisation interne. C’est assez naturel et cela amène logiquement à mettre en avant les postures les plus clivantes plutôt que les prises en compte raisonnées des réalités albertivillariennes dans toute leur complexité.

    Sachant cela, il m’arrive quand même de réagir quand le trait est très forcé. Que voulez-vous, c’est ma part morale, j’ai toujours eu du mal avec les techniques pavloviennes...

    Certes, PC et PS sont sur un rapport électoral trop serré pour qu’il en aille autrement, chaque sujet devenant l’occasion sur ce blog d’une opposition/confrontation dans une compétition face à l’opinion locale qui courrera jusqu’en 2014.

    On pourrait revenir, à titre d’exemples, sur les dernières polémiques un peu trop artificiellement alimentées ici :

    - le Secours Populaire (à moins de considérer que la mise à disposition de locaux pour l’antenne locale ne vaut pas comme un soutien ou que le lien établi avec sa direction nationale qui va permettre d’aider des étudiants défavorisés de notre commune n’est qu’un gadget) ;

    - le chauffage urbain (si les échanges méritent sans doute d’être approfondis, on a aussi le droit de trouver que Plaine Commune a voulu aller un peu vite en besogne. Comme cela coïncide avec la fin de concession à Saint-Denis, l’une des raisons non officielle qui a présidé à la création, il y a quelques années, de Plaine Commune Habitat, à savoir reprendre au niveau communautaire le déficit de gestion de l’organisme HLM de Saint-Denis, nous remonte à l’esprit...) ;

    - les pré-inscriptions dans les centres de loisirs (comme s’il n’était pas légitime, dans une ville qui gagne 150 enfants par an, qu’une municipalité essaye de travailler à une gestion plus rationnelle de son offre de service pour pouvoir élargir celle-ci tout en restant sur des coûts supportables. Que cela demande des efforts en matière de responsabilité collective et individuelle des familles bénéficiaires, y a-t-il vraiment matière à scandale ? Au regard des sommes dépensées en repas mis à la poubelle faute de pouvoir, aujourd’hui, prévoir précisément la fréquentation quotidienne des centres, la question est posée) ;

    - Le Millénaire et son démarrage difficile (Désolé de considérer que le débat sur le travail le dimanche me semble tout théorique - contrairement au sort en jeu de 150 familles albertivillariennes - à partir du moment où l’on a porté ce projet depuis 15 ans et implicitement tout ce que ce modèle d’activité impliquait, à savoir le temps très partiel et le travail le soir...).

    Comme quoi, si la vision en noir et blanc a ses vertus militantes et vaut donc pour tel dans le combat concurrentiel, elle atteint vite ses limites quant au reste.

    Le reste ? C’est là où je voulais en venir... Parallèlement à ce jeu polémique et dans d’autres lieux que les places publiques du net, il semble bien que personne n’ait la volonté d’échanger un peu plus sérieusement sur ce qu’impliquera la gestion d’Aubervilliers dans les années à venir.
    Pour le coup, plus que les joutes de scène, c’est bien le signe le plus significatif de la rupture complète entre un PS local qui, aux responsabilités, se recentre en force social-démocrate, et un PC qui, éloigné du pouvoir, s’extrême-gauchise.

    A mon sens, et contrairement à ce qui se dit ici depuis les cantonales, c’est le second qui, par son positionnement, partira le plus mal placé dans le (dernier) duel des municipales à venir. Seul Gérard Del Monte semble l’avoir compris. Lui qui, je crois, voudrait bien qu’un dialogue s’instaure avant qu’il ne soit vraiment trop tard...
    Le trop tard, ce sera 2013. Il reste donc un an pour que la discussion ait lieu, histoire de juger du caractère franchissable ou non du fossé et de l’irrémédiabilité ou non de la confrontation finale...

    A bons entendeurs, s’il y en a.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 14 janvier 2012 à 16:43, par Victor vient juste de comprendre.

    Victor noir vient de comprendre que les socialistes d’Aubervilliers ne pourront pas gagner d’élections sans les cocos.

    Le problème, Victor, c’est que les cocos, avec les conneries de la municipalité, n’ont plus besoin des socialistes pour gagner des élections.

  • Opposer "militance et gouvernance", responsabilité et opposition", c’est toujours facile. Ça devient moins pertinent quand les "militants" savent de quoi ils parlent pour avoir exercer les responsabilités un temps.
    Listons :
    - pas de subventions au Spf, un local fourni suffit-il ? A l’évidence non, quand on considère la situation de notre population, ses bas revenus et les actions du Spf. Rappelons qu’il s’agissait d’une demande de 2 000 euros... par an.
    - le chauffage urbain : pas de débat local, ni d’interrogation et des positions municipales bien obscures. Est-ce du "gauchisme de s’en inquiéter et de rappeler qu’un temps, sur de tels dossiers, les pratiques furent bien plus démocratiques ?
    - " les pré-inscriptions dans les centres de loisirs" : est-ce normal de d’abord adapter la vie des gens à des rythmes administratifs ? Là aussi, sans tenir compte (apparemment de l’avis des parents).
    - Le Millénaire, là aussi, défaut de consultation (commerçants locaux, syndicats....) Est-ce normal ? On connaît votre avis. Est-ce être un furieux gauchiste que d’être contre. Rappelons que sur ce thème, le syndicat en pointe est FO (un syndicat révolutionnaire comme chacun sait).

    A la vérité, tous ces débats menés ici le sont sur un ton parfois vif ou moqueur. Est-ce si désagréable ? Cela peut-il suffire à les disqualifier ?

    Au surplus, où sont-ils menés ailleurs ?
    Le site local du Ps est un cimétière d’idées et chaque arête qui dépasse est soigneusement effacée en quelques heures.
    Le site municipal est devenu indigent, Aubermensuel un magazine pour salle d’attente et les conseils de quartiers des chambres d’enregistrementsans conséquence.

    " il semble bien que personne n’ait la volonté d’échanger un peu plus sérieusement sur ce qu’impliquera la gestion d’Aubervilliers dans les années à venir", écrivez-vous. Posez donc d’abord la question, légitime, à ceux qui imaginent pouvoir tenir tout débat, toute opinion à l’écart de leur "gestion".
    Gestionnaires contre gauchistes ? Les pratiques actuelles du pouvoir local conduisent à lire votre équation différemment : des militants, des citoyens (parfois énervés) face à une bureaucratie fermée , atteinte de gestionnite aigue et "glorifiant" ses propres actes en rond.
    Dans son bocal.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 15 janvier 2012 à 17:35, par A gauche toute

    @Victor Noir revient en force sur ce site. Il distribue comme à son habitude les bons et les mauvais points. Comme toujours avec lui, les mauvais points sont pour les communistes qui passeraient leur temps dans des querelles et des polémiques artificielles. Ces poémiques ne doivent pas être si artificielles que cela puisque lui même y consacre du temps pour essayer d’y répondre.
    Pour le secours populaire il détourne la discussion pour éviter d’engager un véritable débat sur l’absence de subvention. Tout ce qui a été dit par B. Logre ne justifie en rien le refus de subvention au secours populaire local.
    Sur le chauffage urbain, il dit que Plaine Commune a voulu aller trop vite en besogne. Au lieu de dire n’importe quoi, qu’il relise donc l’intervention de Gérard Del Monte, il verra que les réunions avec Plaine Commune ont commencé en février 2009 (presque trois ans).
    Sur les pré-inscriptions des centres de loisirs, il omet de dire qu’il aura fallu une protestation des parents avec une pétition comptant 400 signatures pour annuler ce qui allait être une décision hâtive et obtenir que la reflexion se poursuive.
    Sur la fin du repos dominical au Millénaire, il fin d’ignorer qu’il s’agit d’une décision qui vise à perdurer et en plus, il tente de camoufler que l’avis favorable du maire à été donné en l’absence de toutes discussions en conseil municipal et sans aucune concertation avec les salariés et leurs représentants.
    Sur ces sujets et bien d’autres encore, il ne s’agit pas de jeux polémiques et encore moins de joutes de scène. Il y a souvent derrière ces décisions la vie des gens.
    Quand au dialogue qui ne parvient pas à s’instaurer avec la majorité municipale, à qui la faute ? Si les appels répétés de Gérard Del Monte ne trouvent aucun écho, @Victor Noir devrait chercher ce qui fait défaut. Il y a dans la majorité municipale des élus Verts et socialistes (très peu) qui ne cachent pas en privé qu’ils souhaiteraient un élargissement de la majorité et qui se montrent favorables à une autre façon de faire qui pourrait permettre des retouvailles d’une partie de la gauche locale. Qu’attendent-ils pour parler ?

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 15 juillet 2012 à 11:10, par Albertivilliarien

    Le Parisien de ce matin nous l’apprend, le Millénaire ne pourra pas ouvrir le dimanche, en dehors des cinq dimanches autorisés pendant les soldes ou les fêtes de fin d’année. C’est ce qu’a décidé cette semaine le tribunal administratif de Montreuil, au terme de plus d’un an et demi de procédures.
    Après l’avis du maire d’Aubervilliers qui s’était montré favorable au travail du dimanche, la préfecture de Seine-Saint-Denis avait délivré à ce centre commercial, implanté à Aubervilliers depuis avril 2011, une autorisation exceptionnelle d’ouverture pour l’année 2012 afin de compenser « les difficultés d’accessibilité qui portent atteinte au fonctionnement de l’établissement » consécutives aux travaux du tramway et du prolongement de la ligne 12 du métro.
    Cet arrêté avait été immédiatement attaqué par cinq syndicats (FO, CFTC, CGC, CFE-CGC, SUD). Ces derniers espèrent que « cette nouvelle décision contre la banalisation du travail le dimanche fera réfléchir les préfets qui ont la tentation de donner des autorisations en dehors des règles applicables ».

  • La FNAC installée au centre commercial "Le Millénaire" annonce sa fermeture pour la fin de cette année. Le directeur du magasin indique qu’il n’a jamais fait de bons chiffres dans aucun des rayons de son magasin. Le problème viendrait du manque de fréquentation de la clientèle au motif que le "Millénaire" serait mal desservi. Quand aux gestionnaires du "Millénaire", ils se réjouissent de la progression globale des chiffres d’affaires du centre commercial qui serait en progression. Le maire d’Aubervilliers quand à lui, pense que la solution passe par l’autorisation du travail du dimanche. Malgré l’opposition des syndicats et des salariés, le maire vient de déclarer : ..."Cela renforce ma conviction qu’il faut ouvrir le centre commercial le dimanche"... Le changement à gauche passerait-il par la fin du repos dominical plutôt que par la nécessité d’augmenter le pouvoir d’achat ?

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 1er septembre 2012 à 23:14, par Fermeture de la Fnac ? Personne ne s"en réjouirait

    Et si on se posait les vraies questions ? Celle du pouvoir d’achat que monsieur Silvestre évoque dans son article, et celui de l’évolution des modes de distribution avec l’e-commerce que soulève monsieur Plée dans
    http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article812
    Parce que si on remplaçait dans cet article l’expression librairie de quartier par fnac, le raisonnement serait exactement le même. Alors bassiner les gens avec ce qui serait un problème comme l’interdiction du travail du dimanche est simplement néfaste socialement et économiquement improductif.
    Parlez en à Montebourg !

  • Parce que la FNAC va fermer... il faudrait ouvrir le dimanche et la nuit aussi car il y a des habitants qui travaillent le jour !
    Par contre si on donnait plus le goût à la lecture aux enfants
    si on donnait des moyens financiers qui permettraient à chaque famille de ne pas avoir à faire le choix entre un peu plus de nourriture ou un cartable ou trois paires de chaussettes ET un livre à la fnac ou un cd... trop cher.
    si on donnait plus de temps à ceux et celles qui travaillent chez un patron et chez eux : quand ils rentrent pour s’occuper du ménage, de la cuisine, des courses, des devoirs des enfants, continuer à discutuer avec les enfants, le conjoint et analyser les dépenses du ménage.

    Comment discuter avec des personnes qui au quatidien sont dans des petites impasses et leur expliquer que la culture c’est important.
    Tout est lié. Le cinéma, le théâtre, la lecture, la musique qui peut penser que cela est une priorité avec un SMIC si faible ?
    Qui fréquente le Mllénaire ? Quelle catégorie de population ? Une étude a-t-elle été faite ?

  • "Cela renforce ma conviction qu’il faut ouvrir le centre commercial le dimanche"
    La FNAC d’Aubervilliers annonce sa fermeture et le maire de la ville ne trouve rien de mieux que de proposer le travail du dimanche comme solution.
    Lors d’un conseil municipal en début d’année le maire avait déjà fait voter "une demande de création d’un périmètre d’usage de consommation exceptionnel" (PUCE). Cette proposition visait à permettre au centre commercial du "Millénaire" d’obtenir une autorisation préfectorale d’ouverture le dimanche pour une durée de 5 ans. Un recours des syndicats n’a pas permis son application. Cette demande s’appuyait sur une loi du gouvernement Fillon qui vise à casser le code du travail et les acquis sociaux en autorisant les enseignes commerciales à ouvrir le dimanche, soit parce qu’elles sont situées en zones touristiques, soit dans le cadre d’un PUCE.
    Une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) constate que pour les personnes qui achètent le dimanche, il ne s’agit pas d’une consommation supplémentaire. Ce qui peut se comprendre. les portes-monnaies ne sont pas plus remplis le dimanche que les autres jours de la semaine.
    Il y a aussi les difficultés des salariés du commerce : travail partiel non choisi, amplitudes horaires qui contrarient une vie personnelle normale, conditions de travail dégradées, bas salaires... Le maire veut en rajouter en autorisant l’ouverture du dimanche, forçant ainsi les salariés à travailler au lieu de profiter de leur vie de famille. De plus, la même étude du Crédoc indique que l’ouverture du dimanche favorise un transfert de la clientèle vers les grandes surfaces sans aboutir à une augmentation significative de la consommation. Ce sont les petits commerces et les commerces de proximité qui paieront l’addition.
    Le pouvoir d’achat est en baisse, que le centre commercial ouvre ou non le dimanche, cela ne changera rien, quand les gens n’ont pas d’argent, ils ne consomment pas.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 21 septembre 2012 à 22:22, par Murielle

    Au nom du dieu consommation, de la liberté d’entreprendre et de travailler, ou de la sacro-sainte lutte contre le chômage, les représentants de la grande consommation veulent ouvrir leurs boutiques au même titre que les commerces traditionnellement ouverts le dimanche et les jours fériés (restaurants, boulangeries ou bars par exemple).
    Un repos dominical que le Medef et la droite rêvent depuis longtemps de détruire. Il est bien triste de constater qu’ils trouvent des alliés parmi des élus de gauche.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 22 septembre 2012 à 06:35, par JC de la mala

    un peu de patience, bientôt on nous demandera de travailler la nuit, il est évident qu’une journée comporte 24 heures !! Allez au boulot bande de fainéants, le capital attend son dû !!!!!!!!!!!!

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 22 septembre 2012 à 10:24, par Albertivilliarien

    Le repos du dimanche permet de maintenir une vie familiale, sociale, personnelle… Par ailleurs l’opération des ouvertures de magasins le dimanche n’est pas rentable puisque les moyens des ménages n’augmentent pas, ils se déplacent juste sur la semaine. En ce moment de baisse du pouvoir d’achat et d’augmentation du chômage, ce n’est pas travailler tous les dimanches dont les salariés du commerce ont besoin. Ils ont besoin de gagner plus en augmentant significativement leurs salaires, et cela est vrai pour tous les salariés.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 24 septembre 2012 à 09:30, par On lâche rien

    La société Ségécé n’en est pas à sa première tentative pour obtenir l’ouverture du Millénaire le dimanche. Elle a jusqu’à présent été tenue en échec grâce au recours déposé par les syndicats. Mais la bataille continue, demain, le conseil communautaire de Plaine Commune doit se prononcer et donner son avis pour ou contre la fin du repos dominical. Les salariés et les syndicats espèrent bien que les élus de gauche de la communauté d’agglomération sauront les soutenir et rejeter cette demande d’ouverture du dimanche. En tout état de cause les organisations syndicales n’accepteront pas ce cheval de Troie qui servirait de base par la suite pour argumenter sur l’ouverture de l’ensemble des autres centres commerciaux d’Île-de-France placés devant cette concurrence déloyale.
    Les élus communautaires doivent dire halte à la banalisation du travail dominical.

  • Millénaire : Les courses le dimanche c’est pas cool ! Le 25 septembre 2012 à 22:48, par Le dimanche c’est sacré

    Une famille ou le mari travaille du lundi au dimanche avec un jour de congé dans la semaine et la femme travaillant du lundi au vendredi. Ils ne passeront pas une journée ensemble en famille dans la semaine. Et pour ceux qui disent que c’est cool de faire les magasins les dimanches, posez vous cette question : vous aimeriez travaillerez le dimanche ?

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 26 septembre 2012 à 07:39, par Jean R

    J’ai travaillé le dimanche et la nuit pendant 20 ans , je l’ai choisi enfin presque …. j’aurais préféré travailler le dimanche et me reposer les autres jours .D’ailleurs les petits commerçants , les employés du service public, travaillent ce jour sinon pas de marché , pas de métro, pas de bus , pas de train ,pas de cinéma, pas d’hôpitaux, pas de courriers le lundi matin .Et puis pourquoi ce jour-là et pas une fermeture le Vendredi ou le Samedi ? Le Dimanche serait-il le jour du seigneur des laïques.

    On pourrait parler aussi des horaires décalées et de nuit dans les usines . Tiens demander aux couples d’ouvriers de Citroën qui l’un travaille de 6 h 46 à 14 h 37 et l’autre de 14 h 37 à 22 h 28. …S’Ils veulent garder leur emploi pourtant ces horaires ne sont pas roses pour la vie de famille.

    Le problème de fond : le travail le Dimanche ne doit pas être obligatoire , mais il doit être négocié avec les syndicats pour avoir des compensations financières et d’horaire.

  • Le travail du dimanche doit rester exceptionnel Le 26 septembre 2012 à 08:40, par Alain B

    Avec cette idée de négociation et de compensation financière, on arrive tout simplement à banaliser le travail du dimanche. Il ne s’agit pas pour autant de refuser de faire fonctionner certaines activités indispensables (hôpitaux, transports publics, etc...), mais le travail dominicale doit demeurer une exception pour répondre à des nécessités. Comme le commentait une internaute : " face à une menace camouflée de licenciement le volontariat n’est plus un choix... quand votre responsable de magasin vous dit : "Vous n’êtes pas obligée, mais il faut regagner du chiffre d’affaire, sinon moi je serais obligé de réduire le personnel" Vous faites quoi ?" Le dimanche doit rester un jour de repos commun à la majorité des salariés, il y va de la vie de famille. Relancer le commerce ne passe pas par l’abandon du repos dominical, mais par un pouvoir d’achat plus important.

  • Bataille autour du travail du dimanche Le 26 septembre 2012 à 09:30, par Françoise

    Hé oui Jean R, ce n’est pas parce que des ouvriers, à l’exemple de ceux de Citroën que vous citez, ont été contraints d’avoir une vie de couple et de famille exécrable qu’il faudrait accepter sans réagir que cela devienne une règle générale et applicable à tous les salariés. La question n’est pas non plus de savoir si c’est le jour du seigneur ou pas, mais tout bonnement d’imposer, sauf exception, un jour de repos identique pour chaque salarié.

  • A bas le travail du dimanche Le 8 octobre 2012 à 10:20, par Salariée Fnac

    Le maire d’Aubervilliers se trompe, la perspective de fermeture de la Fnac n’ a rien à voir avec le refus d’accorder une autorisation du travail le dimanche. En réalité l’enseigne se heurte à la nouvelle stratégie du groupe de François Pinault qui explique que : "La distribution présente une grande faiblesse, et qu’il faut transformer le groupe en quelque chose de plus homogène ". Homogène et surtout plus rentable.

  • Le Millénaire : bataille autour du travail du dimanche Le 8 octobre 2012 à 15:09, par Ludwig Fermtag

    Eh oui la fermeture éventuelle de la Fnac au Millénaire ne serait pas du au refus du travail du dimanche. Et quand bien même les salariés auraient accepté : la Fnac est à vendre car le groupe PPR veut s’en débarrasser : c’est pas que ça rapporte pas, c’est que ça ne rapporte pas assez !

    Au passage, je salue le retour de l’inénarrable Victor Noir, si raisonnable, si politiquement juste, si amoureux du fait établi, si digne de devenir commentateur politique sur france 5... le shamalow de la réflexion, le paradis des analyses en carton, le fade mélange du rose fané et du vert repenti !
    Et il arbore le nom d’un célébre journaliste républicain pour mieux faire passer sa prose molle. Alors qu’il devrait se choisir un autre pseudo, genre : Philippe Bouvard puisqu’il a déjà la "grosse tête" qui va avec !

    On a quand même du pot, il aura pu choisir "Victor Serge". Mais là, il y avait diffamation.