Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité

dimanche 1er janvier 2012

Depuis deux ans, les techniciens de Plaine Commune travaillent à un projet d’extension du réseau de chauffage urbain pour l’ensemble des huit villes de la communauté d’agglomération.

Comment fonctionne le chauffage urbain ?

Le chauffage urbain (ou réseau de chaleur) est un chauffage central à l’échelle d’une ville ou communauté urbaine. Un système de canalisations partant de centrales de chauffe alimente en chaleur et eau chaude sanitaire collective les habitations, les équipements publics, les entreprises qui y sont raccordées. Il peut aussi produire du froid et évite ainsi la climatisation. Des compteurs permettent de mesurer les consommations et facturer les usagers.

Que propose Plaine Commune ?

La communauté d’agglomération propose de transférer la compétence "chauffage urbain" des huit villes de Plaine Commune à l’ensemble de l’agglomération. Pour l’instant, seules les villes de Saint-Denis, de Stains et de la Courneuve disposent du chauffage urbain. L’objectif est de :
- diminuer les coûts du chauffage pour l’ensemble des usagers raccordés au réseau
- apporter une amélioration de l’environnement avec un objectif minimum de 65% d’énergie renouvelable

Où en est le projet communautaire ?

Pour l’heure, le bureau communautaire de Plaine Commune a adopté le projet. La balle est maintenant dans le camp des conseils municipaux des villes. Une seule, Aubervilliers, n’a pas approuvé le projet pour des raisons difficilement compréhensibles (voir l’intervention de Gérard Del Monte en Conseil Municipal). Ce projet peut d’ailleurs encore être amélioré avec l’introduction d’un réseau de froid, pour l’instant non retenu suite à la pression d’élus Europe écologie au conseil communautaire.

Les questions qui doivent être posées

Cette question revêt un caractère essentiel pour notre ville et mérite un débat public qui aurait dû être lancé dès 2009 pour en saisir toutes les dimensions :
- renchérissement du coût des énergies fossiles (gaz, fioul) et de l’électricité que traduisent les augmentations des charges pour les habitants mais aussi les équipements publics.
- nécessité d’inscrire la collectivité dans les logiques de développement durable en limitant la production de CO2 et en favorisant les énergies renouvelables (65% minimum dans le projet de Plaine Commune).
- intérêt à être en capacité de choisir le combustible utilisé à une échelle qui permette une amélioration significative de l’environnement : production de chaleur par incinération des ordures ménagères (Saint-Ouen), géothermie (La Courneuve)...
- intérêt à mutualiser la compétence entre les villes et profiter du savoir faire de celles qui sont déjà équipées (Stains, Saint-Denis, La Courneuve) pour réaliser des économies d’échelle.
- intérêt pour la collectivité de s’inscrire dans une logique qui permette un contrôle public de ce service pour éviter les surcoûts (tels qu’ils sont constatés dans la distribution de l’eau quand celle-ci est effectuée et contrôlée par des groupes privés).
- intérêt à construire un projet qui puisse être mis en œuvre dans des délais relativement rapides (2015 pour les premiers raccordements à Aubervilliers).

La position des élus d’Aubervilliers

Les élus communistes et citoyens (voir l’intervention de Gérard Del Monte en conseil municipal) estiment que la question aurait dû être publiquement débattue avec les habitants dès lors que le projet était engagé en 2009. Ils ont souhaité, au vu de l’intérêt de celui-ci, avoir tous les éléments du dossier pour ne pas différer la mise en œuvre d’un équipement dont chacun mesure l’importance. C’est la raison pour laquelle, ils ont demandé que cette question qui devait être débattue lors du conseil municipal de novembre le soit en décembre. Ils ont émis un vote favorable.

Les élus socialistes d’Aubervilliers ont voté contre ce projet de transfert avec le risque de voir la collectivité dans une position irréaliste de mettre en œuvre seule son propre réseau (le coût en serait alors considérablement augmenté) ou de se lancer dans un partenariat avec le privé...

Les élus Europe écologie d’Aubervilliers, solidaires de la majorité socialiste au conseil municipal, assurent par la voix de leur président de groupe que la question leur pose problème.

Il est à souhaiter que sur un sujet d’intérêt général, le bon sens finisse par l’emporter. La question devrait être de nouveau débattue en conseil communautaire de Plaine Commune.

Bernard Orantin et Eric Plée

PDF - 80.9 ko
Intervention de Gérard Del Monte au CM du 15 décembre 2011

44 Messages

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 1er janvier 2012 à 16:17, par Chauffe Marcel

    Voilà un projet qui mérite discussion. Et j’apprends qu’il date de 2009 sans qu’on nous ait dit quoique ce soit. Et pendant ce temps, on nous emmerde avec les abeilles, les comités de quartier dans lesquels il ne se passe rien, les conseils municipaux poétiques...

    Pourtant, avec les chaudières individuelles de merde, polluantes et peu sures qu’on a dans nos logements, les appareils de clim qui comme des verrues poussent sur nos façades, les notes de chauffage qu’on se ramasse avec le prix du gaz, vous croyez pas qu’on devarait discuter de ça ?

    Répondre à ce message

  • Je ne comprends pas. Toutes les villes qui ont la chance de pouvoir se réunir pour créer un réseau de chauffage urbain le font. Pourquoi Aubervilliers refuse ? Il est difficile d’approuver la position du conseil municipal. Que des questions se posent sur le pourcentage des énergies renouvelables est normal. Mais cela ne justifie pas de rejeter cette proposition de participer à ce réseau de chauffage collectif.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 1er janvier 2012 à 18:38, par Agent OPH (anonyme par obligation)

    Il faut quand même savoir que tous les batiments ne pourront pas être reliés au réseau de chauffage urbain. Les locataires ou les propriétaires qui ont un chauffage individuel gaz ou électricité ne pourront pas être raccordés. Il n’empêche que le système est intéressant pour tous ceux qui ont un chauffage collectif. M. Del Monte a raison de défendre ce projet. Il connait bien le dossier des chaufferies de l’office et il sait qu’un certain nombre de ces chaufferies devront être remplacées d’ici quelques années. Intéger le réseau de chauffage urbain de Plaine Commune évitera des investissements pour l’OPH.

    Répondre à ce message

  • Le résumé donné ci-dessus clarifie les enjeux et les arguments. On voit mal ce qui peut empêcher sa réalisation (avec Aubervilliers) en termes d’environnement, d’économie et de diversification d’énergie, de qualité...
    Il est effectivement très curieux que ces débats n’aient pas lieu dans notre ville. Ce non-débat en dit plus long que tout le reste.
    Quant à la position des verts locaux, elle est incompréhensible... Je ne comprends pas l’intelligence de ce mouvement exprimée par Eva Joly et l’insignifiance de leurs représentants locaux.

    Il y a comme un malaise. Il est vrai qu’au fil des mois, on comprend de moins en moins l’attitude de nos élus qui "ferment" tout et s’isolent.

    Les comités de quartiers d’il y à quelques années n’étaient pas parfaits, mais il est sur que ce type de projet y aurait été présenté et débattu.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 1er janvier 2012 à 20:52, par Albertivilliarien

    Moi non plus je ne comprends pas. Se regrouper avec d’autres villes est un bon moyen de partager les dépenses d’investissement. Un réseau de chauffage urbain c’est aussi se donner la possibilité de répondre à l’envolée des prix de l’énergie. Le gaz vient d’augmenter de 4,4% ça devrait faire réfléchir.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 1er janvier 2012 à 21:43, par Et si on réfléchissait ?

    Je ne sais pas ce que représente le coût du chauffage de la piscine et de l’eau des bassins, mais j’imagine que cela représente des sommes considérables. Et les écoles qui ont souvent des volumes importants à chauffer ou les ateliers municipaux ou encore l’office HLM ? Jusqu’à présent on était souvent dans le symbolique avec quelques chaudières à bois.

    Mais qui peut le plus peut le moins me direz vous, alors faisons le plus.

    Répondre à ce message

  • Le chauffage urbain offre diverses possibiltés d’énergie. Bien sûr le bois, mais aussi un raccordement à la géothermie ou en récupérant la chaleur d’une usine de retraitement des ordures ménagères. Il est complètement abérrant de refuser d’adhérer à ce projet de la communauté d’agglomération.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 09:36, par Ecolo raisonnable

    Si l’on veut contribuer à stabiliser ou à réduire les émissions de gaz à effet de serre il faudra bien en arriver à développer des réseaux de chauffage urbain. Pourquoi ne pas commencer maintenant puisque l’occasion nous est donnée par ce projet de Plaine Commune.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 09:54, par Locataire à Jules Vallès

    Les commentaires sont tous favorables au chauffage urbain. Mais qui peut me garantir que le chauffage de mon hlm à Vallès me coûtera moins cher ?

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 10:43, par Réponse à locataire Vallés

    Il ne faut pas seulement réagir sur le coût de votre chauffage. Si le fioul et le gaz sont de plus en plus chers, il faut surtout comprendre qu’ils ne sont pas inépuisables. Les énergies renouvelables vont s’imposer et cela passera par des dispositifs comme le chauffage urbain. L’avenir n’est plus au chauffage individuel mais au chauffage collectif. Rien ne dit qu’on fera des économies, mais si le chauffage urbain n’est pas plus économique il a l’avantage de protéger notre environnement. Il faut quand même y réfléchir.

    Répondre à ce message

  • D’accord avec DelMonte, il faut y aller puisque le chauffage urbain donne déjà l’avantage de ne plus remplacer les chaudières.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 13:40, par locataire qui ne s’en laisse pas conter (et compter)

    Le locataire de Vallès pose la bonne question : "est-ce que cela va coûter plus ou moins cher ?".

    Est-ce que c’est aux locataires de supporter d’éventuels surcoûts liés à un chauffage plus écolo ?

    Mettez du solaire, de l’éolien, du bois, de la géothermie pour chauffer nos hlm, je n’y vois que du bon, à une seule condition : que cela n’augmente pas nos charges. Et là, bizarement, personne ne veut s’engager...

    Répondre à ce message

  • Plus ou moins cher ne peut pas être la seule question à se poser. On ne peut pas ignorer que l’avenir nous condamne à rechercher d’autres ressources énergétiques. Rien ne démontre que le prix du chauffage sera plus élevé avec du chauffage urbain. Toutefois pour comparer il faut tenir compte que les énergies traditionnelles, fioul - gaz - électricité, ont des prix qui évoluent en augmentation sans cesse et que viendra un moment où il faudra remplacer les chaudières. Locataire à l’office hlm je paye chaque mois 90€ de chauffage (collectif gaz) ce qui représente plus de 13€ du M2, ce qui me parait particulièrement élevé.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 18:08, par locataire qui ne s’en laisse pas conter (et compter)

    Et le chauffage urbain, il fonctionne à quoi tu crois ?

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 19:23, par pas en pédalo

    Le chauffage urbain, il fonctionne à ce que tu veux : si tu veux l’alimenter par une centrale nucléaire, tu peux (techniquement bien sur). L’intérêt d’un système à l’échelle d’une agglo c’est que tu peux coupler différentes sources de chaleur : incinération des ordures, (et dans le 93, on sait pas quoi faire de nos ordures puisqu’on en refourgue encore dans le 77, bonjour les rotations de camion et la production de Co2), la géothermie ; la biomasse, les energies fossile...

    Le projet de Plaine-co c’est 65% d’énergie renouvelable au moins. Et comme qui peut le plus peut le moins, commençons par le moins pour arriver au plus !

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 22:28, par un fonctionnaire qui n’en peut plus !!

    Vannier est l’élu qui est farouchement contre ce système de chauffage. Je ne sais pas pourquoi vous n’avez pas compris son refus, parceque tout simplement il faudras faire équipe avec Plaine co, et comme il est viscéralement anti-communiste et même si cela amène un plus à la ville donc aux habitants auprès desquels il devrait se sentir le défenseur, et bien il prèfère sacrifier le bien-être des habitants plutôt que de se fédérer à Plaine Co. De plus, cela ne doit pas lui rapporter comme les constructions Bouygues qui fleurissent partout en ville, je suis toujours d’ailleurs étonné que personne ne se pose la question, il est adjoint à l’urbanisme et est salarié de Bouygues, n’y at-il pas conflit d’intérêt ?? Quant aux écolos avec Monino en président, que puis-je dire !!Lui aussi, on se demande ce qu’il fait là ou du moins ce qu’il devrait faire... Il est en conflit permanent avec le Maire sur ses délégations qu’il a et sur celles qu’il n’a pas mais qu’il croit qu’il a !!! Il menace de démissionner quand on ne va pas dans son sens. Bref, comment voulez-vous qu’une bonne idée de mutualisation de moyens entre les 8 villes pour le chauffage voit le jour à Auber ????
    Mais je reviens sur l’inquiétude du locataire de Vallès, effectivement il ne faut pas que cela lui coùte plus cher, mais si c’est au même prix qu’aujourd’hui mais avec en plus un mieux pour l’écologie, il faut le faire, et si en plus de tout ça, cela revient surement moins cher il faut foncer.
    Mais tant que tous ces guignols incompétents, venaux, cabots seront là et bien les projets interessants ne sont pas prêts de voir le jour.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 2 janvier 2012 à 23:32, par Et l’intérêt général dans tout ça ?

    Dans cette affaire, tout le monde a compris que c’est à qui jouait au plus con. Difficile de dire qui est le vainqueur entre les verts et les socialistes d’Aubervilliers :

    ça commence avec deux verts à Plaine-co qui pour des raisons dogmatiques (Et oui, les verts préfèrent voir pousser tels des champignons sur les façades des climatiseurs laids et polluants plutôt que promouvoir un réseau de froid) font caner Braouzec (qui voulait pas s’emmerder) sur le réseau du froid. Très contents d’eux, ils se rendent finalement compte de leur connerie, mais trop tard.

    Parce qu’à con, con et demi ! En effet, entre temps intervient Salvator pour affirmer que sans réseau de froid, le chauffage urbain communautaire perd son intérêt, et pour sortir un tas d’arguments que personne ne comprend...

    Et pourtant, la majorité des élus de Plaine co, y compris socialistes (socialisme ne signifie pas forcément dégénérescence politique) sont favorables à ce projet qui ne peut qu’apporter un plus, et on pense en particulier aux bâtiments publics, forts consommateurs de chauffage.

    Alors la vérité c’est que nos socialistes d’Aubervilliers font comme pour l’école Dolto Maathai : on fait trainer le projet initial et finalement c’est le privé qui récupère la mise... Vous savez, la fameuse école en PPP qui coûte 23,5 millions d’euro, quand celle de la Courneuve revient à 14 millions. Et ironie de l’histoire, celle de la Courneuve est chauffée par le chauffage urbain (géothermie) !

    Alors qui va récupérer le pactole du chauffage urbain à Aubervilliers ? On parierait sur un chauffagiste connu associé à une grande entreprise qui a récemment fait parler d’elle, à Aubervilliers.

    Faites vos jeux, en attendant, et pour l’avenir, l’usager paiera.

    Sauf si venait un sursaut démocratique. Faut-il l’attendre de Salvator ?

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 3 janvier 2012 à 09:25, par Ecolo d’un jour, écolo toujours

    Mais que font les élus Verts au conseil municipal d’Aubervilliers ? Après l’intervention de Gérard Del Monte il n’ont pratiquement rien dit qui permette de connaitre leur position. Ont sait juste qu’il sont embêtés : la belle affaire ! Face au réchauffement climatique et à l’épuisement des énergies fossiles il est urgent de s’engager dans une politique énergétique durable afin de préserver les équilibres de notre planète. Sur un sujet de cette nature les élus Verts et écologistes devraient être en première ligne pour porter des idées nouvelles.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 3 janvier 2012 à 09:47, par On n’arrête pas le progrès...

    Bravo les écolos qui veulent utiliser les incinérateurs pour chauffer....car bien sur, les incinérateurs ne polluent pas...

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 3 janvier 2012 à 10:08, par Albertivilliarien

    Le locataire ne devrait pas s’inquiéter par rapport à la situation qu’il connait aujourd’hui. L’intérêt du chauffage urbain c’est justement la multi-énergie. Cette diversité de source d’énergie permet de gérer durablement les ressources naturelles et de préserver une indépendance énergétique complète, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Avec cette diversité on peut sécuriser les approvisionnements et s’assurer d’une certaine stabilité des coûts. Les internautes qui militent pour le recyclage des déchets ménagers et du bois de récupération ont raison. C’est la meilleure réponse à apporter aux gaspillages actuels des énergies fossiles. Les élus d’Aubervilliers ne contestent pas le choix du chauffage urbain, mais ils veulent le réaliser isolément de la communauté d’agglomération pour des raisons politiques. C’est tout simplement stupide.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 3 janvier 2012 à 10:55, par @ On n’arrête pas le progrés

    De toute façon les incinérateurs fonctionnent. Et ils produisent de la chaleur. Alors autant s’en servir, non ?

    Et même pour produire du froid plutôt que de voir chaque été les climatiseurs en tête de gondole dans les grandes surfaces...

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 3 janvier 2012 à 14:27, par Fauché mal chauffé

    J’ai lu et essayé de comprendre l’argumentation du maire-adjoint à l’urbanisme.

    - “Les réseaux conçus dans les années 70 sont des réseaux "vapeur" pertinents pour les bâtiments de l’époque energivores mais impropres pour les Bâtiments Basse Consommation pourduits aujourd’hui sur notre ville.”
    Donc la solution préconisée par cet élu ne permettrait pas de chauffer les bâtiments anciens ?

    - “permettra une offre alternative d’énergie (chaud ou et froid) à des prix maitrisés aux habitants qui renouvelleront leur chaufferie collective (exemple celle des tours de la Villette) ”
    Ah mais si puisqu’il faudra renouveler la chaufferie des tours de la Villette qui datent pourtant des années 70 !

    “C’est pourquoi la municipalité veut développer une DSP municipale de chauffage urbain dès 2012 qui
    se développera au grès des grands projets de la ville (Campus Condorcet, Siège Véolia, Fort d’Aubervilliers…)”

    On développe dès 2012, très bien, pour des bâtiments qui verront le jour vers 2014/2015 je crois.

    Alors pourquoi dire “Le réseau de Saint Denis ne passera à plus de 55% d’énergie renouvelable (taux qui permet une facturation au client en TVA 5,5% au lieu de 19,6%) qu’au mieux en 2015.”

    La conclusion d’un texte en est la synthèse. La conclusion de l’article de cet élu est “Encore une fois les communistes d’Aubervilliers réfléchissent…, se rendent comptent que le monde change… mais trop tard… toujours trop tard !”

    Donc, tout ce développement à propos du chauffage n’a qu’un but : une flèche contre les communistes, une flèche un peu "réchauffée", non ?

    Répondre à ce message

  • J’avais trouvé certains arguments de "par un fonctionnaire qui n’en peut plus !!" un peu faciles voir teintés de parti pris, à savoir :
    « Je ne sais pas pourquoi vous n’avez pas compris son refus, parceque tout simplement il faudras faire équipe avec Plaine co, et comme il est viscéralement anti-communiste et même si cela amène un plus à la ville donc aux habitants auprès desquels il devrait se sentir le défenseur, et bien il prèfère sacrifier le bien-être des habitants plutôt que de se fédérer à Plaine Co. »
    Mais la conclusion de l’argumentaire de M Jean-Yves VANNIER vient, hélas, conforté ces propos :
    « Encore une fois les communistes d’Aubervilliers réfléchissent…, se rendent comptent que le monde change… mais trop tard… toujours trop tard ! »

    Chassez le naturel, il revient au galop !

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 3 janvier 2012 à 16:04, par Toujours en retard...

    Vous avez raison d’attaquer monsieur Vannier sur son anticommunisme supposé (c’est vrai qu’ici, on ne baigne pas dans l’antisocialisme, l’antisalvator, l’antiyonnet crasseux...), ça permet d’éviter les questions de fond !

    Répondre à ce message

  • Si certains croyaient possible d’avoir un débat constructif sur le chauffage urbain, ils risquent d’être déçus à la lecture de l’article de Jean-Yves Vannier publié sur le site du parti socialiste d’Aubervilliers.
    Alors que les discussions engagées sur le sujet suite à la réunion du conseil municipal ouvraient des possibilités d’échanges intéressants et de confrontations de points de vue, Jean-Yves Vannier veut y mettre fin en tentant de clore un débat à peine lancé.
    Poursuivre ce débat sereinement, c’est donner la possibilité à tous ceux qui le souhaitent de déployer des arguments qu’ils soient favorables ou pas au chauffage urbain communautaire, c’est permettre de poser des questions sur les raccordements selon les lieux d’habitation, d’émettre des doutes ou des incertitudes sur les coûts, etc...En clair de débattre normalement sur un projet important et d’en peser les avantages et les inconvénients. Avec ce débat, en se donnant le temps, il peut être envisageable d’atténuer les divergences avec Plaine Commune, de rapprocher les points de vue et peut-être d’aboutir à une décision commune de rejoindre ce réseau communautaire de chauffage urbain en transférant cette compétence, dont il convient de rappeler qu’elle n’a jamais été exercée par la ville.
    Si l’on voulait polémiquer avec Jean-Yves Vannier, on lui rappellerait, qu’avant lui, de très nombreux élus socialistes ont participé, dans l’union, à la gestion de cette ville et que personne n’a souvenir de la moindre proposition venant de leur part pour que soit engagée une étude de faisabilité pour créer un réseau de chauffage urbain. Mais cette polémique serait sans intérêt et donc totalement inutile.
    En difficulté sur ce dossier, Jean-Yves Vannier cherche une porte de sortie en tentant d’en faire un débat idéologique entre les socialistes, qui seraient à la pointe du progrès, et les communistes d’affreux attardés. Comme si un tel sujet relevait de ce type de débat. C’est tout simplement stupide.
    En lisant sa conclusion, elle me rappelle une citation d’André Malraux qui écrivait : " L’anticommunisme à ceci de particulier qu’il fait parfois tenir des propos imbéciles à des gens intelligents". Encore que, pour ce qui concerne Jean-Yves Vannier je ne suis pas sûr qu’il faille le classer dans la catégorie des gens intelligents.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 3 janvier 2012 à 21:12, par ça sent le foirage

    J’aimerais savoir :

    Les socialistes de plaine commune roulent pour qui ? Le Bihan porte le projet à Plaine Commune et vote contre à Aubervilliers ! Ça veut dire que le projet serait bon pour toutes les villes et mauvais pour Aubervilliers ?

    Faudrait savoir ! Parce que si le projet est si mauvais, fallait démissionner et faire autre chose. Vannier, on sait à quoi il carbure, et comme pour l’école en PPP, il va laisser pourrir le dossier pour rendre le passage au privé incontournable. Et puis j’ai relu trois fois son texte, j’ai rien compris mais manifestement je suis pas le seul. Et Salvator, son seul souci c’est d’emmerder le monde, d’ailleurs il y arrive très bien, mais tout ça ne nous ouvre pas trop de perspectives pour le chauffage des 50 prochaines années à Aubervilliers.

    Les verts, on ne sait pas où ils en sont.

    Et le débat citoyen, vous pensez bien que la municipalité ça l’intéresse ?

    Répondre à ce message

  • Je suis tombé par hasard sur cet article car, travaillant dans le domaine de l’énergie et passionné par ces questions je collectionne les articles, sites, blogs qui en parlent... et j’adore donner mon avis !!

    Pas de parti pris politique dans ma réaction donc, mais j’avoue avoir beaucoup de mal à comprendre la logique qui, si j’ai bien compris, consiste à vouloir développer un petit réseau indépendant à partir de rien quand se présente la possibilité de faire partie d’une infrastructure de production / distribution de chaleur (ou de froid, ou les deux, peu importe) de plus grande échelle, dont une partie existe depuis longtemps et est considérablement amortie, complétée par une part d’énergies renouvelables particulièrement intéressante, même si on peut toujours faire mieux.

    Un réseau ancien à grande échelle permet à la fois de profiter d’une "chaleur de base" à bas coût, et d’obtenir le taux réduit de TVA grâce à la part d’énergies renouvelables (utilisées essentiellement en pointe ou semi-base, j’imagine, pour ne pas trop accroître le coût moyen de l’énergie utilisée).

    Bref, si on ajoute à cela les rendements d’échelle pour l’exploitation du réseau, la mutualisation des achats d’énergie, etc, cela semble frappé au coin du bon sens : les utilisateurs des réseaux anciens profitent de la mutualisation des coûts, de l’accroissement de la part d’énergie renouvelable, et les futurs utilisateurs de la part du réseau qui viendra s’accroître bénéficieront du capital amorti existant.

    A l’inverse, la construction d’un réseau limitrophe indépendant ne fait selon moi que des perdants côté usagers. Pour les usagers du réseau existant : moins de mutualisation des coûts pour faire face à l’accroissement de la demande qui sera plus intensive qu’extensive. Et surtout pour les usagers du nouveau réseau indépendant : des tarifs de chaleur très élevés pour financer les investissements entièrement nouveaux. Sans parler de la gestion des deux réseaux séparés qui sera nécessairement sous-optimale par rapport à la solution d’un réseau unique. Et vu l’aspect politique de ce que je lis entre les lignes, j’imagine mal les deux réseaux communiquer ou coopérer ensuite !!

    C’est un peu comme si une ville se créait au milieu des champs et décidait de construire une centrale électrique toute neuve (ou un parc d’éoliennes, ou quelques barrages) avec un petit réseau totalement isolé plutôt que de se raccorder avec le réseau existant sur le territoire. Non seulement c’est à l’inverse du (bon) sens de l’histoire de la distribution de l’énergie dans notre pays, mais surtout bonjour le tarif aux usagers (pour la part production comme pour la part réseau) !! Ou alors bonjour l’endettement de la ville pour subventionner tout cela pendant des années.

    En temps de crise, cela me paraît fichtrement contraire au sens commun. Enfin, si j’ai compris le côté politique de l’affaire, il y a un côté village gaulois qui fait un peu rire vu de loin (pas sûr que les habitants rigoleront en recevant leur facture de chauffage !!), sauf que dans cette affaire les Romains sont aussi des Gaulois, donc pourquoi ce gâchis ?

    Répondre à ce message

  • Pas du tout spécialiste du chauffage urbain, je suis néanmoins intéressé par votre débat en tant que contribuable et surtout locataire hlm dans le quartier du pont-Blanc. Je trouve le commentaire de "Marco" très instructif. Petit à petit à lire les différents intervenants je commence à mieux comprendre ce qu’est le chauffage urbain. Les arguments de "Marco" sont pertinents et je comprends mieux l’insistance de Gérard Del Monte à vouloir collaborer avec Plaine Commune. Je partage son avis car à l’évidence les habitants n’ont aucun intérêt à laisser la ville s’isoler de la communauté d’agglomération dans la construction d’un réseau de chauffage urbain iondépendant.

    Répondre à ce message

  • Je trouve désagréable que jean-Yves vannier détourne la discussion sur des querelles politiciennes qui n’intéressent que lui. Dans son intervention monsieur Del monte n’évoque aucunement ces débats politiciens, il cherche simplement à mesurer les avantages ou les inconvénients d’avoir un réseau de chauffage urbain en partenariat avec Plaine Commune. Pourquoi ne pas rester sur ce débat ?

    Répondre à ce message

  • Je visite de plus en plus souvent votre site sans toujours faire de commentaire. Tous les sujets traités n’ont pas le même intérêt, mais je constate qu’ils font presque toujours l’objet de beaucoup de réactivité. Les échanges sur le chauffage urbain attestent de cette diversité d’opinion. ce qui est intéressant c’est de voir l’évolution des avis exprimés au fil des commentaires. J’avoue être convaincue par les arguments de Marco. Il est efficace dans sa démonstration et de plus il n’agresse personne à la différence de monsieur Vannier dont je dois dire que je n’ai pas compris grand chose à son article qui me semble un peu incohérent.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 4 janvier 2012 à 20:47, par l’adjoint à la chauffe a tout faux

    En écrivant que le projet albertivillarien doit cibler les quartiers où il y a les constructions nouvelles, l’adjoint chargé de la chauffe se chauffe le coquillard avec un risque de brulure au troisième degré.

    Car c’est précisément ces quartiers qui auraient le moins besoin de chauffage urbain puisque les constructions nouvelles sont généralement aux normes HQE, ou s’en rapprochent, ce qui veut dire qu’elles sont faiblement consommatrices d’énergie. Il faudrait au contraire miser sur le solaire et pourquoi pas, construire des bâtiment à énergie positive, pour peu le coût de construction ne soit pas rédhibitoire, ce qui reste à prouver. Quand on sait qu’une chaudière coûte de 50 à 60 millions d’euros, soit le prix de 3 écoles, on se dit que le projet risque de ne jamais se faire, compte tenu de l’insuffisance des besoins en chauffage en comparaison de l’investissement.

    Par contre, les quartiers où l’habitat est plus ancien, où les équipements datent, ont de plus gros besoins en énergie. On sait très bien qu’il faudra des décennies pour régler les problèmes d’isolation des bâtiments anciens comme certaines écoles ou gymnases dont les volumes sont très importants. Et là, plus que pour les nouveaux quartiers, le chauffage urbain est fichtrement pertinent et offrirait l’avantage de réduire de façon visible et sensible la pollution.

    A réfléchir, on se dit que certains auraient besoin d’un bon coup de chaud derrière les oreilles...

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain Le 5 janvier 2012 à 11:39

    Personnellement, ce qui me chauffe les oreilles dans ce débat, ce n’est pas tant les positions des uns ou des autres que la manière dont ce débat est menée localement, c’est à dire pas du tout.
    On retrouve là tout les mauvais réflexes des barons politiques qui savent, tranchent et décident sans consulter personne sur des dossiers vitaux pour l’avenir.
    Que les élus prennent des décisions, après tout ils sont élus (mal) pour cela. Qu’ils s’enferment dans des pratiques et des discours technocrates d’intérêt collectif et de long terme, est dommageable. D’abord pour nous mais aussi pour la vie politique locale.

    Il fut un temps ou sur de gros dossiers (rénovation hlm ; centre commercial ; refonte des marchés centre-ville, Pt Blanc ou 4-Chemins ; restructuration du Landy ; le câble)... la municipalité (celle de Jack Ralite ou de Pascal Baudet) organisait le débat avec la population, quitte à reculer (comme sur le dossier Maladrerie) quand les projets rencontraient une opposition argumentée.

    Ce n’est plus le cas.

    Répondre à ce message

  • Auditeur assidu des séances du conseil municipal, je ne peux m’empêcher de réagir au compte rendu de la séance du 15 décembre fait dans le journal "Aubermensuel" à propos du chauffage urbain.
    Réussir à rendre compte de l’intervention de Gérard Del Monte au nom du groupe communiste et citoyen "Tous ensemble pour Aubervilliers" en une seule et unique formule de trois mots relève d’une prouesse qui mérite une mention spéciale.
    Nous ne sommes pas très éloigné d’une totale censure.
    Le temps consacré à la discussion durant le conseil a démontré que cette question était importante, et pourtant les citoyens de cette ville, qui n’assistent pas aux séances de l’assemblée communale, ne pourront pas connaitre les points de vue qui se sont exprimés. Visiblement dans cette ville la démocratie n’est plus ce qu’elle était.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 6 janvier 2012 à 19:07, par Agent technique ville

    On aurait aimé effectivement un compte-rendu du conseil municipal faisant état de toutes les opinions. Quelques explications techniques auraient également aidé pour en savoir plus sur le rejet de ce projet. Ce refus de réseau de chauffage urbain avec Plaine Commune n’est ni compris, ni défendu par les responsables tecniciens de la ville. Le maire déclare "ne pas exclure de rejoindre plus tard la communauté d’agglomération si cela va dans l’intérêt commun...". C’est d’une incohérence totale. Il est évident qu’un réseau de chauffage urbain communautaire est d’intérêt commun et que le faire plus tard est une perte de temps bien inutile. Cette position donne vraiment l’impression que le maire d’Aubervilliers veut contrarier ce projet au simple motif de s’opposer à la communauté d’agglomération.

    Répondre à ce message

  • D’accord avec @Agent technique ville sur le mauvais compte-rendu du conseil municipal dans le journal municipal. L’article ne reflet pas du tout l’importance de la discussion. D’accord aussi avec lui sur l’incohérence de la position du maire sur le chauffage urbain. Il est pour, mais pas avec les autres villes, et pas maintenant. J’ai lu l’article de JY Vannier sur le blog des élus ps, il est vraiment à côté de la plaque. Il dit que la ville avec son réseau municipal développera le chauffage urbain au grés des grands projets, alors qu’il faudrait donner la possibilité de raccorder toute la ville et pas seulement les grands projets à venir. Il parle d’une alternative d’énergie à des prix maîtrisés, mais se sera encore plus intéressant avec Plaine Commune pourquoi ne pas le faire ? Il souhaite des énergies renouvelables à base de géothermie, mais pourquoi ne pas le faire avec La Courneuve et la communauté d’agglomération puisque La Courneuve utilise la géothermie depuis de très nombreuses années ? Les Data Centers, les déchets ménagers, le bois, tout cela sera bien plus rentable en matière d’investissement dans des projets avec toutes les villes de la communauté d’agglomération. Je comprends que J-Y Vanier soutienne la position du maire mais il le fait avec de mauvais arguments qui ne tiennent pas la route.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 18 janvier 2012 à 19:24, par Maurice F

    Concernant le chauffage urbain, qui peut nous dire si le débat évolue vers une solution qui verra le bon sens l’emporter ?

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 19 janvier 2012 à 09:38, par Albertivilliarien

    Si certains élus abandonnent leur attitude d’opposition politicienne à ce projet, il y a de forte chance qu’Aubervilliers se retrouve dans le réseau de chauffage urbain de la communauté d’agglomération. M. Vannier qui a été un des plus ardent défenseur de la création d’un réseau de chauffage municipal finira bien par comprendre que l’intérêt de la ville est ailleurs. Plaine Commune peut répondre sans difficulté à toutes les inquiétudes qui se sont exprimées lors du conseil municipal. Que ce soit sur le réseau froid, sur le raccordement des nouveaux équipements et quartiers, sur le % des énergies renouvelables, sur la géothermie, sur les coûts, etc... rien ne s’oppose à ce qu’il soit donné des réponses positives à chacune de ces questions. Le bon sens devrait conduire le conseil municipal à approuver ce projet communautaire pour peu que le maire accepte de l’inscrire à nouveau à l’ordre du jour rapidemment.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 20 janvier 2012 à 22:43, par Médiateur

    Le maire d’Aubervilliers doit abandonner ses colères démesurées et renoncer à ses logiques d’affrontement avec Plaine Commune. Toutes les discussions menées par la communauté d’agglomération depuis février 2009 montrent qu’il y a une volonté d’aboutir. L’intervention de Gérard Del Monte ne dit pas autre chose et est un appel au dialogue qui est le seul moyen d’appaiser les oppositions qui ne servent pas les intérêt dAubervilliers. Il faut accepter ce transfert de compétence car c’est l’intérêt de la ville. La future délégation de service publique peut prendre en compte les exigences exprimées par Aubervilliers, Plaine Commune le dit depuis le début.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 21 janvier 2012 à 16:00, par Agent technique ville

    Il faut dire la vérité, la communauté d’agglomération n’entend pas imposer un réseau de chauffage urbain à Aubervilliers. Depuis sa création, la démarche de Plaine Commune est animée par le fait que la communauté d’agglomération est une coopérative de villes qui ne peut se développer que dans le cadre de projets partagés et acceptés par tous. Dans cette affaire ce qui reste complétement incompréhensible, c’est le comportement du maire qui cherche sans cesse à se différencier pour des raisons purement politiciennes. A la différence de Gérard Del Monte qui fait des propositions pour aboutir à un tranfert de compétence qui prenne en considération les préoccupations d’Aubervilliers, Jacques Salvator fait le choix d’un affrontement inutile.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 22 janvier 2012 à 19:05, par Locataire à Jules Vallès

    Sur le chauffage urbain Jacques Salvator et Jean-Yves Vannier ont été très clairs et ils ont pris une position très ferme pour rejetter les propositions de la communauté d’agglomération. Je ne ne comprendrais qu’ils changent d’avis subitement au motif que M. Del Monte use de sa diplomatie. Cette compétence n’a rien à faire à Plaine Commune, le maire d’Aubervilliers doit garder la maîtrise des coûts de dépense pour le chauffage des locataires.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 25 janvier 2012 à 11:06, par Un promoteur annonce le chauffge urbain près du millénaire !

    Bizarre ! En lisant un prospectus annonçant un nouveau programme en accession à la propriété sur les berges du canal près du millénaire, le promoteur, le groupe Icade, annonce parmi les prestations proposées, le chauffage urbain...

    On imagine qu’il devait être bien renseigné sur les intentions de la ville pour éviter toute publicité mensongère... Et curieusement, quand on relit la prose de Vannier (l’élu à la chauffe NDLR) on constate que ce dernier privilégie dans son argumentaire les nouveaux quartiers...

    Position peu défendable quand on sait que ce sont précisément ces nouveaux quartiers qui ont le moins besoin de chauffage urbain du fait de constructions aux normes HQE. Ce qui signifie aussi que les quartiers à constructions anciennes et qui comptent des équipements fortement consommateurs en énergie (piscine, écoles, gymnases...) seraient délaissés...

    L’alternative est en réalité simple : soit un réseau largement privatisé peu coûteux à mettre en place dans les quartiers récents puisqu’il sera intégré aux travaux d’aménagement, soit un réseau d’intérêt public tel que le propose Plaine Commune et qui toucherait plus largemnt l’ensemble de la ville.

    On comprends mieux la hargne des socialistes à défendre l’indéfendable lors du dernier conseil quand on regarde la concommittance des annonces des promoteurs et la position du PS local. On peut s’inquiéter du sens de l’intérêt général qu’il défendent s’ils maintenaient leur position contre Plaine Commune.

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 27 janvier 2012 à 22:04, par Salauds de pauvres, et en plus ils polluent !

    Si j’ai bien compris, avec les socialistes, il y aura un chauffage pour les riches, le chauffage urbain dans les nouveaux quartiers, et un chauffage pour les pauvres qui verront s’éloigner les perspectives de raccordement au réseau et qui continueront à utiliser leur chaudière obsolète, productrice de CO2 et chère ; et qui seront un jour soumis à l’écotaxe pour encore plus les pénaliser financièrement.

    C’est comme l’alimentation, avec le bio pour les riches et le poulet aux hormones pour les pauvres ou encore la médecine eu l’école...

    Là, on a l’opportunité de créer un service public du chauffage avec le chauffage urbain et on passerait à côté ?

    Répondre à ce message

  • Chauffage urbain à Aubervilliers : ne pas manquer l’opportunité Le 1er février 2012 à 19:39, par Agent technique ville

    Un adjoint au maire m’a dit cet après midi que Jacques Salvator voulait s’associer avec Paris pour développer son réseau de chauffage urbain. Cette idée ne fait pas l’unanimité parmis les élus. Certains sont favorables au projet de Plaine Commune et ont des craintes quand aux dérives financières si la ville s’isole du projet collectif des autres villes de la communauté d’agglomération.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article