Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante

mardi 13 décembre 2011

Les personnels du collège Jean Moulin ont dû exercer ce lundi 12 décembre leur droit de retrait. Ils exigeaient simplement que le diagnostic amiante établi par le Conseil Général du 93 soit porté à leur connaissance et à celle des parents. "C’est un droit élémentaire à l’information d’ailleurs reconnu par la loi et une question de santé publique au moment où on mesure les effets dramatiques de ce matériau largement utilisé dans la constructions au cours des années 70 à 90" ont-ils précisé à plusieurs reprises.

Deux ans d’attente pour obtenir le diagnostic

Il faut rappeler que le Conseil Général, propriétaire des lieux, avait déjà procédé dans les années 90 à une grosse opération de déflocage dans le réfectoire dont l’espace avait été confiné près de trois mois, pour laisser opérer une entreprise spécialisée. Des contrôles avaient été alors effectués qui s’étaient avérés négatifs sur la présence de particules dans l’air.

Pour le Conseil général du 93, la transparence ne va pas de soi

Mais depuis quelques mois, le passage régulier de techniciens chargés d’effectuer des prélèvements, les dégradations sur les surfaces au sol comme le montre notre photo et sur certains plafonds n’est pas pour rassurer.

On sait que la transparence et la concertation ne sont pas les points forts de l’exécutif départemental. On a pu le mesurer avec le projet de reconstruction du collège Jean Moulin dont nous nous sommes fait l’écho sur le site. Sur la question de l’amiante, la rétention de l’information de la part du Conseil Général qui arguait de la nécessité de mettre en forme les données recueillies pour les rendre lisibles, ont renforcé les inquiétudes et ont placé les enseignants face des responsabilités dont ils se seraient passés. "Pourquoi l’institution ne joue-t-elle pas la transparence" interroge un technicien consulté par les enseignants, "il y a pourtant tout à gagner à communiquer dans la transparence sur des sujets de cette nature".

Mais finalement, quelques minutes seulement après l’annonce du droit de retrait des personnels, le document leur a été remis. Et curieusement encore, le document, bien que nécessitant explications et compléments ne s’avère pas si illisible que ne le laissait entendre le Conseil Général...

Ce rapport demande un examen approfondi et préconise des mesures de protection immédiates, comme la réparation des sols endommagés qui avait été réalisée de façon incomplète cet été. Bien que sa conclusion apparaisse plutôt rassurante, il pose plusieurs problèmes qui exigent des réponses.

Affaire à suivre, mais espérons que les décideurs sauront enfin faire preuve de responsabilité et rompront avec l’opacité de leurs fonctionnements.

Eric Plée

11 Messages

  • Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante Le 14 décembre 2011 à 22:18, par professeur Mianta

    Saviez vous qu’en cas de découverte d’amiante, le propriétaire à un an pour effectuer les travaux de déflocage ou de dépose des éléments concernés. C’est par exemple le cas des tuyauteries. Ce qui veut dire que si votre diagnostic a 4 ans, il aurait fallu que les travaux soient faits depuis trois ans.

    Le retard de transmission dont vous parlez n’est peut-être pas anodin...

  • Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante Le 15 décembre 2011 à 08:14, par réveille toi Jean Moulin

    Amiante ou pas amiante, c’est une honte que l’éducation nationale laisse un collège dans cet état. Le sol devrait être entièrement refait, ou au moins réparé si le collège doit être démoli.

  • Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante Le 15 décembre 2011 à 18:55, par Technicien

    Monsieur Plee, qui a été élu pendant un certain nombre d’années à la ville, ne s’est pas montré si empressé pour exiger de la municipalité ces travaux suite aux différents diagnostics amiante des écoles de la ville.
    L’an dernier, c’est l’école Firmin Gémier qui a bénéficicé du traitement des dalles de sol et cette annnée, je crois savoir que c’est l’école Louise Michel.
    Pour être tout à fait honnête, il faut préciser que ces dalles ( couramment appelées dalami) contiennent une infime partie d’amiante dont les fibres sont emprisonnées dans du goudron, ce qui empêche toute volatilité et tout danger même lors de leur traitement. Ceci a été vérifié par des techniciens et des mesures prises lors des travaux de désamiantage.
    Il n’y a donc pas d’urgence à effectuer les travaux.
    Je ne connais pas le diagnostic du collège Jean Moulin mais si il s’agit uniquement des dalles de sol, il n’y a aucune raison de s’alarmer, ni d’alerter les enseignants, les élèves et leurs parents comme pour les écoles d’Aubervilliers à l’époque ou monsieur Plee était élu...

  • Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante Le 16 décembre 2011 à 00:49, par n’est pas technicien qui veut mais la loi est la même pour tous

    Monsieur Plée qui a été élu à la ville n’a pas attendu deux ans pour fournir les diagnostics amiante existants aux usagers. Monsieur Plée usager exige simplement que la collectivité propriétaire de l’établissement dans lequel il travaille ne pratique pas la rétention d’information sur ces questions, comme c’est le cas depuis deux ans... il a fallu une action forte de la communauté scolaire pour que le diagnostic amiante soit enfin porté à sa connaissance. les services concernés ont d’ailleurs reconnus leurs responsabilités dans ce manquement aux obligations de l’employeur.

  • @ technicien qui pourrait se rencarder auprès de son collègue technicien du conseil général qui estime subitement qu’il faut très rapidement effectuer des prélèvements dans l’air pour s’assurer de la non diffusion de fibres d’amiante...

    Donc s’alarmer, non, s’informer oui, et surtout appliquer la loi en matière d’information...

    Mais si technicien sait mieux que tout le monde...

  • Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante Le 16 décembre 2011 à 12:20, par Technicien

    J’ai dit ne pas avoir le rapport amiante et j’ai donc simplement parler des dalles de sol d’ailleurs mises en exergue et en photo et qui ne posent aucun problème même s’il est nécessaire des les changer pour suivre la législation : ce qu’a fait du temps de M. Plee et que continue à faire la ville dans les écoles sans alarmer la communauté éducative.
    Si un technicien du CG parle de contrôle, ce serait donc parce qu’il pense qu’il y aurait de l’amiante ailleurs que dans les dalles de sol : flocage des tuyauteries, isolation , etc. Dans ce cas, il faut savoir si ces installations amiantées sont accessibles ou non et faire effectivement des mesures dans l’air.
    Seul le rapport permet de le dire.

  • Collège Jean Moulin Le 16 décembre 2011 à 13:52, par zerd

    @technicien :
    en clair, tu n’a pas vu le rapport, mais tu postes deux fois dessus.
    Tu nechechers pas à faire avancer le truc, mais à te payer Plée...
    En attendant, même si ses commentaires ne te plaises pas, c’est lui qui a sorti ce rapport. Sortie pour laquelle, rappelons le, il a fallu une grève-éclair des enseignants !

  • Je m’adresse au technicien si documenté, n’ayant pas lu une seul ligne du rapport diagnostic amiante du collège jean-moulin, pour lui faire part de mon admiration sur sa façon de diagnostiquer, voir d’analyser les écrient de M.Eric Plee.
    J’aurais une question à vous poser, il y aurait un bon amiante et un mauvais amiante ?
    Il vont être content les élèves du collège jean-moulin en apprenant la nouvelle.
    L’amiante, reste de l’amiante cher ami technicien, même infime, cela reste dangereux pour la santé de nos enfants en milieu scolaire.
    Alors ? problème de droite ou de ses si méchants communistes ????????
    Non, cela relève d’un problème de santé publique.
    Je pense donc, que les enseignants et personnels du collège jean-moulin ont eu raison de faire un droit retrait.

    JB

  • Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante Le 18 décembre 2011 à 13:33, par Un peu lège certains commentaires

    On est sur une question de santé publique qui est très sensible. A partir de là, sachant les risques, la seule attitude à adopter c’est le respect de la loi.

    Ce que cible l’article, c’est précisément le non respect de cette loi en matière d’information.

    Négligence, dysfonctionnements, volonté de gagner du temps, on en sait rien et c’est bien le problème... Toujours est-il que la situation a été jugée suffisamment préoccupante pour qu’il y ait une réaction forte des personnels du collège qui attendent depuis plusieurs années le fameux diagnostic.

    Ensuite, Plée ou pas Plée, on s’en fout. Quand on lui demandait des comptes à la Ville, il y allait avec le technicien compétent et le dossier ; c’est peut-être aussi pour ça que "technicien"(celui qui vient sur le site) parle de sérénité. Mais là n’est pas le problème. Quand "technicien" étale sa science, c’est léger parce qu’on ne peut pas se contenter de formuler des hypothèse dans ces situations. On doit commencer par faire respecter le droit à l’information.

  • Collège Jean Moulin à Aubervilliers : on ne joue pas avec l’amiante Le 18 décembre 2011 à 14:59, par Si on essayait la tranparence ???

    Le mieux ne serait-il pas de publier ce fameux rapport amiante parce que j’ai cru comprendre qu’il avait enfin été donné aux profs.

    Comme ça, chacun pourra se faire une opinion sur l’urgence ou non à intervenir et questionner les techniciens de son choix.

  • L’Andeva 93, association des victimes de l’amiante s’est dite prête à suivre le dossier Jean Moulin de très près. "Ce qui nous a été rapporté nous interpelle fortement" assure l’un des responsables de l’association, qui assistera les personnels dans leur demandes d’explications. Celles-ci ont suscité une certaine effervescence auprès des autorités de tutelle, contraintes à venir s’expliquer devant les usagers... A suivre