Jeudi 24 novembre - 19 h, école Jean Macé

Deuxième assemblée citoyenne du Front de Gauche à Aubervilliers !

dimanche 20 novembre 2011

Jeudi 24 novembre, (19 h. école Jean Macé) , la deuxième assemblée citoyenne du Front de gauche, sur le thème « Reprendre le pouvoir aux banques », avec Michel Husson, économiste membre du Conseil national du Front de gauche, et Patrick Le Hyaric, député européen. Un thème au coeur de l’actualité.

La dette, un prétexte
Non la dette publique n’est pas notre principal problème. La dette privée
est deux fois plus importante ! La dette française représente désormais
85% du PIB annuel. Mais les titres de la dette de l’Etat courent en
moyenne sur 7 ans. Il faut donc calculer la dette sur toute sa période de
remboursement ce qui ramène son poids réel à 12% du PIB. Quelle
famille ne rêverait pas d’un taux d’endettement aussi faible ?

La droite appauvrit l’Etat pour mieux le démanteler
Non la dette n’est pas la conséquence d’un Etat dépensier. C’est le
résultat des cadeaux fiscaux distribués par le pouvoir aux plus riches.
La dette publique est la vraie facture du banquet du Fouquet’s, le prix
de la politique de Sarkozy au service des plus riches. Si l’on taxait
simplement les revenus du capital à la même hauteur que ceux du
travail, cela rapporterait plus de 100 milliards d’euros par an, deux

Nous pouvons reprendre le pouvoir que des dirigeants
politiques ont abandonné à la finance. C’est l’objectif du
Front de Gauche et de son programme l’Humain d’abord ! Nous nous
attaquons à la racine de la crise en proposant :
• une autre répartition des richesses,
• la mise au pas des grandes banques qui alimentent la crise,
• la création d’un pôle financier public au service du bien commun,
• un moratoire des remboursements,
• la mise en place d’un contrôle citoyen de cette dette illégitime

1 Message

  • Deuxième assemblée citoyenne du Front de Gauche à Aubervilliers ! Le 21 novembre 2011 à 10:24, par Demandez le programme

    Une agence de notation fait (volontairement) une erreur en indiquant que la France va perdre son triple A. Aussitôt les banques réagissent et augmentent les taux des obligations françaises. Immédiatement après, une autre agence de notation (Moody’s) estime qu’une hausse des taux de la France pourrait avoir un impact négatif sur son AAA. Et voilà, la boucle est bouclée, à partir de leurs propres commentaires les financiers spéculateurs font leurs petites affaires sur notre dos.