Tribune de Gérard Del Monte

Après la primaire socialiste, tout reste à faire !

jeudi 27 octobre 2011

La primaire socialiste vient de se terminer. Elle a abouti à la désignation de François Hollande. Il ne s’agissait pas de désigner le candidat de la gauche à l’élection présidentielle mais, tout simplement, de choisir qui porterait les couleurs du PS en 2012. Que le parti socialiste ait initialement voulu brouiller les cartes, que les médias persistent à parler de « candidat de la gauche » ne change rien à l’affaire.

Il n’en demeure pas moins que cette primaire a été un succès. D’abord par une participation qui a dépassé, et de loin, les espérances de ses organisateurs. Ensuite par l’importance de l’audience obtenue par chacune des émissions radio ou télévisée. Enfin, et c’est beaucoup plus critiquable par une véritable saturation, par sondages interposés, de l’information pendant toute cette période.

Il faut en tirer toutes les significations. Et en premier lieu la volonté fortement exprimée de décider des choix des personnes comme des contenus.
En ce sens l’importance du vote pour Arnaud Montebourg, même si son ralliement à François Hollande a dû en laisser plus d’un pantois, est significative de la volonté de ne pas se laisser enfermer dans une gestion « raisonnable » de la société de marché.

De graves problèmes restent posés. D’abord l’emprise de plus en plus forte de la Présidentielle sur la vie politique. Avec pour conséquence la subordination des élections législatives perçues comme son prolongement. On voit là l’énorme responsabilité des socialistes qui ont pris l’initiative d’inverser l’ordre de ces deux élections. L’adoption du quinquennat venant ensuite terminer le travail.

Deuxième enseignement : la personnalisation prédominante

Au détriment des contenus peu ou pas abordés pendant la plus grande partie de cette campagne. Les questions posées étant le plus souvent : « A qui faites-vous confiance ? » « Qui peut le mieux battre Sarkozy ? » « Quelles sont les qualités que vous trouvez à … ? » Les déclarations de soutien allant d’ailleurs la plupart du temps dans le même sens.

C’est une étape supplémentaire vers l’instauration du bipartisme. Lors d’une émission de France-Inter, les « experts » et politologues de service ont bien entendu rejeté cette idée en s’appuyant sur le nombre de candidats… Mais quelques minutes plus tard Olivier Ferrand, responsable de Terra Nova, l’organe de réflexion du PS, penseur et promoteur de la primaire, vendait la mèche en regrettant que l’objectif initial n’ait pas été atteint. Il s’agissait, par souci d’efficacité, de « défragmenter la gauche ». C’est-à-dire en langage courant d’empêcher la diversité de la gauche de s’exprimer et d’obtenir son alignement derrière le candidat socialiste. .

Mais le plus grave est l’insuffisance du contenu des propositions. Elles ne permettent pas de remettre en cause la domination absolue de la finance spéculative sur l’ensemble des activités de notre pays. A la différence du Front de Gauche qui veut mettre en débat un certain nombre de propositions comme mettre l’argent au service de l’humain et éliminer la fonction parasitaire de la finance qui siphonne la richesse créée pour augmenter les fortunes existantes, comme augmenter les salaires et porter le SMIC à 1 700 € pour 35 heures, comme maintenir la retraite à 60 ans à taux plein, imposer de nouvelles règles écologiques, mettre en place une VIème République et une autre Europe...

Aucune de ces mesures ne figure dans le programme du parti socialiste, et aucune n’a été défendue par le candidat qui vient d’être désigné par la primaire socialiste. Le Front de Gauche apparait bien comme la seule alternative de rupture pour une véritable politique de gauche.

Pourtant de toutes les réunions et rencontres émanent des messages forts et exigeants. Ces messages se nourrissent de l’expérience collective : "La gauche n’a plus le droit de se tromper", "On ne veut pas être cocu une nouvelle fois", "On ne peut pas mener une politique de gauche sans remettre en cause la domination des marchés financiers", "face à la crise, il faut cesser de donner des gages de bonne conduite aux tenants du néolibéralisme et refuser l’austérité au nom de la rigueur de gestion"...

Rappelons-nous que chaque fois que la gauche n’a pas osé s’attaquer au mur de l’argent elle a échoué… et c’est le peuple qui a payé l’addition.

Sans parler du flou concernant les alliances ! Avec les appels du pied à peine dissimulés en direction des centristes… dont on sait qu’ils ne sont pas prêts à remettre en cause le système qui génère tous les drames et les difficultés qui nous assaillent.

Le Front de Gauche propose de les surmonter ces impasses et ces difficultés. C’est possible si au moment des élections présidentielles et législatives un maximum de citoyens se rassemblent sur son programme « L’humain d’abord ».

Le changement réel ça ne peut pas être, quoi qu’en disent les médias, remplacer un autocrate au service de la finance par un homme « de gauche » providentiel … et « si raisonnable ».

Il implique des choix radicalement différents portés par le plus grand nombre. Nous proposons aux citoyens de notre ville de s’engager dans ce combat en participant aux assemblées citoyennes du Front de Gauche d’Aubervilliers.

Gérard Del Monte,
Conseiller Municipal du groupe Communiste et Citoyen "Tous ensemble pour Aubervilliers"

79 Messages

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 27 octobre 2011 à 21:17, par humain d’abord

    Je partage l’analyse de M. Del Monte.

    Il me semble important que le programme du Front de gauche intitulé "l’Humain d’abord" soit beaucoup plus popularisé.

    Le point numéro 1 est : Augmentation des salaires
    Le point numéro 2 est : Abolition de la précarité

    l’Humain d’abord : ces deux premiers points, en tête du programme, en sont la traduction.

    "Place au peuple !" proclament les affiches.

    Le peuple doit prendre ses affaires en main pour construire une nouvelle société ; sinon, le pouvoir des banques et de la finance aggraveront leur pression sur les peuples.

    Allons donc dès maintenant à la rencontre de nos voisins pour leur faire partager nos ambitions.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 27 octobre 2011 à 21:25, par Georges

    Tous les jours les médias relaient le message des politiques et de la finance. Ils martèlent en permanence : "on ne peut rien faire d’autre". La gauche doit proposer une véritable alternative qui soit totalement en rupture avec cette idée qu’on ne peut pas faire autrement. Il n’y a rien de bon à attendre de François Hollande qui se présente comme le candidat du réalisme. Il commence déjà à nous expliquer qu’il voudrait bien, mais que c’est impossible étant donné la situation de crise.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 27 octobre 2011 à 22:10, par Odile

    La gauche ne peut gagner que si elle se rassemble. Pour unir, François Hollande devrait annoncer qu’il ne cherchera pas à ramener à tout prix le déficit à 3% dès 2013 et qu’il refusera de mettre en œuvre la règle d’or voulue par les banquiers.

  • "Ils ont tout gâché !" Le 27 octobre 2011 à 22:22, par Poisson Rouge

    Tout à fait d’accord avec cet article.

    Pour l’anecdote : j’étais récemment chez une amie ; le petit livre-programme "l’humain d’abord" était posé sur son bureau. Je lui dis que je suis agréablement surpris et je lui demande comment elle l’a trouvé. Elle me répond :

    "J’ai trouvé ça très bien. Mais avec la primaire, tous mes espoirs sont retombés. Les journalistes ont encore tout gâché ! On commençait tout juste à parler de politique avec les collègues, les amis, les voisins. Et voilà que les journaux télévisés ne parlent plus que des socialistes et de leurs égos. Ça ne donne vraiment pas envie de voter !"

    Je désapprouve l’élection du président au suffrage universel direct et en même temps je constate dans les discussions de tous les jours à quel point cette élection est importante pour les français. Leur bulletin de vote a valeur de protestation contre la politique actuelle, contre les renoncements de la gauche et pour un nouvel espoir politique.

    On l’a bien vu avec Obama : il a été élu comme un symbole et finalement, il déçoit ! Il faut redonner du contenu à cette élection ; ne comptons pas sur les journalistes pour le faire.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 27 octobre 2011 à 22:31, par humain d’abord

    Au début de sa campagne pour les primaires, il me semble que François Hollande déclarait vouloir arrêter la suppression annuelle des postes dans l’éducation nationale.

    Maintenant, il déclare vouloir réembaucher 60.000 enseignants ; mais son collaborateur Michel Sapin dit que ces embauches se feront en supprimant d’autres postes.

    Il ne faut pas se contenter de ces propositions.

    Le programme du Front de gauche dit :"la révision générale des politiques publiques sera abrogée"

    "les postes qui répondaient aux besoins collectifs et ont été supprimés seront tous rétablis"

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 28 octobre 2011 à 08:44, par Joseph

    Non "@Odile" ça ne suffira pas de s’en tenir au % des déficits pour réunir les électeurs de gauche. Hollande ne peut pas continuer d’ignorer l’exigence exprimée dans les manifestations contre la réforme des retraites de Sarkozy. Je ne voterai pas pour un candidat, même dit de gauche, s’il n’annonce pas qu’il ramènera la retraite à 60 ans, à taux plein avec 41 annuités.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 28 octobre 2011 à 09:15, par Maurice F

    L’intervention télévisée de Sarko hier soir s’adressait à l’électorat de droite pour le mobiliser. Malgré ça, Sarko va être rejeté et Hollande sera élu quoi que fasse les communistes. La seule chose qui compte pour lui c’est qu’il se déclare un peu de gauche et qu’il répète qu’il faut se débarrasser de Nicolas. Il gagnera car tout le monde en a marre de Sarko, d’ailleurs les médias l’ont compris ils roulent à fonds pour lui.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 28 octobre 2011 à 10:12, par Quel avenir ?

    Voilà, c’est tout simple : La situation catastrophique du pays c’est la faute aux 35 heures et à la retraite à 60 ans. La solution : Travailler plus pour gagner plus et sortir de l’assistanat. Tout le reste est sans importance et ne concerne pas notre président de la République : la hausse massive du chômage, la hausse des inégalités sociales, la casse de l’éducation nationale, la baisse du pouvoir d’achat, l’augmentation de la délinquance violente et de l’insécurité, etc... Tout ça c’est pas lui ! Allez du vent Sarko. Mais qui viendra à sa place et pour quoi faire ? Nous risquons de passer d’une droite dure à une gauche toute molle. Cet article est en plein dans l’actualité du jour et pose les bonnes questions.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 28 octobre 2011 à 14:33, par Line

    Le futur président de gauche renie déjà ses engagements avant même d’être élu. Il s’est engagé au moment de la primaire socialiste à créer 60 000 postes dans l’éducation nationale. Au ps, ses plus proches collaborateurs corrigent déjà le tir et annoncent que "cette création sera compensée par des baisses de postes ailleurs", car l’idée "n’est pas d’augmenter le nombre de fonctionnaires". ça sent la rigueur...

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 29 octobre 2011 à 17:54, par Fonctionnaire de la ville (anonyme)

    Ne soyons pas naïfs, François Hollande n’a jamais affirmé son refus du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Depuis son intronisation il répète à qui veut l’entendre qu’il faudra bien tenir compte de la situation de crise économique et de l’héritage laissé par Sakozy. Conclusion : la rigueur sera à peine plus douce.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 29 octobre 2011 à 18:47, par Guillaume

    Dans un contexte de crise économique François Hollande à raison d’être réaliste et de reconnaitre qu’il faut tenir compte des marchés financiers. Il ne s’agit pas de leur laisser tout diriger, mais de rétablir la confiance. N’oublions pas que la France est sous surveillance et qu’elle peut perdre son triple A. Les français savent que tout ne sera pas possible et qu’il faudra bien réduire la dépense publique. Des sacrifices seront nécessaires pour redresser l’économie et avec François Hollande, qui a su réunir le parti socialiste, la gauche rassemblée peut gagner et miser sur l’avenir. Contrairement à ce que dit la tribune de monsieur Del Monte les primaires ont montré que la gauche veut s’unir autour d’un président de la République responsable qui saura répartir les efforts et les richesses avec justice.

  • Loyalement Le 30 octobre 2011 à 15:45, par Dominique

    Guillaume met les pieds dans le plat en resservant le vieux programme socialiste de la gestion loyale du capitalisme.

    Or je pense exactement le contraire : c’est en raison de la gravité de la crise qu’il faut attaquer ses fondements, c’est-à-dire les principes capitalistes d’organisation de la société.

    Si on ne le fait pas les travailleurs et les exploités continueront à subir le joug capitaliste.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 30 octobre 2011 à 18:49, par Ecolo d’un jour, écolo toujours

    Hollande n’a pas besoin de programme. Les français sont gagnés par le renoncement à cause de la crise. Ils croulent sous les campagnes médiatiques qui présentent la rigueur comme absolument indispensable pour s’en sortir. Les français ne croient pas possible un changement qui améliorerait leur situation sociale, ils veulent seulement foutre dehors Sarkozy alors ils voteront Hollande sans conviction et ça, les socialistes l’ont compris.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 31 octobre 2011 à 10:08, par Petit exercice de style !

    A la place de "marché", dites "spéculateurs" et vous verrez comment tout devient plus compréhensible.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 31 octobre 2011 à 10:45, par Nez rouge

    Marchés financiers, financiarisation, spéculateurs, banquiers, grands patrons, tout ça c’est du pareil au même. Dans la France de Sarkozy ils ne connaissent pas la crise, la preuve : En France la rémunération moyenne des dirigeants de banques a bondi de 44,8% en 2010, alors que leurs homologues britanniques ont dû se contenter d’une hausse de 8,3%. Les états-majors des établissements allemands ont même vu leur rémunération fondre de 7% l’an dernier. Oui il est possible de faire autrement, mais pas avec Sarkozy.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 31 octobre 2011 à 15:43, par Quel avenir ?

    Le programme du Parti socialiste pour la présidentielle de 2012 ne pourra pas être appliqué en totalité, a dit lundi Jérôme Cahuzac, président (ps) de la commission des Finances de l’Assemblée. La gauche socialiste, donnée largement victorieuse par les sondages face à Nicolas Sarkozy, déclare que son programme, adopté en 2010 par compromis entre les candidats à la primaire n’est plus valable. Jérôme Cahuzac, proche du candidat PS François Hollande et candidat potentiel au poste de ministre de l’Économie en cas de victoire de la gauche, a estimé sur France 2 qu’il faudrait faire le tri dans les propositions PS. On peut en conclure qu’avec Sarkozy : " c’est on ne change rien, et on continue", et avec Hollande : "on continue, pour ne rien changer".

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 31 octobre 2011 à 19:35, par ex copain socialiste

    Cette fois la désillusion commence avant même l’élection. Vainqueur de la primaire, Hollande à les mains libres et se propose maintenant de ne pas tenir compte du programme du ps. Certes ce programme date de 2010, mais pourquoi ne pas avoir dit dans le débat de la primaire qu’il était obsolète. On se demande bien ce qui à changé entre septembre 2011 et novembre 2011 pour qu’Hollande déclare : "Si je suis élu, je vais hériter du fardeau que va nous laisser Nicolas Sarkozy, poursuivant : "ce que nous allons faire en 2012 sera hypothéqué par son héritage". Hollande est t-il à ce point surpris par la situation qu’il découvre au lendemain de la primaire, ou bien veut t-il nous nous prévenir par avance qu’il ne faudra pas trop rêver...? Gérard Delmonte à dit l’essentiel dans sa tribune : La primaire n’a rien réglé, tout reste à faire...

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 1er novembre 2011 à 11:11, par Albertivilliarien

    Quand Jérome Cahuzac déclare que : "F. Hollande ne pourra pas réaliser la totalité du programme du ps", c’est une stratégie qui fait partie de la propagande électorale du ps. Il ne s’agit pas du tout pour J. Cahuzac de s’opposer à Hollande, mais au contraire de lui faciliter la tâche. Cette tactique permet à Hollande de rester dans l’ambiguïté et le flou sur ses projets une fois élu. C’est aussi une bonne manière de confirmer les appels du pied à l’électorat centriste que Hollande et ses amis veulent rassurer. Dormez tranquille braves gens le changement ne sera pas si important, et ne viendra pas bousculer vos petits privilèges. Hollande fait comme Sarkozy il se réfugie derrière la crise comme si elle venait de naître la semaine dernière.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 1er novembre 2011 à 11:33, par Electeur primaire

    J’ai voté à la primaire pour un candidat qui n’appliquera pas le programme sur lequel il fait sa campagne. J’ai comme l’impression que je me suis fais avoir...

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 1er novembre 2011 à 11:49, par A gauche toute

    Et si à gauche on essayait quelqu’un d’autre que Hollande ?

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 1er novembre 2011 à 17:32, par Murielle

    Voilà les primaires acquises pour Mr Hollande avec son florilège de fausses promesses..... Ces dernières interventions TV montrent déjà l’instabilité de sa réflexion : "Que voulez vous que je fasse avec le bilan de Sarkozy ?", il aurait peut-être pu y penser avant !. "Le souci que je vais rencontrer pour la création des postes dans l’éducation Nationale sera peut-être le manque de postulants", une façon détournée de dire qu’il ne les créera pas. "Les 300 000 emplois jeunes devront attendre un peu avec la croissance faible", etc... Pour changer la vie... faudra attendre !

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 2 novembre 2011 à 09:21, par Arnaud

    A en entendre certains, l’élection présidentielle ne se limiterait déjà plus qu’à un duel Hollande-Sarkozy. Pour les autres candidats, circulez, y’ a rien à voir. Cette façon de voir les choses est confortée aussi bien par l’UMP que par le PS qui pense que la primaire à tout réglé à gauche.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 2 novembre 2011 à 15:17, par Line

    L’annonce d’un référendum en Grèce sur l’accord européen conditionnant le plan de restructuration de la dette à une austérité renforcée a déclenché la panique sur les marchés financiers et chez les dirigeants de la zone euro. En fait la démonstration est faite que les marchés financiers, tout comme la plupart des dirigeants politiques, sont allergiques à la démocratie. L’idée de s’en remettre au jugement des citoyens leur est insupportable. Les politiques sont tellement englués dans la gestion économique qu’ils ne savent plus prendre d’initiative qui répondent à l’attente des citoyens. L’UMP comme le PS nous enferment dans cette idée que la crise impose une cure d’austérité inévitable. Pendant ce temps les spéculateurs tirent leur épingle du jeu.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 2 novembre 2011 à 19:13, par Chantal

    Je suis allée chercher sur le site du ps-Aubervilliers le point de vue de F. Hollande sur la situation créée par la décision de Papandréou. Je n’ai rien trouvé !

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 3 novembre 2011 à 19:40, par Yves

    Quand j’écoute François Hollande, j’entends qu’il faudra tenir compte d’un réalisme économique. J’entends aussi qu’il commence à renoncer à appliquer un programme sur lequel les salariés pouvaient entrevoir un changement. Je veux bien voter Hollande dès le premier tour, mais si c’est pour connaitre une austérité de gauche je n’en vois pas l’intérêt.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 4 novembre 2011 à 10:11, par Françoise

    Mais où est passé F. Hollande ? Depuis le début de la semaine c’est le silence, pourtant on aimerait bien l’entendre sur les événements de ces derniers jours. Il a su dire ni oui, ni non, au choix de référendum de Papandréou. Cet homme est un mou qui ne saura jamais prendre une décision dans l’urgence.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 4 novembre 2011 à 10:45, par UMP de service

    Rappelez vous de la déclaration de Ségolène Royal dans le Figaro du 8 septembre concernant Hollande : "Son point faible, c’est l’inaction".

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 5 novembre 2011 à 22:00, par ex copain socialiste

    Il ne suffit pas de rejeter Sarkozy, il faut proposer une vraie politique de gauche qui soit en rupture avec tout ce qui c’est fait à gauche jusqu’à présent. Pour l’instant, F. Hollande n’est en rien porteur de cette politique de rupture malgré l’existence (très minoritaire) d’un courant antilibéral au sein du ps.

  • C’est bien que le front de gauche propose des idées mais on est en crise, ces idées ne seront pas applicables avant plusieurs années.

    Il faudrait plutôt s’attaquer aux niches fiscales (entre 70 et 100 milliards d’euros) et les fraudes fiscales (50 milliards d’euros) pour désendetter la FRANCE.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 7 novembre 2011 à 09:14, par Olivier

    Non et non ! les idées et les propositions du Front de Gauche sont tout à fait d’actualité et prennent en compte la situation économique actuelle. La crise n’est pas née cette année. Bien sur, si on ne touche pas aux marchés financiers les propositions du FdG ne peuvent s’appliquer, c’est pourquoi il faut mettre en œuvre des politiques de rupture. Considérer que rien n’est possible c’est continuer de faire la part belle aux spéculateurs. Il faut oser s’attaquer aux marchés financiers, aux banquiers, aux grands patrons. Arrêtons d’accepter la propagande médiatique des défenseurs du système qui cherche à nous enfoncer dans la tête que la solution de la crise passe par une austérité renforcée pour les salariés.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 7 novembre 2011 à 18:24, par Maurice F

    ..."Les idées du front de gauche ne seront pas applicables avant plusieurs années"... Et pourquoi donc ?
    François Hollande serait bien inspiré de faire bien plus que de se contenter d’aller puiser quelques idées dans le programme du parti socialiste. On ne sortira pas de la crise par un colmatage des fissures du système libéral.

  • On ne va pas diminuer les déficits publics en jouant la carte de la rigueur. L’austérité entrainera obligatoirement une baisse de la consommation des ménages et augmentera le chômage. Avec Sarkozy et Fillon on va droit dans le mur, pas sur qu’on l’évite avec Hollande.

  • Peut-on éviter de foncer dans le mur avec françois hollande ? ..."Je ne suis pas un contre-président, je suis le prochain"... vient-il de déclarer pour justifier son silence sur les événements de ces derniers jours. A force de trop miser exclusivement sur le rejet de sarkozy au lieu de défendre un programme qui répondent à la situation et aux attentes des électeurs qui veulent un véritable changement à gauche, hollande n’encourage à le soutenir. Pour gagner il ne suffit pas de de dire que "le plan de rigueur du gouvernement est incohérent, injuste et inconséquent"..., il faudrait aussi expliquer ce que l’élu hollande fera demain.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 8 novembre 2011 à 13:50, par Gigi

    @ Inconnu du 8 novembre à 9h47 :
    N’oublions pas ce que disait, en 2004, M Philippe SEGUIN :
    "La social-démocratie, c’est l’acceptation du libéralisme échevelé avec, pour faire bonne figure, quelques mots de regret."

    A lire, dans "LE MONDE diplomatique" de Novembre, l’article "Où est la gauche à l’heure de la tourmente économique ?"

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 8 novembre 2011 à 13:57, par Amoroso

    @ Gigi :

    Je me permets de citer, également, dans le même mensuel, un article signé d’Antoine DUMINI et François RUFFIN, intitulé : "Enquête dans le temple de l’euro", sans omettre "Sauver le genre humain, pas seulement la planète", signé par M Lucien SEVE.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 8 novembre 2011 à 16:30, par clotilde

    De plus en plus inquiétant, François Hollande veut "donner du sens à la rigueur".

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 8 novembre 2011 à 21:47, par Qui nescit dissimulare, nescit regnare

    Pas une journée ne se passe sans qu’une personnalité politique socialiste ne vienne expliquer que le programme ne sera pas appliqué...ou ne sera pas applicable. Après avoir trompé l’électeur de la primaire avec de belles promesses, il faut maintenant le "désenvoûter" en lui distillant chaque jour, à petite dose, la vérité socialiste prudemment cachée jusqu’au lendemain des primaires, "nous promettons, mais nous ne tiendrons pas !". Le général de Gaulle avait bien raison : "Les hommes politiques se sont toujours étonnés de voir avec quelle naïveté les Français font confiance aux promesses qui leur sont faites, alors qu’eux-mêmes ne croient pas à la possibilité de les réaliser."

  • Après la primaire socialiste, il n’y a plus rien à faire  Le 8 novembre 2011 à 22:04, par Celui qui ne sait pas dissimuler, ne sait pas régner

    Hollande : retour à la réalité... Après le rêve et le réenchantement, voici venir le désenchantement...

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 9 novembre 2011 à 11:57, par bob l’éponge

    Europe Ecologie-Les verts demande à François Hollande qu’il se prononce pour la sortie du nucléaire.
    Il vient de répondre : C’est niet !
    Mais pas d’inquiétude, comme d’habitude, en bons politiciens qu’ils sont, les verts d’Europe Ecologie sauront avaler la couleuvre au nom d’un accord électoral qui leur ménagera des postes ministériels et quelques députés supplémentaires.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 9 novembre 2011 à 18:37, par Ecolo d’un jour, écolo toujours

    Non ! les écologistes ne cèderont pas. Il n’y aura pas d’accord électoral avec le ps sans sortie du nucléaire. Eva Joly l’a dit, elle ne troquera pas ses convictions contre quelques circonscriptions.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 9 novembre 2011 à 19:47, par Ecolo raisonnable

    T’inquiètes pas citoyen_plaine_commune, entre le ps et europe écologie le marchandage des postes de ministres et de députés va aboutir à un accord qui ne mettra pas à terre l’énergie nucléaire.

  • Cet article de DelMonte Gérard suscite plus de critiques sur Hollande que d’attaques contre Sarkozy. On pourrait s’en étonner, mais cela prouve que les lecteurs de ce blog attendent beaucoup d’une autre gauche et ne veulent plus connaitre la déception sur un changement espéré qui n’arrive jamais.

  • Ben voyons Le 10 novembre 2011 à 12:50, par Zorbec le gras

    @ecolo d’un jour : tu dis :
    "Non ! les écologistes ne cèderont pas. Il n’y aura pas d’accord électoral avec le ps sans sortie du nucléaire."
    ils ont déjà cédé sur la proportionnelle. Il y aura d’autres arrangements, des phrases tordues pour que chacun puisse afficher une demie-victoire....
    Rappelle toi la catastrophe que fut, de compromis en reculs, pour l’environnement la ministre Voynet... lâchée par ses collègues au gouvernement.
    Ils sont coincés :
    1) s’il n’y a pas d’accord, ils seront balayés : ils ne sont plus que des écolos transformés en "radico de gôche".
    2) Depuis des années, les Verts ne font plus de politique que dans la perspective du pouvoir, dut-il se payer cher.
    3) Regarde ici où les Verts ont disparu de l’espace public au fil de leur concessions et de leur absorption dans la bureaucratie politique socialiste locale. Quel projet ont-ils porté ? Aucun, point barre.

    A nous d’éplucher les accords quand ils viendront pour voir les lignes de concession et de compromission. Ou mesurer combien ils n’ont pas été trop loin.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 10 novembre 2011 à 17:24, par Demandez le programme

    "la rigueur, il ne faut pas en avoir peur. Des efforts, il faut en faire et François Hollande ne sera pas le candidat du laxisme". Cette déclaration est de Pierre Moscovici, député ps et soutien de Hollande. Sarkozy et Fillon disent à peu près la même chose.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 10 novembre 2011 à 17:40, par Albertivilliarien

    François Hollande refuse de céder à l’ultimatum des Verts mais promet de réduire la part du nucléaire en France. Voilà, "@Écolo d’un jour, écolo toujours" t’es sauvé, les Verts vont se rabattent sur cette idée de réduction du nucléaire pour faire passer la pilule à leurs électeurs. Ainsi ils auront leurs députés en contre partie. ça s’appelle faire de la politique politicienne.

  • Il n’y a que les communistes qui ont toujours raison, ce sont les plus beaux, les plus grands , les plus forts
    Votons toujours pour eux, les autres sont des minables pathétiques devant la magnificence des idées, des choix et des leaders Communistes

    Coco at urbi et orbi

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 11 novembre 2011 à 18:08, par Gégé

    "Coco at urbi et orbi" veut clamer partout, à tout le monde : "qu’il n’y a que les communistes qui ont toujours raison". Allez "vade retro, Satana", tu sais bien que les communistes, même les plus fervents, n’osent affirmer pareille idiotie. Encore que, prétendre que les communistes n’ont pas toujours raison n’oblige pas à considérer que ceux-ci sont condamnés à avoir sans cesse tort. Prenons un exemple : La crise financière. On peut détester les communistes mais il faut bien reconnaître qu’ils ont su, avant beaucoup d’autres, prévoir ce qui arrive. On peut lire dans l’un de leur texte (juin 1992) la chose suivante : "Le capitalisme conduit à une telle concentration de la richesse que le système ne manquera pas de se gripper tout entier un jour ou l’autre". Ce jour est arrivé... Ce texte préconisait également quelques solutions. Il serait un peu long de les développer dans ce petit post, et je ne suis pas sûr que "Coco at urbi et orbi" soit très intéressé. On peut toutefois retenir la conclusion de son message : "votons toujours pour eux"...

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 11 novembre 2011 à 18:55, par Ecolo raisonnable

    F. Hollande ne cèdera pas aux écologistes. Le lobby nucléaire va le pousser à confirmer la construction de l’EPR de Flamanville. Par contre Europe-Écologie-les-Verts feront les concessions indispensables aux socialistes pour avoir un groupe politique à l’Assemblée Nationale. Sans accord avec le ps, les Verts seront laminés et ils le savent, il suffit par exemple d’observer sur ce sujet le silence des élus Verts d’Aubervilliers. Alors ils vont faire semblant de croire à une prochaine réduction du nucléaire, même si la construction de l’EPR augmente de fait la production nucléaire. Si Hollande veut vraiment sortir du nucléaire il doit s’engager à ne pas remplacer les centrales nucléaires en fin de vie et ne pas construire l’EPR de Flamanville.

  • Hollande c’est comme Tony Blair, voter pour lui c’est remplacer un Sarko hard par un Sarko soft.

  • Positions des Verts D’Aubervilliers depuis Avril 2011 Le 13 novembre 2011 à 14:12, par Jeff

    Fukushima = Tchernobyl,
    Après la catastrophe du 11 mars, l’Agence japonaise de sûreté nucléaire a élevé au niveau maximum de 7 l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima sur l’échelle des évènements nucléaires et radiologiques (INES), le plaçant au même degré de gravité que la catastrophe de Tchernobyl.

    Les ouvriers de l’opérateur Tokyo Electric Power (Tepco) ont déversé dans la mer plus de 11 500 tonnes d’eau « faiblement radioactive » afin de faire de la place dans des cuves pour évacuer cette eau très polluée. Sauf que l’eau rejetée dans l’océan présenterait un taux de radioactivité 500 fois supérieur aux limites légales. L’opération est présentée par l’opérateur de la centrale de Fukushima comme étant « sans danger » !

    La pollution radioactive dégagée par la centrale accidentée risque d’aggraver encore la situation des agriculteurs et des pêcheurs. Plusieurs produits agricoles sont déjà interdits de vente dans les préfectures entourant la centrale et des tests effectués sur les poissons ont révélé un taux anormal de césium dans une sorte de petite anguille de sable.

    Plus de 8 millions de personnes risquent de devenir des réfugiés nucléaires au Japon.

    Il est aujourd’hui établi que le taux de cancer va s’accroître et que des mutations génétiques toucheront les générations futures au Japon et peut-être beaucoup plus loin. Quant aux personnes qui se battent courageusement sur le site pour sauver la centrale, elles reçoivent des doses d’irradiations très importantes et mortelles.

     25 ans après Tchernobyl, même silence assourdissant des politiques !

    25 ans après Tchernobyl, les pouvoirs en place utilisent les mêmes ficelles. A l’époque, le nuage s’était arrêté à la frontière. Aujourd’hui, la version de la « petite fuite », du « petit incident » ne tient plus !

    Au niveau politique, les écologistes sont les seuls à demander, depuis des dizaines d’années, une sortie rapide du nucléaire. Je m’adresse à tous les partis aux responsabilités, qui promeuvent selon les camps le développement du nucléaire ou une réduction modérée de son utilisation, il est temps d’ouvrir les yeux ! Pour de futures élections, nous prendrons nos responsabilités et ne ferons jamais plus alliance avec un parti pro-Nucléaire.

    Jean-François Monino
    Président des élus Europe Ecologie- Les Verts
    http://www.lesverts-aubervilliers.org/
     
    Publié le 27/04/2011 à 14h42 dans Tribune

  • Après le... nuke Le 13 novembre 2011 à 20:08, par écolo indépendant

    @Jeff :
    Pour de futures élections, nous prendrons nos responsabilités et ne ferons jamais plus alliance avec un parti pro-Nucléaire.
    Au moins c’est clair, mais cela ouvre des questions :
    - pourquoi la situation qui prévaut depuis 30 ans : les Verts disent non et vont dans des majorités qui poursuivent (pour de bonnes ou de mauvaises raisons) le nucléaire, pourquoi cette situation changerait ?
    - Au fait, le bilan écolo de VOynet n’a jamais été fait, pourquoi ?

    Plus sérieusement, qui sont les partis "pro nucléaires" à gauche ? A ma connaissance, tous disent qu’il faut débattre, publiquement et démocratiquement.
    Tout le monde connaît les risques à court et à long terme, tous s’interrogent...

    Force est de constater que les Verts, opposés de longue date au nucléaire, n’ont jamais travaillé ni popularisé largement leurs arguments et leur propositions sur le passage à une économie sans énergie nucléaire. Ces thèmes n’ont jamais été présents dans les campagnes électorales locales. Sauf à considérer comme un argument le slogan "nucléaire non merci".

    Cette dimension de débat est très important quand la population sensibilisée à l’environnement se sent coincée dans une situation non nucléaire = plus de carbone.
    Ainsi, plus du tout de nucléaire, c’est dans l’immédiat moins d’énergie, avec quelle répartition, quels coût, quels gains, par quels moyens, quelles technologies...
    Là dessus, rien.

    Juste encore un mot, une telle rupture doit être pensée, construite, expliquée et, surtout appliquée. Pour cela, rien de mieux qu’un outil public.
    Or les Verts, omnibulés par leur côté anti-Edf n’ont jamais défendu cet outil national qui fait ce que les politiques lui dise de faire. Et qui, demain, pourrait être porteur – si le gouvernement le lui demandait – d’une politique énergétique nouvelle.

    Rein d’agressif ici, juste un constat. Mais dans la campagne du Front de gauche, nous aurons l’occasion de reparler, à Aubervilliers, de ces questions vitales.

    On pourrait en parler longtemps... Au fait, à quand remonte la dernière initiative des Verts locaux sur ces questions ?

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 13 novembre 2011 à 20:15, par Albertivilliarien

    La conclusion du texte de JF Monino a le mérite de la clarté : "Nous ne ferons jamais plus plus d’alliance avec un parti pro-nucléaire". L’avenir dira si cette fermeté à de l’avenir et est maintenue... Pour ma part je crois qu’un accord ps/verts se fera car il y a un intérêt électoral évident pour les verts. Le terme "parti pro-nucléaire" utilisé par JF Monino est déjà une porte ouverte à un compromis. F Hollande n’aura aucune difficulté à démontrer qu’il n’est pas pro-nucléaire. D’ailleurs il s’engage : "à baisser de 75 à 50% la production d’électricité d’origine nucléaire d’ici à 2025" et les verts finiront par accepter que l’expression "sortie du nucléaire" soit plus au moins remplacée par une formule qui dirait "réduction du nucléaire". De la même façon, les verts finiront par prendre acte que l’arrêt de l’EPR de Flamanville restera en suspend. Une sorte de ni oui ni non chère à Hollande. Il n’y a pas de raison majeure à mettre en doute les prises de position de JF Monino, mais j’aurai préféré que sa conclusion indique que pour qu’il y ait un accord avec le ps, F Hollande doit s’engager à ne pas remplacer les centrales nucléaires en fin de vie, et stopper toute décision de construction de l’EPR de Flamanville". Les verts pourraient aussi, au côté du front de gauche, exiger un grand débat public national. JL Mélenchon propose de sortir des énergies carbonées, et de donner la décision sur le nucléaire au peuple après un débat approfondi. Les verts et le front de gauche devrait ensemble réclamer à F Hollande, s’il est élu, un débat public national suivi d’un référendum.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 13 novembre 2011 à 20:41, par Ecolo raisonnable

    Pourquoi le Front de Gauche d’Aubervilliers ne prend t-il pas l’initiative d’organiser en début d’année prochaine une assemblée citoyenne sur le thème de : " Sortir du nucléaire ou juste le réduire : quelle politique énergétique pour la France ? ". Cette assemblée pourrait inviter comme débatteur JF Monino pour les verts et un responsable de chacun des partis de gauche locaux pour entendre leur point de vue sur le sujet ?

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 13 novembre 2011 à 22:09, par Au lieu de causer sur le blog, viens boire un coup !

    Sur le nucléaire, viens aux apéros et tu verras que le débat a lieu sur la "planification écologique". Tu peux acheter le programme 2 euros, lire les pages 37 à 42 et même 43 à 52 sur "produire autrement" et même tout le bouquin, et tu verras que ces questions sont abordées autrement que de façon dogmatique. Les copains ont vraiment envie d’en débattre parce qu’ils voient bien que la position de l’Allemagne de sortie accélérée du nucléaire la contraint à acheter de l’électricité nucléaire à la France et consommer son charbon ou son lignite (bonjour le réchauffement climatique et le CO2).

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 14 novembre 2011 à 18:42, par Cécile

    Hollande ne veut aucune rupture, il propose une alternance au lieu d’une alternative. Je n’ai aucune confiance en cet homme qui ne saura pas assumer ses responsabilités. Hollande élu, ce n’est pas le changement, c’est la continuité en moins dur. Je ne veux plus de Sarkozy, mais je ne voterai pas Hollande au premier tour car je je veux qu’il sache que j’attends autre chose que ce qu’il dit actuellement.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 15 novembre 2011 à 14:26, par Antinucléaire

    @jeff : Pour de futures élections, nous prendrons nos responsabilités et ne ferons jamais plus alliance avec un parti pro-Nucléaire.

    Si tu parlais des accords avec Hollande, c’est fait : il suffit de voir le Monde.fr

    On y lit :
    Cette solution serait une porte de sortie jugée honorable par les deux parties, après des semaines de négociations tendues et même bloquées ces derniers jours. "Pour être souples, nous le sommes. Je dirais même que nous sommes à la limite de la contorsion", se plaignait ainsi un dirigeant écologiste, lundi 14 novembre...

    Et aussi :
    Dans les négociations avec les socialistes, EELV est en effet passé de la plus grande raideur – "ultimatums" répétés sur l’EPR de Flamanville (Manche), le réacteur nucléaire de troisième génération – à des qualités gymniques au-dessus de la moyenne pour faire aboutir l’accord.

    Ou encore :
    Pour les écologistes, il n’est désormais plus question d’obtenir la sortie du nucléaire, ni la fermeture de Flamanville dans les négociations avec le PS.

    Les Verts d’Auber pourront cependant se réjouir : le projet de centrale nucléaire porte d’Aubervilliers a été retoqué !

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 15 novembre 2011 à 16:52, par Ecolo raisonnable

    Sur cette question du nucléaire, j’ai l’impression que JF Monino est plus proche du Front de Gauche que du candidat Hollande.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 15 novembre 2011 à 17:15, par Albertivilliarien

    Je vous l’avais dit, l’accord ps/verts se fera. Un déception de plus concernant Europe-Écologie-les-Verts. La fermeté d’Éva Joly aura été de très courte durée. L’idée d’un débat national et d’un référendum ne semble même plus évoquée.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 15 novembre 2011 à 19:08, par Cécile

    Si Europe-Écologie-les-Verts avale la couleuvre de la non sortie du nucléaire, ils accepteront aussi, pour les mêmes raisons politiciennes, que tout doucement, mais progressivement, Hollande glisse vers le centrisme.

  • système nucléaire Le 15 novembre 2011 à 23:24, par axel

    La question, sur la sortie du nucléaire comme sur bien d’autres, c’est que résoudre la question, il faut obligatoirement rompre avec la logique libérale du fric à tout prix y compris en b... l’environnement.
    Tant que les écolos ne l’auront pas intégré, leurs propositions ne tiendront pas debout. Où alors...

    Sur l’énergie, par exemple, la principale avancée ser ait d’économiser notre consommation. Deux solutions :
    - on donne tant de kilowatt par personne, conso calculée pour satisfaire les besoins moyens et au dessus il faut casquer lourd.
    - on laisse faire le marché : les prix explosent car ceux qui peuvent payer consomment un max, les autres crèvent dans des logmeent gelés, vont à pied au boulot, ne lisent plus après le coucher du soleil, etc.

    Je caricature à peine : regardez ce qui se passe déjà dans nombre de pays pour l’eau.
    Le marché adore la pénurie, ça créé des espaces de spéculation.

    Les citoyens sont prêts à des solutions raisonnables, celles qui permettent d’avancer mais si ça demandent de réfléchir. A condition de ne pas se retrouver Gros Jean comme devant.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 16 novembre 2011 à 22:17, par Allez Jeff, t’es pas tout seul...

    "Plus jamais d’alliance avec un parti pro-nucléaire" nous avait pourtant promis le "chef" des écolos d’Auber. J’attends avec impatience la prochaine tribune de JF Monino en espérant pouvoir comprendre pourquoi les verts se renient pour quelques circonscriptions aux élections législatives. Je te donne une centrale nucléaire, tu me donnes une circonscription... C’est quand même pas très glorieux tout ça.

  • Après l’accord ps-europe-écologie les verts, tout reste à faire... Le 17 novembre 2011 à 16:27, par Ecolo d’un jour, écolo toujours

    C’est le lobby nucléaire qui a écrit l’accord ps-europe-écologie. Dans cette affaire, les verts n’auront cherché qu’à se partager une partie du gâteau du futur pouvoir et obtenir des postes de députés. Après cette concession injustifiable je constate qu’ils sont prêts à tous les renoncements pour empocher les miettes du pouvoir.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 17 novembre 2011 à 19:35, par Dr folamour

    Les contorsions des uns et des autres n’y feront rien : c’est le débat national exigé et promis par le Front de gauche qui passe sous la table !
    Les décisions seront prises dans les (futurs) ministères, comme d’hab’ : avec l’ump c’est tout nucléaire, avec les autres c’est 0 nucléaire (enfin, peut-être, dans 30 ans)... Pas de discussion, pas d’explication... tout ça va finir dans le mur.

    A moins qu’Areva ne repasse quelques coups de fils !

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 18 novembre 2011 à 19:30, par Electeur primaire

    Karine Berger, économiste et conseillère du candidat F Hollande vient de déclarer : "On fera tout pour conserver la note triple A et si, par malheur, on devait la perdre, on s’engage à tout faire pour la rétablir". Elle poursuit en précisant : " notre ligne est qu’il faut évidemment continuer un contrôle des dépenses extrêmement strict. L’accent sera mis sur le redressement des comptes de santé, avec un objectif de progression des dépenses d’assurance maladie nettement inférieur aux 2,5 % par an désormais prévus par le gouvernement, en mettant notamment les consultations médicales à contribution. Une fois le déficit ramené à 3 % du PIB fin 2013, le PS mènera une politique de croissance et équilibrera les comptes publics d’ici à 2017, consolidant la note triple A de la France auprès des agences de notation ou permettant de la retrouver si elle est dégradée". Karine Berger ajoute, "Notre sujet, c’est : règlement des questions de finances publiques dès 2013 et croissance économique dans les quatre années qui suivent."
    Quand je lis ça, d’un seul coup, j’ai plus du tout envie de voter Hollande.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 20 novembre 2011 à 19:11, par Ecolo d’un jour, écolo toujours

    Hollande n’a rien cédé sur le nucléaire car il savait pouvoir acheter les Verts avec quelques circonscriptions. Au PS comme à Europe-Écologie-Les verts, l’éthique n’est pas une ligne de conduite. Que peut faire maintenant Eva Joly après cette tambouille politicienne ?

  • Je viens d’écouter Cécile Duflot au "grand jury RTL". C’est un moulin à paroles inaudible qui n’a que des arguments électoralistes. Elle a juste réussi à démontrer que l’accord avec François Hollande reposait exclusivement sur les postes de députés accordés à Europe-Écologie, notamment celui la concernant à Paris. J’en conclus que seules les places comptent et que les pseudos écolos sont assoiffés de pouvoir et prêts à toutes les compromissions pour réussir à l’avoir. Ils avaient annoncé qu’ils ne renieraient pas leurs convictions (EPR, sortie du nucléaire, aéroport de Nantes, etc. ), ils se déclaraient prêts à ne conclure aucun accord si leurs principes n’étaient pas respectés. Et voilà que tout cela est oublié pour un plat de lentilles. Je crois que tous ceux qui comme moi voulaient voter "écolo" vont réfléchir. On ne peut pas se fier aux promesses de ce parti qui se prêtant "pas comme les autres" et qui en fait est pire que les autres.

  • En 2011, en France, quatre millions de citoyennes et de citoyens, vivent en situation de précarité énergétique.

    Concrétement certains jours d’hiver des personnes renoncent à se chauffer.

    En arrêtant 24 centrales nucléaires le Parti Socialiste va faire doubler le montant de l’abonnment mensuel à l’électricité.

    A partir de 2013, et de la mise en oeuvre du plan Hollande, le nombre de françaises et de français en carence énergétique, augmentera.

    Le Parti Socialiste n’a que faire du sort des citoyennes et des citoyens les plus faibles.

    L’énergie n’est pas un bien comme les autres. Alors l’Etat doit être actionnaire d’EDF à 100%.

    A l’échelle de son histoire l’Humanité est à peine rentrée dans l’ére nucléaire.

    Ensemble renationnalisons EDF, développons les réacteurs nucléaires de 4ème génération, et maitrisons l’énergie thermonucléaire !

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 20 novembre 2011 à 22:12, par 1 réacteur = 1 siège de député = 24 député écolo

    Stéphane Lhomme* appelle le Conseil fédéral d’EELV à rejeter l’accord PS/EELV

    La fermeture de 24 réacteurs nucléaires n’est pas une concession du PS : conçus pour durer 30 ans, ces réacteurs auront de 43 ans à 48 ans en 2025, encore heureux qu’ils soient fermés à cette date !

    Il apparaît que les dirigeants du PS et d’EELV ont conclu un accord qui écarte la sortie du nucléaire, qui ne comprend pas l’arrêt du chantier du réacteur EPR, mais qui semble "offrir" aux écologistes en contrepartie la fermeture de 24 réacteurs nucléaires d’ici 2025.

    Il s’agit là de "concessions" en trompe l’œil car, en 2025, les 24 réacteurs les plus vieux du parc nucléaire français, conçus pour une durée de vie de 30 ans, auront été mis en service depuis 43 à 48 ans (*) : encore heureux qu’ils soient fermés en d’ici 2025 !

    ..........

    *dirigeant écolo... ex NPA qui a choisit le mauvais cheval ! Si il avait attendu un peu, il aurait adhéré au front de gauche...

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 21 novembre 2011 à 10:04, par Ecolo raisonnable

    L’accord entre Hollande et EELV n’est rien d’autre que la conséquence de la situation catastrophique des finances du parti des Verts. C’est la crise ! à EELV les finances sont au plus mal. La faillite menace même si un plan d’apurement des dettes n’est pas mis en place d’urgence.
    Pour la trésorière, l’urgence est donc d’augmenter les capacités d’autofinancement. Or, dans un parti, une part essentielle des recettes provient de la République qui accorde environ 1,70 euro pour chaque voix gagnée lors des élections législatives. Et, si le-dit parti parvient à constituer un groupe parlementaire rassemblant au minimum 15 députés, il dispose de moyens supplémentaires. Pour sauver les meubles, il fallait donc en passer par un accord avec le PS. Cela explique les compromissions et l’échange politicien des circonscriptions.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 21 novembre 2011 à 22:13, par Demandez le programme

    Sur le site du parti socialiste d’Aubervilliers, (où la censure sévit comme jamais), un internaute, Marc Guerrien, écrit un article pour appeler le PS et EELV à être à la hauteur des enjeux. Constatant que les socialistes d’Aubervilliers, de la Courneuve et de Pantin sont englués dans des querelles de personnes pour obtenir le poste de député, le dénommé Guerrien invite ses amis politiques à "être à la hauteur des enjeux pour créer les conditions de l’élection de F Hollande". Plus que de tenter de détourner ses amis de leurs querelles de clocher, on préférerait que M. Guerrien nous explique les intention de F Hollande. Veut-il remettre en cause la domination absolue de la finance spéculative sur l’ensemble des activité du pays ? A t-il l’intention de porter le SMIC à 1700€ pour 35 heures ? Envisage t-il de maintenir la retraite à 60 ans à taux plein après 41 annuités de cotisations ? A t-il l’intention de refuser le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux ? Est-ce que sa politique sera de donner du sens à la rigueur ou de repousser la rigueur et l’austérité ? etc... répondre à ces questions serait certainement donner plus de hauteur au débat que de nous expliquer les batailles de personnes pour devenir député qui pour l’immédiat laisse beaucoup d’électeurs indifférents.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 24 novembre 2011 à 17:22, par Cécile

    Hollande élu en 2012, ça risque de mal commencer : le responsable socialiste en charge du programme de F Hollande vient de déclarer : "Lorsque la gauche arrivera au pouvoir, ce ne sera pas pour donner pendant deux ans pour reprendre ensuite pendant trois ans". il ajoute : il faut l’inverse, être extrêmement sérieux pendant deux ans pour pouvoir distribuer un peu pendant les trois ans qui suivront". Cette déclaration qui veut rassurer les marchés financiers est la même que celle qui a été mise en œuvre en Espagne par Zapatero. Visiblement Hollande persiste dans la voie du renoncement devant les marchés financiers et ne tire aucune leçon de l’échec électoral en Espagne.

  • François Hollande candidat : tout reste à faire ! Le 25 novembre 2011 à 11:13, par Alain B

    La situation économique résulte de choix politiques. Il faudrait reconsidérer le rôle des banques et donner plus de pouvoir aux citoyens. A bien écouter F Hollande rien ne dit qu’il sera à la hauteur pour résister à la finance.

  • Demandez l’programme ! Le 25 novembre 2011 à 16:51, par P’tit suisse

    @Alain B :"’il sera à la hauteur pour résister à la finance."
    Encore faut-il avoir pour objectif de résister à la finance.
    Déjà, dans l’accord avec les Verts, ceux-ci ont largué en cours d’accord une partie pas inintéressante de leur programme :
    - la fiscalisation drastique des hauts revenus et des revenus du capital ;
    - la revalorisation immédiate des revenus sociaux (RSA...) et des bas salaires ;
    - la régulation bancaire...

    ça reviendra p’t’etre au programme finalisé... ou pas.
    Car la finance est irrésistible tant qu’on ne la sort pas du jeu. Et ça n’en prend pas le chemin.

  • Accord PS/EELV : une affaire de gros sous Le 26 novembre 2011 à 17:44, par Electeur contribuable

    La loi du 11 mars 1988 relative à la transparence de la vie financière accorde aux partis politiques un financement par voix obtenue. La seule condition étant d’avoir présenté lors du plus récent renouvellement de l’Assemblée nationale des candidats ayant obtenu chacun au moins 1 % des suffrages exprimés dans au moins cinquante circonscriptions sur le territoire.
    En clair, chaque parti qui obtient 1% des voix dans 50 circonscriptions différentes est assuré d’obtenir un financement. Chaque voix devrait rapporter aux alentours de 1,59 euros lors des prochaines législatives. On comprend pourquoi la priorité des Verts portait sur un accord visant à obtenir des candidats dans 60 circonscriptions. Dans cette histoire d’accord politique qui constate surtout des désaccords tout le monde a perdu en crédit politique mais pour les Verts cela est secondaire. Ce qui compte c’est pas le crédit politique, c’est le crédit financier.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 29 novembre 2011 à 09:33, par Cécile

    C’est vrai que cette primaire socialiste n’a rien réglé. Ceux qui ont voté ont voulu exprimer l’importance de rassembler la gauche sur un candidat. Dans la réalité le candidat choisi n’en tient pas compte. Alors que l’on besoin tout de suite d’une gauche forte, Hollande ne trouve rien de mieux que de faire des appels du pied à Bayrou allant jusqu’à l’encourager de faire le bon choix pour être dans la prochaine majorité présidentielle. Les électeurs et électrices de la primaire n’ont pas voté pour entendre ça.

  • A quand un débat avec le front de gauche ? Le 2 décembre 2011 à 11:35, par ex copain socialiste

    C’est une alliance avec le front de gauche qui serait nécessaire pour proposer une véritable alternative politique notamment sur le plan économique. Et que fait Hollande ? Il parle de rigueur bien gérée. En somme, il propose une politique néolibérale jumelle de celle de Sarkozy, et il fait des avances à peine masquées à Bayrou.
    Au lieu de chercher à s’ancrer bien à gauche, Hollande est plongé dans ses calculs politiciens qui préparent tranquillement la réélection de Sarkozy.

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 2 décembre 2011 à 11:52, par tout reste à faire

    Je crois avoir entendu cette semaine que, selon un sondage, 47% des français ne souhaitent ni la réélection de Sarkozy, ni voter pour Hollande ?.

    Le problème est bien posé : Il faut qu’une politique de rupture soit proposée aux français, une politique qui mettra l’économie au service des gens et non l’inverse ; il ne faut pas proposer de simples aménagements. "L’Humain d’abord" !

  • Après la primaire socialiste, tout reste à faire ! Le 18 décembre 2011 à 18:35, par Soyez raisonnable

    Laurent Fabius vient de déclarer : "La situation financière des régimes de retraite... et la situation financière générale du pays font qu’on ne peut pas raser gratis." Voilà c’est clair le ps et Hollande veulent bien réformer mais pas changer.

  • Débat élection présidentielle : c’est le marasme Le 30 décembre 2011 à 19:07, par Olivier

    D’après un récent sondage, 72% des français considèrent que la campagne des présidentielles se situe très loin de leurs attentes. Le quotidien des français est traversé par la crise financière sans qu’aucun des politiques en vue ne proposent d’autres solutions que de subir. Le "on ne peut pas faire autrement" est leur seule réponse. Il faudrait accepter et se résigner au chômage, à la réduction du pouvoir d’achat, à la hausse incessante des loyers, des impôts, aux difficultés insurmontables pour se soigner etc... C’est le marasme le plus complet et aucun des candidats suceptibles d’être élu n’est porteur d’espoir. Si l’on attend rien de la droite on aimerait bien que le candidat François Hollande nous propose autre chose que des réformettes là où on a besoin de changement. Entre le candidat mou et raisonnable du ps et le candidat de droite il n’y a aucun espace pour espérer un mieux vivre.