Dimanche 25 septembre, le Sénat peut basculer à gauche !

samedi 24 septembre 2011

On en parle peu, et pourtant c’est mathématiquement possible. Pour la première fois de son histoire, la chambre haute peut basculer à gauche. On sait que le Sénat, assemblée conservatrice par excellence avait donné du fil à retordre à de Gaulle qui avait tenté de le supprimer par son référendum avorté de 1969. Cette même assemblée a su attirer l’attention plus récemment sur un certain nombre de textes obligeant à plusieurs reprises l’assemblée nationale à revoir sa copie et en alertant l’opinion publique sur le blanc-seing systématique qu’accordait l’assemblée nationale au pouvoir sarkozyste. Demain, pour peu que les grands électeurs appelés à se déplacer en préfecture remplissent pleinement leur mandat républicain, le Sénat a de bonnes chances de passer à gauche, l’incertitude étant liée au vote des non inscrits.

La Seine-Saint-Denis fait partie du tiers des départements dont les sénateurs seront renouvelés. C’est Eliane Assassi, sénatrice sortante élue à Drancy et Didier Paillard, maire de Saint Denis, qui conduiront la liste du Front de Gauche, composée de huit candidats (pour six postes à pourvoir) du parti communiste, du parti de gauche, de la gauche unitaire, de la Fase et de personnalités issues du monde associatif. Les 21 grands électeurs "front de gauche" d’Aubervilliers, constitués des 9 conseillers municipaux du groupe "tous ensemble pour Aubervilliers", des représentants des deux conseillers généraux, du sénateur et de neuf grands électeurs supplémentaires élus par le conseil municipal confirmeront par leur vote, le mandat pour lequel ils se sont engagés lors de leur élection. En Seine Saint Denis, il est possible de réélire comme en 2004, deux sénateurs communistes sur la liste du Front de Gauche. Aucune voix ne manquera à la liste conduite par Eliane Assassi qui devrait succéder à Jack Ralite dont nous saluons le dernier mandat de sénateur.

Eric Plée

6 Messages

  • Dimanche 25 septembre, le Sénat peut basculer à gauche ! Le 24 septembre 2011 à 21:12, par il y a deux choses inutiles : la prostate et le sénat

    Oui, demain pourrait donner tort à de Gaulle qui en 1964 avait affirmé : "il y a deux choses inutiles, la prostate et le sénat". C’est l’époque où mon général avait maille à partir avec ses deux organes. Le sénat pourrait quand même avoir une petite utilité, si personne joue au con. C’est pas complètement gagné dans la mesure où précisément, une liste à la con a fait son apparition dans le 93. Elle est composée de deux séquano-dyonisiens, les six autres venant d’ailleurs, y compris du Sud de la France et prétendent incarner l’union de la gauche en présentant une troisième liste à gauche*, "93 la gauche en mouvement". Logique.

    Les grands électeurs du front de gauche ne se laisseront pas abuser en votant pour la liste conduite par Eliane Assassi et Didier Paillard.

    * selon le terme générique utilisé pour qualifier le PS et les verts de partis de gauche.

    Répondre à ce message

  • Dimanche 25 septembre, le Sénat peut basculer à gauche ! Le 25 septembre 2011 à 19:13, par Henri Fauvel

    Eh oui, c’était possible mais pas gagné.
    Les communistes-front de gauche- perdent un siège.
    Le début de la fin ?

    Répondre à ce message

  • Déclaration d’Eliane Assassi (Sénatrice) Le 25 septembre 2011 à 22:30

    Déclaration d’Éliane Assassi

    Dimanche 25 septembre 2011 - 18:43

    Élections Sénatoriales : le Front de gauche en Seine-Saint-Denis progresse

    En ayant rassemblé au cours de cette élection sénatoriale, 512 grandes électrices et électeurs de Seine Saint Denis (1/4 du corps électoral), je me félicite que notre liste de large rassemblement du Front de Gauche progresse par rapport à l’élection de 2004. Aujourd’hui, avec ce résultat, le Front de Gauche grâce à toutes ses composantes arrive en deuxième position de ce scrutin. Malgré les tentatives de dévoiement de l’électorat de gauche avec une liste d’inconnus ; des arrangements visibles entre l’UMP et Nouveau Centre : Oui le Front de gauche progresse ! Le mode de scrutin actuel est inique et anti démocratique : avec la moitié des voix du Front de Gauche, le Nouveau Centre empêche l’élection de mon ami et camarade Didier Paillard. Je tiens à remercier chaleureusement l’ensemble des élu-es et grandes électrices et grands électeurs de Seine Saint-Denis qui m’ont renouvelé leur confiance. J’ai une pensée affectueuse pour mon ami Jack Ralite dont le talent, la voix et surtout les convictions manqueront à cette assemblée. Au Sénat, je serai avec mes amis et camarades de mon groupe déterminée à faire avancer les idées de progrès, de justice sociale, d’égalité et de dignité. Je resterai la sénatrice engagée auprès de la population, présente à ses côtés dans les luttes, les mobilisations et les combats pour construire une nouvelle république et une alternative de transformation sociale et écologique. Mon seul but : me battre pour qu’enfin la parole soit donnée aux citoyennes et aux citoyens et que nos vies changent.

    Répondre à ce message

  • Dimanche 25 septembre, le Sénat peut basculer à gauche ! Le 26 septembre 2011 à 08:17, par Lu dans le figaro

    Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a dit sa "grande satisfaction" de voir le Sénat, "citadelle de la droite", basculer à gauche à sept mois des échéances de 2012, malgré la perte de trois sénateurs dans le groupe Front de gauche sur les 24 qu’il comptait. Le Sénat était une "citadelle de la droite depuis le déput de la Ve République avec un scrutin taillé sur mesure pour la droite", il va désormais "pouvoir jouer un rôle de point d’appui au mouvement de résistance contre la politique de la droite", a-t-il dit à l’AFP.

    Lors de cette élection, le PCF a perdu deux sièges, un en Seine-Saint-Denis "de seulement quelques voix" et un autre (le sortant Bernard Vera) dans l’Essonne "dû à une situation compliquée" avec une liste dissidente PS face à la liste d’union PS-EELV-PCF, selon M. Laurent. En revanche, "un siège a été gagné dans le Morbihan" avec Michel Le Scouarnec (PCF), a-t-il souligné.

    Le groupe CRC-SPG comptait 24 sénateurs (21 communistes, 2 du Parti de gauche et un du PC réunionnais), il en compte désormais 21.

    Répondre à ce message

  • Dimanche 25 septembre, le Sénat peut basculer à gauche ! Le 26 septembre 2011 à 11:25, par en Seine Saint Denis c’est pas si évident...

    Les sénatoriales sont la résultante des élections municipales de 2008. Celles-ci ont logiquement envoyé plus de grands électeurs socialistes pour voter. La perte de villes par les communistes en 2008 aurait du provoquer mécaniquement une baisse du nombre de voix du front de gauche. Or c’est l’inverse qui s’est produit.

    Ce qui signifie que c’est l’addition de voix de grands électeurs non inscrits ou ex-socialistes ou autres qui se sont reconnus dans les valeurs portées par le front de gauche qui a permis ce résultat. Quand on sait que les grands électeurs reproduisent en général aux sénatoriales le vote sur lequel ils avaient été élu, on se dit que cette évolution marginale traduit en réalité une dynamique plus profonde, même si elle n’a pas été suffisante pour permettre l’élection de Didier Paillard. Un sénateur de gauche de plus dans le paysage politique aurait été un atout supplémentaire pour toutes les composantes de la gauche, c’est pour cela qu’on peut regretter que le 93 n’aie que 4 sénateurs de gauche, comme en 2004, alors qu’il aurait pu en gagner un cinquième (sur six).

    Ironie de l’histoire, les deux villes qui ont perdu le plus de grands électeurs front de gauche en 2008 du fait des municipales, Montreuil et Aubervilliers, sont les deux villes qui ont élu en mars 2011 des conseillers généraux front de gauche...

    "Il faut se souvenir de l’avenir" comme le répétait Jack Ralite qui tire sa révérence. Ce souvenir sera peut-être bienvenu dans quelques mois...

    Répondre à ce message

  • Dimanche 25 septembre, le Sénat peut basculer à gauche ! Le 26 septembre 2011 à 21:43, par score inespéré des centristes dans le 93 ?

    Le nouveau centre chipe le dernier siège alors qu’il obtient presque deux fois moins de voix que le front de gauche. C’est le siège attribué au plus fort reste. Ce reste s’est avéré suffisant pour envoyer le maire du Bourget au sénat. Bidouille de la droite ? Ce n’est pas évident du tout...

    Si simplement certains grands électeurs de droite, lassés de la politique sarkozyste qui étrangle leur collectivité s’étaient laissé aller à voter centriste ? Et renforcer le pôle constitué avec Lagarde, Cheverau.... C’est sans doute là qu’il faut chercher l’explication, surtout quand on voit le faible score de la liste UMP au regard de ses grands électeurs potentiels.

    Comme quoi, un siège ça tient à pas grand choses parfois : 14 voix en l’occurrence....

    Répondre à ce message

Répondre à cet article