Pour une autre réforme des retraites

samedi 20 août 2011

La réforme des retraites du gouvernement vise d’abord à réduire la dette publique pour satisfaire les marchés et les agences de notation, plutôt qu’assurer un retour à l’équilibre des comptes sociaux.

85% du coût de la réforme seront supportés par les salariés, 15% seulement par les détenteurs de capitaux et de patrimoine.

Le gouvernement affirme vouloir dégager 20 milliards d’euros. Mais il passe sous silence les 34 milliards d’euros qui manquent à la sécurité sociale du fait de la crise du capitalisme. Surtout, il fait mine d’ignorer que depuis 1983 les milieux financiers ont capté à leur profit chaque année - sous forme de dividendes, de stock-options ou de parachutes dorés - plus de 100 milliard d’euros.

Il est tout à fait possible de garantir la retraite à 60 ans à taux plein.

Cela suppose un rééquilibrage des richesses créées au profit des salariés et au détriment des actionnaires.

Cela suppose de bons salaires et des emplois stables. Bref, cela suppose de "désintoxiquer" l’économie du poison de la course effrénée et irresponsable aux dividendes.


extrait du journal des sénateurs communistes