Mireille Abadie est décédée

mercredi 15 juin 2011

Militante communiste du centre ville, trésorière du SFA (syndicat des artistes CGT), Mireille Abadie était de tous les combats féministes et pour la culture. On la croisait régulièrement dans les manifestations, mais elle était aussi très présente à Aubervilliers où on la rencontrait souvent au marché et dans les activités du parti.

A sa famille, ses proches, nous adressons nos plus sincères amitiés.

Les obsèques auront lieu vendredi 17 juin à 11h00 en l’église Notre Dame des Vertus.

Nous reviendrons sur la mémoire de notre amie et camarade Mireille.

La section

3 Messages

  • Mireille Abadie est décédée Le 16 juin 2011 à 13:22, par maria mercader

    c’est bien d’ avoir fait un article laurence, je l’envoi à sa fille, merci, maria

  • Mireille Abadie est décédée Le 14 février 2013 à 02:31, par Ravery Jean-Pierre

    Mireille avait longtemps été membre de la cellule Pigalle du PCF dans le 18ème arrondissement de Paris. C’était une chouette camarade. Je regrette de ne pas l’avoir revue avant qu’elle nous quitte.
    JP Ravery

  • Mireille Abadie est décédée Le 28 février 2013 à 16:38, par Souriac Philippe

    Désolé les camarades de réagir à cet article aussi tardivement, mais il n’est pas trop tard de revenir sur la mémoire de notre chère et regrettée camarade Mireille. Oui c’était une militante communiste au sens plein du terme mais avec une ouverture d’esprit qui n’était pas incompatible avec son engagement infaillible dans toutes les causes que notre parti a défendues, mais il y avait un trait particulier qui la distinguait, outre sa disponibilité permanente dans les combats pour l’émancipation humaine, c’est qu’elle avait un sens aiguë de LA FRATERNITÉ. Elle était pour moi l’incarnation même de LA FRATERNITÉ que j’ai apprise au parti comme un des fondements des rapports entre communistes. J’ai connu Mireille les dernières années de sa vie, d’abord en tant que syndicaliste à la Fédé Spectacle CGT où on s’est rencontrés pour la première fois en plein bataille contre le TCE en 2005 ensuite en tant que militante communiste qui avait le communisme "dans la peau" si je peux me permette expression. c’était pour elle nécessaire d’être communiste, plus que jamais. Le peu d’années que je l’ai fréquentée entre 2005 et 2011, jusqu’à sa disparition, c’était toujours riche et intense de la rencontrer sur le plan humain, politique et intellectuelle. On débattait sans cesse de nos luttes et nos préoccupations sociales, politiques et culturelles. Elle aimait discuter de tout cela mais elle aimait agir surtout. Et elle agissait, et n’était jamais en retard d’une cause ! C’était une camarade, une amie, qui luttait tant qu’elle pouvait, et savait mobiliser autour d’elle quand il le fallait, mais elle aimait la vie aussi. Elle était joyeuse, joyeuse combattante communiste. Il y a beaucoup à dire sur la camarade et amie Mireille peut-être que j’aurais l’occasion de revenir sur sa mémoire pour apporter ma part de témoignage. Philippe - PCF Lille.