Conférence nationale des 3, 4 et 5 juin 2011

Un bulletin de vote à trois noms

mardi 7 juin 2011

Ces 3, 4 et 5 juin à Montreuil, près de 700 délégués de toutes les fédérations étaient invités à discuter et débattre de la question de la candidature à la présidentielle de 2012. Les 16, 17 et 18 juin, les adhérents communistes auront à se prononcer sur le choix de leur candidat et cette conférence nationale devait, entre autre, permettre d’établir un bulletin de vote.

Le conseil national du Pcf des 8 et 9 avril derniers proposait que les communistes définissent une position commune et un bulletin de vote lors de la conférence nationale pour choisir une candidature dans le cadre du Front de gauche. En même temps que cette candidature, le CN proposait de ratifier un accord global avec le Parti de gauche et la Gauche unitaire sur les législatives.
La veille de la conférence, les secrétaires de 20 fédérations ont écrit à Pierre Laurent pour demander que les débats soient menés dans la clarté et que la souveraineté des communistes soit respectée.

Les avis exprimés dans la conférence nationale ont été très partagés.

Des communistes de plusieurs fédérations ont fait part de leur réserve à l’égard de la candidature de Jean Luc Mélenchon et de l’accord global liant la présidentielle et les législatives. Ils ont exprimé leur crainte de voir le Pcf dilué dans le Front de gauche. Ils ont aussi mis en avant que la candidature de Jean Luc Mélenchon n’était pas forcément plus rassembleuse que celle d’André Chassaigne, député communiste du Puy-de-Dôme qui s’inscrit également dans le Front de gauche.

A contrario, la direction nationale et d’autres fédérations ont fait prévaloir que le Front de gauche respectait les choix de congrès, qu’il ne s’agissait pas de diluer le Parti communiste, et que l’accord autour de Jean Luc Mélenchon pourrait créer une dynamique gagnante pour les législatives.

Après des heures de discussion, la direction nationale a modifié la résolution qu’elle proposait et le bulletin de vote.

La résolution – consultable sur le site national du Pcf – a été adoptée à 63 % pour, 37 % contre.

Le bulletin de vote comprend trois choix possibles :
- Jean Luc Mélenchon, choix majoritaire de la Conférence nationale, dans le cadre du Front de gauche
- André Chassaigne, dans le cadre du Front de gauche
- Emmanuel Dang Tran, candidature dans le cadre du Pcf.

La Conférence nationale a aussi été l’occasion d’aborder la vie de L’Humanité, seul journal à n’être pas l’expression des grands pôles financiers et des grands pôles de presse. L’Humanité connaît actuellement de grandes difficultés financières dues à l’augmentation des coûts de fabrication et de diffusion. Elle a besoin du soutien de tous les communistes pour que vive en France une presse qui soit l’expression des luttes et du monde du travail.

La Conférence a été aussi l’occasion de rencontres avec des représentants du monde entier, Brésil, Espagne, Tunisie, Egypte, Syrie, Palestine, dans la tradition chère aux communistes de la solidarité internationale.

Enfin, un hommage a été rendu aux grands acteurs du Pcf, notamment Henri Alleg et Alban Liechti, militants de la lutte anticoloniale, et Odette Nilès, résistante, responsable de l’amicale Voves-Chateaubriant. A l’occasion des 70 ans de l’exécution des martyrs de Chateaubriant, le 22 octobre prochain, l’amicale invite les communistes à commémorer cette date anniversaire.

Caroline Andreani

22 Messages

  • Primaires au PCF Le 8 juin 2011 à 09:19, par Nez rouge

    C’est comique : les communistes décident de faire des primaires comme le ps et europe/écologie les verts.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 8 juin 2011 à 10:15, par Manque de pif

    Non, Nez rouge, il ne s’agit pas de primaires au parti communiste. Il s’agit simplement du vote des militants pour désigner le candidat qui représentera le front de gauche ou le parti communiste aux prochaines élections.

    C’est ce qui se passe à chaque élection, et pas seulement au PC. Le PS procédait ainsi avant de se lancer dans cette sorte de foire électorale à l’américaine que sont les primaires et qui concernent tous ceux qui voudront bien voter ce jour là pour un candidat socialiste.

    C’est une démarche différente. Un militant du parti socialiste me disait un peu dépité que maintenant que la machine des primaires était lancée, il fallait aller au bout. C’est dire à quel point il y croit !

    Après les adhérents d’un jour à 20 euros qui avaient désigné Ségolène Royal, les électeurs à un euro pour désigner DSK ! Euh désolé, il est HS. Retour du suffrage censitaire ou élection à deux balles ?

  • Un choix pour départager deux stratégies Le 8 juin 2011 à 11:09, par Quel avenir ?

    Derrière cette fausse primaire, le choix n’est pas entre deux personnalités, mais entre deux stratégies politique différentes. Le choix se fera entre ceux qui veulent travailler à l’élargissement indispensable du Front de Gauche et ceux qui veulent un regroupement du Front de Gauche exclusivement autour et derrière le PCF. Le premier choix ouvre des perspectives d’avenir, le second est la voie ouverte à l’échec.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 8 juin 2011 à 12:09, par une seule stratégie, le rassemblement

    Non et encore non ! Il n’y a pas opposition entre deux stratégies. Mis à part la candidature Dang Tran qui s’inscrit clairement dans un cadre PCF, les deux autres candidtures sont des candidatures "Front de gauche". Mélenchon aux européennes, comme Chassaigne dans le Limousin ont montré leur capacité de rassemblement, et ces deux candidatures ne traduisent pas une stratégie différente.

    L’enjeu est simplement de savoir comment dans une élection aussi bipolarisée que la présidentielle, on peut faire porter et inscrire dans la vie politique cette volonté de rassemblement à gauche.

    On peut le déplorer, mais la personnalisation de ce type de scrutin est une réalité incontournable. C’est regretable, surtout pour nous qui sommes plus sur le projet plus que les personnes, mais c’est aujour’hui une étape nécessaire à la construction de l’alternative politique à gauche.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 8 juin 2011 à 16:05

    Chassaigne ou Mélenchon, ce n’est pas la même stratégie de rassemblement, c’est certain. Il faut dire les choses. Le premier a le soucis de son parti et des militants communistes, le second essaye de se construire un parti en tirant profit d’une alliance avec le Pcf.

    Expliquer benoitement que Chassaigne, c’est la fermeture et le repli sur soi, c’est une vision des choses pour le moins malhonnête. Chassaigne, député de Puy-de-Dôme, a une pratique de rassemblement sur le terrain depuis des années qui va au delà du Parti communiste. Non seulement il rassemble lors des élections, mais il rassemble aussi -et c’est beaucoup plus important- en dehors des périodes électorales.

    Personnellement, je ne comprends pas pourquoi le Parti communiste fait la courte-échelle à Mélenchon, qui est avant tout et pour tout un démagogue.

    Il y a eu un après présidentielles de 2007, dont malheureusement les communistes n’ont pas tiré les enseignements. Il y aura un après présidentielles de 2012, et espérons que cette fois-ci, les communistes sauront en tirer tous les enseignements.

  • Un bulletin de vote à trois noms par Alain B Le 8 juin 2011 à 19:32, par Alain Bascoulergue

    La décision de la Conférence nationale est raisonnable. A plus de 63% elle soutient la candidature de J.L. Mélanchon et décide de proposer aux communistes un bulletin de vote qui donne clairement cette information.

    Ce bulletin présente les trois candidats restant en lice (après le retrait d’André Gerin qui confirme son hostilité au Front de gauche. A la faveur de son retrait, André Gerin se prononce en faveur d’André Chassaigne). André Chassaigne reste pour sa part candidat souhaitant par sa candidature oeuvrer à élargir les composantes du Front de Gauche et à approfondir le contenu du projet partagé. Le troisième candidat, le camarade Dang Tran, combat avec virulence le Front de Gauche et ses deux concurrents coupables à ses yeux de vouloir d’une manière et d’une autre enterrer le Parti communiste. Sa candidature revêt donc le sens d’un combat contre les ennemis de l’extérieur et de l’intérieur pour la survie. Voilà pour le factuel.

    Il est nécessaire d’ajouter que le choix se complète de deux données importantes - l’accord des législatives et les choix déjà exprimés par les autres composantes du Front de gauche - Ne perdons pas de vue qu’il n’est "Front" pour l’instant que parce qu’il rassemble des forces certes inégales en nombre, sans que nous puissions préjuger de l’influence respectives de ses composantes dans le cadre d’une présidentielle, mais diverses et par cette diversité même, ouvert à d’autres élargissements auxquels nous devons travailler.

    Personnellement et pour ces raisons, je voterai pour la candidature J.L. Mélanchon, pour l’accord des législatives, pour le programme partagé, pour l’avenir d’un front de Gauche en développement, ouvert à toutes les forces de gauche qui peuvent s’y reconnaître, à toutes celles et ceux qui veulent travailler à une alternative politique de transformation sociale, écologique, politique et institutionnelle et qui savent qu’il ne faut pas décevoir une espérance encore fragile mais qui déjà change la vision de l’avenir.

    Pour Aubervilliers, je me sens d’autant plus décidé dans mon choix que je ne voudrais pas que soit adressé aux autres composantes de ce front déjà élargi ici même, un geste de mépris refermant ainsi brutalement les ouvertures qui nous ont permis d’élire Pascal Baudet lors de l’élection cantonale d’Aubervilliers. Je ne ferai pas ce cadeau au parti socialiste.

  • Primaire sur trois noms Le 9 juin 2011 à 19:25, par Nez rouge

    "Manque de pif" me dit : "Il ne s’agit pas de primaire". Bon d’accord, je juge peut-être un peu au pif, mais quand même. André Chassaigne ou Jean-Luc Mélanchon c’est la même stratégie si j’en juge par ce que certains pcf me disent. A en croire d’autres, rien ne les différencient sur le contenu du programme. Ok, la stratégie est la même, le programme est identique, donc le choix porte bien sur les hommes. Si ça c’est pas une primaire alors c’est quoi ? Si vous aviez ouvert votre vote aux pas communistes, j’aurai voté JL Mélanchon.

  • Rien de bon à attendre de la présidentielle de 2012 Le 10 juin 2011 à 17:25, par Quel avenir ?

    Le changement ne viendra pas de la présidentielle de 2012. Avec la crainte d’une possible réélection de Sarkozy, le risque d’avoir un vote utile en faveur du PS est très grand. Un PS qui montre chaque jour une volonté d’accompagnement du capitalisme financier. Derrière un discours teinté de social, pour l’essentiel son programme accompagne les politiques d’austérité. Dans la mesure où le Front de Gauche ne dispose pas pour l’immédiat d’une dynamique suffisante pour être une alternative au PS, la gauche de la gauche est condamnée à travailler pour l’avenir en cherchant à montrer sa volonté de construction d’un rassemblement avec un front de gauche élargit. Oui ! les communistes qui veulent aider la gauche de la gauche à sortir de sa torpeur doivent voter pour Jean-Luc Mélenchon. Comme rien ne sortira de bon des urnes en 2012, on ne risque rien à se projeter sur l’après après présidentielle.

  • Il faut voter pour un front de gauche large Le 10 juin 2011 à 18:46, par Ecolo d’un jour, écolo toujours

    Un ou une internaute (8 juin 16h05) dis : "...je ne comprends pas pourquoi le pcf fait la courte échelle à Mélenchon...". Pourtant il a dit qu’il ne serait pas ministre dans un gouvernement qui ne mettrait pas en cause les politiques d’austérité et le traité de Lisbonne. Pourquoi ne pas le croire ? Écologiste de cœur, le front de gauche m’intéresse mais je vois bien qu’il reste très fragile. Le pc qui en est la force principale doit se montrer plus ouvert. Les communistes ne gagneront rien à vouloir absolument rassembler seulement autour d’eux et tout diriger. Comme beaucoup le dise, le front de gauche doit s’élargir et c’est comme ça que le pcf continuera d’être une force politique qui compte. Sans le pc le front de gauche n’est rien, mais sans le front de gauche le pc n’est pas grand chose.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 11 juin 2011 à 10:57, par Renforcer le PC pour renforcer le Front de Gauche !!!

    On en revient toujours à la même chose : Ne pas voter Melenchon serait vexer nos partenaires du Front de Gauche. Quelle drôle de conception de la démocratie !
    Moi, je vais voter pour renforcer le PC, car, comme il est dit plus haut, le Front de Gauche n’est rien sans le PC et affaiblir le PC, c’est affaiblir le Front de Gauche !

  • Un vote pour rassembler le front de gauche Le 11 juin 2011 à 11:00, par Réveillons nous

    Le fait de ne rien attendre des élections présidentielles ne doit pas bloquer la recherche d’un rassemblement pour changer les politiques sociales, économiques et écologiques. Se retrouver avec le ps apparait peu crédible dans la mesure où les socialistes refusent d’envisager une rupture avec le traité de Lisbonne et disent sans cesse vouloir tenir compte des réalités économiques, ce qui veut dire accepter plus ou moins les politiques d’austérité. Cela renforce d’autant les responsabilités du front de gauche. De quoi avez vous peur avec la candidature de JL Mélenchon ? En faire le candidat du front de gauche, ce n’est pas lui donner une signature en blanc sur l’avenir, c’est simplement affirmer une volonté d’ouverture. Et puis l’essentiel ce n’est pas la personnalisation à outrance de l"élection présidentielle, ce qui va compter au-delà de la présidentielle, quel que soit le candidat, c’est la poursuite des actions pour répondre aux aspirations populaires et pour que soit mené une politique de transformation sociale.

  • Votez donc pour un contrat politique d’avenir Le 11 juin 2011 à 11:57, par Olivier

    L’écolo d’un jour l’a dit : "sans le front de gauche le pc n’est grand chose". Contrairement à ce qui est dit avant, Le pc ne se renforcera pas seul et sans une progression du front de gauche. Si ce n’est pas le cas, le pc ne sera plus rien de significatif pour l’avenir. A vouloir vous enfermer dans des conceptions de ralliement exclusivement autour du pc vous continuerez de vous marginaliser. Depuis des mois et des mois les communistes nous expliquent que l’important c’est la démarche de rassemblement pour faire progresser la dynamique du front de gauche sur la base d’un programme populaire et partagé. En reléguant cette question au second plan, vous contribuez à la personnalisation à l’excès de la vie politique.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 11 juin 2011 à 14:14, par Renforcer le PC pour renforcer le Front de Gauche !!!

    Sans le PC, le Front de Gauche n’est rien.

    Dans toute l’europe, et ailleurs, là où le PC s’est dissout dans une alliance à gauche, la gauche perd et le PC ne pèse pratiquement plus rien. Par contre, là où le PC existe encore en tant que tel, il progresse et fait progresser la gauche.

    Pourquoi donc il en serait autrement en France ?

    Le PC est encore moteur du front de gauche parce qu’il ne s’est pas dissout dedans. Ne pas présenter un candidat communiste, dans le cadre du Front de Gauche, c’est entériner la dissolution du PC dans le Front de Gauche, donc l’affaiblissement du Front de Gauche, ce que personne ne veut.

    C’est aux militants du PG et des autres partis membres du Front de Gauche de travailler au développement de leurs partis. Mais cela ne peut pas se faire au détriment du PC, sinon cela ne nous fera pas gagner.

    A nous de récupérer et développer notre électorat, à eux de faire de même avec le leur et c’est ça qui nous permettra de gagner.

  • Le PCF tout seul est-il encore moteur ?

    Présidentielles 1969 = 21,27% = 4 808 285 voix
    Présidentielles 1981 = 15,34% = 4 456 992 voix
    présidentielles 1988 = 6,76% = 2 056 261 voix
    Présidentielles 1995 = 8,65% = 2 632 460 voix
    Présidentielles 2002 = 3,37% = 960 480 voix
    Présidentielles 2007 = 1,93% = 707 327 voix

    Sans le front de gauche le PCF n’est pas grand chose.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 11 juin 2011 à 16:01, par D’accord et pas d’accord

    Bien sûr, le front de gauche n’est rien sans le PC. D’ailleurs die Linke en Allemagne n’aurait pas eu la dynamique (même si c’est pas simple) qu’elle a pu avoir sans les ex du SED. En plus, les communistes en France ne se sont pas compromis dans la un système dictatorial.

    En même temps, le front de gauche ne saurait être une addition de boutiques. N’allons pas donner de leçon au PG ou à la gauche unitaire pour qu’ils se renforcent sachant que nous, on ferait ce qu’il faut. Quand bien même nous ferions ce qu’il faut, nous n’y arriverions pas, et d’ailleurs nous n’y arrivons pas. C’est donc bien d’une alchimie entre ces différents éléments et d’autres qui sont en passe de rentrer dans le front de gauche (ou de s’en rapprocher) qu’il faut travailler, comme on l’a fait localement pour la cantonale.

    La présidentielle est l’occasion de dépasser les clivages de boutique. Je ne partage pas certains des points de vue de Mélenchon sur sa vision de la laicité par exemple, mais sa candidature constitue à mon sens une étape dans notre construction à gauche. C’est pour ça que sans état d’âme, je voterai Mélenchon pour qu’il soit candidat. Ce qui est vrai pour 2012 ne le sera pas forcément pour 2017. L’absence de candidature communiste en 1965 n’a pas empêché les 21% de Duclos en 1969. Les très bons scores qu’a pu faire Arlette Laguiller n’ont pas garanti la pérennité électorale de Lutte Ouvrière. Les communistes le savent bien. Il y a un temps où il faut être en phase avec les attentes de la population. C’est aussi aux militants qu’il appartient d’envoyer un signe d’espoir.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 11 juin 2011 à 16:25, par Prolétaires de tous les pays, sabordez-vous !!!

    T’as raison Olivier, autant finir le travail.

    Melanchon finit ce que Mitterand a commencé.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 11 juin 2011 à 22:49, par unissons-nous

    En 2007, Marie-George Buffet a rassemblé 1,93% des suffrages exprimés, soit 707000 voix. En demandant encore une candidature communiste qui ne soit pas une candidature du Front de Gauche, certain(e)s veulent la fin du P.C.F. en lui proposant un résultat inférieur à 1%.

    Quelle est l’urgence ?

    1- Battre Sarkozy et sa politique.
    2- Ne pas emmener le peuple français dans une voie de garage qui serait l’arrivée au pouvoir d’une fausse gauche mettant en oeuvre une politique dite d’alternance, qui ne serait qu’une copie de la politique actuelle.

    Face à cette politique actuelle, il faut répondre à l’attente de millions de gens qui espèrent la mise en oeuvre de mesures radicales pour changer en profondeur cette politique.

    Seule l’union de toutes les forces qui se réclament d’un tel changement évitera une nouvelle et grave déception pour tous ceux et toutes celles qui s’enfoncent dans les difficultés de la vie quotidienne ; et qui se tournent vers l’abstention ou le Front national.

    Une seule chose compte dans l’immédiat : tout faire pour qu’une nouvelle politique alternative puisse se construire.

    remarque historique : heureusement que pendant la deuxième guerre mondiale, le P.C.F. a su participer de façon déterminante à la réalisation de l’union de tous les opposants au nazisme. Que serait-il advenu s’il avait dit "A nous de récupérer et développer notre électorat, à eux de faire de même avec le leur et c’est ça qui nous permettra de gagner." ?

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 12 juin 2011 à 00:54, par expliquez moi

    Et pourquoi pas un candidat communiste dans le cadre du Front de Gauche ?

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 12 juin 2011 à 13:35, par Le débat est serein

    Et pourquoi pas un candidat communiste dans le cadre du Front de Gauche ?

    Pourquoi pas ? L’idée n’est pas à rejeter à priori. Les deux assemblées générales que nous avons eues à Aubervilliers ont donné lieu à des débats intéressants. Le côté épidermique des discussions dont nous avions souffert lors des collectifs anti-libéraux a largement disparu et fait place à l’échange. Il n’y a que sur le site que les piques réapparaissent ponctuellement, mais cela n’entache pas le débat.

    En réalité, la plupart des interventions des camarades traduisaient un soutien à la candidature de Mélenchon. Il s’agissait parfois d’un soutien qu’on qualifiera de façon un peu abusive d’inconditionnel, soit, le plus souvent d’un soutien "raisonné" au regard du paysage politique en construction avec le front de gauche. Certains camarades ont défendu le principe d’une candidature communiste, sans mettre en cause le front de gauche. Il n’y a pas eu d’unanimité, mais la volonté a été que les communistes puissent s’exprimer sur plusieurs candidatures, et le fait que le projet soit travaillé de façon plus conséquente.

    Les militants se sont montré largement motivés pour mener la campagne, quel que soit le candidat qui sortira de la consultation.

  • Le rassemblement est possible mais plus comme avant Le 12 juin 2011 à 22:42, par Olivier

    Il n’y a pas de réaction épidermique. Mais il faut tout de même avoir en mémoire les 1,93% de la dernière présidentielle et ne pas rêver outre mesure sur l’influence réel du pcf seul. Il faut aussi comprendre que pour donner une chance à la gauche de transformation sociale, l’influence électorale actuelle ou l’activité militante ne peut pas être le seul critère. D’autant que dans ce qui semble se dessiner concernant les scrutins à venir, le pcf n’est pas maltraité par ses partenaires. Le pcf a besoin d’un accord électoral national pour les législatives et les sénatoriales, il ne retrouvera pas la totalité ses élus sans accord avec les forces qui constituent le front de gauche. Il est légitime que les composantes du front de gauche puissent espérer avoir aussi des élus. Toutes les composantes du front de gauche doivent être loyales et cela passe par une représentation qui reconnaisse l’apport de chacun à la dynamique du rassemblement et qui garantisse le pluralisme du front de gauche. Le rassemblement le plus large, insuffisant aujourd’hui, et l’avenir du front de gauche, comme celui du pcf passe par cette condition. Le pcf ne peut pas prétendre décider seul de la place de chacun.

  • Un bulletin de vote à trois noms Le 15 juin 2011 à 04:55, par GrandOursPS

    En lisant "Dans le rassemblement il ne peut pas y avoir qu’un seul maître à bord 11 juin 15:43, par Olivier".

    Présidentielles 2007 = 1,93% = 707 327 voix

    Il y a le fameux remboursement de la campagne si le résultat dépasse les 5%.

    Où est la démocratie ....

  • Se rassembler sur un projet d’avenir Le 15 juin 2011 à 09:21, par Olivier

    A "GrandOursps" : Je ne vois pas le rapport avec mon commentaire. Moi je vous parle de la nécessité d’élargir le rassemblement des forces s’inscrivant dans une démarche de transformation sociale. Cela n’a rien à voir avec le remboursement légal des campagnes électorales. Pour moi cette question est sans intérêt dans le débat et je n’ai pas envie de participer à un échange politicien sur ce sujet secondaire pour tous ceux qui attendent que la gauche de changement se réunisse sur la base d’un projet d’avenir.