Communiqué de presse

Le gouvernement serait-il allergique au jasmin ?

mardi 3 mai 2011

Après avoir salué la Révolution du même nom, en Tunisie, il semblerait que
son parfum ne soit pas désiré ici en France.

C’est à grand renfort de sommet Italie/France, de déploiement policier dans
la capitale que les migrants tunisiens sont reçus ici. Ce sont près de 200
tunisiens qui se retrouvent dans la capitale et notamment dans le nord-est
de Paris et dans des villes de Seine-Saint-Denis.

Nous sommes loin de l’afflux massif que le gouvernement agite comme un
chiffon rouge, ratissant une fois de plus sur les terres du Front National.

Ces hommes, jeunes pour la plupart, avec une qualification viennent au « 
pays des droits de l’’Homme » chercher de meilleures conditions de vie. Le
manque de démocratie, les atteintes aux libertés et une situation sociale
extrêmement difficile ont poussé le peuple tunisien à se révolter.
Aujourd’hui, la situation reste instable du point de vue politique, social
et économique avec une forte dette héritée des années Ben Ali dont le peuple
tunisien continue de payer lourdement le tribut.

Les gardes à vue et les matraques policières ne doivent pas être la réponse
de l’Etat, qui se félicitait il y a peu du départ de Ben Ali du pouvoir en
Tunisie. Le soutien à la Tunisie passe aussi par le soutien aux Tunisiens !
A l’inverse du gouvernement, nous pensons que notre pays peut être enrichi
de leur apport.

Nous demandons en conséquence, à l’Etat français de prendre ses
responsabilités et d’assurer des conditions d’accueil dignes à ces hommes.

Hervé Bramy, secrétaire départemental du PCF

Pantin le 28 / 04 / 2011