Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes

jeudi 14 avril 2011

Enterrement de première classe pour la démocratie locale ! Quelques lignes en bas de la page 6 du dernier aubermensuel pour annoncer le renouvellement des conseils de quartier ; soit à peine plus que pour la victoire de Pascal Beaudet en page 17 de ce même journal. Sous un tonitruant "Présentez-vous citoyens !" titrant un texte aussi enthousiaste que l’est celui relatant l’élection cantonale, les habitants qui veulent participer à la vie locale sont invités à s’inscrire avant le 30 avril 2011 dans les collectifs d’habitants.

"Présentez-vous citoyens !"

Un courrier tout aussi enthousiaste a été adressé aux membres sortants et précise les modalités d’inscription.
- renvoi du talon du courrier au service démocratie locale, 7 rue Achille Domart
- dépôt de ce talon dans une salle de quartier aux horaires de permanence
- envoi d’un mail à vie-quartier@mairie-aubervilliers.fr
- téléphoner au service démocratie locale (01 48 39 50 15)
- laisser un message sur les blog de quartier (attention, ne pas confondre avec le site pcfaubervilliers.fr)
Ne manque que la possibilité de s’inscrire en laissant un sms sur le portable d’un copain et la panoplie est complète.

C’est dire que c’est toujours aussi sérieux que la première campagne de 2009 qui avait déchaîné des passions et dont nous nous sommes fait l’écho à plusieurs reprises sur le site. Nous avions produit un bilan d’étape sur le site sous le titre "le malaise de la démocratie locale". Ce papier qui continue à être consulté, faisait suite à réunion qui avait accueilli en mairie une cinquantaine de personnes le 6 février 2010. Son titre semble aujourd’hui dépassé, tout comme le coma qui entoure la démocratie locale.

On y croit !

Aucun enseignement n’a été tiré pour la mouture 2011 dont la nouvelle charte a été élaborée de façon confidentielle. Mais sans doute l’enthousiasme qui préside au fonctionnement des conseils de quartiers qui ressemblent davantage à des comités des fêtes organisant des vide-greniers, des animations, des sorties, suffira-t-il à provoquer l’engouement.

On notera d’ailleurs que l’implication de l’adjointe au maire chargée du dossier, madame Diakité, est telle, qu’elle n’est même pas signataire de la lettre adressée aux équipes d’animation. C’est madame Yonnet qui honore la démarche de sa signature sur ce courrier daté du 28 avril (en réalité 28 mars).

On vous l’avait dit, tout est question d’enthousiasme, et là, il est vraiment communicatif.

Eric Plée

22 Messages

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 15 avril 2011 à 09:21, par deux de tension, quatre de température...

    "les organes de communication de la ville ont leur réactivité, les rédacteurs et internautes sur notre site ont la leur"

    Tu l’as dit bouffi, les organes de communication de la ville ont plus ou moins de retard à l’allumage. Mais est-ce la faute des communicants ?

    - Est-ce qu’il n’y aurait pas des injonctions du politique sur la façon de traiter certains sujets et les hiérarchiser ?

    - Est-ce que les communicants arrivent eux-même à y voir clair dans le foisonnement des directions prises par le maire actuel ?

    - Est-ce que les agents territoriaux, et en particulier les cadres sont convaincus du bien-fondé des missions qu’on leur assigne ? N’y aurait-il pas une certaine démotivation des personnels territoriaux qui ne comprendraient plus le sens de leurs missions ?

    - Est-ce que tout ça ne provoquerait pas une diminution de la qualité du travail, et donc du service rendu ?

    - Est-ce que la réponse à ce malaise se trouve dans le contrôle de gestion ?

    Alors baisse de tension, oui, quatre de température, non ! le thermomètre électoral a plutôt bien fonctionné !

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 16 avril 2011 à 09:59, par Socialo en colère

    Bonjour monsieur plaie. Allez sur le site officiel de la ville d aubervilliers vous y retrouverez toutes les infos utiles au sujet de la démarche quartiers avec une vraie démocratie participative ouverte a tous. Sur ce même site vous verrez q Evelyne yonnet est toujours élue conseillère générale car grace au recours en annulation de l élection de beaudet notre victoire celle d Evelyne sera enfin reconnue et cela sans les voies du fn que vous avez pur obtenir grasse au rouge brun karman avec ses méthodes populistes et agressives envers ses conqurents

  • Pourquoi tant de colère pour si peu de choses ? Autorise-t-elle à dire n’importe quoi ?
    Perdre ou gagner une élection, c’est affaire de choix des électeurs, pas de haines recuites.
    Ce serait bien de nous aider à respecter la tenue de ce site sinon passez dég... votre frustration ailleurs.

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 16 avril 2011 à 23:34, par d’ailleurs, tout le monde s’en fout...

    Si la municipalité voulait montrer qu’elle se fout de ma démarche quartier, elle ne s’y prendrait pas autrement. Je viens de recevoir l’infos-quartier de mon quartier, signé "l’équipe municipale". Quid des présidents qui ont été élus il y a deux ans ? Quid des équipes d’animation ? Ils sont toujours en place, non ? d’accord, il y en a une ribambelle qui veut plus se présenter ou qui a démissionné, mais quand même !

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 19 avril 2011 à 13:39, par Mimi

    C’est vrai qu’il ne reste rien ou presque de la démarche quartier. On ne peut se satisfaire de cette situation, telle est en tout cas mon opinion.

    Ne peut-on tenter de prendre pied dans les équipes d’animation et construire une coordination des équipes sur la base d’un projet ?

    Ne couperait-on pas ainsi les ailes aux fossoyeurs de la démarche quartier et ne reprendrait-on pas l’initiative sur les questions de la démocratie ?

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 19 avril 2011 à 14:08, par Poisson Rouge

    Je ne suis qu’à moitié convaincu de l’efficacité de cette démarche.

    D’abord, impulser un véritable projet citoyen au sein d’une équipe d’animation, ça a été tenté en centre ville par Mme Delbo. Il s’est avéré au final que les blocages institutionnels étaient tels qu’elle a finit par démissionner de son poste de présidente.

    Et puis, c’est tout le sens de la démarche quartier qui est à repenser. Aujourd’hui, ce sont de simples comités des fêtes. La dimension politique est complètement oubliée. Les rencontres avec les élus ont quasiment disparu et aucun débat sérieux n’en émerge comme le montrent très bien les différents comptes-rendus qui ont été publiés sur ce site au cours des dernières années.

  • Que faire ? Le 19 avril 2011 à 18:28, par Martine

    Que faut-il donc faire ? On ne peut abandonner ainsi les quartiers. Bien sûr il y a des gens et quelques orgas (dont le PC) qui se bougent. Mais ne faudrait-il pas créer des trucs du type "communes autogérées" ?

    C’est une piste discutable peut être mais c’est une piste.

  • Démarche quartier : mémoire courte Le 19 avril 2011 à 19:35, par Participant aux conseils de quartier.

    Je n’ai pas souvenir qu’avant 2008, les conseils consultatifs de quartiers fonctionnaient beaucoup mieux et que c’étaient des modèles de démocratie participative.
    Il s’agissait toujours d’une petit minorité venue se plaindre de crottes de chiens et autres désagréments et problèmes d’incivilités et d’agressions. Les ascenseurs en panne, l’absence de propreté, etc.
    Faudrait pas trop idéaliser le passé !
    Au moins, si cela permet d’organiser des fêtes, de créer du lien, c’est un début.
    Ferez mieux de remonter vos manches au lieu de toujours critiquer tout ce qui vient de l’actuelle municipalité.

  • au moins organiser des fètes Le 19 avril 2011 à 20:06, par beotien

    le conseil donne les jeux (fete ) les restos du coeur de la bouffe de base
    comme les romains du pain des jeux le programme antique des socs d aubervilliers ave cesar salvator
    les conseils de quartier ne servent qu’a dedouanner les elus municipaux de leur mandat c’est a eux et a eux seul de faire vivre les quartier mais pour cela ils faut autre chose que des technocrates serviles qui pense plus a leur reelection qu a l interet des citoyens
    en clair c’est de la poudre aux yeux maintenant comme avant
    bon peuple, parlez bégonnias pendant ce temps nous les élus majoritaires on crée un emploi pour la fiancé d’un élu adjoint au maire ou on privatise les locaux de l’école public et bientot toute l école (politique de la trois p)
    c pas beau la democratie locale

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 19 avril 2011 à 21:06, par un ancien habitué du conseil de quartier

    Je confirme que les conseils de quartiers avaient de plus en plus de mal à mobiliser les habitants sur les grandes questions municipales.

    Mais ils restaient le lieu privilégié de rencontres entre la population et les élus. Aujourd’hui, les habitants sont perdus et ne savent plus comment rencontrer l’élu de leur quartier.

    Encore un exemple de ce qui a été effacé avec la municipalité actuelle.

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 19 avril 2011 à 21:49, par Patrice B.

    Je trouve que vous avez la dent dure pour les conseils de quartier d’avant 2008. Résident du quartier Villette/quatre-Chemins, j’ai très régulièrement participé aux réunions. Il y avait du monde, 40/50 habitants à chacune des réunions. Certes l’intérêt des réunions était inégal, mais d’une façon générale les habitants participants avaient le sentiment d’être utile et de participer à la vie de leur quartier. Aujourd’hui j’avoue ne plus être très passionné par ces réunions. Peu de monde, des questions à l’ordre du jour peu intéressantes, guère plus de 2 à 3 réunions par an. Avant les élus présentaient et défendaient des projets concernant la ville ou le quartier, ils rendaient des "comptes", expliquaient ce qui, de leur point de vue, était possible ou non. on pouvait dire ses accords ou désaccords. Aujourd’hui on a le sentiment que personne ne dirige, personne de décide, personne ne rend compte, je dois dire que je me force à aller à ces réunions. Pour combien de temps encore ?

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 20 avril 2011 à 09:22, par Lucien de la Villette

    Je partage le point de vue de Patrice B. Habitant la Villette je peux témoigner que les conseils de quartier dans les années 2006-2007 étaient vraiment animés. J’ai participé à des réunions publiques sur la sécurité ou il y avait plus de 100 personnes et les échanges entre les habitants, la police et les élus étaient houleux et même violents dans les propos. De tout ça il ne reste pas grand chose. Alors pourquoi continuer à venir dans des réunions de quartier qui ne donnent aucun résultat. Rien de ce qui concerne notre vie quotidienne n’est discuté. A propos de la sécurité, je suis révolté de lire dans le Parisien de lundi que le maire vient au secours du préfet en déclarant : "Il a un emploi du temps du temps monstrueux. Il est tout le temps sur le terrain ; la nuit il arrive même avant moi sur les faits divers." Mais de qui se moque t-on ! Le maire prétend arriver après lui la nuit ; où ? quand ? Rien ne s’améliore à la Villette arrêtez de nous prendre pour des imbéciles. Le bordel sur le quartier c’est tous les soirs et le maire on ne le voit jamais. Marc Guerrien présenté comme élu référent du quartier personne ne l’a jamais vu pour régler les problèmes des délinquants du coin, les dealers sont toujours là. M. Guerrien dit au journaliste qu’il a "senti une différence, notamment en termes de présence policière". Qu’il vienne donc le dire aux habitants des tours hlm de la Villette et il aura l’accueil qu’il mérite.

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 20 avril 2011 à 09:59, par stupéfait

    Le maire d’Aubervilliers vit-il sur une autre planète (avec M. Guerrien) ? Comment ose-t-il faire ainsi l’éloge du préfet de Seine-Saint-Denis ?

    Pour mémoire, un préfet n’a pas en charge que la police, mais il représente l’Etat dans tous les domaines.

    Ce matin, dans l’Huma, il y a une double page sur le bilan négatif du préfet Lambert.

    Il manque 10 à 20% des effectifs de police, grâce à la "révision générale des politiques publiques". Les maires de Sevran, de Saint-Denis, de La Courneuve, font le même constat : La politique du préfet n’est que de faire des contrôles dans les halls d’immeubles, sans donner les moyens de démanteler les gros trafics.

    Que de la comm’, aucun moyen pour aider les jeunes, pour que policiers et magistrats fassent leur travail.

    Et J. Salvator s’en félicite ?

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 20 avril 2011 à 17:31, par plumauc

    @stupéfait

    La politique sécuritaire de l’Etat consiste en deux trois choses :
    - contingenter la délinquance dans des zones "abandonnées", en gros des ghettos dans lesquels on n’intervient plus qu’au bâton (ou au karcher) ;
    - laisser tomber socialement une partie de la jeunesse au prétexte qu’elle est perdue/irrécupérable ;
    - se servir de cette délinquance (petite et grande) pour passer des textes de plus en plus répressifs et attentatoires aux libertés de tous (fichage génétique, criminalisation des syndicats...) ;
    - exhiber sa "volonté" à coups de menton vains pour mobiliser un certain électorat aux moments cruciaux ;
    - éviter qu’on parle d’autre chose, notamment de la pauvreté, de l’abandon des quartiers populaires, de l’entassement des plus pauvres... ;
    - et accessoirement tester des tactiques et des matériels (hélico, drones...) de maintien de l’ordre. On ne sait jamais.

    A gauche, c’est pas mieux, il suffisait d’entendre Valls ce matin sur Inter, édifiant !
    Il suffit aussi de compter les mairies de gauche qui ont mis des caméras, créé des polices municipales (totalement inutiles selon les spécialistes) plutôt que des postes d’éducateurs, qui font des rondes, lesquelles ne servent qu’à constater les choses, etc.

    A ce propos, j’ai lu quelque part que le nombre de "caïds" dans le 93 serait de l’ordre de 80 types. Impossible de les coffrer ? Avec 3 300 flics dans le département ?

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 20 avril 2011 à 17:47, par stupéfait

    Merci Plumauc pour ces précisions bien utiles et je partage totalement ton analyse !

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 22 avril 2011 à 08:15, par Il y a deux organes inutiles : la prostate et le conseil des sages

    Figurez vous que le conseil des sages dont le siège se situe en haut d’un escalier étroit et inégal du 4 rue Charon, s’est réuni samedi dernier. Pas de sélection physique par l’épreuve de l’escalier puisque la réunion a eu lieu en mairie, salle du conseil. Heureusement sans doute, parce que malgré le battage (ou rabattage) effectué, seule une trentaine de participants a répondu présent à cette réunion ouverte par monsieur le maire et animée avec compétence (dixit mon informateur) par madame Hammache pendant plus de deux heures. Le conseil des sages élisaient son bureau (6 candidats pour 5 postes à pourvoir). Et surtout, les sages ont été amené à donner leur avis sur les grandes question qui traversent la vie communale, et devinez ce qui a fait l’objet de l’essentiel des débats : l’insécurité et la propreté ! C’est vraiment indispensable de segmenter la population par age ou par thème pour traiter ces questions !

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 26 avril 2011 à 06:56, par Quartier de la vie

    Attention ! plus que quelques jours pour vous présenter dans les collectifs d’animation des quartiers, avec en prime, qui sait, un hochet de président ? En tout cas, le texte du site vous y incite fortement, presque autant que l’article dans aubermensuel !

    Date limite : 30 avril, et ça rigole pas !

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 5 mai 2011 à 07:21, par Heureusement que nous n’étions pas 13

    Nous reviendrons prochainement sur le conseil de quartier Firmin Gémier Sadi Carnot République qui s’est tenu mercredi 4 mai. "On était que 12 et en plus on s’est fait engueulé" pourrait-on résumer brièvement.

    Eric Plée

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 21 mai 2011 à 10:25, par Le saviez vous ? Pour être membre du collectif d’animation de son qaurtier, il faut signer la charte !

    Ceux qui pensaient que participer à l’animation du collectif de son quartier était un engagement vis à vis des citoyens de son quartier se trompent. C’est un engagement vis à vis de la Ville. Il faut en réalité signer la fameuse charte qui n’a de charte que le nom, puisqu’il s’agit en fait d’un règlement édicté par la municipalité, qui a d’ailleurs été voté en conseil municipal par tous et de ce fait, ne justifiait pas de contractualisation avec les habitants.

    Les élus auraient pu réfléchir à la nature de l’implication des habitants et auraient pu imaginer que c’est à eux qu’il appartient de définir la forme de leur engagement dans le cadre de ces collectifs. Ils auraient pu réfléchir encore au formalisme aussi stupide que ridicule que constitue la signature d’un tel document, au regard d’une démocratie locale qui se confond avec organisation de fêtes et vide-greniers. Et réfléchir à leur discrédit à travers l’épisode récent de la mascarade qu’a constitué la désignation de leurs conseillers communautaires à Plaine-Commune, dont les compétences vont au delà des fêtes et vide-greniers.

    Mettre en roue libre dans cette histoire aurait permis de limiter le ridicule et mieux faire passer par pertes et profits le fait que les conseils de quartier sont de moins en moins attractifs. Les élus auraient pu remarquer que des instances vidées de leur substance et de leur contenu n’attirent plus grand monde : 12 habitants à Firmin Gémier lors du dernier conseil sur le renouvellement des équipes. A moins que compenser le vide démocratique par un formalisme administratif ne constitue une stratégie !

    J’ai donc été récipiendaire d’une bulle d’excommunication sous la forme d’un courrier signé par un directeur général de la ville, certainement peu enthousiaste de la démarche. En tout cas, à le lire, on remarque que le choix fait, ou plutôt subi, a été celui créer une patate chaude qu’il a fallu se repasser entre élus et administratifs pour aboutir à un document pas très brillant de démocratie. Cela n’est pas une surprise, n’est pas très grave non plus mais et confirme que la Ville mobilise bien des énergies et de l’argent pour pas grand chose...

    E.P.

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 21 mai 2011 à 15:23, par on s’en fout de ta charte

    Arretes de nous faire chier avec ta charte à signer. Si tu veux t’emmerder avec ces cons là, tu signes le papier, d’ailleurs tout le monde s’en fout, la preuve, ya plus de comité de quartier, ou ya trois mémés à chaque fois, tellement on se fait chier

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 21 mai 2011 à 19:24, par plumauc

    Eric, sans déc’ quand tu écris que tu as été "récipiendaire d’une bulle d’excommunication", tu semble blasé...
    Mais p... c’est une légion d’honneur ! D’accord, le jury est un peu con, mais quand même !

  • Démarche quartier : ni fleurs, ni couronnes Le 2 avril 2012 à 11:01, par In croyable mais vrai, la ville propose une formation à la démocratie !

    Figurez vous que la démarche quartier existe encore ! Eh oui, les membres des équipes d’animation des quartiers ont reçu une invitation à une formation le 18 avril prochain en mairie. Mais attention, nombre de places limité : 25.

    Noble initiative si la démarche n’avait pas complètement été vidée de sa substance et si le maire avait été exemplaire en matière de respect de la démocratie...