Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011

lundi 21 mars 2011

Je remercie les 1 269 électrices et électeurs qui m’ont placé en tête de tous les candidats au 1er tour de l’élection cantonale du 20 mars 2011. J’y vois l’expression de la confiance des électeurs sur mon engagement, aux côtés de Leila TLILI, basé sur le plus large rassemblement de la gauche de transformation sociale.

Je remercie les partenaires du Front de gauche, le Parti communiste français, le Parti de gauche, la Gauche unitaire, ainsi que la Fédération, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), la Gauche communiste, et le soutien de Lutte ouvrière.

Au vu des résultats départementaux, la majorité du Conseil général devrait se maintenir à gauche. Je m’en félicite. Je reste persuadé que pour mener la politique que nous avons proposée avec nos partenaires, il faut faire élire des candidats vraiment à gauche.

Je vois dans ce résultat la sanction de la politique nationale de Nicolas Sarkozy, puisque la candidate de l’UMP ne rassemble que 6,6 % des suffrages. Cette sanction est confirmée au plan national où l’UMP n’obtient que 17 % des voix. Je suis très inquiet du vote Front national, qui rassemble 21,5 % des voix sur le canton, ce qui rend plus impératif encore le rassemblement à gauche. Les choix à gauche du 1er tour doivent être respectés. Le Front national et la droite ne doivent pas être les arbitres du 2e tour.

Dans l’esprit de la déclaration commune de Martine Aubry, de Cécile Duflot et de Pierre Laurent au soir du 1er tour, je souhaite qu’Evelyne Yonnet, arrivée en 2e position, se désiste pour le candidat de gauche arrivé en tête. Partout où les candidats du Front de gauche en Seine-Saint-Denis sont arrivés en 2e position, ils se désisteront en faveur des candidats socialistes arrivés en tête. Il serait incompréhensible que seuls les socialistes d’Aubervilliers n’appliquent pas ce principe républicain.

Lors de l’élection cantonale de 2004, la candidate communiste était arrivée en 2e position derrière Evelyne Yonnet. Avec 50 voix d’écart, elle s’était désistée.

J’espère qu’à son tour Evelyne Yonnet respectera les engagements qu’elle a pris durant la campagne électorale devant tous les candidats, et qu’elle appliquera le principe du désistement pour le candidat de gauche le mieux placé. Ne pas le faire serait grave pour l’avenir de la gauche à Aubervilliers.

Je suis sûr que les électrices et les électeurs partageront cette conviction respectueuse des valeurs de la gauche.

Pascal BEAUDET
Le 21 mars 2011

51 Messages

  • Bonjour,

    Merci d’être rester dans la bataille après les municipales.
    La patience, le courage et l’intégrité paient toujours.

    Nous aimerions vous revoir Maire d’Aubervilliers.

  • le trompe-l’oeil Le 21 mars 2011 à 23:30, par Victor Noir

    La victoire, seule, est belle, dit-on. C’est à voir...
    Au-delà de la joie des uns et du désarroi des autres, que faut-il retenir de ce premier tour si l’on consent à s’éloigner un peu des postures militantes ?
    Côté PC, une campagne, pour une fois, relativement intelligente et madrée, avec l’accord préalable passé avec l’extrême-gauche qui aura sécurisé 6 % des voix, le partage des rôles entre Pascal (le bon) et JJK (le méchant) pour tailler des croupières au PS, l’heureuse candidature écologiste "indépendante" qui gèle 4,5 % des votes et celle de Malika Ahmed dans une opération de survie personnelle qui enlève 2,5 % à Evelyne Yonnet.
    Côté PS, une campagne incroyablement naïve... Menée avec des oeillères et polarisée uniquement sur le destin de sa candidate sans s’occuper du reste du jeu. Avec une alliance avec les écologistes peu mise en valeur, l’absence de détermination à empêcher une candidature dissidente au sein de sa majorité, etc.

    Or, si la posture de se concentrer uniquement sur sa proposition politique peut valoir quand on est challenger (nouveauté/discours alternatif auto-centré, crédit accordé), cette attitude est contre-productive quand on occupe la position du sortant. Celui-ci, par définition, défend une situation acquise. Et, en tant que tel, doit savoir construire cette défense fonction de l’opposition qui lui est faite. En clair, si un challenger a l’option de tracer sa route en ligne droite, le sortant, lui, s’attachera à négocier au mieux les courbes de la route.

    Si l’on regarde de près les résultats de ce premier tour, que peut-on y voir vraiment au-delà du score de l’une et de l’autre (avec la réserve qu’impose un aussi faible taux de participation) ?

    1) Alors que nous nous trouvons au creux du mandat municipal, la majorité actuelle n’est pas particulièrement sanctionnée. Mieux. Compte retranché des impérities de campagne soit 4,5 % perdus en route, Evelyne Yonnet confirme 2004 et même creuse légèrement l’écart sur le canton, aujourd’hui, le plus dur de la ville pour l’équipe en place.

    Sachant que le meilleur du mandat municipal est à venir en matière de réalisations, le pari est pris d’une hiérachie des forces politiques qui est en train de se fixer pour le long terme. Avec le PS en 1, le PC relégué en 2 et les écologistes en 3 (le reste comptant pour du beurre).

    A partir de là, que feront les uns et les autres ? La droite ne représentant aucun risque avant 2 à 3 mandats, il est probable que chaque composante voudra se compter au prochaines municipales. Jusqu’au second tour ? Je suis prêt à parier que non... La question est de savoir si le NPA et les éléments autres que le PC qui ont suivis Pascal Beaudet sur ces cantonales ne seront pas, au moment du rabibochage, les dindons de la farce. Je suis prêt à parier que oui !

  • Désistement Le 21 mars 2011 à 23:55, par C’est pas beau de mentir

    J’ai bien entendu Mme Yonnet dire qu’elle se désisterait mais pour contrer le front national ou la droite.
    Encore un mensonge de plus.
    La vidéo du débat existe. On doit pouvoir la mettre en ligne.
    Chacun jugera.

  • Merci M. Noir Le 22 mars 2011 à 00:14, par Socialiste et Républicain

    L’analyse de M. Victor Noir est discutable mais responsable. Je comprend qu’il ne souhaite pas le maintien de la candidature de Mme Yonnet, et qu’il ne faut pas mélanger les enjeux (départementales et municipales).
    Je pense que cela est juste.
    Pour ma part, électeur socialiste fidèle, j’acte la défaite de ma candidate et j’espère qu’elle aura le courage de se désister comme d’autres le feront pour nous dans d’autres cantons.
    Le front national a fait un trop gros score pour :
    1/ ne pas jouer la carte du rassemblement de la gauche en vue des élections futures (présidentielles et législatives)
    2/ faire des électeurs du FN l’arbitre de ces élections. C’est leur donner trop d’importance.

    J’appelle toutes celles et ceux qui portent les valeurs de la République à accepter le choix des électeurs et à porter leur voix sur le candidat de gauche arrivé en tête. A Aubervilliers, c’est donc pour Pascal Beaudet.

  • Deuxième tour Le 22 mars 2011 à 00:41, par Vert dehors vert dedans

    Il ne faut pas confondre les appareils et les électeurs.

    Chacun est capable de comprendre qu’on peut vouloir choisir entre deux composantes de gauche quand il n’y a aucun danger de front national ou droite , ce qui est la cas actuellment. Personne n’est propriétaire de ses voix.
    Je suis écologiste ( un vrai) et républicain et je voterai Evelyne Yonnet au deuxième tour si elle décide de se maintenir.
    Pour les législatives et présidentielles on verra si danger il y a, le désistement se fera sans état d’âme.
    J’ai même un jour voter Chirac contre Le Pen.

  • @ Vert dehors vert dedans :

    Pas de danger de droite ? Je rêve !!!

    Si E. Yonnet se maintient, elle va avoir besoin des voix des autres candidats pour se faire élire : où va-t-elle aller les chercher ? Qui sont les candidats qui arrivent en troisième et quatrième position ? FN et UMP.

    Donc, pour garder son siège, E. Yonnet choisit de se faire élire avec des voix de droite et d’extrême-droite.

    Sans commentaire. Ou plutôt si : DESHONNEUR !

  • ATTENTION ESCROQUERIE Le 22 mars 2011 à 15:36, par Opération mains propres

    Si des gens se faisant passer pour des agents de la mairie vous appellent pour vous demander de voter pour la candidate Evelyne Yonnet aux élections cantonales et qu’ils vous promettent de régler vos problèmes de logement ou d’emploi, de place en crèche ou de permis de conduire, surtout ne les croyez pas !

    Il s’agit d’une arnaque. Vous voterez Evelyne Yonnet, mais vous n’aurez rien en contrepartie. De nombreux naïfs se sont faits avoir aux municipales.

    Le jour du vote, déterminez-vous en fonction de vos idées, pas d’un appel téléphonique !

  • Ellle ne va pas avoir besoin des voix de droite. Juste récupérer les voix écolos qui se sont perdus dans une pastèque.

  • Mains propres Le 22 mars 2011 à 16:32, par Tête haute

    Bien joué mais ça ne prend pas. Nous ne sommes plus au temps du clientélisme et des emplois fictifs payés à rester chez eux.
    La seule qui a les mains propres, c’est Evelyne et je sais de quoi je parle.

  • @Tête haute : "et je sais de quoi je parle"
    Ben t’as bien de la chance... tu fournis le savon ou tu te contentes du cirage ?

  • Connait-on on les consignes de vote de la "pastèque" ?

  • mains propres ou mains sales ? Le 22 mars 2011 à 18:04, par mains propres

    Nous sommes heureux de constater qu’il y a encore des gens pour croire au Père Noël ou pour essayer de nous faire croire au Père Noël.

    Que pensent les employés municipaux des emplois de complaisance depuis 2008 ?

    Que pensent les jeunes appelés chez eux pour monnayer leurs votes ? Et ceux qui sont victimes de tentatives d’intimidation de maires adjoints ?

    Attention, tout se sait.

  • Oui Evelyne a les mains propres !!! Le 22 mars 2011 à 20:08, par Contre la mauvaise foi

    La municipalité communiste et en particulier les chefs de service communistes en place lors de la précédente mandature sont les seuls responsables des emplois fictifs !!!
    C’est une honte !!!
    Celle qui a dénoncé et remedié à cela c’est Evelyne Yonnet !!! (contre l’immobilisme des communistes)
    Donc oui elle est intègre et elle a les mains propres.

  • DIMANCHE PROCHAIN je n’hésite pas JE VOTE POUR PASCAL BEAUDET arrivé en tête du 1er tour,

    faites en autant...y compris vous Madame Yonnet,
    une peu de courage et de respect des règles démocratiques pronnées et défendues par la gauche.
    Madame, ne dégoutez pas à jamais, une grande partie de l’électorat.
    vous Seule Madame, en porterez la responsabilité à Aubervilliers, ainsi que les répercussions de votre entêtement pour l’avenir.

  • Bonjour

    Étant communiste, la vérité est l’une de mes principales valeurs.

    Je tiens également à dire que Madame yonnet avait très clairement prévenu qu’elle se désisterait uniquement pour contrer le front national ou un candidat UMP.

    Cordialement

  • bonjour. Étant un écologique censuré sur le site du ps local je tiens a dire que le choix est difficile .Soit je vote contre le mondialisme et le capitalisme destructeur de notre planète ,soit je vote Laval, pardon socialiste, le seul vote de gauche soutenu par le fn et l ump. Pouvez vous me donner des arguments pour finaliser mon choix ? Merci

  • Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011 Le 22 mars 2011 à 22:51, par L’adversaire d’Evelyne, c’est le front national

    Alors que nous étions à la synague, jour de shabbat, le rabbin nous a annoncé peu avant midi une intervention à caractère peu habituel. C’est Evelyne Yonnet qui est arrivée, et qui s’est présentée comme la conseillère générale socialiste. Elle a expliqué qu’on craignait une très forte mobilisation du front national et qu’il était très important d’aller voter dimanche. C’est elle qui représentait le meilleur rempart contre le FN.

    J’étais un peu surpris parce que je pensais vivre dans un pays laïque.

  • Pour ce deuxième tour des élections cantonales, nous ne sommes plus devant un choix entre candidats de gauche. Dimanche, la question posée est de savoir si les électeurs feront le choix de respecter une tradition démocratique et républicaine qui consiste à voter pour le candidat de la gauche arrivé en tête. Électeurs de gauche, ayez le sursaut nécessaire, ne laissez pas les électeurs de droite choisir "leur candidat" de gauche. L’honneur de la gauche et de tous les démocrates serait de voter pour Pascal Beaudet.

  • Sentiment d’écœurement : certains vont avoir du mal en se regardant dans la glace. Le maintien d’une candidature qui va permettre à la droite de contrer (ou pas) le choix des électeurs de gauche est dégueulasse, y a pas d’autre mot.
    Si : une faute politique qui freinera le rassemblement impératif contre la droite en 2012. Après tout, si tout, si les partis se foutent de nos choixnécessaire pour
    J’attends avec impatience (toute modérée) les primaires au PS : qui se maintiendra contre le candidat choisi par les militants socialistes ?
    ( :))

  • Allez ! Il reste 4 jours pour aller voir les habitants, expliquer, convaincre que le vote de gauche pour gagner, c’est le vote pour Pascal Beaudet et Leïla Tlili.
    Le reste, ce sont des trucs de "pimprennelle".
    Personnellement, je n’ai pas cru une seconde que le PS local respecterait quoi que ce soit : sa stratégie c’est de tout tuer à gauche pour pouvoir se présenter en "passage obligé", en vote obligatoire.
    On nous impose une campagne ? Faisons la et bien. Sans marchandage. Au porte à porte. Sur les idées de progrès défendues par notre candidat.

    Même si la candidate socialiste passe, il lui – il leur – restera la honte.

  • Faute d’être venu à bout des communistes au premier tour avec les verst en plus le PS demande l’appui de la droite au deuxième tour. C’est un renversement d’alliance pour gérer l’existant mais les conquêtes sociales ne sont pas du ressort du PS il gère , gère la crise.

    Et nous on applique la discipline. Derrière batolone a donné des consignes au PS.

    LE docteur en com que l’on voit partour même en prémière page de l’Express pour donner un signe à la droite qu’il est anti communiste.

  • à Mme Yonnet Le 23 mars 2011 à 17:30, par roland Taysse

    Peut être allez vous gagner dimanche prochain ? Vous conserverez votre siège au prix le plus fort:celui d’une blessure infligée à des femmes et hommes de gauche qui plus jamais ne pourront vous faire confiance, ni à vous ni à vos soutiens ni à votre formation politique. Vous prétendez incarner un renouveau qui pourrait se passer d’une partie de la population d’Aubervilliers. Regardez la réalité. Vous etes élue depuis 6 ans, vous etes seul (le PS) à la mairie depuis trois ans, vous avez un député ps et pourtant dimanche dernier vous n’avez pas rassemblé sur votre nom une majorité d’électeurs . Drôle de dynamique !!!
    l’occasion vous était donnée à partir d’un choix démocratique de renouer les fils d’un dialogue constructif pour la gauche et Aubervilliers et de rassembler la gauche pour de futurs combat. Vous avez choisi la division et le mépris des valeurs sans lesquelles aucun combat ne vaut d’être mené.
    Vous prétextez des mauvais comportements de certains au premier tour. Allons !! vous savez comme moi qu’ils sont, hélas, partagés par tous les camps et le votre ne fait pas exception. Que dire des accusations portées contre l’ancienne équipe dont vous fûtes vous et vos amis ( je ne dis pas camarades pour ne pas galvauder ce beau mot) pourtant une actrice ho ! combien active ?
    Moi qui y fût à plusieurs titres impliquée, je subis ces insultes comme autant d’injures à nos combats communs.
    N’est-ce pas le plus grand manquement à la démocratie que de se renier soit même ?
    Bon..mes états d’âme vous laisserons sans doute indifférente mais qu’importe quoi qu’il arrive dimanche (j’espère que Pascal sera élu) sachez que mes actes politiques et citoyens futurs en tiendront le plus grand compte.

  • La candidate PS trahit la gauche en ce sens qu’elle va permettre à la droite de s’exprimer au deuxième tour pour son moindre mal (la gauche rose bonbon comme dixit Jean Ferrat). Grace à cela la droite va limiter la casse.

  • Quelle gauche ? Le 23 mars 2011 à 19:25, par Victor Noir

    Au-delà des circonstances de campagne et des tensions qui en résultent, le psychodrame local n’est que la résultante d’une question, à ce jour non résolue, qui pèse sur l’avenir de la gauche au niveau national.
    Quelle sera la forme et le périmètre de celle-ci au moment où il lui faudra assumer la responsabilité du pouvoir ?

    A bien y regarder, toute "l’affaire" des désistements républicains tourne autour de ça...

    Ces dernières années, la distance s’est nettement accrue entre le PCF et le PS. Au point où même des accords "techniques" sont devenus difficiles.

    Pourquoi ? Dans une société qui se vit comme profondément en crise, chacun des deux partis a cherché la réponse à offrir dans ce qu’il savait faire de mieux : la proposition réformatrice pour le PS ; l’alternative radicale pour le PC (les Ecologistes s’intercalant entre-eux avec une offre "alternative réformatrice").

    Taraudé et talonné par l’extrême-gauche, le PCF a choisi, pour sa survie, de faire du discours contestataire son seul argument. Le PS empruntant la voie diamétralement opposée, les deux formations n’avaient plus grand chose à partager...

    La durable inscription des écologistes dans ce paysage de gauche a violemment fait remonter à la surface ce non-dit.

    Que la contestation soit la seule ligne d’horizon du NPA ou de LO, il n’y a rien à y critiquer, c’est la fonction naturelle de l’extrême-gauche.

    Qu’en revanche, le PCF s’aligne sur cette position sans autres arguments à faire valoir, la chose a de quoi faire débat... du moins si le Parti prétend toujours à exercer des responsabilités de pouvoir...

    Le mirage de deux grandes formations hégémoniques à droite et à gauche s’étant estompé (l’échec de l’UMP vient ici confirmer à quel point cette offre politique ne correspond pas à la sociologie politique française), le PCF devrait réfléchir plus avant quant à la ligne à adopter sur la durée. Réfléchir politiquement, s’entend. La tactique d’un jour ne dure qu’un jour... Et un Mélenchon guère plus...

    Faute de quoi, rejeté sur une aile radicale, les communistes se condamneront à regarder, en spectateurs, les socialistes et les écologistes travailler à un nouveau contrat social.

    Localement, l’option Beaudet/Karman est bien un signe de cette difficulté qui se pose pour le PCF. Que le second (qui n’a pas vu la patte de Jean-Jacques sur cette campagne) ait phagocyté le premier en est un autre, de signe... Et sans doute pas des meilleurs !

    Comment s’étonner, dès lors, que le divorce soit publiquement prononcé ?

    En appeler à la conscience morale d’Evelyne Yonnet, dans ce contexte, n’est, disons-nous le franchement, qu’une posture de campagne. En réalité, il n’y avait plus rien, aujourd’hui, pour justifier ce "désistement républicain"...

  • Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011 Le 23 mars 2011 à 19:34, par Pas de danger UMP/FN, il faudra ratisser et aller chercher quels voix ?

    Voici le texte intégral que Mr Omar Ait Bouali, Maire Adjoint à la politique de la jeunesse, aux activités sportives adresse aux agents territoriaux sur le lieu de travail :
    « Nous y allons, EVELYNE YONNET se maintient au second tour mais il faut vraiment mettre le paquet
    Faire jouer tout les réseaux les jeunes mais aussi les 30/45 ans
    Evelyne Yonnet a fait une campagne propre et honnête contrairement à beaudet/karman qui ont fait une campagne de dénigrement et d’attaques personnelle.
    D’autre part il n’y a pas de danger UMP/FN
    Au second tour c’est EVELYNE YONNET (l’avenir) avec des propositions contre Beaudet/Karman (le passé) avec aucun programme sauf la haine et la manipulation.
    Dimanche 27 mars il faudra ratisser et aller chercher voix par voix pour voter Evelyne YONNET
    A+
    Omar ait Bouali
    Faire passer. »

  • GRAND GUIGNOL...DELIRE ABSOLU...OUUUUUUUU !
    methode sarkozienne

    "Le Parti Socialiste, Europe Ecologie Les Verts, le Parti Radical de Gauche et le Mouvement Républicain et Citoyen dénoncent l’usurpation faite par le Parti Communiste d’Aubervilliers de leurs logos dans le but d’introduire la confusion dans l’esprit des électeurs, enfreignant ainsi toute les règles républicaines élémentaires.

    De telles méthodes renvoient à des pratiques d’un autre temps qui ont fait tant de tort par le passé à Aubervilliers. Ils expliquent pour une bonne part la désaffection du corps électoral et l’abstention record enregistrée à Aubervilliers. Nous demandons une clarification immédiate de la part du candidat communiste Pascal Beaudet et exige le retrait sans delai de leurs logos de tous ses matériels de campagne.

    Evelyne Yonnet et Hugues Kanda, candidats PS-EELV-PRG-MDC...."

    POUR TOUTE REPONSE : LE 27 MARS / VOTEZ POUR PASCAL BEAUDET

  • Femme debout Le 23 mars 2011 à 21:58, par Une féministe soutien d’Evelyne

    Roland Taysse y va de son couplet pour déstabiliser Evelyne qu’il connait bien et apprécie. Il sait qu’elle est une femme intègre, une vraie militante, engagée sans aucun intérêt personnel, donnant tout pour améliorer la vie des habitants.
    Cela gêne qu’elle puisse se maintenir. Lisez-bien son explication de texte dans son dernier tract.
    C’est une femme blessée dans ses tripes et dans son coeur par la campagne calomnieuse qu’elle a subi mais toujours droite et fière de son combat.
    Prête à continuer sans l’aval du PS qu’elle a fini par obtenir.
    Alors que son concurrent, qu’elle n’a jamais diffamé, n’hésite pas, dit-on à l’arborer sur ses affiches pour tromper les électeurs.
    Comment dire autant de mal du PS sinon et vouloir à tous prix inscrire son logo sur sa propagande électorale.
    J’attends de savoir ce qu’en pense Roland Taysse si vraiment cela est vrai.

  • Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011 Le 23 mars 2011 à 22:56, par est-ce qu’Evelyne Yonnet vient à la synagogue samedi ?

    Samedi dernier, elle était venue expliquer qu’il fallait voter pour elle à cause du front national. Samedi prochain, viendra-t-elle expliquer qu’il faut voter pour elle à cause de Karman ?

  • Il n’y a que le résultat qui compte ? Le 24 mars 2011 à 10:14, par Opération mains propres

    En politique, il n’y a que le résultat qui compte, n’est-ce pas ?

    Evelyne Yonnet n’a rien d’une Jeanne d’Arc propre sur elle, et rien d’un modèle de vertu. C’est une femme politique rouée, malhonnête et sans scrupules.

    Elle ment éhontément quand elle assure qu’elle n’a pas voté les suppressions des subventions d’aide aux jeunes et aux personnes âgées, ou la baisse des subventions aux associations culturelles et sportives.
    Une seule chose l’anime, comme son mari, l’exercice du pouvoir.

    Elle a publiquement déclaré lors de la réunion organisée par "Génération engagée" qu’elle se désisterait. Arrivée derrière Pascal BEAUDET, elle fait le contraire !

    Menteuse, tricheuse, sans morale et sans respect de la parole donnée : voilà une vraie socialiste.

  • J’étais au débat organisé par Génération Ecologie. J’ai bien entendu Mme Yonnet dire qu’elle se désisterait en cas de présence au second tour du front national ou de la droite.
    Il me semble que ce n’est pas le cas.
    Alors il faut arrêter les mensonges.

    Arrêtez de prendre les citoyens pour des imbéciles !

  • LOGOS ? Le 24 mars 2011 à 10:29, par Vote ou pêche à la ligne

    C’est vrai que Pascal Beaudet va sortir son matériel du deuxième tour avec les logos des socialos, écolos et radicaux ?
    Scandaleuse opération de tromperie des électeurs.
    Ca ne remonte pas le niveau politique et ne ramènera pas les électeurs aux urnes !
    Je suis de plus en plus écoeuré...

  • je n’ai pas pour habitude à écrire sur ce site, mais je dois dire que je le consulte. Je vais plutot sur le site des socialistes locaux. Or je peux confirmer les dires des gens qui s’expriment sur votre blog, j’ai écris un message sur le blog du PS et il est évident qu’il n’a pas été retenu. Pourtant je suis socialiste et ne comprends pas cette attitude.
    Je suis déçu car à travers cela on peut penser plein de choses sur ce que vous dites à savoir que vous êtes peut-etre dans le vrai, et qui me font réfléchir pour voter au 2eme tour d’autant que je n’ai pas compris la position du PS. Ce que je demandais sur le blog, et qui ne répond pas aux citoyens Juste par des textes. merci de me lire

  • Bonjour, je reviens sur votre site car sur celui du PS d’aubervilliers, le tri des commentaires est selectif et rapide. Le web master est à pied d’oeuvre pour mettre les compteurs à zéro...ou supprimer des commentaires.

    Devinette :

    Qui au conseil général a voté pour la :

    • Suppression de l’aide à la carte Imagin’ R (- 11 millions seuls les collégiens boursiers maintenus)

    • Suppression de l’aide à l’acquisition d’un ordinateur pour les élèves de 6ème pour réduire la fracture numérique
    • +166% carte améthyste (on passe de 15 euros à 40 euros) …

    OUI, vous avez deviné, alors, vous savez qui a la mémoire qui flanche, au point d’en oublier son vote...gageons qu’elle oublie celui de dimanche prochain !

    Pour stopper les coups bas portés, contre les plus démunis de notre ville, par des personnes qui n’ont aucun problème de fin de mois,
    une seule réponse pour redonner de l’espoir, celle de toute la gauche rassemblée qui appelle à voter dimanche prochain pour le candidat de gauche arrivé en tête du premier tour.

    Alors, assez de bla bla, et dans le respect de cette décision, votez Pascal BEAUDET.

    Ne nous laissons pas abuser une seconde fois, dimanche 27 mars, aux urnes citoyennnes, citoyens...

  • Voici un article paru dans le Monde, tout à fait intéressant sur la tournure du second tour des cantonales et qui explique le maintien coûte que coûte d’Evelyne Yonnet. Prenez le temps de lire lire, surtout la fin. Et dimanche, je voterai pour Pascal Baudet.

    pour Le Monde.fr | 23.03.11 | 16h39 • Mis à jour le 23.03.11 | 18h04

    La gauche en Seine-Saint-Denis est en train de se faire un remake de mauvais western spaghetti pour le second tour des cantonales. Un peu comme dans ces films de Sergio Leone, où tout semble calme dans le saloon avant que tout le monde ne sorte les colts. Alors qu’un semblant d’armistice avait été acté lundi, à la veille du dépôt des listes pour le second tour, la guerre a été de nouveau ouverte mardi 22 mars.

    Pas moins de quatre duels vont se dérouler à gauche dans ce département tenu par le socialiste Claude Bartolone. Le premier tour avait déjà vu la compétition féroce entre socialistes alliés aux écologistes contre les communistes. C’était le cas à Saint-Ouen, Saint-Denis, Sevran, Aubervilliers, La Courneuve, Romainville…

    A Montreuil, le candidat socialiste sortant était confronté à une double concurrence à gauche avec, en face de lui, une candidate écologiste et un communiste. Au soir du premier tour, pourtant, malgré les envies des troupes locales, un accord semblait se dessiner pour un désistement réciproque afin de laisser le candidat arrivé en tête concourir seul. Ainsi, à Montreuil, le PCF devait se retirer au profit de l’écologiste Catherine Pilon qui a devancé tout le monde à gauche.

    A Romainville, où la divers gauche Corinne Valls avait distancé le communiste, le PCF devait la laisser seule au second tour. A Aubervilliers, le PS devait convaincre sa sortante Evelyne Yonnet de renoncer à se maintenir face à Pascal Beaudet (PCF).

    Quant à Fatima Laronde (EELV), concurrente malheureuse de la sortante Florence Haye dans la canton de Saint-Denis-Nord-Ouest, dès avant le premier tour, elle s’était engagée au "désistement en faveur du candidat de gauche le mieux placé" dans un entretien au Journal de Saint-Denis. Deux heures avant l’heure limite pour le dépôt des listes, ce fragile équilibre a basculé.

    RANCŒURS LOCALES

    A Aubervilliers, les socialistes ne supportant pas de perdre le canton ont déposé la candidature de Mme Yonnet, épouse du maire Jacques Salvatore. Les menaces fusent alors de partout, les communistes – par la voix de Pierre Laurent – menaçant de se maintenir à Montreuil, les écologistes poussés par le PS local font de même à Saint-Denis.

    Les communistes passent à l’acte les premiers, en déposant la candidature de Belaïd Bedreddine à Montreuil et de Sofia Dauvergne à Romainville. Riposte à Saint-Denis, Fatima Laronde dépose la sienne. Les états-majors tentent d’éteindre le feu. "Il faut que la raison l’emporte. On n’a pas besoin de ce climat en ce moment", lance Lydie Benoit, responsable national aux élections du PCF.

    "On est prêt à se retirer", tente Jean-Vincent Placé, responsable aux relations extérieures à Europe Ecologie. Le PCF convoque alors deux AG à Montreuil et Romainville pour faire entendre raison à la base. En vain. Les rancœurs locales ont été trop fortes. L’histoire des relations à gauche est émaillée depuis dix ans de trahisons, passages dans le camp adverse et de coups fourrés entre le PS, le PCF et les Verts.

    "C’est affligeant mais on n’y est pas arrivé", reconnaît Mme Benoit. "Cela prend une dimension qu’on a pas voulu", regrette M. Placé. Moins d’états d’âme au PS : "Les bulletins sont partis à l’imprimerie. On ira jusqu’au bout", rétorque Mathieu Hanotin, premier soutien de Mme Laronde à Saint-Denis et bras droit de Claude Bartolone au conseil général de Seine-Saint-Denis.

    UNE GESTION DE LA MAJORITÉ DIFFICILE

    Le député du "9-3" n’a rien fait pour éviter la désunion. Car derrière les querelles locales, c’est aussi l’équilibre de sa majorité qui est en jeu. Le scrutin du 20 mars a mis trois de "ses" sortants de son groupe en danger : Epinay au profit de la droite, Aubervilliers en faveur du Front de gauche et Montreuil qui pourrait revenir à Europe Ecologie. Le groupe socialiste pourrait ne compter que 14 élus au soir du second tour face aux communistes qui peuvent espérer montrer à 13 (contre 12 auparavant).

    Les écologistes peuvent, grâce au règlement du département, créer un groupe autonome avec deux élus (ils en ont déjà un à Sevran et peuvent s’attendre de gagner à Montreuil). Il lui faut donc regagner des cantons. A défaut, la gestion de la majorité pourrait se révéler plus compliquée à réaliser.
    Sylvia Zappi (journaliste)

  • @citoyenne de gauche

    Très intéressant article qui montre bien qu’à l’origine de l’enchenchement des non désistement à gauche en Seine-Saint-Denis, on trouve... le maintien de la candidature de E. Yonnet à Aubervilliers.
    Le paragraphe sur le rôle et les motivations de Claude Bartolone (PS) est aussi très éclairant :
    "Le député du "9-3" n’a rien fait pour éviter la désunion. Car derrière les querelles locales, c’est aussi l’équilibre de sa majorité qui est en jeu. Le scrutin du 20 mars a mis trois de "ses" sortants de son groupe en danger : Epinay au profit de la droite, Aubervilliers en faveur du Front de gauche et Montreuil qui pourrait revenir à Europe Ecologie. Le groupe socialiste pourrait ne compter que 14 élus au soir du second tour face aux communistes qui peuvent espérer montrer à 13 (contre 12 auparavant)."

    Voilà sans doute la vraie raison du maintien du PS à Aubervilliers. Une raison toute de noblesse et qui, bien sûr, tiens à la démocratie comme on voudrait nous le faire croire.

    Là, c’est carrément l’écœurement.

    pour qui voudrait lire cet article : http://www.lemonde.fr/elections-cantonales-2011/article/2011/03/23/cantonales-western-a-gauche-en-seine-saint-denis_1497467_1470538.html

  • Marianne à Evelyne Yonnet, ces mots de Martin Gray, grand résistant et homme de fraternité :
    "Il faut se donner des projets qui vous grandissent. Des projets qui tendent la vie vers le haut. Qui obligent à choisir la cime plutôt que le fossé. Des projets généreux qui font la vie généreuse et qui permettent à la vie de l’Homme de se déployer, de s’élever."

  • @vote ou pêche à la ligne qui dit :
    "C’est vrai que Pascal Beaudet va sortir son matériel du deuxième tour avec les logos des socialos, écolos et radicaux ?
    Scandaleuse opération de tromperie des électeurs. "

    Non, ce n’est pas vrai.
    La campagne de Pascal se contentera de diffuser massivement la déclaration conjointe des partis verts, socialiste, front de gauche et autres sortie dès le soir du 1er tour et appelant à voter pour le candidat arrivé en tête.
    Elle peut gêner certains, cette déclaration, mais elle existe !

  • Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011 Le 24 mars 2011 à 23:32, par contribuable perplexe

    Ne pouvant le faire que sur ce site, voici une question qui me trouble, en tant que contribuable d’Aubervilliers :

    Pourquoi ( et comment ?) un employé municipal que je connais a-t-il reçu sur son portable un sms envoyé par une maire-adjointe l’invitant à une soirée électorale ?

  • « La campagne de Pascal se contentera de diffuser massivement la déclaration conjointe des partis verts, socialiste, front de gauche et autres sortie dès le soir du 1er tour et appelant à voter pour le candidat arrivé en tête.
    Elle peut gêner certains, cette déclaration, mais elle existe !. »
    ..

    Et cette déclaration, elle comporte les logos des socialos, écolos et autre radicaux ?
    Oui ou non ?

  • Le procès c’est pour quand ? Le 24 mars 2011 à 23:41

    Se soucier d’un sms quand des centaines de milliers d’euros ont servi à payer des fonctionnaires pour rester chez eux, faut oser le faire !

  • Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011 Le 25 mars 2011 à 00:13, par contribuable perplexe

    @ Le procès c’est pour quand ?

    Oui je me soucie des sms : cette rumeur est-elle vraie ou fausse ?

  • @"Et cette déclaration, elle comporte les logos des socialos, écolos et autre radicaux ?
    Oui ou non ?"

    Ben j’espère que oui, j’espère bien que Martine Aubry (sec. nat du PS), Cécile Duflot (sec. nationale des Verts et Laurent (PC) ont, eux, une parole !
    Si ces trois dirigeants ne représentent pas officiellement la position due leur parti respectif, faut le dire !

  • Roland Taysse (ou un autre, je sais plus) l’a très bien relevé : après avoir été depuis 6 ans la conseillère générale du canton, pilier de la nouvelle majorité municipale depuis 3 ans, E. Yonnet a été devancé au 1er tour des cantonales...
    Son résultat, dans ces conditions est plus que modeste : elle est, je crois, la seule sortante devancée à gauche en Seine-Saint-Denis !
    Le minimum de dignité politique serait d’entendre les électeurs qui ont dit non. Son maintien est ouvertement un appel à "dépasser" les frontières de la gauche en faisant des électeurs de droite ou du centre les arbitres de cette élection locale.
    Mais si cela se fait à Aubervilliers, pourquoi pas demain au plan national avec des électeurs qui en auront plein le C… de ces âneries.
    En réalité, c’est la poids de l’appareil politique (ici la section locale du PS, ailleurs d’autres) qui ignore et méprise nos choix lors du premier tour, qui est une primaire à gauche.

    Aux électeurs énervés, il faut rappeler que le PS national a appelé au rassemblement.

    Enfin, dans une ville dont André Karman fut maire et fut un des premiers en France à proposer des listes unitaires de gauche aux municipales, de tels comportements du PS local sont évidemment très mal vécus.

  • La gauche, la morale, St-Denis, Aubervilliers et ailleurs... Le 25 mars 2011 à 10:04, par citoyenne de gauche

    Bonjour,

    Voici un article, signé Jack Ralite, paru dans le Monde.r ce matin, à propos de la situation de l’entre deux tours des cantonales à Aubervilliers....et ailleurs.

    Bonne lecture, bonne journée, tous ensemble.

    La gauche, la morale, St-Denis, Aubervilliers et ailleurs...
    LEMONDE.FR | 25.03.11 | 09h27 • Mis à jour le 25.03.11 | 09h31

    Chacun à gauche pense mesurer ce qui se passe à Aubervilliers, Saint-Denis et ailleurs, où des candidats socialistes et d’Europe Ecologie - les Verts (PS/EELV), placés par les électeurs loin derrière les candidats du Front de Gauche au premier tour des cantonales, semblent décidés à se maintenir au second dimanche 27 mars, ouvrant la boîte de Pandore des divisions à gauche.

    On sous-estime bien trop ce qui se joue ici, on ne l’analyse pas assez. Ce n’est pas une péripétie locale, une guerre picrocholine. C’est un problème national, qui peut hypothéquer longtemps les forces de progrès dans ce pays. Il pose, très au-delà des enjeux de pouvoir et de postes, une question fondamentale de morale politique, donc de stratégie, question que je veux aborder franchement : avec recul mais à hauteur d’homme, parce qu’elle me déchire et me donne à penser.
    Je suis bien placé pour le savoir : même à gauche, il est souvent difficile de ne pas être celui qui l’emporte. Ministre communiste avec François Mitterrand, j’ai été minoritaire dans son gouvernement. J’y suis resté sincère, loyal, mais fidèle à moi-même, durant les années d’enthousiasme comme durant celles des obstacles. Maire d’Aubervilliers, j’ai travaillé avec mes partenaires dans le plus digne d’eux-mêmes. Ce ne fut jamais facile. Mais l’histoire le prouve : en France, la gauche n’a construit le progrès, assumé ses responsabilités, que lorsque la totalité de ses composantes acceptait, exigeait, par-delà même les débats et les contradictions, le rassemblement de tous.
    A nier cette histoire, à abandonner tous les principes, les candidats PS/EELV concernés fragilisent l’ensemble des forces de progrès en France. L’apprécient-ils seulement ?
    Les choses sont nettes : pour l’emporter, ces candidats PS/EELV ont besoin des voix de la droite, bien sûr, mais aussi, et dans ce département, surtout, de celles de l’extrême droite. Imagine-t-on ce que serait un conseiller général de gauche qui, devancé au premier tour, l’emporterait au second par l’apport de voix de droite et, dans le rapport des forces actuels, par l’arbitrage du FN devenu la force dominante de cette droite ? Peut-on croire qu’une telle compromission, dans des territoires si emblématiques, n’entacherait que ses petits bénéficiaires locaux ? Un homme, une femme de gauche pourrait être élu-e à la faveur de pratiques devant lesquelles certains hiérarques de droite même reculent ? Le désarroi, la confusion, la brèche ainsi créés concerneraient la France entière.
    C’en serait fini de la dignité de la politique, de l’honneur que l’on a, tous, de croire en quelque chose qui dépasse nos seuls intérêts ! Allons plus loin : que les voix d’extrême droite se révèlent décisives ou marginales, là n’est pas le problème. Le problème est que l’on puisse, ne serait-ce qu’à la marge, introduire l’arbitrage des idées les plus dangereuses au sein du débat le plus noble, celui de la gauche et de la générosité.
    Que l’on n’invoque pas ici le pluralisme ni la démocratie. Ce qui blesse le pluralisme, ce n’est pas qu’un candidat respecte les principes du désistement républicain. Et ce qui souille la démocratie, c’est bien que l’on puisse sacrifier les valeurs fondamentales aux intérêts égoïstes.
    Que l’on n’invoque pas davantage le quotidien des habitants, que la même logique d’abdication des valeurs conduit inexorablement à instrumentaliser. Habitant en HLM à Aubervilliers, et n’ignorant rien de la vie en banlieue ouvrière, je connais trop bien les souffrances de ceux que rongent le chômage, l’insécurité, l’échec scolaire. Ces souffrances me taraudent et me font chercher avec d’autres des réponses nobles, nouvelles. Ces souffrances, c’est une erreur tragique d’en masquer les vrais responsables. C’est un choix dangereux de détourner la colère ailleurs que vers ceux qui mettent le monde à l’envers. C’est jouer avec le feu que d’instrumentaliser le malheur et la misère. Et c’est ajouter le découragement au désespoir que de dévaloriser ce que les décennies de gestion de gauche ont gagné pour les habitants de ces villes populaires, rudes et tendres, dans les domaines de la santé, de la culture, du social, de la jeunesse. Car dénigrer, manipuler, c’est à terme charger la souffrance de désillusions, remplacer la colère par la rancœur, le chemin de l’action par la fausse route de l’abstention et du rejet de l’autre. Face à la misère, il faut toujours et toujours rassembler. Et rien d’autre.
    A lâcher les digues de la compromission dans l’un de ces instants où seule l’éthique peut sauver la politique, à balayer les principes qui permirent les victoires passées, on obère celles de l’avenir. On se perd. Loin d’un enjeu immédiat et de la boutique, on est sur un point nodal pour le devenir de toute la gauche française, au-delà même de 2012.
    Aujourd‘hui, les électeurs socialistes ou écologistes sont troublés. Cela dépasse l’échelle des cantons et l’échéance de dimanche. Ils en parlent, ils pensent à demain.
    Soyons francs : au moment où le Front national est menaçant, durablement menaçant, rien ne doit être fait qui le mette au centre du jeu, qui favorise la contamination par ses idées. Soyons clairs : électeurs socialistes, écologistes, progressistes et aussi électeurs communistes : il vous appartient de confirmer votre attachement à la gauche et de préserver l’honneur de vos partis, honneur qui sans vous va sortir entaché de ce triste épisode. Réalisez vous-même ce que les appareils n’ont pas encore su faire, rassemblez-vous dimanche derrière le candidat de gauche qui est arrivé en tête au premier tour. Soyons déterminés : la période qui s’ouvre va être dure, violente pour les gens les plus pauvres, qui sont au cœur de notre action et de notre pensée. Abdiquer nos valeurs et nos principes, au nom d’un prétendu modernisme ou d’un opportunisme affamé, ce serait indigne. Voter dimanche pour les candidats arrivés en tête au premier tour, ce n’est pas se renier, c’est réaffirmer ses valeurs.
    En s’inscrivant dans la longue histoire du progrès social en France et de la gauche de ce pays, nous ne vivons pas au passé : nous préservons l’avenir.
    Il n’est pas trop tard.

    Jack Ralite, sénateur communiste de la Seine-Saint-Denis et ancien ministre de François Mitterrand

  • Bonjour un peu énervé par politique stalinienne du ps sur les murs ,ou les soi disants écolos des verts ne font q une politique de bobos ne parlent jamais d agriculture bio de légalisation du cannabis( c est vrai que quand on est alcolo on ne peut pas cumuler les vices) d aménagement de vraies pistes cyclables.quand au ps local son seul but est de copier l ump ,payer plus d impôts pour faire moins de social et donc de récupérer ses voies . Écolo indépendant anticapitaliste car c est la course aux profits qui flingue la planète je n ai d autres choix que de voter BEAUDET a cette élection locale et de ne pas choisir au deusieme tour de la celui qui m entubera profond car entre la peste et le choléra je ne peux choisir le moindre mal. Merci a ce blog de contribuer a la liberté d expression ce qui n est pas le cas sur le blog stalinien du ps local

  • Ce qui devait arriver, arrive, à Saint Denis, et la même dynamique est inévitable à Aubervilliers si ça continue. Au second tour de la cantonale de St Denis, des élus UMP et Modem appellent à voter pour la candidate EELV/PS, Fatima Laronde, pour éliminer la candidate Front de Gauche Florence Haye. Voilà ce qui arrive quand on refuse le choix démocratique fait au premier tour au sein de l’électorat de gauche, et que l’on prétend se faire élire en se maintenant même quand on s’est retrouvé en deuxième position : ce sont bien les droites et l’extrême-droite qui deviennent les arbitres, et qui choisissent quelle « gauche » ils préfèrent.

    Florence Haye bénéficie localement au 2° tour du soutien du Front de gauche (PCF, Parti de gauche, Gauche unitaire), de la Fase, du MRC, de Lutte Ouvrière, du NPA et de quelques militants d’Europe écologie, dont le maire de L’Ile-Saint-Denis, Michel Bourgain.
    Fatima Laronde est soutenue par EELV et par le PS. Le candidat du premier tour Houari Guermat (MoDem dissident) demande à ses électeurs de voter Laronde et la candidate du MoDem s’écrie : « vous avez la possibilité d’avoir un conseiller général autre que communiste. Saisissez cette opportunité ».. Tout comme le conseiller municipal de l’UMP Didier Labaune qui appelle à « tailler la Haye dimanche ! », sur son blog :

    mercredi 23 mars 2011
    TAILLER LA "HAYE" DIMANCHE PROCHAIN, LE GESTE ECOLOGIQUE QUE NOUS DEVONS TOUS FAIRE !
    Cela fera plus propre et on y verra plus clair !
    Il y aura un 2ème tour dimanche à Saint-Denis !
    Entre les 2 tours, les tripatouillages (Véritable politique de pissotière ) entre les appareils politiques n’ont pas fonctionné dans 7 cantons !
    Saint-Denis n’a pas, cette fois-ci, été sacrifiée. C. Duflot ( secrétaire Nationale D’Europe Ecologie,les Verts) a bousculé l’échiquier poussiéreux !
    Les électeurs de droite (mal servis par leur candidat qui ne comprend toujours rien à l’enjeu de ce 2ème tour dans notre ville) doivent,comme les autres, prendre conscience de l’opportunité offerte de se débarasser de F Haye au conseil général et d’hypothéquer son action extrêmement nuisible comme 1ère adjointe au maire, chargée de la sécurité à Saint-Denis ( hostile à la vidéosurveillance et à une police municipale en nombre suffisant !!!)
    Rappel : à Saint-Denis, conforter la candidate communiste à son poste de conseiller général serait également donner un blanc-seing à l’équipe municipale jusqu’à la fin de son mandat avec l’effet déshinibiteur que chaque Dionysien doit mesurer en se présentant aux urnes (ou en omettant de s’y présenter). L’échec de F Haye ,1ère adjointe chargée de la sécurité (oups !!!) (et de fait, en grande partie responsable de l’insécurité à Saint-Denis ) initiera selon moi une dynamique d’ECHEC irréversible des communistes dans notre ville !
    Didier Labaune, conseiller municipal UMP parti radical à Saint-Denis

    Quand, à Aubervilliers, le PS par la voix d’Evelyne Yonnet justifie son maintien en déclarant « j’estime qu’il est de ma responsabilité de vous permettre de choisir le meilleur candidat de gauche » … « plutôt qu’un rassemblement de façade », voilà à quels « choix » faits par d’autres il s’expose, parce qu’il refuse le choix, déjà fait, par les électeurs de gauche, dès le premier tour. A la longue, ce procédé utilisé une première fois lors de la municipale de 2008, puis recommencé cette fois-ci, mènera à une forme d’ accoutumance. Cela deviendra-t-il un mode régulier pour se faire élire ? C’est le plus sûr chemin pour diviser durablement la gauche bien au-delà des divergences politiques légitimes qui nous partagent et qui relèvent de choix démocratiques non-truqués. Et dans ce contexte où il est primordial de faire front contre une droite sarkozienne insupportable et une montée du Front National à plus de 20% sur notre vile, cette politique est inadmissible.
    C’est une raison de plus pour voter dimanche Pascal Beaudet / Leïla Tlili, outre le fait que nous avions déjà réussi, dès le premier tour, un rassemblement unitaire sur une politique vraiment à gauche, et qu’il convient de confirmer cette dynamique.

    Alain, militant du NPA d’Aubervilliers

  • Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011 Le 25 mars 2011 à 13:39, par L’électeur de droite d’Aubervilliers

    Ou Labaume (ndlr le conseiller municipal UMP de Saint Denis qui appelle à voter Europe écologie) est un con, ou c’est un très fin tacticien qui considère que l’avenir appartient plus au parti communiste qu’aux socialistes. Parce que très honnêtement, à terme, on a plus de chance de battre le PC que le PS qui trouvera des alliances avec le modem ou des conneries de cette nature. En favorisant l’élection du PS, entre nous soit dit, blanc bonnet et bonnet blanc, la droite se prive de toute possibilité de conquête électorale à Saint Denis et Aubervilliers dans un avenir raisonnable.

  • En résumé le PS cherche faute d’avoir réussi au premier tour, d’éliminer les communistes avec l’appui d’électeurs de droite.

    Madame Yonnet va mettre de côté 31 % des électeurs grâce à un consensus avec la droite au deuxième tour

  • Déclaration de Pascal BEAUDET après le 1er tour des cantonales du 20 mars 2011 Le 25 mars 2011 à 19:07, par militant socialiste OPH

    Mme yonnet doit être sanctionnée car elle a trahi l’Office d’Aubervilliers en l’abandonnant à une bande d’arriviste sans scrupule.
    Elle a laissé mettre en place une direction qui ne comprend rien au logement social.
    Il est tout à fait légitime et normal de vouloir moderniser un office en mettant en place de nouvelles règles de gestion et de calcul de charge, mais il est tout à fait anormal et honteux de faire supporter une régularisation supérieure de 150 € à un locataire de l’Office. C’est une faute politique grave.
    Qu’on ne vienne pas nous parler d’équité, c’est ne rien comprendre et ne pas respecter l’Histoire de notre ville. On se doit de respecter Aubervilliers pour pouvoir y exercer une légitimité. Aux yeux de nous autres, camarades socialiste de l’OPH, seul Pascal Beaudet garde cette légitimité.
    Mme yonnet doit perdre son mandat et venir remplacer M. lanternier à l’Office !!!

  • Je lis là des commentaires tout à fait curieux, les électeurs de droite, du centre, de l’extrême droite sont des sous-électeurs ? Ils n’auraient pas le droit de s’exprimer au second tour ? Vous leur conseillez de rester chez eux ? C’est votre conception de la démocratie ?

    Le désistement est une "tradition républicaine et démocratique". J’aimerais savoir en quoi elle est démocratique... ( a fortiori avec 72% d’abstention !). Cette tradition-là d’ailleurs est inconnue hors du 93, je l’ai découverte en arrivant ici.

    Le PCF ferait mieux d’essayer de convaincre les électeurs de voter pour lui plutôt que de les faire taire (tenez bon il n’y en a plus que 28% qui se déplacent !), en nous parlant de son programme par exemple... plutôt que de taper sur l’Elysée.

    Enfin, moi je dis ça, mais je ne suis pas du PCF alors...

  • En décembre dernier les écolos avaient annoncé leur non désistement en cas de PCF Front de gauche au deuxième.

    C’était un message aux anticommunistes afin qu’il votent écolo au premier et au deuxième tour.

    L’écologie sort de son domaine. il existe des écologistes anticommunistes. Alors que l’écologie est une branche du communisme.