Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011

dimanche 6 mars 2011

"Je croyais que les conseils de quartier n’existaient plus !" me lance un lecteur habituel du site. Rappelons à sa décharge qu’il n’y a pas eu de conseil de quartier à la Maladrerie depuis septembre, que le dernier conseil de quartier à Vallès avait réuni trois personnes et que la démocratie locale fonctionne de façon de plus en plus confidentielle. Les habitants ont encore moins entendu parler de la nouvelle charte que de la première. Oui, il y a une nouvelle charte ! Il parait même qu’il y a eu une réunion pour poursuivre la revivification de la démocratie locale, mais sans les habitants des collectifs d’animation.

Réunir 18 habitants dans le quartier Firmin Gémier - Sadi Carnot un mercredi soir, constituait dans ce contexte, un véritable exploit. Il a pu être relevé grâce à une dynamique locale originale. Car on ne peut pas dire que la discussion sur l’utilisation des enveloppes de quartier, les fameux 15000 euros attribués à chaque quartier, ait soulevé un sens du bien collectif des plus pertinents. La discussion a plutôt montré une juxtaposition de demandes particulières qui relèvent davantage de la responsabilité municipale ou celle de Plaine Commune.

Les enveloppes de quartier : chacun voit midi à sa porte mais au final, l’enthousiasme est des plus mesurés

Illustration en est que sur 15 propositions d’habitants, 12 ont été d’emblée écartées par le collectif d’habitants parce qu’entrant dans des logiques d’aménagement globale du territoire prévues à plus ou moins brève échéance. Sur les trois propositions restantes, l’une consistait en un aménagement de la rue des écoles pour y empêcher le stationnement de camions par la plantation de 1 ou 3 arbres écartés de 12 mètres, à l’image de ce qui a été fait boulevard Félix Faure. S’en est suivie une discussion animée sur la longueur des camions, parce qu’ils pourraient peut-être se garer quand même, sur le fait qu’on pourrait remplacer les arbres par des bacs en béton, faire une chicane pour ralentir la circulation, poser un dos d’âne, en option dans le projet, dont le positionnement a lui aussi fait débat... Bref on s’est trouvé dans une discussion qui a déchaîné les passions mais dont l’issue est confinée à une décision prise par dix huit habitants présents. La question de la circulation, du stationnement, du cadre de vie sont des questions qu’il faut envisager à une échelle globale, rappelle pourtant un habitant.

Un autre projet portait sur l’aménagement du carrefour entre le boulevard Félix Faure et la rue des écoles en transformant un ilôt anti-stationnement goudronné en ilôt végétalisé. Idée intéressante mais cette idée ne relève-elle pas plutôt d’un niveau de prestation qu’on devrait attendre des services de la voirie et des espaces verts ?

Peut-être plus originale, l’idée de réaliser une ébauche de parcours jalonné de bancs dits "assis debout" (comme dans les abribus) pour permettre aux personnes à mobilité réduite de se reposer au cours de leurs déplacements pédestres, pouvait apparaître comme une impulsion favorisant l’accès à la sphère publique de ces citoyens. C’est paradoxalement le projet le plus visible dont la faisabilité immédiate est la plus difficile, nécessitant des procédures de passation de marché qui implique des délais assez longs. En somme, l’inverse du but poursuivi puisqu’il faudrait que ces actions puissent être réalisées rapidement.

Bref un conseil de quartier dont on a passionnément débattu de micro-projets pour finalement s’apercevoir qu’on encourageait l’individualisme dans des domaines qui relèvent de la responsabilité collective. Prenons à contrario l’exemple d’une réalisation récente, à la limite de la Courneuve, entre les rues Crevecoeur et Danièle Casanova. Des aménagements floraux ont été effectués parce que Plaine Commune et la Ville ont estimé que ceux-ci relevaient du niveau d’embellissement qu’ils devaient apporter. C’est plutôt d’un niveau d’aménagement et d’embellissement dont il faut débattre entre habitants, services techniques et élus, même en partant de problématiques localisées, plutôt que donner une sucette qui sera forcément vécue comme un pis aller pour compenser ce qui est considéré comme une insuffisance de la collectivité.

Après les micro-débats pour micro-projets, le micro-crédit au maxi-taux

Auparavant, l’Agie qui est une association rue du Moutier, avait présenté son action pour favoriser la création de micro-entreprises par l’octroi de prêts allant de 500 à 10000 euros. Micro-projet, micro-crédit mais maxi taux d’intérêt (de 9 à 10%), même si le tiers de la somme empruntée peut être obtenue à taux zéro. Mais c’est manifestement le seul outil qui permette à des habitants qui veulent monter une affaire de trouver un financement, avec des résultats semble-t-il intéressants.

Rien de bien passionnant dans tout cela, avec en réalité un dessaisissement des conseils de quartier de questions comme le budget, l’urbanisme... Et paradoxalement, à travers les enveloppes de quartier, les problèmes de proximité que monsieur Salvator voulait évacuer des conseils de quartier par les référents propreté, sécurité... reviennent en force, non dans un souci du bien collectif, mais par un l’encouragement à l’individualisme. Comme quoi on peut y perdre sur tous les plans !

Éric Plée

14 Messages

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 6 mars 2011 à 12:58, par l’info du jour

    Les conseils de quartier existent encore, c’est un scoop ! Parce que ce n’était pas évident !

  • C’est mort de chez mort Le 6 mars 2011 à 15:16, par Martine

    C’est vrai le CQ du quartier Emile Dubois/Maladrerie a cessé de vivre. Il n’y a plus aucun contact entre les habitants par son biais.

    Des dissensions paraissent s’être produites au sein de la soi disant "équipe d’animation" et d’aucuns murmurent qu’il y aurait quelques questions d’argent.
    Bref c’est la faillite.

    De plus je lis dans Aubermensuel que "l’antique bocal" situé au coeur de la cité E. Dubois qui abritait la boutique de quartier a cessé d’être et qu’une nouvelle "salle de quartier" a vu le jour au 1 allée Matisse. Visite faite sur place, c’est un local calamiteux, dans un triste état et qui reste inconnu des habitants.

    Depuis un an le coordonateur de quartier n’est plus en poste et on nous annonce l’apparition d’un service dit de "Démocratie locale et de développement social" (?) qui se substitue à la Vie des quartiers.

    Mais qui décide de quoi dans cette ville et dans quels buts ?

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 6 mars 2011 à 16:57, par Radio trottoir

    Deux mamans attendent leur enfant devant l’école Anne Silvestre et tombent sur une affichette : vous avez 15000 euros pour améliorer votre quartier (Paul Bert) Je ne vous dit pas la réaction ! Il s’agissait bien évidemment des enveloppes de quartier. Qu’est-ce qu’on va foutre en l’air 15000 euros quand j’ai même pas 150 euros pour payer ma facture d’eau ! . Y’a encore du boulot monsieur Salvator !

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 6 mars 2011 à 18:17, par c’était vraiment utile que Salvator aille à radio-orient

    L’alibi de Salvator pour son retard au dernier conseil municipal : il était à radio orient : http://www.radioorient.com/Sans-Transition-Le-desamour-des-Francais-a-l-egard-de-leurs-elus_a4114.html Vous y apprendrez que Hafidi, fin connaisseur du monde arabe avait alerté la municipalité de ce qui allait se passer en Tunisie et les pays voisins, que la démocratie de quartier a été revivifiée grâce à l’élection des présidents et des enveloppes de quartier, qu’un observatoire des engagements composé d’une cinquantaine d’habitants est là pour contrôler l’application des promesses de campagne, que les élus ne sont pour rien dans la crise, qu’il soutient le film sur Mouloud Aounit, qu’il a écrit un bouquin, qu’il commémore le massacre de Sétif du 9 mai 1945, qu’il commémore aussi le massacre du 17 octobre 1961, que face au problème du chômage des jeunes, il crée le contrat jeune auber +, que c’est difficile d’être directeur du FMI et réaffirme son soutien à Strauss-Kahn, il est plus évasif sur la construction d’une mosquée, qu’il a créé une commission des cultes (qui existe depuis 20 ans ndlr), qu’on a réussi à régler les problèmes de voisinage avec une école juive, que les élus d’Aubervilliers sont particulièrement vigilants à la question du vivre ensemble, qu’il n’est pas opposé aux partenariats publics privés, qu’il se déplace à vélo, que tous les élus font des permanences sans rendez-vous, que toute son équipe est très disponible.

    Sans commentaire

  • Et l’alibi du président du groupe communiste qui signe une tribune mais n’étais même pas présent.
    Il s’en fiche du budget.
    Il était où ? A la télé ?
    Ou peut-on trouver son interview ?

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 6 mars 2011 à 18:53, par T’énerve pas camarade socialiste

    Tiens, les socialistes s’énervent ; l’accueil qui leur est réservé serait-il moins bon ?

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 6 mars 2011 à 19:02, par le plus énervé des deux n’est pas celui qu’on pense

    C’est vrai que ça peut énervé de poser les bonnes questions.

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 6 mars 2011 à 19:13, par Répondre c’est bien, répondre après avoir réfléchi, c’est mieux

    Camarade socialiste, commence par écouter l’interview, tu as le lien sur un post un peu plus bas. Ensuite pose toi la question d’un débat d’orientation budgétaire qui commence 3 heures et demi après le début du conseil et d’un débat sur la sécurité encore plus tard. Et tu verras où est le foutage de gueule !

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 6 mars 2011 à 19:17, par une suite de non évènements créé l’évènement

    Une réunion de locataires le 2 mars qui est aussi courte que le conseil de quartier du lendemain est chiant ! A Aubervilliers, l’addition des non-évènements créé l’évènement !

  • La critique fait aussi partie du débat démocratique Le 6 mars 2011 à 19:47, par Sécrétaire de séance

    Il est vrai que la tribune du groupe des élus communiste et citoyen semble énerver quelques agités socialistes. Cette émission de "Radio-Orient" était programmée depuis presque un mois. Donc si le maire attachait autant d’importance qu’il semble le dire aux débats de son assemblée communale, il aurait pu, sans difficulté, décaler la date du conseil municipal. Quant à la tribune parue dans "Aubermensuel" de ce mois, elle n’est nullement signée par Pascal Beaudet (lire page 29). Cette tribune est l’expression du groupe des élus communiste et citoyen "Tous ensemble pour Aubervilliers". A ce conseil municipal, Pascal Beaudet était excusé et représenté par un pouvoir qu’il avait donné à l’un de ses collègues.

  • L’indispensable Hafidi Le 6 mars 2011 à 20:14, par Age quod agis

    Il est vraiment dommage que le conseiller municipal M. Hafidi, n’ait pas jugé utile de communiquer ses informations à son collègue président du conseil général M. Bartolone. Celui-ci, n’ayant pas été éclairé par les lumières de M. Hafidi, n’a rien compris aux événements considérables du monde arabe. En l’absence d’information de première main, M. Bartolone continuait de considérer que Ben Ali "avait conduit le pays à une marche un peu plus lente vers la démocratie". Une simple petite info de notre génial M. Hafidi aurait permis à l’internationale socialiste de se séparer de Ben Ali depuis bien longtemps.

  • Conseil de quartier à Firmin Gémier le 2 mars 2011 Le 8 mars 2011 à 21:19, par Dites à Plée de se taire.

    t’a qu’a te présenter comme président du conseil de quartier au lieu de déversé tes conneries. ta la haine parce que les socialistes font des trucs que les communistes étaient pas foutu de faire.

  • Formation Le 9 mars 2011 à 08:10, par Adèle

    DAPDST a bien raison les cocos ne faisaient pas certaines choses.

    En tous cas il est évident à la lecture de certains messages et notamment du signalé qu’ils n’ont pas suffisamment développé l’action en faveur de l’apprentissage de l’orthographe.

  • Conseil de quartier Le 9 mars 2011 à 16:46

    DAPDST est bien méchant de conseiller à Eric Plée de se présenter à la présidence du quartier ! Comment peut on vouloir tant de mal à quelqu’un ?

    Non, les gens qui y sont sont parfaitement compétents : ils ont tout fait pour noyer le conseil de quartier dans des débats à la c… et ça a marché.

    Le plus rigolo, c’est qu’ils doivent s’y faire chier autant que les habitants, mais que nous on est pas obligé d’y aller. Nananèreu.