Déclaration des élus communistes et partenaires de Plaine Commune

Il faut changer la politique de l’emploi

dimanche 23 janvier 2011

Les Rencontres pour l’emploi ont encore connu le succès ce mardi 18 janvier 2011 avec 2 500
personnes recensées dont beaucoup de jeunes.

On se réjouira de l’impact de cette 15ème édition d’une initiative portée par la Communauté
d’agglomération Plaine Commune. Ce d’autant plus que le gouvernement, après avoir écarté
de l’emploi des millions de travailleurs, s’acharne à démanteler Pôle emploi ?

La réalité est implacable : dans ce domaine aussi, le gouvernement opère des choix
complètement irresponsables à travers des coupes budgétaires dans le financement du service
public de l’emploi et de l’insertion professionnelle.

Résultat : 1 800 postes seront supprimés à Pôle emploi en 2011, dont 150 en Seine-Saint-
Denis ! Les conseillers sont dépassés par les besoins, l’accueil des demandeurs d’emploi est
indigne, les retards dans le traitement des dossiers s’accumulent…

Or les efforts que nous avons entrepris à Plaine Commune, comme d’autres collectivités ont
pu en impulser, n’ont de sens que si nous trouvons en l’Etat un véritable partenaire apte à
accompagner les demandeurs d’emploi dans leurs projets professionnels.

Un gouvernement qui se moque de la population

Dans un contexte de crise économique grave, la droite préfère sauver ceux qui en sont
responsables en prêtant des milliards aux banques quitte à serrer la ceinture à ceux qui en
paient déjà le prix.

Les missions locales sont également impactées par la saignée budgétaire. Les jeunes qui
bénéficient particulièrement du suivi en leur sein et qui sont souvent inconnus des services de
pôle emploi en feront les frais.

La boussole de ce gouvernement c’est le CAC 40. Peu importe la maltraitance qu’il fait subir
à des millions de précaires, il reste enfermé dans une logique gestionnaire, uniquement guidé
par les intérêts de la finance.

Nous faisons la preuve que d’autres choix sont possibles.

Pour enfoncer le clou, la participation de l’Etat dans le fonctionnement des Maisons de
l’emploi est aussi en baisse. Ce sont ainsi des actions particulièrement utiles qui sont en
danger de disparition.

Sur le territoire de Plaine Commune, nous avons contribué à la mise en place de six
« espaces » Maison de l’emploi. La Communauté d’agglomération, par la voix de son
président, se bat aux côté des personnels pour sauver la Maison de l’emploi et ses missions
indispensables.

C’est en effet un savoir faire reconnu qui a été développé à travers la Maison de l’emploi,
basé sur une relation de proximité, une prise en charge individuelle et une connaissance fine
du public et des besoins de chacun.

Plaine Commune est un territoire en développement qui offre aujourd’hui des perspectives
d’avenir au-delà de son seul périmètre. Des milliers d’emplois sont ainsi créés. Parce que
nous souhaitons que ces débouchés soient accessibles aux habitants du territoire, les outils
nécessaires sont mis en place, telles les Rencontres pour l’emploi, les Maisons de l’emploi, la
Charte entreprise-territoire…

Pour le droit à l’autonomie et à la dignité de chacun

Toutes ces mesures, si nécessaires soient elles, ne peuvent compenser l’irresponsabilité de la
droite. C’est pourquoi il faut changer radicalement de politique en matière d’emploi et ne pas
se contenter d’aménagements à la marge du système.

Il faut en finir avec cette spirale infernale qui veut que les riches s’enrichissent pendant que
les couches populaires paient la note. Etre privé d’emploi est une violence à laquelle nous ne
pouvons nous résoudre. Ne pas pouvoir vivre dignement de son travail en raison de la
faiblesse actuelle des salaires est une autre violence inacceptable.

Définir une stratégie industrielle à partir des nouvelles technologies, soutenir les PME à l’aide
d’un pôle public bancaire nouveau au lieu d’accorder des cadeaux en milliards d’euros aux
grandes fortunes actionnaires des multinationales, renforcer le service public de l’emploi
plutôt que de le sacrifier, instaurer de nouveaux droits de contrôle dans l’entreprise pour les
salariés, partager le travail en préservant et en développant les 35h00, restaurer la retraite à 60
ans…

L’Etat, mais aussi le département, qui intervient dans le domaine de l’emploi, doit œuvrer en
ce sens et réorienter sa politique résolument à gauche !

Ce sont des choix tout à fait finançables. Ensemble, salariés et chômeurs, nous sommes
majoritaires pour imposer ces choix. Engageons-nous dès maintenant pour une alternative
politique qui s’attaque aux causes profondes du chômage et de la précarité, pour assurer le
plein emploi et l’insertion professionnelle. N’attendons pas 2012 !

Les élus du groupe Communistes et partenaires de la communauté d’agglomération
Plaine Commune

Saint-Denis, le 18 janvier 2011

6 Messages

  • Il faut changer ceux qui conduisent la politique de l’emploi Le 27 janvier 2011 à 18:18, par Christian M.

    Le 25 janvier 2010, N. Sarkozy déclarait : "Le chômage va reculer cette année". Et bien cette année le chômage a progressé de 272000 chômeurs, soit une augmentation de 6,2%. Au moment de son élection, Sarkozy avait placé l’emploi au coeur de ses priorités, concrètement depuis son arrivée la France compte 4 650 700 chômeurs soit une progression de plus de 1 million de chômeurs. Pour les plus de 50 ans la progression du chômage est supérieure à 16%. Avec l’UMP et Sarkozy le pouvoir d’achat recul, le chômage augmente, la retraite diminue ; nous sommes en pleine régression.

  • Y a des pavés qui se perdent ! Le 1er février 2011 à 17:53, par Franc

    De quoi doit-on se réjouir ?
    - De ce que 2 500 jeunes au chômage se sont précipités pour essayer de trouver un boulot ? Au train où ça va, ils seront 10 000 l’an prochain !
    - Que cela ait permis à quelques uns de prendre la posture de ceux "qui se battent pour l’emploi " des jeunes ? Comme s’ils y pouvaient quelque chose de concret !
    - A faire de la com’ sur les murs d’Auber ? Ça oui, et à gogo, et plus que jamais pour toujours moins de résultats !

    Vaudrait mieux s’en préoccuper justement des résultats... au lieu que les autorités locales se fassent reluire bêtement avec des chiffres comme ça.

    Tiens une histoire vraie, toute fraîche : lors de ces manifestations, tout un bintz a été fait autour des emplois du futur centre commercial.
    Très bien. Voici la réalité : un jeune de 22 ans, Bac+3, maitrise de l’anglais et petite expérience va sur le stand de la F..., l’agitateur culturel. Il laisse son CV. Il est convoqué quelques jours après et se voit proposer un STAGE DE 4 MOIS, NON PAYE, pour "suivre une formation" sur place !!!
    Que dire ? On peut subodorer que le jeune n’est pas tout seul, qu’on va en prendre 20 ou 50 ou 100 (tout est possible), les "former sur place pendant 4 mois" et, peut-être, en garder 10. Les autres auront bossé gratuitement 4 mois pour être "formés".

    En vérité, nos jeunes sont trop gentils. Il y a des pavés et des claques dans la gueule qui se perdent.

  • Deuxième pavé Le 1er février 2011 à 21:09, par franc

    En complément au post précédent : toute cette opération de recrutement se fait via un organisme public : le rendez vous de recrutement se tenait dans les locaux d’un Greta !
    La c’est carrément du délire : un organisme public qui fait des "recrutements" sur la base d’un stage non payé de 4 mois sans garantie d’emploi derrière, on frise la provoc’ !

  • Ne pas se réjouir mais continuer d’agir Le 2 février 2011 à 09:29, par Francis

    ..."On se réjouira de l’impact de cette initiative...". Tout à fait d’accord avec Franc cette formule est pour le moins inadaptée face à la préoccupante évolution du chômage. D’accord aussi pour condamner et dénoncer les propositions scandaleuses qui sont faites à certaines personnes en recherche d’emploi. Pour autant ce type d’initiative est nécessaire. N’oublions pas que l’année 2010 a connu une augmentation du chômage de plus de 27 000chômeurs et que les plus touchés sont les jeunes et les plus de 50 ans. Tout en étant lucide sur les résultats de ce genre d’initiative, il faut continuer d’agir.

  • Il faut changer la politique de l’emploi Le 4 février 2011 à 13:15, par Pierre

    On peut tout de même se réjouir qu’en dix ans, de 2000 à 2009, selon les organismes sociaux publics Garp et Unedic, les emploi privés sur le territoire de Plaine Commune ont augmenté de 67,5% (soit 20198 salariés) alors que dans le même temps la progression était de 7,6% en Île-de-France.

  • Il faut changer la politique de l’emploi Le 4 février 2011 à 17:00, par franc

    Que le territoire se développe, tant mieux, que des emplois viennent, tant mieux aussi...
    Mais ce n’est pas le fond de mon post qui concerne d’abord le type de "contrat" qu’on propose parfois à ces jeunes : ce n’est plus de la précarité, c’est de l’esclavage, si on veut bien considérer que la différence entre un esclave et un salarié, c’est aussi la fiche de paie, les droits qui vont avec et donc la capacité de se contruire une vie, de lutter avec ses collègues, etc...
    Et encore, les esclaves étaient nourris (mal, d’accord), ces mômes, ont ne leur offrent même pas les tickets resto...