Tribune de Pascal Beaudet dans l’Aubermensuel

Souvenir et avenir

dimanche 7 novembre 2010

Monsieur Raymond Labois, une forte personnalité de notre ville, nous a quittés à l’âge de 90 ans, et nous étions nombreux à l’accompagner dans son église de Notre Dame des Vertus, ce vendredi 15 octobre.

Longtemps élu municipal, militant catholique convaincu, il symbolisa l’opposition aux diverses municipalités d’Union de la Gauche, mais toujours en respectant les femmes, les hommes qui portaient d’autres convictions que les siennes.

Jack Ralite devait rendre hommage au citoyen engagé, actif sur de nombreux dossiers qu’il suivait toujours avec attention.

Je tiens aussi à saluer sa mémoire.

L’avenir, lui, continue à se jouer chaque jour et notamment dans le débat et les luttes qui portent sur les retraites, véritable enjeu de civilisation.

Faut-il continuer à prélever sur les pauvres quand les riches ne cessent de s’enrichir ? Quand le cynisme des possédants vient de conduire les gouvernements à renflouer massivement les banques en vidant les caisses de l’Etat !.....qu’on voudrait nous forcer maintenant à remplir avec des politiques d’austérité insupportables pour la grande majorité des citoyens.

2,5 millions, 3,5 millions de personnes dans les manifestations. Et le gouvernement ne discute sur rien, ne cède sur rien, fait le choix du blocage.

« Ce n’est pas la rue qui gouverne » annoncent en chœur des ministres aussi manipulateurs qu’apprentis sorciers et pour la plupart en sursis.

Malgré les 70 % de français mécontents d’un président impopulaire. Malgré les 60 % qui approuvent les grèves.

Une telle surdité, une telle désinvolture d’Etat, est un déni de démocratie grave qui peut coûter cher à la France.

Pascal BEAUDET, président du groupe communiste et citoyen

1 Message

  • mauvais billet ou censure Le 12 novembre 2010 à 13:52, par correspondant

    Il est bien de lire l’hommage que fait M.Beaudet avec le mot sur m. Labois.

    Il est vrai de lire aussi que M. Ralite a rendu un hommage à cette homme en l’église Notre Dame des Vertus.

    Car étant présent aux obsèques de M.Labois, je peux affirmer que le compte rendu fait dans le mensuel Aubermensuel n’est pas la vérité même.

    A croire que ce journaliste ne connait par la ville, les élus et les habitants, où qu’il avait peut-être un droit de censure par M. le maire après la lecture de son billet.