Communiqué des élus communistes et partenaires de Plaine Commune

Tous en grève le 23 septembre

mardi 21 septembre 2010

Le 23 septembre, les organisations syndicales appellent à une puissante journée de grèves et de manifestations pour exiger le retrait du projet de loi sur les retraites. Il faut tout faire pour que cette journée d’action soit une grande réussite.

Austérité pour les uns, largesses pour les autres

Sous l’aiguillon du patronat, le gouvernement mène une véritable politique de classe. Après avoir siphonné les caisses publiques pour sauver les banquiers de la faillite, il entend faire payer les déficits à l’ensemble de la population. Les mesures phares du projet de loi sur les retraites le démontrent : l’allongement de la durée de cotisation à 41,5 ans et le report de l’âge légal de départ en retraite à 62 ans, et même 67 ans pour les carrières incomplètes, auront des conséquences terribles sur le montant des pensions des futurs retraités.

Une autre conception du travail et de la retraite

Non les retraités ne sont pas une charge pour la société ! Non l’allongement de la durée de vie n’est pas un fardeau qu’il faut faire payer aux salariés !

Avec les retraites, ce qui est en jeu, c’est la place du travail et du temps libre dans la vie de chacun donc le partage des richesses créées par le travail. Or depuis trente ans, ce partage se fait principalement au bénéfice des actionnaires, les revenus du travail n’augmentant quasiment pas pour les salariés. Il est temps d’en finir avec ce vol organisé !

Être retraité aujourd’hui est souvent synonyme d’investissement citoyen, de participation utile au lien social, de place centrale dans les liens familiaux… Être retraité aujourd’hui c’est être un producteur de richesses bien réelles même si elles ne sont pas comptabilisées dans les statistiques officielles.

L’allongement de la durée de la vie est donc une chance pour toute la société et non un fardeau. Il est essentiel de le reconnaître en assurant à chaque retraité les moyens de vivre dignement.

Oui à une réforme de progrès

Les lois Balladur en 1993 et Fillon en 2003 ont fortement appauvri les retraités. Des catégories entières de salariés se trouvent ainsi dans l’obligation de travailler plus longtemps, ou de cumuler retraite et petits boulots, ou encore d’accepter de toutes petites pensions. Le cas des femmes est éloquent : quatre retraités femmes sur dix touchent moins de 600 €/mois ! Une situation synonyme d’isolement, de précarité et de dépendance.

C’est pourquoi il faut non seulement mettre ce nouveau projet de régression en échec, mais également construire un rapport de force permettant une réforme progressiste. Assurer une réelle autonomie à chaque retraité, aller vers une pension de retraite égale à 100 % de son meilleur salaire : c’est possible si les salariés décident d’un autre partage des richesses qu’ils créent.

Ensemble continuons le combat

Les moyens existent. Prenons-les ! En 25 ans, la part des salaires dans les richesses créées a perdu 8 points. Celle des profits pour les entreprises a gagné…8 points !

Le gouvernement est totalement discrédité. Empêtré dans ses mensonges quotidiens, éclaboussé par les connivences entre les milliardaires et la droite, moqué par le monde entier, c’est en réalité ses orientations libérales qui mènent notre société au mur et ouvrent la voie au « tous pourris » de l’extrême droite.

Ce n’est pas en « attendant 2012 » ou dans une petite louche de social que se trouve la solution.

Face à cette crise politique, nous appelons à amplifier le mouvement populaire pour mettre tout de suite en échec cette réforme. Nous appelons à faire barrage à toutes les tentatives de report de l’âge de départ en retraite ainsi qu’à l’augmentation de la durée de cotisation.

Les élu-e-s Communistes et Partenaires de Plaine Commune :
- soutiennent, participeront et appellent à participer à la journée de grèves et de manifestations du 23 septembre
- soutiendront toutes les initiatives susceptibles de faire plier le gouvernement dans les jours suivants

Le 17 septembre 2010

Les élus du groupe communistes et partenaires :
Pascal Beaudet (Aubervilliers), Muguette Jacquaint, Gilles Poux, Perrine Crosnier, Djamal Mhoudine, Muriel Tendron-Fayt, Antony Couteau-Russel, (La Courneuve), Patrick Braouezec, Stéphane Peu, Suzanna de la Fuente, Pierre Quay-Thévenon, Didier Paillard, Lynda Fellahi, Elisabeth Belin, Laurent Russier (Saint-Denis), Isabelle Caderon, Michel Beaumale, Jean-Paul Le Glou (Stains), Carinne Juste, Daniel Desbiendras (Villetaneuse), Joël Flandrin (L’Ile-Saint-Denis)

2 Messages

  • Et demain... Le 22 septembre 2010 à 08:01, par Albert

    Je suis, bien sûr, en grève aujourd’hui et je vais manifester tout à l’heure. J’espère que l’on sera très nombreux/nombreuses dans la rue.

    Je sais que le pouvoir ne veut rien entendre (ou pas grand chose). Il reculera sur des broutilles ce soir et misera sur l’essoufflement du mouvement.

    Il semble décidé à encaisser un formidable coup de bâton politique qu’annonce le retournement de l’opinion publique. C’est un phénomène à peu près semblable à celui qui s’est produit en 2005 lors du débat ayant précédé le referendum sur le Traité constitutionnel européen.

    Ceci dit il faut que le mouvement social continue de s’affirmer avec puissance et dans la durée.

    Même si les parlementaires UMP, centristes et consorts votent le texte réactionnaire sur les retraites il faudra poursuivre les mobilisations tout en construisant une perspective politique radicale à gauche capable de mettre en échec la réaction et la mollesse des socialistes.

  • Anticipation ? Le 22 septembre 2010 à 17:24, par Trebla

    Bébert a la tête à l’envers. Il a tellement envie qu’une grande bagarre commence qu’il s’est mis en grève le 22 et a manifesté tout seul dans Paris !

    On espère le croiser demain entre Bastille et Denfert-Rochereau en super forme.