A propos de la destruction de cinq mosaïques à la Maladrerie

jeudi 5 août 2010

C’est avec stupéfaction que des habitants de la Maladrerie viennent de constater la destruction de cinq mosaïques installées sur les piliers faisant façade du Franprix de la Maladrerie.

Ces mosaïques faisaient partie de l’ensemble réalisé il y a une vingtaine d’années à partir de dessins d’enfants. Elles résultaient donc d’une démarche créative très intéressante et qui avait donné de beaux résultats. Ces mosaïques, outre leur dimension esthétique ont été très respectées et n’ont que très peu subi l’attaque des tags. Certes, elles mériteraient d’être restaurées mais leur destruction est inadmissible.

Interrogé l’OPH, déclare n’être au courant de rien et la direction du Franprix nie toute responsabilité. En tout cas une chose est certaine : les mosaïques ont bel et bien été détruites et remplacées par une surface cimentée.

Une bonne solution peut être trouvée : la réinstallation des mosaïques telles qu’elles étaient, la récupération des deux mosaïques recouvertes par des enseignes sauvages de la boulangerie que l’OPH n’a jamais remises en cause, la restauration des mosaïques subsistantes.

André Narritsens

Hebergement gratuit d image et photo

Emplacement d’une mosaïque

Hebergement gratuit d image et photo

Façade du Franprix après "nettoyage"

Hebergement gratuit d image et photo

Mosaïque antérieurement saccagée

Quelques mosaïques subsistantes :

Hebergement gratuit d image et photoHebergement gratuit d image et photoHebergement gratuit d image et photo

2 Messages

  • Ces mozaiques n’ont pas été réalisées à partir de dessins d’enfants. Elles sont le résultat d’un travail fait avec des jeunes dans le cadre d’un chantier d’insertion mené par BAT’OMJA. raison de plus pour ne pas les passer en pertes et profits......RT

    Répondre à ce message

  • Mosaïques : le retour ? Le 30 octobre 2010 à 09:22, par Rabcor

    Il apparaît suite à un échange avec un responsable du Franpix qu’un "architecte de la Mairie" (?) vient de demander à la direction du magasin de réinstaller les mosaïques détruites cet été.

    Un courrier de l’OPH avait, semble t-il, été envoyé à la mi-août pour demander la réinstallation.

    Le message envoyé par le Collectif d’habitants à l’époque n’était donc pas resté sans effet.

    Mais, comme d’habitude, l’OPH n’a rien dit de son action.

    Cela est très révélateur d’une culture négative. Mais l’essentiel sera la réapparition des mosaïques.

    Tout du moins, on l’espère.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article