Indépendances africaines ?

dimanche 11 juillet 2010

Plusieurs messages postés sur le « Mégaphone » ont exprimé de la colère à propos du fait que la soirée du 13 juillet soit placée sous le symbole des « indépendances africaines » dont Nicolas Sarkozy entend célébrer le cinquantenaire.

L’affaire est incontestablement sérieuse et témoigne une nouvelle fois de la volonté de réviser l’histoire. Que la majorité municipale ait foncé tête baissée dans le piège relève a minima de l’ignorance historique bien que l’affiche cocardière éditée pour l’occasion ne plaide guère en ce sens.

Essayons très brièvement mais avec sérieux d’exposer ce qui s’est joué en 1960.

L’empire colonial français en Afrique subsaharienne comprend deux grands ensembles qui proviennent essentiellement du découpage colonialiste de l’Afrique réalisé en 1884-1885 lors d’une Conférence de brigandage impérialiste réunie à Berlin :

- l’Afrique occidentale française qui fédère depuis 1895 huit colonies (Mauritanie, Sénégal, Soudan français/Mali, Guinée, Cote d’Ivoire, Niger, Haute Volta/Burkina, Dahomey/Bénin)
– l’Afrique équatoriale française qui fédère quatre colonies (Gabon, Moyen Congo, Tchad, Oubangui-Chari)

S’ajoutent à ces deux ensembles :

- le Cameroun, ancienne colonie allemande placée sous la tutelle des Nations-Unies en 1918, tutelle confiée de fait à la France et à la Grande-Bretagne ;
- le Togo ancien protectorat allemand placé sous tutelle des Nation-Unies en 1918 ; tutelle exercée de fait par la France et la Grande-Bretagne ;
Madagascar envahie militairement en 1895 ;
- l’ile de La Réunion.

Il s’agit donc d’une réalité géographique et humaine importante.

Réviser l’ordre colonial

Au sortir de la Seconde guerre mondiale, l’ancien ordre colonial a été quelque peu révisé. Au Liban et en Syrie le double protectorat franco-britannique s’est défait au profit de la Grande-Bretagne et en Indochine se sont allumés les premiers feux de l’aspiration à l’indépendance.

Dès avant la fin de la guerre, du 30 janvier au 8 février 1944, une réunion regroupant une trentaine de hauts fonctionnaires impériaux et neuf membres de l’Assemblée consultative d’Alger s’est déroulée à Brazzaville en présence du général de Gaulle alors chef du gouvernement provisoire. Une vaste historiographie gaulliste existe qui fait de cette conférence une amorce de la décolonisation, issue de l’esprit visionnaire du général. Les « Recommandations » adoptées à Brazzaville sonnent d’une toute autre manière : « Les fins de l’œuvre de civilisation accomplie par la France dans les Colonies écartent toute idée d’autonomie, toute possibilité d’évolution hors du bloc français de l’Empire ; la constitution éventuelle même lointaine, de self-governments dans les Colonies est à écarter ».

Ceci dit la conférence de Brazzaville ne saurait être réduite à une réaffirmation de l’éternité coloniale. Roosevelt avait fait récemment entendre des propos anticolonialistes, au demeurant non dénués d’arrière-pensées que Brazzaville ne pouvait ignorer. Quelques mesures furent donc prises qui témoignaient de l’engagement d’un réformisme colonial qui allait progressivement s’affirmer dans les années 1950 et que de Gaulle avait résumé dans une formule dépourvue d’ambiguïté : « Etablir sur des bases nouvelles les conditions de la mise en valeur de notre Afrique ».

C’est d’ailleurs d’un esprit semblable que s’inspira, un an plus tard, la déclaration gouvernementale sur l’Indochine.

En 1945 et 1946 de nombreux décrets furent pris qui eurent beaucoup d’importance pour la vie quotidienne des masses colonisées (abolition du système de pénalités administratives imposées aux « indigènes », reconnaissance de la liberté d’association, abolition du travail forcé, reconnaissance de la liberté de réunion, création d’un Fonds d’investissement pour le développement économique et social…).

Ces mesures, prises dans un contexte politique favorable aux forces progressistes, laissaient irrésolue la question du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de la libre association avec la France que soutenaient les seuls communistes. Il résulta des confrontations politiques de la période une construction politique dite Union française qui fut inscrite dans la deuxième version constitutionnelle lors du referendum du 13 octobre 1946.

L’organisation institutionnelle, créée par une loi-cadre en 1956 (dite loi-cadre Deferre), témoigne de la persistance de la démarche : une manière d’autonomie interne est instituée, une assemblée territoriale est élue au suffrage universel qui désigne à son tour un Conseil de gouvernement dirigé par un vice-président, le gouverneur français restant avec le titre de président du Conseil de gouvernement le représentant de la France et le chef des services territoriaux.
Ainsi, deux ans après la débâcle indochinoise et alors que la guerre embrase l’Algérie, le schéma colonialiste nourrit toujours les constructions politiques.

Le retour au pouvoir du général de Gaulle en mai 1958 marque l’entrée dans une nouvelle période. De Gaulle sait la situation en Algérie inextricable. Certes les indépendances arrachées en 1955-1956 au prix du sang par la Tunisie et au Maroc ont désamorcé l’embrasement possible du Maghreb mais les colonies de l’Afrique subsaharienne peuvent d’autant plus s’engager dans une confrontation violente avec la France que des forces progressistes non négligeables se font entendre, notamment en Guinée et au Sénégal.

Bien sûr les colonialistes et les réformistes manœuvrent pour disloquer ce danger et parviennent à affaiblir la puissance montante du Rassemblement démocratique africain que dirige le guinéen Sékou Touré [1]. Dans le même temps la France s’engage dans une confrontation armée avec l’Union des populations du Cameroun.

C’est dans ce contexte que de Gaulle construit son projet de Constitution qu’il soumet à referendum le 28 septembre 1958. Le texte de la Constitution concerne la France et ce qui est appelé « la Communauté » autant dire qu’il est soumis au vote des populations des 13 possessions africaines. Ce vote est considéré avoir valeur de vote pour ou contre l’indépendance.

La Guinée est la seule à rejeter le texte (636 000 voix contre 18 000) et est dès lors considérée comme indépendante, comme un état étranger plutôt. Toutes les relations sont coupées avec elle [2].

De fait, le fédéralisme communautaire institué en septembre 1958 demeurera pour l’essentiel sur le papier. En effet, à peine la Communauté formée, le sénégalais Léopold Senghor et le soudanais Modibo Keita annoncent leur intention de constituer une République du Mali qui voit d’ailleurs le jour à Dakar le 17 janvier 1959. En septembre les dirigeants du nouvel État réclament l’indépendance sans rupture avec la Communauté.

Après avoir hésité de Gaulle, choisit de sauver les meubles en adaptant la Communauté, autrement dit le statut des États membres. Il faut agir d’autant plus vite que Madagascar revendique à son tour l’indépendance.

Des accords franco-malien puis franco-malgaches sont négociés qui font passer la communauté du statut de fédération à celui de « communauté contractuelle » selon l’expression de Léopold Senghor. Il est désormais impossible de refuser aux autres États ce qui vient d’être accordé aux maliens et aux malgaches.

Au cours de l’année 1960 des accords transférant aux États les compétences communautaires sont signés, les indépendances proclamées, les nouveaux États indépendants admis à l’ONU et des textes instituant une coopération avec la France paraphés. Les institutions communautaires qui ont perdu toute signification disparaissent en 1961 [3].

Désormais les relations de la France avec les nouveaux États indépendants d’Afrique sont régies par les principes du droit international et dépendent du ministère des Affaires étrangères. Cependant des accords de coopérations (gérés par le ministère de la Coopération) établissent des liens privilégiés entre la France et ses anciennes colonies. Des accords d’assistance militaires sont signé dont les clauses sont souvent tenues secrètes. Un secrétaire général pour la Communauté et les Affaires africaines et malgaches est constitué auprès du président de la République. Jacques Foccart entame une longue carrière africaine visant à établir l’ancien Empire colonial comme une zone d’influence française.

Les instruments et méthodes d’une politique néocoloniale vont être progressivement installés. La présence française en Afrique se consolide. Les intérêts économiques généraux et ceux plus particuliers des firmes grandes ou moins grandes sont préservés, l’ingérence militaire est constante, pire, ce que l’on appelle la Françafrique s’est installé comme un système de brigandage.
La lutte contre le néo-colonialisme et les impérialismes doit se poursuivre en conséquence.

André Narritsens

NdMT : Les plus motivés pourront participer à la manifestation sur le thème "
50 ans de Françafrique, ça suffit !"
, soutenue par le MRAP, Les Alternatifs, NPA, la FASE, le PCF et Les Verts. Rendez-vous le 13 juillet à 18h, place de la République.

Notes

[1François Mitterrand parvient ainsi à détacher l’Ivoirien Houphouët-Boigny des relations avec le PCF.

[2De Gaulle laisse sans réponse un message de Sékou-Touré demandant l’association avec la Communauté au titre de l’article 88 de la Constitution.

[3De Gaulle a tenté de faire subsister la Communauté en faisant ajouter le 4 juin 1960 un alinéa à l’article 86 de la Constitution qui indique : « Un État membre de la Communauté peut également, par voie d’accords, devenir indépendant, sans cesser de ce fait d’appartenir à la Communauté ».

6 Messages

  • Que s’est il passé au Cameroun ? Le 12 juillet 2010 à 09:08, par Patrice

    Merci pour cette synthèse très utile mais qui, comme toute synthèse, donne envie d’en savoir plus.

    Je lis ainsi qu’il y a eu une guerre coloniale au Cameroun et j’avoue n’avoir jamais entendu parler de cela.

    Peut-on éclairer ce point d’histoire ?

  • A propos du Cameroun Le 13 juillet 2010 à 08:26, par André Narritsens

    C’est un peu difficile de développer sur le Cameroun dans les limites du "mégaphone". Je vais le faire dans un papier que je transmettrai à notre cher maître-toilier (qui se signale depuis peu sous les capitales MT) qui en fera, j’espère, bon usage.

  • Indépendance du Cameroun Le 15 juillet 2010 à 21:22, par André Narritsens

    Ainsi que je l’ai promis à « Martine » dans un échange du « Mégaphone » voici une très brève note sur le Cameroun.

    De 1955 à 1970 une guerre coloniale puis néocoloniale s’est déroulée au Cameroun. Cette guerre est peu connue alors qu’elle a été particulièrement meurtrière. Les historiens évaluent en effet le nombre des victimes entre 300 000 et 400 000, chiffres qui sont à rapporter à la population du Cameroun en 1955 : 3 000 000 d’habitants.

    En France si le Parti communiste et la CGT ont informé assez régulièrement et complètement de la situation au Cameroun le soutien politique et matériel aux progressistes camerounais est resté très faible. On peut certes penser que la guerre d’Algérie a écrasé celle du Cameroun, mais cela ne suffit pas à expliquer la modestie du soutien politique des anticolonialistes français. Ceci dit que s’est-il donc passé au Cameroun ?

    Jusqu’en 1918, le Cameroun est un protectorat allemand. Après la défaite allemande, la Société des Nations unies partage le Cameroun en deux parties l’une (la plus grande), orientale, est placée sous protectorat français, l’autre, occidentale, (composée de deux poches situées à proximité du Nigéria) est placée sous le protectorat du Royaume-Uni [1].

    Le 10 avril 1948 est constitué ce qui va devenir le grand parti anticolonialiste camerounais : l’Union des populations du Cameroun (UPC). La création de l’UPC s’inscrit dans le mouvement de formation de partis et de syndicats qui se développe alors dans toute l’Afrique noire et auquel l’action de militants communistes, tels Gaston Donnat et Jean-Suret-Canale, n’est pas étrangère [2].

    De 1948 à 1955, bien que se heurtant à l’hostilité de l’administration française dirigée par le haut-commissaire André Soucadaux, l’UPC va s’efforcer de développer une action pacifique affirmant surtout la revendication de la réunification du territoire. En décembre 1954 Roland Pré qui remplace Soucadaux ne va pas tarder à affronter violemment l’UPC. Le 22 mai 1955 celle-ci demande l’indépendance immédiate. Trois jours plus tard des rassemblements de l’UPC sont réprimés dans plusieurs villes. Les affrontements se poursuivent jusqu’au 30 mai. L’armée tire, encercle des villages, procède à des arrestations. Combien a a-t-il eu de morts ? L’administration coloniale dit 26 et 199 blessés. L’UPC évalue à 5 000 le nombre des victimes. La vérité est sans doute entre les deux mais un bain de sang a bien eu lieu.

    En tout cas vient de s’ouvrir une longue période de confrontation armée. Des maquis s’installent dans les pays bamiléké et bassa. L’UPC est interdite et ses responsables plongent dans la clandestinité. Une armée de libération nationale est constituée.

    Sur le plan institutionnel, l’autonomie interne est accordée en 1956 et une assemblée législative est élue. Un gouvernement est formé dans lequel le futur Président Ahmadou Ahidjo est Premier ministre adjoint.

    A partir de 1957 une situation de guerre s’installe dans la Sanaga maritime, puis gagne le pays bamiléké et la capitale économique, Douala. Les techniques de « pacification » mises en œuvre en Algérie sont appliquées : création de « villages de regroupement », instauration de « zones interdites ». La torture est institutionnalisée.

    Le 13 septembre 1958, le secrétaire général de l’UPC Ruben Um Nyobé est assassiné et Ahidjo déclare alors qu’il participe à une fête : « Mesdames et messieurs, j’ai une grande nouvelle à vous annoncer. Le bandit et terroriste Ruben Um Nyobé vient d’être abattu, comme une bête sauvage, en pleine forêt. Etant donné la joie qui m’habite, je m’apprêtais déjà à partir, mais, je vais encore rester avec vous, et je demande à l’orchestre de jouer ses meilleurs morceaux, et au maître d’hôtel de nous servir encore du champagne... »

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
    Ruben Um Nyobé

    L’assassinat de Ruben Um Nyobe témoigne de la volonté d’en finir avec l’UPC. L’organisation terroriste la Main rouge, créée par Jacques Foccart, assassine le trois novembre 1960 à Genève par empoisonnement un autre dirigeant de l’UPC Félix Roland Mounié.

    L’armée française qui a conduit la lutte contre les maquis de l’UPC jusqu’à la proclamation de l’indépendance le 1er janvier 1960 ne lève pas le pied et accorde son soutien à la répression qui se poursuit une décennie durant.

    Le dernier maquis de l’UPC n’est définitivement réduit qu’en août 1970 et son dirigeant Ernest Ouandié, fusillé publiquement en compagnie de Gabriel Tabeu et Raphaël Fotsing en janvier 1971.

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
    Ernest Ouandié

    Ainsi s’achève une longue guerre coloniale et contrerévolutionnaire à laquelle la France a apporté une contribution sanglante.

    André Narritsens

    [1La réunification de ces territoires ne sera réalisée qu’après l’indépendance (obtenue le 1er janvier 1960). Cette réunification sera incomplète, la poche nord du protectorat britannique choisissant d’intégrer le Nigéria.

    [2En 1944-1945, des « groupes d’études communistes » ont été créés dans presque tous les territoires d’AOF et d’AEF.

  • Déplacement Le 16 juillet 2010 à 13:59, par Gani

    Je lis sur le "mégaphone" les textes de C. Andréani et d’A. Narritsens. La règle du jeu sur le"mégaphone" c’est que les expressions y sont éphémères. Or il me semble que ces deux contributions mériteraient de figurer dans la rubrique "histoire" ou "idées"afin que l’on puisse s’y référer longtemps.

  • Indépendances africaines ? Le 16 juillet 2010 à 17:09, par beo

    Je viens de me procurer le numéro hors-série de l’Humanité intitulé Afrique, le temps des indépendances 1960/2010.“

    C’est un excellent document, à mettre entre toutes les mains !

    Il comprend des textes regroupés ainsi :

    - de la traite à la décolonisation
    - la traite nègrière
    - la France te l’homme d’Afrique
    - le temps des indépendances
    - les nouveaux pouvoirs africains
    - l’oeil des écrivains
    - quel avenir pour l’Afrique ?

    Enfin, il est accompagné d’un DVD "Afrique 50", film de René Vautier, film censuré de 1950 à 1990.

    A se procurer auprès de la section du PCF ou des militants communistes.

  • A lire absolument Le 18 juillet 2010 à 18:26, par Albert

    J’ai suivi le conseil de Beo et me suis procuré le hors-série de l’HD. C’est un document tout à fait remarquable comme l’est d’ailleurs le DVD joint qui contient le film de René Vauthier censuré 50 ans durant, qui fut tourné et monté dans des conditions rocambolesques, son auteur étant pourchassé par la police. Il était vraiment super le temps des colonies !