Journée d’action du 24 juin 2010

Retraites : deux millions de manifestants

jeudi 24 juin 2010

La mobilisation est "de haut niveau", avec "autour de deux millions" de manifestants partout en France, a affirmé le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault. Quelque 130.000 manifestants, selon la CGT, défilaient jeudi à Paris, alors qu’ils étaient 90.000 d’après le syndicat lors de la dernière journée d’action, le 27 mai. [1]

L’UL-CGT d’Aubervilliers a affrété un bus qui a très vite affiché complet, ce qui était plutôt de bon augure. Sur place, on pouvait croiser de nombreux communistes d’Aubervilliers disséminés dans les cortèges serrés de la manifestation parisienne. D’ailleurs, sur les deux photos suivantes, saurez-vous reconnaitre les militants communistes d’Aubervilliers qui s’y cachent ?

Hebergement gratuit d image et photoHebergement gratuit d image et photo

Ci-dessous une photo qui montre bien la densité des cortèges (prise au milieu du cortège de la CGT 93) :

Hebergement gratuit d image et photo

Si ces manifestations sont vraisemblablement dernières avant les vacances, leur ampleur invite à ne pas relâcher la pression. Qu’on se le dise, l’été sera chaud !

D.R.

Notes

[1Extrait de l’article de l’humanité du 25 juin 2010

8 Messages

  • Retraites : deux millions de manifestants Le 25 juin 2010 à 08:44, par Unité syndicale !

    L’élément essentiel est que sur cette question des retraites, les forces politiques de gauche et les organisations syndicales fassent front. On avait bien senti lors de la venue de Gérard Filoche à Aubervilliers, se dégager une volonté d’élargir le collectif local qui s’était créé à partir du Front de Gauche (PCF, Parti de Gauche, Gauche Unitaire), NPA, Fédérés d’Aubervilliers. Bien évidemment, on constate des approches différentes à la CFDT et au PS, mais l’opinion publique a réussi à faire bouger les lignes et doit réussir à imposer un front contre le gouvernement. Rappelons nous que cela fait presque dix ans que nous n’avons rien gagné. Donnons nous les moyens de répondre aux attentes de nos collègues, militants, voisins... C’est possible partout, y compris à Aubervilliers.

  • Test Le 25 juin 2010 à 19:49, par Albert

    L’important succès de la journée du 24 juin fait monter l’exigence d’une suite sur une base unitaire consolidée.
    D’évidence, une importante capacité de mobilisation existe mais il faut lui donner des perspectives. L’échéance de septembre sera cruciale. Il s’agira de mettre en marche une processus de confrontation sociale de haut niveau et prolongé en veillant à raffermir les bases de l’unité.

    Cela n’est pas simple : sur le fond le PS et la CFDT ont des positions plus qu’ambiguës (je suis gentil en disant ça) aussi bien sur la durée des cotisations que sur la taxation du capital.

    Mais la dynamique populaire peut les contraindre à défendre une ligne plus à gauche.

    C’est toujours comme ça avec les réformistes. Renforçons donc les explications pour que (comme on disait hier) les idées justes s’emparent des masses .

  • Ca va chauffer ! Le 25 juin 2010 à 19:53, par Jos

    T’en fais pas trop Albert.

    On vit encore dans un pays où les masses (oui, les masses) sont capables d’initiative. Si les appareils réformistes freinent et magouillent avec le pouvoir elles pourraient bien prendre les mesures qui s’imposent.

    Cela doit se préparer dès maintenant.

  • Retraites : deux millions de manifestants Le 25 juin 2010 à 23:24, par cocoprolo

    ben voila ça commence 2 petit millions dans la rue ( dont 1 million sous banderoles cgt) avant les congés payés ,pas mal mais c’est rien a coté des manifs qui viennent a la rentrée , car ils est important de travailler la mobilisation des travailleurs dans les taules sans les salariés.
    les reunions bien polies ou on se convainc entre nous qu’ on à raison ne servent pas a grand chose alors j’ose esperer qu ’a la reunion avec filoche les militants présent n’ont pas découvert la situation , quoiqu il en soit il n y avait pas beaucoup de nouveau, a cette reunion alors arrétons de nous gargariser et au taf dans les taules (une autre remarque quand un collectif appel a un depart collectif il pourrait peut etre organiser le départ par exemple affreter un car. proposer sans consulter et puis laisser les autre faire le taf me semble une vision un peu elitiste du militantisme ceux qui pensent et ceux qui font comme d’hab : la cégèt)

    bon soyons positif tous en manifs a la rentrée
    ciao et el puebblo unido jamas sera vencido
    et merci au mètre tôlier heu non maitre toilier pour son boulot sur le site

  • Retraites... salaires... Le 27 juin 2010 à 20:34, par Coco/collectif

    Au motif que : "tout le monde doit faire des efforts", François Baroin , ministre du budget, s’est dit : "plutôt hostile à des augmentations de salaires pour les fonctionnaires hors les ajustements automatiques". Quand à Luc Chatel, porte parole du gouvernement, il a refusé de s’exprimer sur la question du gel des salaires dans la fonction publique pour les trois années à venir. Face à ces déclarations, on peut craindre que l’éventualité d’un blocage des rémunérations soit à l’ordre du jour. Il ne faudra peut-être pas attendre la rentrée pour, ensemble, "affréter" plusieurs autocars.

  • Les nantis resteront privilégiés Le 28 juin 2010 à 10:10, par Robert

    La suppression de la "garden-party" de l’Elysée est avant tout une opération de communication. A partir du moment où l’opinion publique est au courant des salaires mirobolants et des avantages injustifiés de quelques politiques, Sarkozy se sent obligé de réagir. Rien n’aurait été fait si le "pas vu, pas pris" n’avait pas volé en éclat face aux nombreux scandales : Les 12000€ de cigares de Christian Blanc, le manque de transparence dans les relations Woerth/Bettancourt, les 9500€ de cumuls de salaire/retraite de Mme Boutin, l’absence d’enquête fiscale sur les lingots d’or d’un membre de la famille Peugeot, la location d’avions privés aux frais du contribuable, l’utilisation abusive des logements de fonction de ministre Estrosi et de Fadela Amara... Il n’y a rien de très surprenant à tout cela dans un pays dirigé par un président qui a fêté son élection au "Fouquet’s" et qui mène en permanence une politique "bling-bling.

  • Attention aux manoeuvres ! Le 25 juillet 2010 à 18:46, par Léna

    La discussion qui vient de se dérouler en commission à l’Assemblée nationale a mis en lumière l’ambiguïté du Parti socialiste sur le dossier des retraites (ambiguïté n’est sans doute pas le bon mot mais je n’en trouve pas un meilleur).

    Martine Aubry avait déjà semé le trouble en contestant le maintien de l’âge légal de départ en retraite à 60 ans en raison de l’argument démographique. Elle avait dû faire machine arrière mais a continué à affirmer en plusieurs circonstances que l’allongement de la durée des cotisations pour obtenir une retraite à taux plein était inévitable.

    Dans un quatre page intitulé « Pour une réforme juste, efficace et durable. La retraite universelle et personnalisée » le PS expose ses propositions mais ne dit jamais rien de la question du taux. Il faut maintenir l’âge légal du départ à 60 ans « parce que c’est une justice pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, une garantie pour les salariés usés par le travail qui souhaitent partir et une liberté de choix pour tous les Français ».

    Avec de pareilles conceptions (qui sont d’ailleurs aussi celles de la CFDT) la droite n’a pas beaucoup de souci à se faire. Il y a même là l’espace d’un compromis possible.
    Seul un mouvement de très grande ampleur peut tordre le cou à cela.

    De ce point de vue le 7 septembre sera très important : le peuple doit dire simultanément non au projet Sarkozy et aux capitulations réformistes qui pointent leur nez.

  • Comme un coup de vieux Le 26 juillet 2010 à 16:32, par Martine

    Absent des murs depuis des mois le PS vient de faire une réapparition. Les affiches sur les retraites ont été recouvertes par des placards appelant à adhérer au PS accompagnés du lancinant logo de la rose au poing.
    Ce sont des personnes âgées qui disent leur intention d’adhérer. C’est vraiment une curieuse campagne de com.