La diminution des APL et ses conséquences sur le logement

Communiqué de l’Assocation Nationale des Élus Communistes et Républicains

vendredi 21 mai 2010

Encore une conséquence de la politique d’austérité qui va couter très cher à de nombreux habitants d’Aubervilliers bénéficiaires des APL...

Dans la droite ligne de mise en œuvre d’une politique d’austérité qui n’ose pas dire son nom, le premier ministre – François Fillon – vient d’adresser aux ministres de son gouvernement une lettre de cadrage qui fixe à 10 % sur trois ans la baisse des dépenses d’intervention de l’État.

Dans le budget 2010, ces dépenses de l’État s’élèvent à un total de 67 milliards d’euros. Elles comprennent des dépenses sociales affectées pour alléger les difficultés des familles populaires, vivant dans les conditions les plus difficiles, fragilisées par la crise ou un handicap, comme les APL (aide personnalisé au logement) dont 5 milliards sont versés par l’État, le revenu de solidarité active (RSA) et l’Allocation pour adulte handicapé (AAH).

Aujourd’hui déjà, l’allocation logement n’est plus versée lorsque son montant est inférieur à 15 € par mois, ce qui pénalise particulièrement nombre de locataire. Demain avec une nouvelle baisse de 10 %, le gouvernement, au nom de la rigueur, décide d’étrangler un peu plus les personnes les plus pauvres, pour mieux protéger les plus fortunés, ceux notamment qui bénéficient du scandaleux bouclier fiscal et sont à l’origine de la crise du capitalisme.

Alors que l’ensemble des associations exige depuis plusieurs années une revalorisation des APL, de l’ordre de 20 %, alors que les dettes pour impayés de loyer explosent, la diminution prévisible de 10% des APL pendant trois ans va aggraver considérablement les conditions de vie des locataires les plus modestes et plonger un nombre important d’entre eux dans les plus grandes difficultés.

L’ANECR, condamne avec fermeté cette disposition inique qui va porter un coup supplémentaire aux conditions d’accès au logement pour les familles modestes et demande instamment au premier ministre de renoncer à ces coupes sombres injustes dans les budgets sociaux.

L’ANECR demande :
- un gel des loyers et des charges dans les secteurs privé et public
- une revalorisation de 25% des APL, et son versement intégral à tous les assujettis y compris pour un montant inférieur à 15 €
- L’abrogation de la pratique barbare des expulsions locatives
- L’abrogation de la loi Boutin
- La construction d’un service public du logement de l’habitat et de la ville, avec un pôle public bancaire et financier, appuyé sur la Caisse des dépôts et consignations (CDC) pour financer le logement social.

Le 17 mai 2010

8 Messages

  • La diminution des APL et ses conséquences sur le logement Le 21 mai 2010 à 20:06, par Ce qu’il faut demander c’est le retour à l’aide à la pierre et la construction massive de logements sociaux !!

    L’APL n’est pas la solution car plus l’APL augmente, plus les loyers augmentes et résultat des courses, ceux qui n’ont pas, ou plus, le droit à l’APL se retrouvent dans de grandes difficultés pour se loger dignement et la mixité sociale disparait. De plus l’APL étant payée par la CAF...

    La seule solution viable pour tout le monde, c’est diminuer les loyers. Et pour y parvenir, c’est de revenir à l’aide à la pierre et de se lancer dans un programme massif de construction de logements sociaux, à loyer réellement modéré. Et pourquoi pas, en tripler le nombre ?

    Cela aura un double effet : Répondre réellement au besoin de logement et, par là même, en faisant baisser la pression de la demande sur le marché immobilier, faire baisser le prix des loyers dans le privé.

    Si ça c’est pas un plan de relance .....

    • La diminution des APL et ses conséquences sur le logement Le 2 février 2015 à 21:21, par guidetti

      là oui je suis d’accord avec vous mais en françe le social mal gérés par ceux qui nous gouvernent ;ils y a eux trop de social en Françe un jour nous en payerons les conséquences cela viens déja ,car nous avons à faire à des gouvernement de gauche de droite laxistes :ils ai tant de bouger nous les Français ,mais je pense que cela trop tard pour le faire ;ils fallaient le faire avant 35ans en arriére

      Répondre à ce message

  • La diminution des APL et ses conséquences sur le logement Le 21 mai 2010 à 22:28, par Jean-Marc

    Tout à fait d’accord avec vous pour un retour des "aides à la pierre" qui pourrait permettre une véritable maîtrise du montant des loyers et une relance de la construction de logements sociaux. Mais aujourd’hui, se loger représente de tels sacrifices que l’augmentation des APL est une urgence sociale. Cela étant, à entendre ceux qui nous gouvernent au niveau national on constate qu’aucune de ces questions ne semblent dans leur actualité. Pour ce qui est de notre "gouvernement" local, on ne peux que regretter sa décision de vendre les logements sociaux du quartier Maladrerie, tout comme on ne partage pas l’absence de concertation des locataires à propos du contenu de la convention d’utilité sociale (CUS), pas plus que l’on approuve son absence d’action concernant l’application du surloyer.

    • La diminution des APL et ses conséquences sur le logement Le 4 février 2015 à 17:44, par Arnaud

      Encadrer les loyers et construire des logements sociaux, reconvertir les sources d’énergie. Voilà ce que Hollande devrait mettre en œuvre. L’insuffisance d’offre de logements pousse à la spéculation et à la hausse des loyers. Il est urgent d’inverser cette tendance. Le financement de la construction de nouveaux logements sociaux respectant les normes environnementales est une nécessité absolue.

      Répondre à ce message

  • la crise a bon dos ! nous en sommes au point où la servitude est telle qu’elle ne laissera plus de quoi se nourrir et se loger aux plus démunis, en soutien aux bénéficiaires de minimas sociaux qui ne sont aucunement représentés et dont la survie est menacée, rejoignez l’élan vital :http://elancitoyen.blogspot.com/

    • La diminution des APL et ses conséquences sur le logement Le 3 février 2015 à 10:26, par Alain B

      Logement : le nombre de SDF a augmenté de 50 % en dix ans.
      Des centaines de milliers de ménages "aux portes du logement", une situation qui s’aggrave et des dispositifs d’aides défaillants et saturés : la Fondation Abbé Pierre fait un constat "douloureux" du mal-logement en France, dans son 20e rapport annuel rendu public ce mardi. Revenant sur 20 ans de politique du logement, ce rapport note que la crise frappe toujours aussi violemment les familles et laisse à la rue de plus en plus de gens. Les chiffres en attestent : près de dix millions de personnes sont en situation de fragilité par rapport au logement, dont 3,5 millions mal-logés au sens strict (sans domicile, en chambre d’hôtel, en camping, dans des abris de fortune, des logements insalubres ou dans des conditions de logement très difficile). On était en droit d’espérer que "le changement maintenant" de François Hollande allait au moins améliorer ça. On s’est trompé !

      Répondre à ce message

  • La diminution des APL et ses conséquences sur le logement Le 2 février 2015 à 21:12, par guidetti

    oui bonjour moi en étant retraité j’ai aucun droit APL mon loyer de 600 euros par mois,une fois tout payé il me reste pas grand chose pour vivre mon épouse ne travaille pas ma retraite est de 1200 euros ,j’arrive à peine à vivre mafois certains ferons comme moi tirer la ceinture ncela est encore plus honteux que des personnes sont travaillés toutes la vie ,ils sont le droit aucune aident de l’état

    Répondre à ce message