Déclaration de Jean Jacques Karman sur le vote du budget 2010 du Conseil général

Un budget de "révolte" ?

mercredi 14 avril 2010

Pendant que la majorité socialiste d’Aubervilliers vote son troisième budget municipal, les socialistes du Conseil Général entérine un budget que M. Bartolone dit "de révolte". Ce budget en déséquilibre (ce qui est interdit par la loi) a permis une certaine médiatisation et donné une certaine impression de retour à l’offensive des conseillers généraux. Mais cela ne doit pas masquer toute une série de choix injustes et inacceptables pour les habitants de Seine-Saint-Denis. Décryptage.

Jeudi 8 avril s’est tenue la séance exceptionnelle consacrée au vote du budget 2010.

Je souhaite m’exprimer sur les motifs de mon vote contre, car bien que cette affaire ait couvert les médias, malheureusement tout n’a pas été dit.

Premièrement, je ne peux que partager cette réalité : depuis 2004 l’Etat doit à notre département 640 M€, et pour la seule année 2010 c’est plus de 169 M€ dus à l’écart croissant entre les dépenses consacrées aux 3 allocations d’Etat (RSA, APA, PCH) et les recettes compensatoires correspondantes ou plutôt non correspondantes.

C’est dans ce contexte alarmant sur fond d’explosion de la précarité, que les élus du groupe communiste n’ont cessé de réclamer la construction d’un budget en déséquilibre.

Alors que le Président du Conseil général affirmait qu’il fallait être responsables, notre proposition est restée lettre morte, jusqu’à….ce qu’on apprenne par la presse qu’il souhaitait inscrire une recette complémentaire de 75 M€ ( 36 M€ du ticket modérateur, des 10 M€ de la réforme de la Taxe Professionnelle, et des 29 Millions au titre d’un doublement du FMDI ).

La question qui se pose, alors que l’on crie partout que ce budget est un budget de révolte, pourquoi ne pas prendre en compte l’intégralité de la dette de l’Etat ou au moins celle de l’année 2010 de 169 millions ? On nous dit que « ce choix n’est pas incantatoire, qu’on ne peut pas gémir auprès de l’Etat car on n’obtiendrait pas tout » et que cette somme est considérée comme « raisonnable », correspondant à ce que l’on pourrait obtenir vraisemblablement de l’Etat.

Voilà la définition d’un budget qui se dit de « révolte » pour Monsieur Bartolone : être raisonnable avec l’Etat… alors qu’il maintient les coupes à hauteur de 36 M€ en fonctionnement et plus de 90 millions en investissement, augmente les impôts de 13% en 2 ans, est-ce là aussi un signe de sagesse ou de complicité ?

Ce que les médias ne disent pas, et c’est bien là, la belle parade du Président, c’est que cette recette de 75 millions n’est pas affectée aux coupes sombres que nous n’avons eu de cesse de dénoncer et qu’il maintien le cap d’une gestion rigoureuse en supprimant ou réduisant :

- carte imagin’ R, ( -11 M€), à présent seuls les collégiens boursiers obtiendront une aide du conseil général, alors qu’il était question d’aider tous les collégiens, lycéens, étudiants et apprentis, boursiers ou non

- carte améthyste,( les personnes âgées devront payées 40 euros au lieu de 15 euros).

- Aide sociale à l’enfance, qui se voit amputée une enveloppe de 4,5 M d’euros correspondant en partie à -1,1 M€ d’aides financières, - 1,7 M€ d’aides aux structures collectives.

- Fonds d’aide aux jeunes ( - 100 000 €, après une baisse de 100 000 € en 2009).

- 50 000 € pour la défense juridique des enfants.

- 120 000 € pour la prévention spécialisée.

- 780 000 € pour le sport et les loisirs.

- Suppression totale ( - 5 M€ ) de l’aide à l’achat d’un ordinateur pour les élèves de 6ème

- Fin de l’aide au permis de conduire des jeunes, et des personnes en insertions.

- Les 150 licenciements dans l’administration départementale alors que le budget départemental ne souffre pas d’un excès d’emplois mais de financements insuffisants, liés aux non compensations de l’Etat.

- 3 M aux subventions de fonctionnement aux associations.

- 3 M d’euros pour la culture.

- 1 M pour le secours d’urgence.

- 1,5 M pour le fond de solidarité logement ( FSL).

- L’augmentation des impôts de 6% et d’en appeler à la mobilisation de la population pour faire céder la droite au pouvoir.

- 8M de travaux de grosses réparations dans les collèges et SEGPA.

- 1,5 millions € pour la reconstruction des équipements sportifs brûlés en 2005 + ANRU.

- 5 M groupes scolaires.

- 1,8 gymnase Villetaneuse et campus Condorcet (désengagement total du CG de l’enseignement supérieur).

- 3,6 M Tramway T5.

- 8,2 M TGR et SEGPA.

- Baisse du FIQ (Fond d’intervention quartier).

- 800 000 développement très haut débit collèges.

- 500 000 portage foncier Aubervilliers, rue du Port rue du chemin Vert.

- 440 000 accès SYCTOM Saint Denis

Assez de communication people ! Nous voulons des actes réellement de ruptures et une mobilisation populaire !