Lectures de vacances (1) : textes de Marx et Kautsky

dimanche 22 juin 2008

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Karl Marx

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte débarque sous trois versions dans des collections de poche. Le fait mérite d’être salué, bien qu’il se nourrisse de la mise au programme des classes préparatoires scientifiques du texte de Marx. En tout cas voici remis à la disposition d’un grand public cette écriture de l’histoire au présent, exposé remarquable d’un moment politique finement décortiqué.

Pugnace, vivant, souvent drôle et d’une grande pénétration d’analyse le texte de Marx conserve une rare puissance. Marx s’interroge sur les bases sociales du régime atypique instauré par Napoléon III qui semble n’être pas l’expression d’une classe dominante. La singularité du moment fascine l’auteur : le 18 Brumaire se rejoue certes en farce mais installe le bonapartisme comme l’expression d’un équilibre historique entre des classes antagonistes principales et pose l’Etat en situation apparente d’indépendance alors même qu’il est l’émanation des classes dominantes et parvient à s’appuyer sur une partie des classes dominées.

Trois traductions nouvelles sont donc mises à disposition, qui se complètent et peuvent se comparer. Les trois livraisons s’augmentent d’appareils critiques utiles, de présentations ou études. L’édition Folio publie en ouverture Les luttes de classes en France de 1848 à 1850 qui font jonction avec Le 18 Brumaire.

On ajoutera que le retour effectué sur le bonapartisme s’avère très utile aujourd’hui où les concepts se dissolvent à l’envi.

  • Traduction Maximilien Rubel, Folio Gallimard, 688 p. 9,70 € ;
  • Présentation et nouvelle traduction de Grégoire Chamayou, Garnier-Flammarion, 217 p., 6,80€ ;
  • Traduction de Marcel Ollivier, introduction, notes et chronologie d’Emmanuel Barot et Jean-Numa Ducange, Le Livre de poche, 288p., 5,50€.

Le programme socialiste, Karl Kautsky

Le programme socialiste de Karl Kautsky, depuis bien longtemps introuvable, est de nouveau accessible aux lecteurs. A l’heure où bien des repères se sont d’évidence brouillés, l’événement est salutaire.

Karl Kautsky, que Lénine considérait comme « la principale autorité de la Seconde internationale », son théoricien le plus en vue, a rédigé son livre en 1892 « comme commentaire du programme que la social-démocratie allemande venait de se donner à Erfurt ». Il n’entend donc point aborder « les théories générales fondamentales », renvoyant pour cela aux ouvrages fondamentaux de Marx et d’Engels.

Son exposé se veut pourtant « suffisamment complet et approfondi [pour] fournir à chacun les connaissances qu’exige l’action pratique de la social-démocratie » et jouera, en raison de ses qualités, un rôle important dans la formation et l’éducation de générations de militants luttant pour la transformation sociale.

Le programme socialiste, ordonné en cinq chapitres (disparition de la petite industrie ; le prolétariat ; la classe capitaliste ; la société future ; la lutte de classe), bien que vieux de plus d’un siècle, garde une étonnante actualité. Il décortique le fonctionnement capitaliste et les contradictions qui le fondent, décrit les classes en son sein notant avec finesse les dispositions à l’égard des idées de transformation sociale qui travaillent les différentes catégories prolétariennes, aborde la question de « la société future » non point sous l’angle de l’utopie mais comme le résultat possible des tendances agissant déjà à l’intérieur de la société capitaliste. On notera aussi des développements très actuels sur l’internationalisation du capitalisme, la construction d’une économie mondiale, la tendance qui en résulte aux délocalisations des entreprises et des hommes.

Certes quelques aspects du texte portent la marque des luttes politiques que menait alors le Parti social-démocrate allemand, notamment en ce qui concernait le suffrage universel. A ce propos, nous voilà renseignés de première main sur un moment de la lutte ouvrière à la fin du XIXe siècle et sur les perspectives qu’elle entendait créer.

Dans la dure polémique qu’il entretint en 1918 contre Kautsky à propos des méthodes de la révolution prolétarienne et notamment de la dictature du prolétariat, Lénine indiquait que « plusieurs des ouvrages [de Karl Kautsky] demeureront le solide patrimoine du prolétariat, en dépit du revirement ultérieur de leur auteur ». Le programme socialiste fait partie de ces ouvrages.

  • Karl Kautsky, Le programme socialiste, Les bons caractères, 253 p., 2004, 11€

Critique du programme de Gotha, Karl Marx

Introuvable depuis vingt ans sous forme séparée, voici, publiée dans une nouvelle traduction, la Critique du programme de Gotha. Le texte a été rédigé par Marx en 1875, à la veille du Congrès d’unification des deux principales branches du mouvement ouvrier allemand convoqué dans la ville de Gotha. Il s’agit d’une rédaction de circonstance non destinée à la publication mais qu’Engels décidera de rendre public en 1891.

La Critique concentre les dures observations de Marx sur les insuffisances théoriques et les illusions politiques du programme concernant notamment le droit, le travail, la politique (en tant que stratégie de classe vers le communisme) et la lourde question de l’Etat.

Le propos de Marx est restitué dans son contexte ; une introduction procède à un retour historique sur les années qui précèdent les commentaires de 1875 ; les deux versions du Programme sont publiées ainsi qu’une série d’annexes en relation avec le programme et la critique de Marx (notamment de courts extraits d’ouvrages de Michel Bakounine et Ferdinand Lassalle). Une brève chronologie ainsi qu’un index des noms cités complètent l’ensemble.

  • Karl Marx, Critique du programme de Gotha, traduction et présentation de Sonia Dayan-Herzbrun et de Jean-Numa Ducange, Editions sociales/GEME, 2008, 144 p., 5€

Répondre à cet article