Une rencontre réussie, sous le signe de l’unité

mercredi 24 février 2010

Lundi soir, nous étions plus d’une centaine d’habitants d’Aubervilliers réunis à l’école Robespierre dans le cadre d’une rencontre-débat organisée par le Front de Gauche pour les élections régionales.

Marie-George Buffet, tête de liste en Seine-Saint-Denis, Pierre Laurent, tête de liste pour la région Ile-de-France, et les candidats d’Aubervilliers, Jean-Pierre Desmet, employé RATP et syndicaliste, Delphine Bouenel, étudiante, de la Gauche unitaire, Mouloud Aounit, conseiller régional sortant, d’Alternative citoyenne et Pascal Beaudet, conseiller municipal et candidat du Parti communiste étaient présents.

Marie-George Buffet a rappelé le contexte de ces élections régionales. Battre la droite, certes : d’ailleurs le Parti socialiste est donné vainqueur en Ile-de-France. Mais battre la droite, en donnant le plus de voix possible au Front de Gauche pour que ses élus puissent impulser une politique véritablement à gauche au niveau de la région.

Car, et c’est le sentiment général exprimé par de nombreux intervenants, le bilan du président sortant et de son équipe n’est pas à la hauteur des besoins qui s’expriment.

Certes, il y a eu des réalisations importantes dans le domaine des transports notamment. Mais la majorité dirigée par le Parti socialiste a surtout géré l’existant, sans innovation véritable. Or, la région doit devenir un levier pour contrer les politiques de la droite. A condition d’y impulser une politique novatrice, afin de combattre les inégalités sociales et les inégalités territoriales. Les propositions du Front de Gauche permettraient des réalisations sociales dans de nombreux domaines.

Par exemple dans les transports, Pierre Laurent fait une proposition simple : un seul tarif pour les transports en commun, que l’on vive à Paris ou en lointaine banlieue, pour ne pas pénaliser les plus pauvres qui sont chassés de la capitale par des loyers exorbitants et se trouvent ainsi doublement pénalisés.

Sébastien Dethorey, militant du Parti de gauche et salarié d’une plate-forme téléphonique, Jean-Pierre Desmet, ont tous deux exprimé les mêmes attentes d’une politique réellement de gauche à la région. Tous deux salariés dans de grandes entreprises, ils expriment le malaise du monde du travail, exploité, pressuré, qui a besoin d’alternative et de perspectives politiques.

Jean-Pierre Desmet a expliqué l’inquiétude des agents de la RATP face aux menaces de privatisation de leur entreprise. Sébastien Déthorey a souligné sa satisfaction pour le Front de Gauche, qui rassemble sans exclusive les partis et les formations dans une dynamique qui fait malheureusement trop souvent défaut.

Delphine Bouenel, a fait part des préoccupations de la jeunesse, qu’elle soit ou non étudiante, de ses inquiétudes face à l’avenir, au manque d’emplois et au manque de perspectives.

Pour Mouloud Aounit, conseiller régional sortant, le bilan n’est pas à la hauteur des ambitions. Le Parti socialiste, avec une majorité absolue au Conseil régional, n’avait pas besoin de prendre en compte ses alliés minoritaires. Pour autant, le bilan du groupe "communiste apparentés et parti de gauche", qui a obtenu par exemple la réduction du nombre de zones dans les transports en Ile-de-France, n’est pas à négliger. Bien entendu, et comme tous les participants, il espère que les élus de la liste du Front de Gauche seront plus nombreux, afin de peser plus et mieux sur la majorité au Conseil régional.

Pascal Beaudet a pris la parole pour souligner à quel point il était nécessaire d’avoir des conseillers régionaux ancrés sur les problèmes de terrain. En campagne depuis le mois de janvier, Pascal Beaudet a témoigné du degré d’attente des habitants d’Aubervilliers en matière de transports, d’éducation et de logement. Le gouvernement Fillon frappe fort contre tous ces acquis et seule une politique résolument sociale peut rééquilibrer la donne dans les quartiers populaires, qui souffrent du manque d’activité économique et donc du chômage, de conditions de vie qui se dégradent, d’un manque flagrant de logements sociaux.

Jack Ralite est intervenu pour souligner le danger de la réforme des collectivités territoriales. Si les collectivités, notamment les régions et les départements, perdent leurs compétences générales comme le projet Fillon-Sarkozy le prévoit, la culture verra ses moyens immédiatement amputés de la moitié. En effet, la moitié du budget de la culture provient des collectivités territoriales et les annonces grandiloquentes de Sarkozy, qui parle de maintenir les « compétences culturelles », n’ont rien de rassurant.

Martine Caron, syndicaliste enseignante, s’exprimait au nom d’un collectif d’habitants "les fédérés d’Aubervilliers". Tout en pointant les limites du rassemblement, elle estime que la démarche du Front de Gauche va dans le bon sens et au vu de la gravité des attaques contre le monde du travail, soutient sans équivoque la liste conduite par Pierre Laurent

Enfin, Patrick Le Hyaric, élu député européen du Front de Gauche l’année dernière, a rappelé que la situation actuelle est la conséquence de plusieurs années de politique de droite. Il a appelé de ses vœux une politique bien plus ambitieuse pour la région Ile-de-France, où les propositions du Front de Gauche en matière de développement économique, de logement, d’éducation, de transport soient enfin mises en œuvre. La société capitaliste montre clairement son essoufflement mais sans des mesures politiques qui s’attaquent à ses fondements, basées sur l’égalité de traitement entre les territoires, permettant de résorber les injustices sociales criantes, rien ne peut véritablement changer.

Au terme de ces interventions, Pierre Laurent, tête de liste du Front de Gauche en Ile-de-France a rappelé l’esprit qui anime les candidats du Front de Gauche et les propositions novatrices qu’ils défendent. Il a incité tous ceux et toutes celles qui partagent ces propositions à les faire connaître autour d’eux et à inciter leur entourage à aller voter le 14 et le 21 mars prochain. En effet, plus il y aura d’élus du Front de Gauche au Conseil régional et plus ils pourront peser sur la politique future de la région.

C.A.

Ci-dessous quelques photos prises pendant le meeting et avant (Marie-George Buffet étant arrivée sur Aubervilliers dès 13h).

Hebergement gratuit d image et photo Hebergement gratuit d image et photo
Hebergement gratuit d image et photo Hebergement gratuit d image et photo
Hebergement gratuit d image et photo Hebergement gratuit d image et photo
Hebergement gratuit d image et photo

3 Messages

  • Le front de gauche dans le périgord Le 24 février 2010 à 21:05, par Poisson Rouge

    Je n’étais pas là ce soir-là et votre compte-rendu me console un peu de n’avoir pas pu être parmi vous. Il y avait visiblement beaucoup de monde (si j’en juge par les photos) ce qui est plutôt un bon signe pour la poursuite de la campagne.

    Je suis pour ma part dans le périgord en ce moment. Que trouve-t-on au marché de Piégut (Dordogne) sur une petite table en plein milieu du marché ? Je vous le donne en mille : des tracts du Front de Gauche ! Dans le département d’un certain Xavier Darcos, c’est aussi un bon signe !...

  • Ambiance Le 27 février 2010 à 19:36, par Rabcor

    Ce matin, devant le Franprix de la Mala un changement d"ambiance était vraiment perceptible. Jusqu’ici les gens semblaient très loin de l’élection régionale. Aujourd’hui beaucoup cherchent à discuter. Le ras-le-bol contre la droite est très fort. Des questions sont posées à propos du Front de gauche, manifestement encore trop peu connu. Mais les gens accrochent bien nos arguments.
    Des appels à voter ont été signés ; un adhérent du PS (il est vrai non à jour de sa cotis et faisant sans doute partie de la vague d’adhésion à 20 euros de 2007) a signé l’appel et votera Front de gauche.
    Conséquence du clientélisme développé par J. Salvator lors de la municipale (au cas particulier une activité de tractage contre promesse d’un emploi) un habitant déclare qu’il ne votera surtout pas socialiste. Le vote Front de gauche ne le laisse pas indifférent mais il s’abstiendra sans doute.
    En tout cas les habitants que nous connaissons bien nous disent qu’ils voteront Front de gauche, que c’est un espoir...
    Voilà. Ces quelques échos de rue nous donnent la pêche.

  • Clientélisme Le 28 février 2010 à 11:10, par Léna

    Nous savions que des gens avaient été manipulés lors de la campagne de l’élection municipale. Nous savions que des promesses de logements ou d’embauche dans les services municipaux avaient été faites. Nous savons aussi que quelques unes de ces promesses ont été tenues.
    Mais ce qui est nouveau c’est que des déçus viennent nous parler de ce qui s’est passé ou manifestent publiquement leur mécontentement (voire profèrent des menaces) à l’égard de ceux qui avaient fait les promesses.
    Tout cela n’est guère moral et n’aide à promouvoir ni l’engagement politique ni la démocratie.