Comité de Quartier Maladrerie/Emile Dubois du 11 juin 2008

mercredi 18 juin 2008

Le Conseil de quartier (Maladrerie/Emile Dubois) s’est réuni mercredi 11 juin 2008. En voici une brève présentation synthétique.

Une cinquantaine d’habitants y a participé. La réunion convoquée à 18h 30 n’a commencé qu’à 18h 50 en raison du retard des élus qui devaient la présider (!).
L’ordre du jour indiquait une présentation du budget 2008, l’engagement d’une réflexion sur la « nouvelle » démarche quartier, la présentation de la fête de la ville et des questions diverses.

La réunion a été marquée par une très grande confusion. Les deux adjointes (V. Hammache et C. Ratzel) totalement ignorantes de l’histoire du quartier et du Comité de quartier (V. H. n’y ayant jamais participé et CR, bien que vice-présidente, n’ayant semble t’il, participé que deux fois) ont été incapables d’assurer un bon déroulement de la réunion. Celle-ci n’a pas été présidée et a vogué au fil de l’eau. L’ordre du jour a été sérieusement malmené.

La présentation du budget primitif avait été confiée à un responsable administratif, les deux élues ayant déclaré ne pas être compétentes en chiffres et encore inexpérimentées (C. R . était conseillère municipale dans la précédente mandature).

Cette présentation technique n’a permis de donner aucune visibilité sur les orientations. Elle a été constamment interrompue par des habitants exposant des questions personnelles. Interpelées sur le fond VH et CR ont invoqué leur inexpérience pour ne pas répondre et ont minoré la réduction des crédits du CCAS.
A propos des interpellations des habitants elles ont eu une réponse type : on va s’en occuper.

Elles ont déclaré qu’elles n’assureraient pas de permanences de quartier.

Interpellées sur l’état du dossier de reconfiguration du quartier (dossier ANRU) elles ont essayé de répondre mais devant la grande confusion de leurs propos (relevée par la salle) elles ont fini par avouer leur ignorance et proposer une réunion spéciale « avec des techniciens, des architectes… ». Fait assez grave, elles ont laissé entendre que l’ancienne municipalité n’avait pas transmis les dossiers. Il a donc fallu rappeler que E. Yonnet était adjointe à l’urbanisme dans la municipalité précédente.

S’agissant des évolutions de fonctionnement du Conseil de quartier, CR avait abordé la question en introduction, s’en tenant à des considérations très générales et à vrai dire assez confuses sur la démocratie participative.

Nous avons dû intervenir pour dire notre accord avec une évolution mais pour souligner qu’elle devrait être préparée sur la base d’un texte dont nous demandions la diffusion aux habitants. Nous avons demandé, sans obtenir de vraie réponse, quelles seraient les méthodes d’élaboration de la Charte et les modalités de sa ratification.

En conclusion : nous sommes sortis assez éberlués de cette réunion et convaincus qu’il faut vraiment que les habitants se mêlent des affaires de la cité.

André Narritsens

2 Messages

  • Le comité de quartier centre-ville pourrait se raconter exactement dans les mêmes termes. On peut ajouter, qu’à la question de savoir si le budget voté comportait des différences sensibles avec celui préparé par l’ancienne municipalité, la conseillère municipale du quartier Sophia Chibah a interrogé Maria Labbé, reprséentante de la direction des services, sur la diminution des crédits du CCAS...Notons aussi la présence de Daniel Garnier (qui n’est pas du quartier mais élu de l’ancienne mandature)qui a répondu depuis la salle à toutes les questions adressées aux deux élues.

    Ajoutons enfin qu’il a été précisé que les élus municipaux seraient présents dans un stand de la citoyenneté lors de la fête de la ville dimanche 22 juin.

  • Comité de Quartier Maladrerie/Emile Dubois du 11 juin 2008 Le 18 juillet 2008 à 08:29, par André Narritsens

    Je reçois le 17 juillet le compte rendu du Conseil de quartier du 11 juin Le courrier a été posté le 11 juillet et la rédaction est datée... du 19 juin.
    Voilà un document à conserver pieusement et à comparer aux comptes-rendus antérieurs, car le changement est en route.

    Rassurez-vous, vous ne sortirez pas épuisés de la lecture des 28 lignes qui composent le texte (dont 9 consacrée à dire "bonjour" et "à bientôt"). Bref (c’et le cas de le dire) nous voici en présence d’une éloquente manifestation du vide.

    Les habitants attendent avec intérêt les rendez-vous de la rentrée et s’y prépareront.

    Et ils rédigeront eux-mêmes les comptes-rendus.