L’esbroufe Sarko à Aubervilliers !

mercredi 2 décembre 2009

Que n’a-t-on a pas entendu sur cette visite présidentielle à Aubervilliers dimanche dernier. Sarkozy dans une ville populaire, dans une ville de banlieue, du 93 et tutti quanti... Quel symbole ! Que la campagne de l’UMP soit lancée dans une ville comme Aubervilliers est d’une signification lourde de portée... Le service de presse de l’Elysée avait fait du bon boulot !

Et les habitants de s’interroger ! Est-ce que la ville a prêté l’espace Fraternité ? Sarko a-t-il rendu visite aux boulistes à la buvette du square Stalingrad ? ou encore à la petite dizaine de convives réunis pour fêter l’Aïd par le collectif d’animation du quartier de la Maladrerie ?

On avait bien du mal à reconnaitre sur les images télévisées le décorum de la salle Marcel Cachin ou les tribunes de Renaudie. Et tout aussi mal le parquet du gymnase Guy Mocquet ou les structures de Robespierre.

En réalité la C 6 présidentielle a parcouru quelques dizaines de mètres après la porte d’Aubervilliers pour s’engager dans l’enceinte aseptisée des magasins généraux. Le passage avenue Victor Hugo aura duré quelques secondes à l’aller et un peu moins au retour. Voilà pour le symbole. Entre temps, Sarko a serré les quelques mains des têtes de liste UMP aux régionales qui avaient bien besoin d’un petit remontant !

Réunis au fin fond des magasins généraux dans une salle des docks pullman, nos huiles sarkozystes n’auront eu de contact populaire qu’avec le P de UMP.

E.P.

3 Messages

  • L’esbroufe Sarko à Aubervilliers ! Le 4 décembre 2009 à 20:25, par Hafidi : apparamment, tout le monde s’en fout !

    Ceux qui caressaient l’espoir que la diatribe d’Hafidi allait booster le site du PCF en sont pour leurs frais. L’audience de votre site a à peine frémit si on en juge à votre page statistiques, contrairement à ce qu’on avait pu voir lors de l’entrée tonitruante de l’exégète de Sénèque. Seul un certain Joseph D semble s’intéresser à notre spécialiste es nettoiement.

    Quelle conclusion (provisoire) peut on tirer ?

    - Que les tribunes d’Aubermensuel, tout le monde s’en fout ?
    - Qu’ Hafidi n’est plus pris au sérieux ?
    - Que personne ne se donne plus la peine de fréquenter votre site ?

    A moins que la deuxième semaine pour laquelle s’est qualifiée à l’arrache notre vedette ne vienne infirmer cette impression...

  • Après l’esbroufe Sarko à Aubervilliers, l’esbroufe Besson ? Le 17 décembre 2009 à 20:57, par Eric Besson à Aubervilliers fin janvier ?

    Dans le cadre du débat sur l’identité nationale la préfecture a demandé uns salle pour permettre à l’ancien camarade de parti de Jacques Salvator, Eric Besson passé avec armes et bagages dans le camp de Sarkozy, de s’exprimer dans un débat. L’information n’est pas confirmée pour l’instant, mais ça sent l’esbroufe plein pot.

    Que les représentants d’un Etat qui délaisse nos territoires et qui stigmatise les populations qui y résident, viennent donner des leçons d’identité nationale à Aubervilliers est une provocation de trop.

    Elle s’inscrit dans un contexte d’esbroufe local marqué notamment par la visite du maire de Neuilly à l’invitation de Jacques Salvator, ou du déplacement de Sarkozy à Aubervilliers pour adouber les têtes de listes UMP aux élections régionales.

  • On peut rêver ! Le 19 décembre 2009 à 09:16, par Besson à Aubervilliers pour remettre un titre de séjour au 18 scifodiam ?

    Ils participent depuis plus de 10 ans pour certains à la construction de l’identité nationale par un travail que n’accepte aucun citoyen pourtant estampillé français pur jus. En travaillant sur les chantiers, ils participent à la construction d’une identité qui est celle du Grand Paris dont on nous bassine constamment. En ayant des enfants scolarisés en France, ils intègrent de façon durable un espace dans lequel ils veulent vivre dignement. En ayant obtenu, suite à un mois de grève avec occupation jour et nuit de la cour de l’entreprise, des CDI, Leur employeur reconnait leur utilité dans l’économie.

    Pourtant pas un mot sur leur situation dans le journal de la ville alors que des centaines de salariés sont dans la même situation qu’eux. Faut-il continuer à passer sous silence les dizaines de citoyens qui se réunissent chaque semaine depuis juillet 2007 dans le cadre du comité de vigilance. Ces citoyens ne seraient-ils pas constitutifs de l’identité d’Aubervilliers ? Et Aubervilliers de l’identité française ?

    Alors Besson à Aubervilliers, c’est un mépris de plus...