Conseil Municipal sur la sécurité : la montagne accouche d’une souris…

samedi 21 novembre 2009

Après plusieurs réunions de quartiers, dont certaines houleuses, le Maire et sa majorité municipale socialistes-verts a convoqué ce jeudi 19 novembre un conseil municipal extraordinaire sur la sécurité.

Le conseil commençait sous d’heureux hospices : quelques minutes avant le début du conseil, les locataires de l’Office public de l’habitat d’Aubervilliers étaient dans le hall de la mairie, venus massivement protester contre la politique de l’Office en matière de chauffage. Après des semaines de protestations, les locataires, soutenus par la CNL, ont obtenu un chauffage à 21° dans les appartements, alors que l’Office prétendait que 19° le jour et 16° la nuit étaient bien suffisants…

Le conseil a débuté de manière laborieuse : la sono ne fonctionnant pas, le discours d’introduction du Maire était parfaitement inaudible.

Chaque groupe a ensuite pris la parole. Le Parti socialiste, par la voix de JY Vannier, a prétendu n’avoir aucun « tabou » sur la question de la sécurité et examiner toutes les pistes existantes pour rétablir la sécurité dans la ville, notamment la vidéo-surveillance.

Sylvain Ros pour les Verts a introduit son propos en rappelant que les élus Verts avaient voté contre la police municipale. Il a souligné que la sécurité ne concernait pas seulement les personnes, mais qu’il fallait prendre en compte d’autres formes d’insécurité : celles générées par les patrons voyous qui licencient, ou par les marchands de sommeil qui profitent du manque de logements pour imposer des loyers exorbitants.

A. Hafidi s’est noyé comme à son habitude dans des développement nébuleux sur la « complexité » de la question.

M. Ahmed a rappelé le ressenti des habitants qui ne supportent plus l’insécurité au quotidien. Elle a mis en garde contre le risque de désengagement de la police nationale, alors que la sécurité reste une fonction régalienne qui doit être assurée par l’Etat.

Pascal Beaudet, pour le groupe communiste et citoyen, a émis des doutes sur la pertinence de l’ensemble des mesures proposées. La plupart des mesures de prévention de la délinquance, les dispositifs éducatifs, le contrat local de sécurité existaient déjà lorsqu’il était maire : les socialistes ne proposent donc rien de radicalement nouveau. Quant aux propositions d’arrêtés sur la tranquillité publique, alors que des lois existent et qu’elles ne sont pas appliquées, elles n’auront pas d’utilité véritable. Par contre, mettre en place des médiateurs/correspondants de nuit est une mesure concrète, qui peut avoir des répercussions positives immédiates.

Pascal Beaudet a fait plusieurs propositions concrètes, pouvant améliorer la situation :

- la création d’équipes d’éducateurs de rues pour le quartier Landy-Pressensé-Marcreux et pour le centre-ville

- la mise en place d’Unités territoriales de quartiers, relevant de la police nationale, sur l’ensemble du territoire communal

- la mise à disposition de locaux pour les jeunes, avec des mesures d’accompagnement social, pour tenter de trouver une solution aux occupations des halls d’immeubles.

Enfin, la parole a été donnée aux représentants de la droite, Messieurs Paupert et Ménia. Monsieur Paupert a longuement décrit les difficultés rencontrées au quotidien par les habitants d’Aubervilliers, pour proposer le même remède miracle que son collègue du Parti socialiste, la vidéo-surveillance ! Quant à Monsieur Ménia, il nous a décrit un univers impitoyable, ressemblant plus au Chicago des années 30 qu’à la réalité de notre ville, si difficile soit-elle !

Le Préfet de Seine-Saint-Denis était présent. Il est venu présenter de nouveaux dispositifs de sécurité impulsés au niveau du département.

Le conseil municipal s’est terminé par l’adoption des mesures proposées.

Les élus communistes et citoyens, eux, ont annoncé qu’ils attendaient un nouveau conseil municipal sur la sécurité l’année prochaine à même époque, pour mesurer l’impact des mesures adoptées.

C.A.

NdMT : Vous trouverez ci-dessous le texte de l’intervention de Pascal Beaudet.

12 Messages

  • Montagne et souris Le 22 novembre 2009 à 11:01, par Martine

    Le compte rendu du CM est le bienvenu mais le titre ne me semble pas correspondre à ce qui s’est passé. Si je comprends bien le Groupe "Tous ensemble pour Aubervilliers" a voté les propositions présentées et Pascal Beaudet est longuement intervenu.
    Peut-on donner sur le site le texte de l’intervention de Pascal et, ensuite, ouvrir un débat ?

  • Conseil Municipal sur la sécurité : la montagne accouche d’une souris… Le 23 novembre 2009 à 17:07, par Affaire à suivre !

    La "souris" en question c’est : L’augmentation des effectifs de police municipale (7 agents supplémentaires) ; une demande d’étude auprès du conseil général sur la faisabilité de l’extension de l’activité de l’éducation spécialisée ; une demande de mise en place d’une unité territoriale de quartier (UTEQ/police nationale) ; une extension sur un groupe scolaire de la surveillance point école ; une réflexion sur la mise en place d’un dispositif "correspondants de nuit/médiateurs" ; un accord de principe pour tenter une expérience de mise à disposition de locaux, avec accompagnement social, pour éviter les rassemblements de jeunes à l’intérieur des immeubles. La tenue d’un nouveau conseil municipal avant la fin de l’année 2010.

  • Intervention de Pascal Beaudet Le 23 novembre 2009 à 19:25, par Denis Raffin, maitre toilier

    Suite à la demande de Martine, j’ai ajouté le texte de l’intervention de Pascal Beaudet en pièce jointe à l’article ci-dessus.

  • Merci et encore Le 24 novembre 2009 à 08:59, par Martine

    Merci à notre cher maître-toilier de mettre à disposition l’intervention de Pascal au Conseil municipal sur la sécurité.

    Je viens d’en prendre connaissance et suis très satisfaite du ton et du contenu des propos. C’est, en quelque sorte, un texte de référence.

    Je crois qu’il mérite de figurer en article sur le site car il illustre très bien la démarche du groupe "Tous ensemble pour Aubervilliers".

  • Mémoire de souris Le 25 novembre 2009 à 10:28, par Léna

    "Affaire à suivre" s’engouffre dans le titre excessif du compte rendu du Conseil municipal pour dire que la souris a accouché d’une montagne et donne rendez-vous dans un an pour juger de l’état du rejeton.
    Je dirai simplement qu’on verra bien puisque l’on est pour le moment surtout dans des déclarations d’intention. J’ajouterai que le 10 septembre 2008 M. Salvator avait été interpellé par le Collectif d’habitants de la Mala sur ce qu’il entendait faire en matière de sécurité (se reporter au compte rendu de la réunion sur le site -rubrique "articles anciens"). Voici quelques extraits de cette interpellation :

    " 1. les questions de sécurité ne peuvent faire l’objet de propos démagogiques ;

    2. il n’est pas juste de dire que rien n’est fait par la Mairie et le Commissariat mais ce que l’on doit constater et que soulignent les interventions de habitants c’est que ce qui s’est fait ou se fait est insuffisant et ne correspond pas aux attentes des habitants.

    3. les interventions de la salle montrent que chacun identifie les problèmes de nuisances où « d’insécurité » à partir de la perception qu’il en a, qui est par définition partielle, oublieuse ou ignorante d’autres perceptions. Les dimensions de l’insécurité sont nombreuses et compliquées. Elles s’enchevêtrent : il faut travailler à des réponses globales et ciblées. Ce n’est pas facile.

    4. il faut en tout cas évaluer les outils et actions mis en œuvre et procéder aux adaptations nécessaires ;
    (...)

    7. La reprise de confiance peut être obtenue à la condition que des avancées concrètes soient rapidement perceptibles, que s’instaure une coopération active des divers services intervenant sur le quartier et que la transparence soit faite sur les efforts réalisés".

    Il aura donc fallu plus d’un an pour que le message envoyé lors de la réunion de septembre 2008 fasse son chemin. Pas mal de temps donc été perdu. On jugera sur pièces.

  • J’étais présent au conseil municipal sur la sécurité, et Je viens d’en lire le compte rendu dans le journal "Aubermensuel". Il faudrait que chaque président de groupe politique adresse à madame la journaliste leur intervention écrite. Cela pourrait lui permettre, avec un peu de chance et beaucoup de travail, d’améliorer son article.

  • Conseil Municipal sur la sécurité : la montagne accouche d’une souris… Le 2 décembre 2009 à 22:10, par Jean Yves, si tu veux une info correcte, tu viens sur le site du pcf auber !

    C’est tout !

  • Innovation Le 3 décembre 2009 à 09:36, par Donatien

    Ne faites pas grise mine : le papier d’Aubermensuel est très intéressant. On y apprend ainsi que Pascal beaudet s’est exprimé au nom du "Parti communiste et citoyen" et son intervention est réduite à 30 mots.
    Alors oui, pour être informé mieux vaut consulter le site du PCF.

  • La lecture de la conclusion de la tribune du "Parti Radical de Gauche" dans le journal Aubermensuel de ce mois me fait visiter, pour la première fois, le site de votre section "PCF Aubervilliers". A mon grand regret, je n’ai pas trouvé le courrier du militant qui soulève la protestation de monsieur Abderrahim Hafidi. Je reste donc dans l’ignorance de son contenu. Par contre, j’ai découvert avec intérêt un site qui m’était totalement inconnu. De nombreux articles, beaucoup de commentaires très divers qui encouragent au débat et à la confrontation des points de vue. J’y reviendrai régulièrement... Je continue néanmoins à "pianoter" sur mon clavier pour tenter de trouver ce fameux courrier si fortement contesté.

  • Conseil Municipal sur la sécurité : la montagne accouche d’une souris… Le 3 décembre 2009 à 20:35, par Denis Raffin, maitre toilier

    M. Hafidi fait référence à un commentaire datant de novembre que l’on peut lire ici : http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article34

    Il dit que ce commentaire sent "l’islamo-arabophobie". J’ai beau le relire, je ne vois pas le lien entre ce que y est dit et une quelconque xénophobie. Par contre, l’attitude de M. Hafidi sent la paranoïa à plein nez. J’en tire deux conclusions :
    - la première, c’est qu’il est toujours commode de traiter son interlocuteur de raciste ; ça ne coûte rien et ça nous évite d’avoir à développer une quelconque argumentation.
    - la deuxième, c’est que M. Hafidi a peut-être voulu nous faire un coup de pub inespéré ! Qu’il en soit donc remercié de la part du maitre-toilier de ce site et de toute son équipe.

    Cordialement,

    Denis Raffin

  • Merci Le 4 décembre 2009 à 10:51, par Gérard

    Merci à M. Hafidi d’avoir informé les lecteurs d’Aubermensuel de l’existence du site de la section du PCF. C’est une bonne démarche publicitaire et la réponse de notre maître-toilier remet parfaitement les choses à leur place.

    M. Hafidi devrait savoir que la rubrique Mégaphone du site est de libre accès et qu’il n’y a pas de "modération" a priori des messages. Cette démarche de liberté peut avoir des inconvénients. Dans le cas de dérapage (toujours possible car c’est un corrolaire de la liberté), le maître-toilier a bien sûr la possibilité de supprimer le message.

    S’agissant du message visé par M. Hafidi, il n’y avait manifestement pas lieu de le supprimer.

  • J’avais dit que je reviendrais vous lire, alors je reviens ! D’abord merci à M. Raffin, grâce à son aide j’ai pu enfin prendre connaissance du message contesté par M. Hafidi. Ma première réaction est de ne pas comprendre la colère de M. Hafidi. Rien ne justifie ce délire à vouloir considérer ce message comme "sentant une odeur nauséabonde d’une arabo-islamophobie latente habillée dans de sales oripeaux...". Que ce post ne soit pas apprécié par M. Hafidi peux se comprendre, mais cela ne l’autorise pas à en tronquer le début pour servir sa conclusion de tribune. Contrairement à ce qu’il écrit, il n’y a ni fusion, ni association entre "Hafidi et déchets". Il n’est pas dit, comme M. Hafidi l’écrit : "Hafidi de la culture au déchets", mais "Hafidi passe de la culture aux déchets". En la circonstance, le mot "passe" à toute son importance. Il n’y a rien d’insultant à noter qu’un élu chargé de la culture s’intéresse aussi aux déchets qui fleurissent malheureusement en permanence sur le domaine public.