Une tribune de Pascal Beaudet sur le "Grand Paris"

vendredi 30 octobre 2009

Pour un Grand Paris citoyen, social et écologique

Nos collectivités territoriales, municipalités et Plaine Commune en tête, et les services publics locaux sont mis en difficulté par la politique libérale du gouvernement.

La suppression de la taxe professionnelle est un terrible coup de semonce. Cette mesure est économiquement inefficace et socialement injuste. Qui paiera le manque à gagner des collectivités ? Pour notre part, nous refusons de présenter la note à la population déjà gravement touchés par la crise : hausse du chômage, faiblesse des salaires, crise du logement… Par cette mesure, le pouvoir cherche, par tous les moyens, à contraindre les dépenses des collectivités.

Pourtant celles-ci sont plus que jamais indispensables, notamment pour investir dans le développement économique et pérenniser les services publics si utiles aux habitants. Nous devons faire face à cette offensive idéologique qui voudrait faire la part belle au Medef et aux intérêts des grands actionnaires, en opposant un projet social et écologique.

C’est aussi le sens de notre investissement dans le débat sur le Grand Paris.

Plaine Commune a été retenue comme un pôle de développement majeur pour l’ensemble de la région. C’est la reconnaissance du travail mené par les maires et les élus communistes et les mobilisations des habitants depuis 15 ans.

Mais alors que le Président de la République entend reprendre en main les pouvoirs en matière de transport et d’urbanisme pour livrer nos territoires à la compétition mondiale et à la spéculation, nous ne cèderons rien sur nos orientations pour combattre les inégalités et pour que le développement économique soit au service de toute la population : droit au logement, à l’emploi, au transport, à la culture, aux loisirs.

Les citoyens ont tout à gagner à se mêler de ce débat sur le Grand Paris qui préfigure notre avenir à tous. Les élections régionales approchent et seront le terrain d’une bataille politique cruciale.

Une rupture à gauche est nécessaire. Elle passe par un rassemblement de toutes les forces de transformation sociale et écologique, de tous ceux qui, à gauche, refusent de capituler face à l’offensive libérale.

Un rassemblement où la population doit prendre toute sa part.

Pascal Beaudet,
Conseiller municipal d’Aubervilliers,
Conseiller communautaire.

Les élus du groupe communistes et partenaires :
Pascal Beaudet (Aubervilliers), Muguette Jacquaint, Gilles Poux, Perrine Crosnier, Djamal Mhoudine, Muriel Tendron-Fayt, Antony Couteau-Russel, (La Courneuve), Patrick Braouezec, Stéphane Peu, Suzanna de la Fuente, Pierre Quay-Thévenon, Didier Paillard, Lynda Fellahi, Elisabeth Belin, Laurent Russier (Saint-Denis), Isabelle Caderon, Michel Beaumale, Jean-Paul Le Glou (Stains), Carinne Juste, Daniel Desbiendras (Villetaneuse), Joël Flandrin (L’Ile-Saint-Denis)