Cités Emile Dubois/Maladrerie

Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009

vendredi 25 septembre 2009

Le Conseil de quartier s’est réuni pour la première fois depuis janvier le 23 septembre 2009. Environ trente-cinq habitants y ont participé. De très nombreux participants habituels n’étaient pas là. Véronique Hamache n’a pas assisté au Conseil de quartier et C. Ratzel-Togo n’est apparue qu’une heure et demie après le début de la réunion.

L’équipe d’animation (10 habitants) jusque là inconnue et semble t-il déjà largement renouvelée depuis mai, a été présentée. Il a été fait appel à de nouvelles candidatures qui doivent être déposées auprès du coordonnateur de quartier. Elles « seront étudiées » a dit le « président ».
André Narritsens est intervenu sur les conditions dans lesquelles l’équipe d’animation a vu le jour ainsi que sur l’élection du « président ».

Voici le texte de cette intervention.

« Nous sommes confrontés ce soir à une situation difficile du point de vue de la démocratie.

Le 5 mars dernier le Conseil municipal a adopté à la majorité une « Charte d’organisation et de modalités de fonctionnement de la démocratie de proximité ». Ce texte a établi des règles quant à la mise en place des « équipes d’animation » et « la désignation du président ».

Quelles sont ces règles ?

1 – S’agissant de l’équipe d’animation, la Charte indique : « L’organisation du fonctionnement et des débats du conseil de quartier est confiée à une équipe d’animation (…) mise en place lors d’une réunion publique du conseil de quartier, ce point étant précisé dans l’ordre du jour de la réunion. Cette réunion publique du conseil de quartier suit un appel à participation largement diffusé par les moyens de communication municipaux. »

Cette procédure n’a pas été respectée. Il y a simplement eu un appel à s’inscrire comme volontaire. On a enregistré des candidatures et une équipe d’animation a été constituée dans ces conditions. La réunion du Conseil de quartier où elle devait être mise en place n’a pas été convoquée. Depuis le mois de mai une équipe d’animation semble s’être installée. On n’en connaissait jusqu’à ce soir ni les membres ni les orientations qu’ils entendent mettre en œuvre.

2 – S’agissant de la désignation du président du conseil de quartier la Charte est ainsi rédigée : « Les candidatures sont recueillies au sein de l’équipe d’animation parmi les citoyens volontaires. La liste des candidat(e)s et leurs présentations sont envoyées par courrier aux habitants qui participent aux conseils de quartier, mis en ligne sur le site de la ville affichées, sur les lieux habituels d’informations. Le conseil de quartier immédiatement réuni après la diffusion des informations organise un scrutin à bulletin secret après une présentation des différentes candidatures au plus tard à 20h30. Participent au vote tous les habitants du quartier, présents au moment du scrutin. Les élus référents et le coordinateur vérifient l’adresse des habitants sur présentation de documents administratifs ».

Là aussi les règles prévues par les textes n’ont pas été respectées. Une candidature à la présidence a surgi au sein de l’équipe d’animation constituée dans les conditions que je viens d’évoquer. Les informations publiques sur cette candidature ont été très limitées et très tardives. Le Conseil de quartier n’a pas eu à en débattre puisqu’il n’a pas été réuni pour organiser l’élection. Je n’insisterai pas sur l’organisation du scrutin lui-même : pas de bulletin blanc préparé (ce qui était nécessaire dans le cas d’une candidature unique), pas de liste d’émargements (ce qui a permis des doubles votes), vérification aléatoire de l’adresse des votants, pas d’isoloir durant la plus grande partie du scrutin… On pourrait augmenter la liste des anomalies. Tels sont les faits.

Je considère pour ma part que la situation créée n’est pas acceptable et que nous devons reprendre le processus d’installation de l’équipe d’animation et de l’élection du président.

J’ajouterai pour conclure que le Conseil de quartier n’a pas été réuni depuis janvier dernier et que les habitants qui depuis de longues années sont engagés dans la vie du quartier supportent très mal ce recul de la démocratie de proximité ».

Aucune réponse n’a été apportée, le « président » déclarant seulement avoir pris note et indiqué qu’il avait été élu par 80% des habitants (il voulait dire des habitants ayant voté, soit 96). Il a conclu sur la nécessité de passer au deuxième point de l’ordre du jour : la question des jardins partagés présentée par T. Maïzza. Présentation au demeurant très générale, accompagnée de considérations sur la nécessité de se préoccuper de l’environnement. Interpellé sur la nécessité de s’occuper activement de l’usage des terrasses de la Maladrerie (qui sont au nombre de 1 000), de réaliser des efforts de sensibilisation à l’usage végétal des terrasses, à introduire une clause d’engagement à s’occuper des terrasses pour les nouveaux locataires, à remettre en terre les terrasses dallées, aucune réponse concrète n’a été abordée seules des considérations très vagues (de principe ou d’intention) ont été étalées. La discussion a un moment dérivé sur le dossier du projet de quartier sur la zone du Fort sans qu’on y voie clair.

L’intervention de l’OMJA sur le quartier a fait l’objet d’une présentation succincte, notamment en matière d’aide scolaire (une vingtaine d’enfants concernés). Le « président » a alors fait connaître son intention de mettre en place « un pôle d’excellence » ( !?) qui se traduirait par l’ouverture des locaux de la bibliothèque Henri Michaux en soirée afin de permettre à quelques jeunes de préparer dans de bonnes conditions le bac ! Critiquée pour son inconsistance, cette proposition a été ramenée à l’état de « question à débattre ». Le responsable de l’ANGI a souligné l’importance de l’action de l’association en matière d’accompagnement scolaire.

Interpellée sur quatre questions lourdes se posant dans le quartier (surloyer, squats, dossier ANRU/Emile Dubois, plan de financement spécial d’origine CGLLS [1], pour la réhabilitation de la Maladrerie), C. Ratzel-Togo a répondu de manière acrobatique. Certes, s’agissant du surloyer elle a déclaré que l’on ne pouvait approuver la mesure, mais s’est montrée incapable de donner la moindre information sur le dossier ANRU et a déclaré n’être pas au courant des démarches de l’OPH pour obtenir des financement pour la Maladrerie (elle va se renseigner et ne sait pas ce qu’est la CGLLS). S’agissant des squats, c’est le mutisme le plus complet mais la déléguée du préfet, présente à la réunion a indiqué qu’elle rendrait compte de l’état du dossier lors du prochain Conseil de quartier.

Au total, cette réunion a révélé une situation très préoccupante aussi bien du côte de « l’équipe d’animation », manifestement inconsistante que du côté des « politiques » (dossiers non maîtrisés).

Le plus grave est sans doute que nombre d’habitants qui s’étaient dans le passé investis dans les activités du quartier tournent le dos à ce qui tente d’exister. Il faut, en conséquence, leur ouvrir des perspectives d’intervention autonome.

Notes

[1La Caisse de garantie du logement locatif social a pour vocation d’assurer la pérennité des organismes de logement locatif. Lorsqu’un organisme rencontre des difficultés il peut solliciter l’aide de la CGLLS. Les ressources de la CGLLS proviennent des cotisations versées par chaque organisme de logement locatif.
Ce sont des crédits d’origine CGLLS qui ont permis la rénovation des halls et escaliers d’une partie de la Maladrerie.

26 Messages

  • Il faut choisir ! Le 25 septembre 2009 à 10:44, par Gigi

    Mme Hamache ne pouvait être présente à la réunion du Conseil de quartier puisqu’elle dînait à la même heure à l’Orange bleue. On ne peut être partout en même temps, au four et au moulin. Il faut donc choisir.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 25 septembre 2009 à 13:59, par Aziz

    Et Mme ratzel avait peur des habitants c’est le coordinateur de quartiers qui a du la harceler par tel pour qu’elle vienne.Quelle honte !

    Répondre à ce message

  • Et ailleurs ? Le 25 septembre 2009 à 17:43, par Jos

    La publication successive de deux réunions tenues dans un quartier nous permet d’y voir mieux sur ce qui se passe dans la ville. Je regrette que nous ne disposions pas( pas encore) de documents de même type sur les autres quartiers. Il y a, peut-être des différences de tonalités, mais j’ai tendance à penser que c’est partout à peu près comme ça.
    Je suis très choquée du fait qu’une Charte ayant fixé des règles on ne les ait pas respectées. Ca m’interroge beaucoup sur la démocratie qui consiste aussi à accorder les actes aux paroles (ou aux écrits).

    Répondre à ce message

  • Décontamination Le 25 septembre 2009 à 17:56, par Martine

    M. Maïzza a déclaré, sans nuance, que D. Voynet, lorsqu’elle était ministre de l’Ecologie dans le gouvernement Jospin avait beaucoup agi pour la dépollution des terrains du Fort d’Aubervilliers. Je n’en ai aucun souvenir mais peut-être que je me trompe. Qui peut me rafraîchir la mémoire ?

    Répondre à ce message

  • Réponse attendue impatiemment Le 26 septembre 2009 à 15:38, par André Narritsens

    Ainsi que M. Maïzza m’y avait invité, j’ai transmis, par le biais du blog de quartier, le texte de l’intervention que j’avais faite lors du CQ du 23 septembre, intervention qui est également reproduite sur le compte rendu ci-dessus. J’attends avec impatience les réponses qui y seront faites et vous en tiendrai informés.

    J’ai croisé ce matin une habitante qui s’est inscrite dans l’équipe d’animation. Elle m’a dit avoir été interpellée par mes propos et qu’elle allait vérifier ce que prévoyait la Charte. Si l’on n’a pas respecté les textes elle considère qu’il faut recommencer tout le processus de mise en place de l’équipe d’animation et de l’élection du président.

    Répondre à ce message

  • Notation Le 27 septembre 2009 à 08:59, par Mimi

    Le "président N’Galeu" a déclaré : "j’ai pris note de ce qui a été dit". Or il n’avait ni papier ni stylo ni crayon devant lui. Il n’était pas le seul dans ce cas : M. Maïzza était tout aussi démuni. M. Maïzza éprouva d’ailleurs le besoin de préciser un peu plus tard que s’il ne prenait pas de notes c’est qu’il avait une très bonne mémoire. Cette qualité lui permit d’ailleurs de souligner avec une grande assurance la vigoureuse action de Mme Voynet (à l’époque où elle était ministre de l’Ecologie) à propos de la décontamination du sol du Fort.

    Répondre à ce message

  • Un peu de respect Le 27 septembre 2009 à 14:57, par Nico

    Mais pourquoi vous moquez-vous de M. Maïzza (au fait pourquoi ne l’appelez vous pas par son prénom : Tedjini, Teddy, Ted, au choix) ? Il est très rigoureux et très conséquent. S’il n’utilise ni papier ni crayon cela résulte sans doute de ses convictions écologistes : moins de papier et de crayons c’est, en effet, davantage d’arbres.
    En matière d’arbres M. Maïzza en connaît d’ailleurs un rayon. Il a assez longuement évoqué les multiples problèmes posés par l’élagage, la saisonnalité notamment. C’était très intéressant.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 27 septembre 2009 à 15:00, par La taupe rouge

    Pour répondre à Mimi, Mr N’Galeu ne prend pas de note c’est un fait (je ne l’ai jamais vu avec une feuille ou un crayon, avec un porte document oui !!)quand à Mr Maizza c’est normal car étant écolo il n’est pas concevable de faire du mal à un arbre pour en extraire un crayon ou une feuille de papier. Il faut manger du poisson car cela donne de la mémoire !!!
    Elémentaire mon cher Mimi !!

    Répondre à ce message

  • Squats Le 27 septembre 2009 à 15:03, par Sylvie

    Mme Simonpiétri, la déléguée du Préfet chargée de la mise en oeuvre du plan "Espoir-Banlieue" concocté par Fadela Amara (connue dans le milieu associatif pour n’avoir pas inventé l’eau tiède), va donc tacler le président de l’Office, Ugo Lanternier. Celui-ci a déclaré qu’il ne communiquerait pas sur le dossier des squats préférant agir dans la discrétion qui est une condition de l’efficacité.
    Nous tenons des meilleures sources les chiffres suivants : au 31 décembre 2007 il y avait 96 logements sociaux squatés ; au 31 décembre 2008 on n’en comptait plus que 88.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 9 octobre 2009 à 14:02, par arthurlejusticier

    Bjr à vous tous,
    Effectivement Mme HAMMACHE n’était pas présente à ce conseil de quartier, puisqu’elle siègeait en C.A du CCAS, Jusqu’à 21h chose et fait qui sont tout à fait prouvable !
    D’autre chers habitants, vous parlez toujours de certe charte, vous devenez gagas et pénibles à force, car de toute façon vous avez refuser de voté, les personnes se reconnaîtrons, donc c’est un choix de votre part, et pas celle de la municipalité.
    A vous Mr Naristen, vous avez publié le nom de Mme HAMMACHE dans la maladrerie, quelle honte un homme de votre âge bien avancé, mais moi je vous dis vous pouvez dire tout ce que vous voudrez sur cette dame, vous n’arriverez jamais à sa cheville, sur la ville, intéresser, vous plutôt aux anciens conseillers, qui étaient redevables sur des sommes de loyers exhorbitant, cela devrait vous rafraichir la mémoire ! et tout le monde le sais sur le Fort, puisque des gens présents ce jour au tribunal, un nom connu de la ville devait des sommes de loyers.
    Donc oui Mme HAMMACHE a été mangé a l’orange bleue, ce jour à 21H3O, et le conseil de quartier était bel et bien fini puisqu’il s’est arrêté à 21H.
    Devons nous encore privez les gens de manger ! quelle honte, on dirait stalline.

    Répondre à ce message

  • Il dit qu’il ne voit pas le rapport Le 9 octobre 2009 à 15:24, par Poisson Rouge

    Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait plus parler de la charte sous prétexte que les élus communistes ne l’ont pas votées. Les élus communistes n’ont pas voté les hausses d’impôts mais nous en parlons quand même...

    Quant au fait que Mme Hammache n’ait pas pu se présenter à la réunion ... relisez l’article ! Personne ne lui reproche de ne pas être là. On le constate, c’est tout. D’ailleurs, on constate que les élus ont tendance à être fréquemment absents des réunions de quartier (il n’y a qu’à lire les différents comptes-rendus sur ce même site). C’est leur droit le plus strict.

    Enfin concernant Mme Hammache, injustement salie par M. Narritsens dîtes-vous, rappelez-nous s’il vous plait ce que les habitants de la maladrerie lui reprochent et discutons-en.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 9 octobre 2009 à 16:18, par Gentil camarade !

    Excusez Arthur le Justicier, il a tenu une urne tout seul pendant trois jours dans la mairie contre la privatisation de la poste. Il n’a manifestement pas récupéré et quand il est fatigué, il fait souvent sa grosse colère.

    Répondre à ce message

  • Partage Le 9 octobre 2009 à 18:07, par Vert obstiné

    Lors d’une récente visite du quartier, le président du Conseil général, Claude Bartolone a évoqué la perspective du rachat par le CG du parking désaffecté situé derière la barre dite des Joyeux (rue Lopez et Jules Martin) qui pour l’heure appartient à l’OPH. Objectif : y créer des jardins partagés. Pourquoi pas ?

    Mais il faudrait dans le même temps entreprendre une reconquête de pas mal de terrasses a priori végétalisées de la Maladrerie (il y a environ 1 000 terrasses à la Mala)et pour ce faire engager un grand travail pédagogique auprès des locataires qui négligent le potentiel végétal des terrasses. Il faudrait aussi remettre en terre les terrasses qui ont été dallées. Il faudrait aussi que l’OPH obtienne l’engagement des nouveaux locataires à s’occuper positivement des terrasses.

    Certes, ont peut envisager des projets de jardins collectifs, mais il faut aussi (et il y a urgence) travailler à la réappropriation des espaces déjà existants.

    Que mille terrasses refleurissent, que mille terrasses rivalisent : tel devrait être l’objectif.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 9 octobre 2009 à 19:37, par arthurlejusticier

    Cher Monsieur,
    Je n’ai pas critiqué votre site, mais il se trouve quand relisant sur nommée GIGI se permettait d’avouer cette vérité sur l’orange bleue. La question que je me pose les habitants et moi même c’est que madame GIGI devait être sur deux endroits en même temps, moi je connais ça chez les sorcières du style CHARMED.
    Demandez a Mr Naritsen pourquoi il a mit au grand jour le nom de Mme hammache sur la Maladrerie concernant une augmentation de loyer. Une réunion est prévue après la Toussaint sur le logement et ANRU avec les adjoints concernés.
    Mais Mr Naritsen, ne sait que de toute façon salire les gens quand il n’arrive pas a avoir raison. Il est connu malheureusement, pour cet égoisme qu’il inflige a tous le monde.
    à BIENTÖT
    Arthurlejusticier

    Répondre à ce message

  • fantasme Le 9 octobre 2009 à 20:06, par Poisson Rouge

    J’aurais habité dans le quartier, j’aurais aidé les gens qui ont collé cette affiche. Il faut que la vérité soit dite : les élus socialistes ont choisi de faire payer toujours plus les habitants d’Aubervilliers et en particulier ceux de l’OPHLM. C’est un choix politique et il faut qu’ils l’assument.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 9 octobre 2009 à 21:50, par Locataire à Emile Dubois

    Je ne connais pas ce qui opppose ce monsieur Narritsens à madame Hammache, mais dans les réunions de locataires, il est vrai qu’avant d’être élue madame Hammache pestait sans cesse contre l’office HLM. Elle ne se privait pas de protester avec véhémence contre les augmentations de loyer qui étaient pourtant bien plus faibles que celle qui c’est appliquée cette année. Elle critiquait régulièrement l’OPHLM concernant l’entretien de la cité Emile Dubois et n’était jamais contente du travail de l’office. Aujourd’hui elle a été nommée adjoint au maire et maintenant subitement tout va bien. Ce n’est pas vraiment très crédible.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 10 octobre 2009 à 11:52, par arthurlejusticier

    Oubliez Mme HAMMACHE tt ça parce que elle n’a pas voulu faire partie de la liste des cocos, pendant les élections. Sachez que personne n’appartient à personne, et encore moins à vous les cocos. Mme HAMMACHE je pense qu’elle assume tout ce qu’elle fait, et faite un tour du coté de Mr CLEMENT(service propreté) et vous diras combien de fois que l élu l’appelle pour lui signifier que les quartiers sont déguelasses. Mais ne l’oublier pas que 3/4 du personnel de nettoyage sont cocos alors boycottage c’est le mot d’ordre par des êtres intelligents qui sont sur le quatier du Fort.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 10 octobre 2009 à 12:37, par La Taupe Rouge.

    Juste une petite mise au point pour « arthurlejusticier » :
    Ce n’est pas Mr Narritsens qui a mis « au grand jour le nom de Mme Hammache
    sur la maladrerie concernant une augmentation de loyer. »
    (d’ailleurs pourquoi, au grand jour, cela doit-il rester secret ?)
    C’est moi et je le revendique. Au CA de l’OPH, Mme Hammache a voté le 1% d’augmentation supplémentaire du loyer. Il faut qu’elle assume ce vote. Elle n’est pas la seule dans ce cas : Mme Yonnet conseillère générale, Mr Lanternier président de l’OPH ainsi que Mr N’Galeu lui aussi président, mais du conseil de quartier ont eux aussi voté l’augmentation.
    Enfin pour clore ce sujet, se servir du pseudo d’un petit fantôme et se référer à « Charmed »,
    Je crois que vous n’êtes pas encore sorti de l’adolescence. Mme Hammache (qui est une grande lectrice d’Harry Potter) n’a que les soutiens qu’elle mérite !!!!
    PS : je viens de voir votre dernier message, toujours haut en couleur !!!

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 10 octobre 2009 à 12:44, par Quel est le rapport entre Paul Quilès et boules Quies ?

    Arthur est vraiment très fatigué... Tenir une urne trois jours de suite dans la mairie contre la privatisation de la poste est inhumain... surtout qu’il lui faut gérer un dilemme pour l’adhérent qui a du avaler des couleuvres avec le démantèlement des PTT qu’avait en son temps enclenché Quilès (le ministre socialiste, pas les boules qu’utilisent certains aujourd’hui)

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 10 octobre 2009 à 18:16, par Questions qui fachent ?

    Est-il vrai que l’augmentation phénoménale de 1% des loyers, (le reste étant une obligation décidée par l’état) a été votée à l’unanimité des administrateurs de l’OPH ?
    Donc, si c’est vrai ? aussi par les communistes ?
    Est-il vrai que sans ce vote l’OP risquait une mise sous tutelle comme je l’ai entendu dire ? Donc plus aucune marge de manoeuvre pour administrer ?
    Est-il vrai que les plus virulents militants contre cette terrible augmentation de UN POUR CENT sont propriétaires ?
    Ou tout cela n’est-il que rumeurs injustement répandues dans la mala ?

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 10 octobre 2009 à 19:17, par Réponses tranquilles

    D’abord, en matière d’augmentation des loyers il n’y a pas d’obligation décidée par l’Etat. Il y a simplement une recommandation ministérielle qui est respectée par la quasi totalité des bailleurs sociaux en France, à l’exception de quelques mauvais élèves dont fait partie l’OPH d’Aubervilliers. Le conseil d’administration est libre de ses décisions. Par conséquent l’augmentation des loyers pouvait se situer entre 0% et 2,38% pour respecter les recommandations du ministère du logement. Elle sera de fait de 3,38%.

    Réponse N° 1 - Les communistes ont voté contre l’augmentation (vérifiable à la lecture du PV du conseil d’administration).

    Réponse N° 2 - Le budget de l’OPH est parfaitement équilibré (ce qui ne veut pas dire sans difficultés). La gestion conduite par l’ancien président a été reconnue comme saine, équilibrée et très responsable, tous les rapports des organismes officiels de contrôle le montrent. Il n’existe donc aucun risque de mise sous tutuelle. Pour le démontrer à celles et ceux qui ne manqueront pas de s’acharner sur le sujet, ils peuvent consulter les documents budgétaires des six dernières années. Ce sont des documents publics, consultables par n’importe quel citoyen qui en fait la demande.

    Réponse N° 3 - Si des rumeurs sont répandues, elles ne sont pas seulement injustes, en plus, elles sont stupides. Peut-être certains militants qui sont propriétaires se montrent virulents contre l’augmentation excessive des loyers, ce n’est tout de même pas condamnable, mais à coup sûr les plus virulents et surtout les plus inquiets ce sont les locataires et leurs représentants.

    Comme vos questions ne fâchent pas , mes réponses sont tranquilles.

    Répondre à ce message

  • Après le conseil de quartier du 23 septembre 2009 Le 10 octobre 2009 à 23:31, par + 232*

    Ambiance curieuse ce matin dans les rues d’Auber : "moi c’est 120, moi 95, ah non, je connais quelqu’un qui est au delà de 200 euros... Ce n’est pas de fièvre liée à la grippe A dont on parlait, c’est d’augmentation d’impôts locaux : les feuilles d’impôts arrivent : + 13% sur la taxe d’habitation. Et on n’a pas tout vu.

    Pendant que le site du PS pavoise sur Obama, qu’un internaute pense faire de l’esprit en parlant d’une augmentation phénoménale de 1% supplémentaire des loyers (eh oui, 1% qui s’additionne déjà aux 2,38%, ça fait plus de 200 euros de plus par an sur un loyer de 500 euros), les albertivillariens mesurent avec leur porte monnaie les effets de la gestion socialiste !

    Pour quel plus ? on cherche en vain...

    Répondre à ce message

  • En attendant la TF Le 13 octobre 2009 à 17:57, par Charly

    La réception des avis de taxe d’habitation suscitent beaucoup de commentaires. La note est vraiment salée. Rappelons que la TH est payée par tous les foyers occupant un logement mais ceux qui sont propriétaires acquittent ausssi la Taxe foncière dont les avis sont attendus prochainement. En matière de TF la note va être encore plus lourde par rapport à 2008 : en effet la majorité municipale a voté une augmentation de 16% (contre 13% pour la TH), le Conseil général une augmentation de 7% (identique au taux de relèvement de la TH) et s’y ajoutent la part régionale ainsi que la taxe d’enlèvement des ordure ménagères. Voilà c’est tout (si l’on peut dire).

    Répondre à ce message

  • Dépliant toc ? Le 14 octobre 2009 à 16:05, par Gani

    Un livret, agréable de confection, a été joint au numéro d’Aubermensuel d’octobre. Il présente les répartitions de dépenses et de recettes budgétaires et définit quelques termes techniques opaques pour le profane.
    Le problème c’est qu’on ne trouve aucune dynamique dans ce document. Y a t-il eu des infléchissements par rapport aux budgets précédents ? Et si oui, dans quels sens ? Quelles sont les potentialités de ressources ? Qu’en est-il de la capacité des habitants à payer les impôts locaux (ou pour mieux dire quel est le montant des dégrèvements accordés par le Trésor) ? Voici quelques questions. Il y en a bien d’autres.

    Sous une apparence limpide beaucoup d’obscurités se dissimulent.

    J’ajoute que la reprise graphique en couverture du matériel de campagne de M. Salvator m’a vraiment mis mal à l’aise.

    Répondre à ce message

  • Démo participative : ça déménage ! Le 16 octobre 2009 à 09:41, par Camillo

    Un "Info-Quartiers" intitulé "Vos idées pour votre quartier", daté du 12 octobre, vient d’être distribué dans le quartier Maladrerie-Emile Dubois.

    On y appelle les habitants à s’inscrire auprès de la boutique de quartier ou le service "vie des quartiers" pour participer à des "réunions citoyennes" ayant pour but de "faire le point sur ce qui se passe en bas de chez [eux]".

    Cette sollicitation s’inscrit dans une "opération d’évaluation sociale partagée pour redéfinir les priorités en matière d’intervention dans les quartiers".

    Cet appel au peuple signale l’échec des tentatives ayant eu lieu depuis plusieurs mois pour organiser des "groupes de parole".

    Sollicité, le Collectif d’habitants avait décidé de ne pas participer à cette opération, considérant que la situation du quartier était suffisamment connue (il y a déjà eu deux diagnostics) et que la sollicitation de témoignages ou avis individuels n’apporterait pas grand chose.

    Demeure le mystère du rôle dévolu au Conseil de quartier dans cette affaire. Le triste état dans lequel il se trouve ne laisse pas espèrer grand chose à moins qu’on ne le relance sur une base démocratique (nous attendons des réponses à ce propos).

    Ceci dit, nous avons posé un certain nombre de questions auxquelles il n’a pas été répondu : squatts, ANRU, réhabilitation de la Mala, nouveau quartier du Fort.

    Vivement un débat et des réponses !

    Répondre à ce message

  • Relevé de décisions Le 8 novembre 2009 à 11:29, par Camillo

    Je viens de recevoir, quarante jours après sa tenue, un curieux compte rendu du CQ du 23 septembre. Ce document s’intitule "relevé de décisions" alors qu’aucune décision n’a résulté de la réunion.
    C’est bref, unilatéral, inexact sur plusieurs points. Pour une vraie version de la soirée se reporter au compte rendu publié sur le site de la section du PC.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article