Brève analyse des résultats des élections européennes à Aubervilliers

mercredi 17 juin 2009

Les résultats des élections européennes du 7 juin 2009 se traduisent à Aubervilliers par des correspondances avec les tendances nationales et régionales mais aussi par des évolutions très importantes par rapport à 2004.

La tendance persistante à l’affaissement de la participation se confirme et un nouveau pallier est franchi : la chute est de 7,06 points (26,50% d’exprimés contre 33,56% en 2004).

On notera que cette régression se traduit par un recul du nombre de suffrages exprimés de 822 alors que le nombre d’inscrits a augmenté entre 2004 et 2009 de 3 011 (25 949 contre 22 938).

Les résultats de la droite et de l’extrême droite (voix et %)

UMP UDF/Modem FN + De Villiers
2004 576 (7,46%) 519 (6,74%) 1 614 (20,96%)
2009 1144 (16,63%) 431 (6,27%) 756 (10,99%)
2009/2004 + 568 (+ 9,15 points) - 88 (- 0,47 point) - 858 (- 9,99 points)

On observe un important transfert des voix de l’extrême droite vers l’UMP. Les listes FN et De Villiers voient leur résultat réduit de moitié alors que la liste UMP fait plus que doubler son influence. Pour ce qui la concerne, la liste Modem stagne.

Au total les listes UMP et Modem rassemblent 1095 voix (14,22%) en 2004 et 1 575 voix (22,89%) en 2009, soit + 480 voix et +8,67 points.

Si on adjoint à ces résultats le score de l’extrême droite, on obtient un total de 2 709 voix (35,18%) en 2004 et un total de 2331 voix (33,89%) en 2009.

Les résultats du Parti socialiste et des Verts (voix et %)

PS
2004 1 951 (25,34%)
2009 1 072 (15,59%)
2009/2004 - 879 (- 9,75 points)

Les résultats des Verts (Europe Écologie) (voix et %)

Verts/Europe Écologie
2004 423 (5,49%)
2009 1 034 (15,03%)
2009/2004 + 611 (+ 9,54 points)

On observe une quasi correspondance entre la progression en % de la liste des Verts et la régression en % de la liste socialiste. Ce phénomène est observable dans tous les bureaux de vote.

Les résultats de l’extrême gauche (voix et %)

Extrême gauche
2004* 424 (5,50%)
2009 ** 457 (6,64%)
2009/2004 + 33 (+1,14 point)

* liste commune LCR/LO + PT (POI)

** NPA + LO

Les résultats du NPA en 2009 sont très en deçà des ambitions affichées : 332 voix et 4,83%. LO obtient 125 voix et 1,82%.

Pour n’être pas négligeable, le score de l’extrême gauche ne traduit aucune percée. Rappelons qu’en 1999 les listes d’extrême gauche avaient obtenu 9,69%.

Les résultats du Front de gauche (voix et %)

PCF/Front de gauche
2004 1 205 (15,65%)
2009 1 204 (17,50%)
2009/2004 - 1 (+ 1,85 point-)

Le résultat obtenu par la liste du Front de gauche présente des caractéristiques particulières :

1 – le nombre de voix recueillies est identique en 2004 et 2009 ;
2 – le nombre des voix recueillies est, dans dix bureaux, supérieur à ce qu’il était en 2004 ;
3 – vingt bureaux sur trente enregistrent une progression en % sur 2004.

Ces résultats expriment des mouvements contrastés de l’électorat et, sans doute aussi, une dynamique de campagne dans le contexte d’une abstention très forte. En tout cas le vote pour la liste du Front de gauche témoigne de l’affirmation d’une identité forte (essentiellement construite autour de la référence au Parti communiste) qui résiste aux opérations politiques réalisées dans les jours précédant le scrutin. Le résultat obtenu inverse la tendance à l’affaissement d’influence apparue dans la longue durée. En ce sens, c’est un événement important.

Même s’il est difficile de tirer des leçons générales (y compris donc locales) des élections européennes en raison de leur caractère particulier et de l’importance de l’abstention, on observera tout de même qu’à Aubervilliers la liste conduite par Pascal Beaudet lors de l’élection municipale avait, au premier tour, devancé la liste conduite par Jacques Salvator. En 2009, en arrivant première de toutes les listes, le Front de gauche devance la liste socialiste qui occupait la position de tête depuis 1994.

André Narritsens

Pour la section d’Aubervilliers du PCF

3 Messages

  • Puisque André fait référence aux municipales de 2008, allons y :
    Comparons des choses comparables :

    Le 1er tour des municipales de 2008 et le scrutin des européennes.

    En mars 2008, au premier tour, la liste de Pascal Beaudet arrive en tête avec 4060 voix avec une coalition PCF, gauche communiste comprise et LO pour faire rapide. La LCR n’appelle pas à voter pour cette liste.

    Un an après, le front de gauche, PCF et Parti de Gauche, obtient 1204 voix soit 29,75% des voix obtenues en 2008.
    On ajoute les 125 voix de LO et on arrive à 32. 73%.
    Evidemment on pourrait y ajouter les 332 voix du NPA et on arrive alors à 40,91% des voix obtenues en 2008.

    En mars 2008, au premier tour la liste de Jacques Salvator obtient 3712 voix avec une coalition PS, Verts et PRG.

    Un an après, aux élections européennes, le PS obtient 1072, les verts 1034 voix. Le PRG ne s’est pas présenté. Soit un total de 2106 voix
    Ce qui nous fait 56,73% des voix obtenues en 2008.

    Bien entendu la liste du front de gauche arrive en tête et il n’est pas question de le remettre en question mais malgré le fait que son électorat soit traditionnellement plus militant, l’érosion de ses électeurs par rapport au premier tour des municipales de 2008 est importante : 59,09% d’érosion en incluant toutes les voix d’extrême gauche.
    Pour le PS, ce n’est bien sûr pas glorieux mais en additionnant les verts et le PS, on arrive à un maintien de l’électorat plus important et donc un taux d’érosion de 43,27% par rapport au premier tour des municipales de 2008. On assiste là à une recomposition des équilibres, qui se constate aussi au niveau national.

    Soit un écart entre les deux groupes de gauche de 15,82 %. Ce qui donne tout de même une certaine légitimité à la majorité municipale actuelle.

  • Comparaison n’est pas raison Le 19 juin 2009 à 08:53, par André Narritsens

    Je remercie "Calculator" de ses observations.

    Voici, à mon tour, très brièvement, les miennes... sur les siennes.

    1 - J’ai simplement relevé qu’à la municipale et aux européennes les listes soutenues par le PCF étaient arrivées en tête sur la ville.

    2 - Je crois avoir souligné le caractère très particulier des européennes et les manipulations d’ordres divers qui s’y déroulent traditionnellement (j’ai rappelé l’affaire de la liste Tapie en 1994).

    3 - Je crois que l’on ne peut pas raisonner comme le fait "Calculator" : ainsi, s’agissant des électeurs de la liste Europe écologie, les enquêtes réalisées post scrutin révèlent un électorat composite, pour partie issu de l’électorat socialiste mais aussi sans attache partisane particulière et qui s’est déterminé au dernier moment.

    4 - Le différentiel des niveaux d’abstention complique encore les comparaisons.

    En raison de ces difficultés soyons modestes dans nos projections politiques.

    Ceci dit, s’agissant, des légitimités on ne doit pas oublier qu’à Aubervilliers un très gros problème se pose en raison du niveau d’abstention à la municipale. L’actuelle "majorité" ne représente que 20% des électeurs inscrits.

    C’est, me semble t-il, un gros problème politique.

  • Brève analyse des résultats des élections européennes à Aubervilliers Le 19 juin 2009 à 10:31, par plaisir partagé

    J’ajouterai qu’il me paraît difficile de comparer des scrutins aussi différents que les municipales et les européennes.

    Le PCF a toujours eu des scores plus faibles lors des élections européennes et présidentielles que lors d’élections au caractère plus local.