Logement social : on ne peut faire une bonne politique avec de mauvaises décisions !

jeudi 19 février 2009

Le site des communistes d’Aubervilliers publie ici une communication de l’OPH d’Aubervilliers concernant la vente de logements sociaux à la Maladrerie, décidée en dépit de l’intérêt général. Analyse de Gérard Del Monte.

(Lire le document ci-joint :)

PDF - 63.7 ko
Vente de logements par l’OPH d’Aubervilliers

Le logement connaît dans notre pays une situation dramatique qui se traduit par une demande massive de logement locatif social, une hausse incessante des loyers dans le secteur privé, l’application d’un surloyer augmenté dans le parc social, la persistance d’un haut niveau de prix à l’achat dans l’immobilier privé, et la déshérence du dispositif d’accession sociale à la propriété.

Aubervilliers n’échappe pas à cette situation générale.

On aurait pu penser que l’Office public HLM orienterait ses priorités en tenant compte précisément de cette situation générale difficile. Hé bien non !

Ces dernières semaines, l’Office s’est exprimé sur deux sujets préoccupants : l’alourdissement et l’extension du surloyer ; la vente du logement social.

1/ Concernant l’alourdissement et l’extension du surloyer la direction de l’Office se déclare réticente à cette mesure, mais… annonce son application pour le 1er janvier 2010 !

Or, les locataires et leurs associations, attendent du président de l’OPH et du maire qu’ils prennent fermement position contre le principe même de l’alourdissement et l’extension du surloyer et qu’ils affirment leur intention de refuser d’appliquer ce surloyer, quitte à se placer hors la loi. Il y a, en effet, des villes ou les élus de gauche ont déclaré le territoire de leur commune « zone unique non assujettie au surloyer ». Pour l’heure, ce n’est semble t-il pas le choix des élus d’Aubervilliers.

Cela étant, l’action engagée par les locataires, si elle se renforce, peut les y contraindre. Cette bataille est d’autant plus urgente qu’avec ce surloyer, de très nombreuses familles vont devoir faire face à une augmentation considérable de leurs dépenses de logement. Cette mesure scandaleuse est un impôt supplémentaire.

2/ Concernant la vente du logement social, la majorité du Conseil d’administration de l’Office vient de décider de mettre en vente une partie de son parc social. Elle acquiesce, ce faisant, à la demande du gouvernement Sarkozy de brader le patrimoine social. Ce que veut le Président de la République, et ce à quoi l’OPH d’Aubervilliers répond positivement, c’est « une France de propriétaires », coûte que coûte et à n’importe quel prix.

Bien sûr quelques uns peuvent rêver d’un superbe appartement à Neuilly avec vue sur la Seine. Mais pour les locataires d’Aubervilliers, le rêve risque de tourner court.

La Direction de l’office HLM nous informe, en effet, « que le prix du logement est fixé après une évaluation des Domaines ». Ceux qui croyaient que les loyers payés jusqu’au jour de l’acquisition seraient pris en compte dans la détermination du prix de vente, voient s’envoler leurs illusions.

L’office HLM précise aussi que les prix (donnés en exemple dans le document) le seront au « vu du marché immobilier » et de la « situation géographique des immeubles concernés ». En fait comme le pratique n’importe quel vendeur de bien immobilier.

La vente pourra être acquise « dans une fourchette de 65 à 135% de l’estimation des Domaines ». Il faudra y ajouter les frais notariés, ceux des emprunts, les charges de copropriétés etc.

L’Office HLM se transforme donc en petit vendeur de biens, en pâle copie de promoteur immobilier et s’éloigne de sa vocation de gestion sociale. Les élus du Conseil d’administration ne devraient pas oublier que leur vocation première est de gérer des locataires et pas seulement des immeubles et que l’illusion du « tous propriétaires » ne saurait constituer une politique du logement. Ce n’est pas en vendant des HLM que l’on logera celles et ceux qui en ont vraiment besoin, mais en construisant davantage de logements sociaux accessibles à tous.

La municipalité actuelle et la direction de l’OPH ne devraient pas brader un patrimoine qui est le bien commun de tous les locataires.

Il faut annuler la vente des logements à la Maladrerie.

Gérard Del Monte

NdMT : La photo ci-dessous a été prise rue du Long Sentier (quartier de la Maladrerie).

Hebergement gratuit d image et photo

24 Messages

  • Il est inadmissible que des locataires s’octroient le droit d’étendre des banderolles sur les logements qui ne leur appartiennent pas. Est ce que Monsieur le Curé s’autorise à mettre un calicot sur l’église quand il n’est pas d’accord avec le pape ?
    La liberté d’expression, oui, mais avec des limites. Que penserait n’importe quel architecte en voyant les logements qu’il a construit ainsi dénaturés ? Surtout quand on sait qui instrumentalise ces actions.

  • Pour "Germaine" toute seule : On ne peut faire une bonne politique avec de mauvaises décisions. Par contre, on peut faire de très mauvais commentaires sur de très bonnes actions, Germaine vient de nous le démontrer !

  • Je persiste et signe. Demain, je vais à l’Ophlm pour voir Lanternier et exiger qu’il fasse retirer les banderolles su les logements de la Maladrerie.

  • Logement social : on ne peut faire une bonne politique avec de mauvaises décisions ! Le 19 février 2009 à 22:44, par Laisse Madeleine, euh Germaine !

    Si t’espère voir voir le président de l’ophlm, il faudra te lever tôt parce qu’on le voit jamais.
    Alors tes banderolles, tu risques de les voir longtemps.

  • Ma chère Germaine, as-tu mis deux "L" à "banderole" pour les faire s’envoler ?

  • Moi je trouve qu’il faudrait encourager tous les locataires de la Maladrerie à tendre des banderoles sur les façades de leurs immeubles. ça donnerait un peu de couleur et de gaité sur la grisaille des murs de la Mala. A moins que le président de l’OPH ait prévu une mise en couleur(sauf du rose) qui s’inspirerait du nuancier qu’avait présenté sa collègue Evelyne Yonnet aux élus lors du mandat municipal précédent.

  • Escalade Le 20 février 2009 à 09:19, par Rabcor

    Il paraît que Germaine s’entraîne avec ferveur afin d’être en mesure d’escalader bientôt les façades de la Mala afin de décrocher les banderoles.

    Dans cette entreprise, elle espère recevoir l’appui logistique de M. Lanternier (prêt d’échelle, cutter...).

    Mais elle doit faire très attention : des contreripostes sont en réflexion : pièges à loups, savonages de façades, ...

    Si l’offensive s’avérait réelle il y aura aussi des accrochages au sommet des arbres, des ballons dirigeables, des feux de bengale, des bals costumés Boutin/Salavtor/Lanternier, bref tout un tas d’actions offensives et de dérision.

    Bon courage Germaine.

  • Germaine Germaine, tu habites plus dans le cinquième à coté de la Sorbonne comme dit Renaud(le chanteur).
    A la Maladrerie , les locataires ont raison, qui paye le loyer ,qui entretien les terrasses, qui le samedi et le dimanche entretien son palier ou son hall et enlève les graffitis dans son escalier ? le locataire bien sûr. Oh les vilains petits canards ces locataires, la petite fille va se plaindre à son Président ! c’est marrant en décembre vous n’avez pas été vous plaindre pour les illuminations de Noël, pourquoi février n’aurait pas le droit à une décoration
    pour éviter le surloyer et la vente des logements ? vous avez du parti pris pour ce mois.

  • Au nom de quoi et qui Monsieur Lanternier peut-il s’arroger le droit de sacrifier une partie du patrimoine social des HLM ? Il arrive, il est inconnu, il n’a jamais eu la moindre activité sociale ou politique dans cette ville, on ne sait même pas s’il y habite vraiment et il décide de vendre ce qui ne lui appartient pas !

  • Lanternier n’a que faire des HLM. Ce qu’il cherche, c’est à se faire une place dans la politique locale, se faire connaitre, l’OPH n’est pour lui qu’un passage vers d’autres ambitions. Son objectif : pousser Salvator vers la sortie et lui succéder dès que possible.

  • Lanternier, faut plus m’en parler. A la réunion des locataires de Firmin Gémier, il arrive avec une 1/2 heure de retard et n’apporte aucune réponse concernant les nuisances sonores du FJT. Il reconnait qu’avant les travaux il n’y avait pas de bruit, aujourd’hui il fait ce qu’il peut et ça ne lui semble pas très important qu’on ait à supporter un sifflement. Conclusion, on ne sait pas ce qui a été fait, mais rien de plus ne va être fait. Visiblement il s’en fout, il habite pas là. Mais on va pas en rester là et j’espère que des locataires vont s’organiser pour protester ensemble.

  • Logement social : on ne peut faire une bonne politique avec de mauvaises décisions ! Le 21 février 2009 à 17:51, par le militantisme fatigue

    LES SOCIALISTES DE RETOUR SUR LE MARCHE D’AUBERVILLIERS ET AVEC PARAIT IL DES PROPOSITIONS CONTRE LA CRISE !

    C’est une plaisanterie me direz vous ?

    Et bien non !

    Si notre memoire est bonne cela doit etre la première fois depuis les municipales.

    Sur quel thème portera leur prochaine sortie l’année prochaine ?

  • Logement social : on ne peut faire une bonne politique avec de mauvaises décisions ! Le 21 février 2009 à 18:06, par Titegoutte Corinne, la soeur de Germaine

    tu as raison Germaine, à qui profite le crime ? l’UM/PS/UNA doit être derrière tout ceci, car eux on ne les entend pas beaucoup
    sur ce sujet à Aubervilliers !!!

  • Surloyer : Voilà une réforme dont personne n’a parlé en temps voulu. Résultat, elle va avoir des conséquences dramatiques pour beaucoup de locataires. Etant donné que rien n’a été expliqué avant le vote de la loi, certains pensent qu’il est normal que les plus aisés paient davantage. Des gens occuperaient donc des logements qu’ils ne méritent pas, puisque leurs revenus leur permettraient d’aller trouver ailleurs. En les encourageant à partir, la ministre entendrait favoriser les plus modestes. Voilà comment on peut tromper son monde. Non seulement ceux qui sont au-dessus des plafonds n’auront pas les moyens suffisants pour se loger dans le privé, on va donc les appauvrir sans donner plus aux plus modestes et sans pouvoir accorder de logement social aux plus mal logés. Le silence fait sur cette loi avant son adoption fait que l’on occulte complètement le coeur du débat : le manque de logement en France qui restent à construire ! Alors que cela pourrait être un axe majeur du plan de relance... Voilà un beau gâchis !

  • Je fais partie de ces "nantis" qui risquent de devoir quitter leur logement ou payer un exorbitant surloyer qui va être au-delà de mes moyens. Pourtant ce logement, après une très longue attente, m’a été attribué tout à fait légalement il y a plus de 30 ans. Si j’avais connu la régle du jeu dès le départ, j’aurais pris d’autres dispositions. Aujourd’hui, je suis sans issue et donc condamné à subir cette nouvelle situation. Je vais tout simplement m’appauvrir parce queje n’ai pas d’autres solutions. Je vis ce changement de régle du jeu au cours du jeu comme une profonde injustice. Je ne comprends pas que la municipalité actuelle ne réagisse pas plus fortement.

  • Logée au 120, rue Hélène Cochennec depuis plus de 25 ans, je suis déjà concernée par le surloyer. L’application de cette mesure qui va augmenter encore mon surloyer, (je ne sais toujours pas de combien, tant les calculs sont compliqués), risque financièrement de bousculer la fin de ma vie professionnelle. La retraite est à échéance de 8/9 ans. Avec la situation économique actuelle qui est plus qu’incertaine, quel avenir me réserve t-on ? L’OPHLM pourrait au moins nous dire le montant de notre futur loyer.

  • Le saviez-vous Marcelle ? La ville est placée en zone hors AGCS (accord général sur le commerce et les services), vous savez ce fameux accord de l’organisation mondiale du commerce (OMC) qui consistait à faire entrer dans le champ du commerce des biens qui ne l’étaient pas ou qui bénéficiaient d’un statut d’exception comme l’exception culturelle chère à Jack Ralite.

    Et bien Marcelle, qu’est il advenu avec la municipalité actuelle ?

    - Le logement, à donf* dans la loi Boutin.

    - La future école : on la fait construire par Bouygue ou par un autre qui en est propriétaire puis la ville devient locataire de Bouygue ou d’un autre mais mon petit doigt me dit que ce sera Bouygue.

    - L’eau : on a failli y croire. Subitement le maire est devenu favorable à une gestion publique de l’eau. Peut-être qu’il se doutait que les jeux étaient faits et que le contrat repasserait à Véolia.

    *à donf = à fond (langage jeune)

    Alors que sont devenus nos élus adeptes des forums sociaux comme Garnier ou Diakité qui plongent tête baissée dans cette libéralisation, qui coûte plus cher à tous ?

  • Voilà une initiative bien intéressante :
    Un collectif d’habitants vient de rédiger une proposition de loi intitulée : "des locataires en faveur des locataires". Ce texte, qui compte 14 articles, se veut une alternative à la politique actuelle en matière de logement. Il préconise entre autre : la création d’un service public du logement, déclaré "grande cause nationale" ; la suppression des surloyers ; l’interdiction des expulsions en raison de difficultés économiques ; l’interdiction de la vente de HLM ; l’inégibilité des maires qui refusent de construire des logements sociaux dans leur ville... Les membres de ce collectif prévoient d’organiser un référendum dans leur quartier avant de porter leur proposition de loi à l’Assemblée Nationale. Non c’est pas à Aubervilliers, c’est à Blanc-Mesnil !

  • Marcelle tu sais il est possible de calculer le surloyer si par exemple tu devais le payer aujourd’hui.

    Je travaille dans une association de locataire de ton quartier tu devineras toute seule laquelle et je suis aussi administrateur représentants les locataires à l’OPH

    Tu peux prendre contact avec moi(mg93@9online.fr) quand tu veux je suis dispo pour t expliquer ce calcul qui va nous couter tres cher

    Amicalement

  • Gel des loyers en 2009 par les bailleurs sociaux. Diminution de la taxe d’habitation de 9% et de la taxe sur le foncier bâti de 7% dès cette année : C’est à Aubervilliers ? Non, non, c’est en Guadeloupe !

  • Je ne comprends pas pourquoi le maire ne prend pas un positionnement clair contre le surloyer d’autant que Le surloyer va mettre en péril l’équilibre sociologique, déjà bien fragile, de la ville. La désobéissance civile est parfois un acte politique nécessaire face à certaines situations d’injustice. Refuser d’appliquer la loi sur le surloyer, c’est comme refuser d’appliquer la loi sur le service minimum à l’école, c’est un acte de résistance.

  • Vous parlez beaucoup de surloyer sans tout dire. Ce qui fait que seuls ceux qui ont des ressources dépassant les plafonds se sentent concernés. Grave erreur, il faut aussi expliquer que l’OPH va signer une "convention d’utilité sociale". Ce dispositif demande aux bailleurs sociaux d’augmenter les loyers de leur parc de façon différenciée selon la localisation des logements et les prix du marché. C’est en quelque sorte une séance de rattrapage pour ceux qui échapperaient à la zone surloyer. En fait, tout le monde risque d’être touché.

  • Logement social : on ne peut faire une bonne politique avec de mauvaises décisions ! Le 11 juin 2009 à 19:41, par Association "bonjour voisins" cité République

    Nous vivons une époque où il est parfois plus facile de communiquer avec l’autre
    bout du monde que de dire bonjour à son voisin.
    Pourtant, tout nous appelle à resserrer les liens,
    à rompre avec l’isolement et l’anonymat.
    Recréer de la convivialité, repousser l’indifférence, réinventer la solidarité de
    proximité sont les enjeux réels de notre vivre ensemble.
    Chacune et chacun d’entre nous peut y contribuer.
    Samedi 13 juin à partir de 15 heures, l’association
    "Bonjour Voisins" vous invite à fêter
    la fin de la réhabilitation de notre immeuble.
    Réussir ensemble cette fête est très simple. Il suffit que chacun décide de
    consacrer un petit moment d’attention à son voisin, à sa voisine en acceptant de
    l’inviter, ou bien de répondre à son invitation autour du verre de la connaissance
    et de l’amitié accompagnée d’une légère collation.
    Le collectif des locataires "Bonjour Voisins" vous propose de partager
    ensemble ce petit instant de convivialité. Vous pouvez, si vous le
    souhaiter, contribuer à la collation en apportant des gâteaux, des
    fruits, des pizzas, des boissons, enfin tout ce que souhaitez faire gouter
    à vos voisins.
    N’hésitez pas à nous rejoindre, même quelques minutes, pour faire
    connaissance et prendre le verre de la convivialité.
    "Bonjour Voisins"

  • Mais qu’est devenu le lien vers le site du front de gauche ? C’est plus facile d’aller vers le site des verts ou celui des socialistes ! Un comble !