Renouvellement urbain : ça tangue pour Mme Franclet !

mercredi 29 juin 2022

Jeudi, 23 juin 2022, une réunion d’information sur le renouvellement urbain à La Maladrerie avait été convoquée d’étrange manière. L’information avait été bâclée, quelques flyers étant simplement déposés de manière hasardeuse, dans des boutiques notamment.

Dans cette situation et compte tenu de l’importance de l’ordre du jour, le Collectif des habitants et des associations avait à la hâte battu le rappel et de nombreux habitants de La Mala, rejoints par des locataires de la cité Emile-Dubois et des Joyeux, avaient débarqué dans la réunion.

La Maire d’Aubervilliers présidait, entourée de son adjoint chargé du renouvellement urbain (M. Hadji-Gavril), du directeur de l’OPH, de quelques cadres de la ville et de l’OPH ainsi que d’une poignée d’élus muets.

Suivant une présentation à très grands traits de la Maire, un résumé fut projeté dans une langue de bois impeccable d’où rien ne ressortait vraiment.

Dans ce contexte la salle ne pouvait que s’enflammer. Les interpellations fusèrent révélant l’inquiétude des habitants à propos de bouleversements à peu près indiqués mais opaques dans leur temporalité et leurs modalités. Les questions du relogement, de la consistance du parc locatif suite aux démolitions/reconstructions projetées, du sort réservé à la copropriété des Joyeux surgirent avec grande force. La Maire botta en touche, renvoyant à une prochaine réunion le 6 juillet.

Le dossier complexe de La Maladrerie fut longuement abordé par des intervenants du Collectif qui dénoncèrent l’absence totale de concertation depuis l’arrivée de la municipalité Franclet.
Malgré quelques propos rassurants mais bien abstraits prononcés sur la question de l’architecture remarquable de la cité, la Maire fut durement secouée à propos des projets dits de « résidentialisation » qui contrediraient la conception originelle de la cité ouverte et par la destruction envisagée de pavillons.

D’autres questions occupèrent le débat sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement.

En fin de réunion, interpellée sur la non mise à disposition de documents concernant la rénovation urbaine, la Maire nia leur existence. Elle ne clarifia pas non plus le sort réservé à terme à la parcelle occupée par l’entreprise ENTRA, manifestement visée par des intentions spéculatives immobilières. Comme le fit observer un intervenant, en plus des problèmes généraux de la réhabilitation, il existe « un loup ENTRA » dans le dossier de La Mala !

Cédant à la pression de la salle, la Maire évoqua un fumeux compromis possible et, interpellée sur le classement de la cité, déclara n’y avoir pas pensé, ne pas connaître les procédures de classement, mais être prête à examiner la question. Comme quoi…

38 Messages

  • Compte-rendu à charge contre la maire (pour certains le vrai combat est là). On peut se reporter au document à télécharger sur aubervilliers.fr qui expose l’état du projet (un projet qui prendra 8 ans à être réalisé !) C’est assez précis.
    Evidemment, il faut s’opposer à la résidentialisation et à la démolition de deux pavillons ("désenclaver le coeur du quartier" : quelle stupidité !)
    Mais qui faudra-t-il convaincre ? La maire ou l’ANRU ?

    Répondre à ce message

    • A charge ? Le 29 juin à 15:48, par Lena

      J’ai participé à la réunion du 23 juin. Je trouve ce compte-rendu très exact.

      J’ai regardé le document publié sur le site de la ville. Il est sans doute issu de l’avis rendu par l’ANRU en mai. Or cet avis n’est pas public. Pourquoi ? Son existence a même été niée par la Maire et son adjoint chargé du renouvellement urbain. Or cet avis contient sans doute beaucoup de données parfaitement absentes du document publié sur le site de la ville.

      Pourquoi cet effacement ? La mise à disposition du document permettrait pourtant sans doute de comprendre des choses et notamment la fixette faite sur les pavillons de la Mala. Car comme le dit le compte rendu il y a manifestemnt un "Loup Entra dans le dosier de La Mala".

      Répondre à ce message

      • A charge ? Le 29 juin à 22:02

        ÇA ne répond pas à la question. Nous nous souvenons de l’échec de la première version élaborée sous Derkaoui/Daguet. Aujourd’hui, comment convaincre l’ANRU ?

        Répondre à ce message

  • Tout le monde sait qu’Entra vise une opération immobilière de 35 ou 38 logements et que la démolition des deux pavillons permettrait un accès. Le problème serait aussi l’accès aux voitures alors qu’un des atouts de la Mala c’est précisément l’absence de véhicules en son sein.

    Répondre à ce message

    • Cheval de Troie Le 30 juin à 10:02, par Léna

      Oui, c’est bien cela. Le problème c’est que l’on ne parle pas clairement. On dissimle les intentions, on évoque une mutation possible de la parcelle ENTRA.

      Les pavillons sont un obstacle aux opérations envisagées. Il faut donc les faire sauter sans en donner les raisons.

      On nage en pleine obscurité alors qu’il faudrait discuter des évolutions possibles du quartier, de sa densité, de l’élargissement de son caractère piétonnier.

      Mais tout cela contredit les calculs des promoteurs qui rodent autour de la mairie et y trouvent des oreilles très attentives.

      Heureusement, la veille citoyenne est bien présente.

      Répondre à ce message

    • "Tout le monde sait" Ah bon ? Vous pouvez nous en dire plus ?

      Répondre à ce message

      • Savoir Le 30 juin à 12:55, par Léna

        Non tout le monde ne sait pas, seules des rumeurs circulent.
        C’est ainsi quand la transparence fait défaut.
        Heureusement des citoyens vigilants débusquent les questions, les font surgir et ouvrent ainsi des espaces de débats. Il en est ainsi à propos du devenir d’Entra.

        Répondre à ce message

        • Savoir Le 30 juin à 14:25

          On se doute que la société Entra, en partant, va livrer aux promoteurs un bel espace. On pourrait espérer un jardin ou des terrains de jeux, mais ne rêvons pas. Mais pourquoi faudrait-il connecter ce nouvel ensemble à la Mala ? La Mala a des entrées aux quatre coins cardinaux, et notamment une, rue Danièle Cazanova qui débouche sur la place Jean Renoir. La Mala n’est pas "enclavée", c’est ridicule, c’est un îlot de verdure à protéger.

          Répondre à ce message

          • Savoir Le 4 juillet à 16:05, par Lionel

            Pour mémoire, il existait un débouché par l’allée Nicolas de Staël.
            Ce dernier a été fermé sans aucune concertation et ça n’a pas créer de mobilisations à l’époque (début des années 2000). Il est vrai que ce sont ceux qui se mobilisent aujourd’hui qui étaient à l’origine de cette première résidentialisation sauvage.
            C’est l’effet boomerang !

            Répondre à ce message

            • Savoir Le 7 juillet à 23:08, par On veut pas vivre dans un bunker

              Il faut dérésidentialiser le débouché de l’allée Nicolas de Staël. On arrive dans un cul de sac. Non aux fossoyeurs de l’esprit Maladrerie ! La cité doit rester ouverte !
              Qui sont les imposteurs qui ont fait ça !

              Répondre à ce message

            • Savoir Le 8 juillet à 10:51

              Vous parlez de quoi là ? De la copropriété ?

              Répondre à ce message

  • Dissimulation et éclaircissement Le 30 juin à 15:38, par Albert

    Vous faites état d’un document dont l’existence est niée par la Maire. De quoi s’agit’il ?
    De plus qu’est ce que cette histoire de classement. Pouvez-vous préciser ?

    Répondre à ce message

    • Documents Le 30 juin à 16:02, par Léna

      Le document dont l’existence est niée par la Maire n’est autre que le texte de l’avis rendu par l’ANRU suite à la réunion du comité d’engagement du 28 février 2022. Ce document contient aussi sans doute des recommandations pour la finalisation du projet, notamment des éléments financiers.

      Or, la publication de ce document est obligatoire et je ne comprends pas les raisons qui conduisent à sa dissimulation.

      Répondre à ce message

      • dissimulationS Le 30 juin à 16:49, par COCO

        Je crois me souvenir qu’il y a eu le même problème à propos d’une réunion des "conseils citoyens" en décembre 2021. Non seulement il n’y a pas eu de compte rendu de la réunion (qui n’avait rassemblée que quelques poersonnes) mais les documents supports à la réunion, qui avaient été présenté en séance, n’ont jamais été communiqués (malgré de multiples demandes) aux participants.

        Il y a donc bien désormais une tradition dans la dissimulation de documents.

        Répondre à ce message

        • Pan sur le bec ! Le 2 juillet à 15:18, par Coco

          Saisie par le Collectif des habitants et des associations, la Commission d’accès aux documents administratif, dans un avis rendu le 23 juin 2022 (avis n° 20222969) enjoint la Maire d’Aubervilliers à communiquer à toute personne qui en fait la demande "les supports d’information présentés aux conseils citoyens qui se sont tenus le 20 décembre 2021" ainsi que "toute pièce nécessaire que le règlement de l’ANRU désigne comme une obligation légale pour la compréhension du projet "NPRU" actuel dans les temes d’une co-construction avec les habitants".

          Une brèche s’ouvre donc peut-être en vue de la transparence.

          Répondre à ce message

    • Classement. En réponse à Albert. Le 1er juillet à 10:43, par Léna

      Je ne suis pas une spécialiste du "classement" mais je sais que La Maladrerie bénéficie depuis 2008 je crois d’un label "architecture remarquable du XXe siècle", autrement dit d’une reconnaissance qui a pour effet d’attirer l’attention sur cet ensemble architectural et de ne pas laisser faire n’importe quoi.

      Le classement à l’inventaire des bâtiments de France serait infiniment plus protecteur car il interdirait que l’architecture de la cité soit altérée et ovrirait la voie à des financements particuliers.

      Le Collectif des associations et des habitants soutient cette demande et a engagé des démarches auprès de la Direction régionale des affaires culturelles pour que le dossier soit traité.

      Que Mme Franclet, dans le feu d’une réunion publique, déclare son intérêt pour la démarche est positif. Mais cette réponse improvisée doit, bien sûr, être confirmée.

      Répondre à ce message

      • Classement. En réponse à Albert. Le 1er juillet à 16:22

        N’oubliez pas que cette cité est habitée, que les locataires attendent depuis des années une rénovation désormais urgente, parce que l’hiver ils gèlent, et suffoquent l’été. Donc, il ne faudrait pas Que tout soit repoussé aux calendes grecques.

        Répondre à ce message

        • Oui à la rénovation mais pas sans les habitants. Le 2 juillet à 14:30, par Léna

          La Mala a besoin d’une rénovation. C’est une évidence.
          Mais cette rénovation ne peut se faire sans les habitants qui s’inquiètent d’un pilotage d’en haut, autoritaire et dangereux dans certains aspects. Ils ne se satisfons pas de paroles creuses.

          Répondre à ce message

  • Renouvellement urbain  Le 2 juillet à 17:16

    Le NPNRU concerne deux grands secteurs de la ville et touche près de 45 000 habitants.
    - Le quartier Émile Dubois/Maladrerie
    - Le quartier Villette/4-Chemins

    Vous semblez ne vous intéresser qu’à la Maladrerie. Pourquoi ?

    Répondre à ce message

    • Nous n’oublions rien Le 2 juillet à 17:44, par Léna

      Vous l’avez peut-être remarqué mais le Collectif bataille depuis presque un an pour obtenir des infos. Il s’est heurté au silence de la Maire et de son équipe ainsi que de l’OPH.

      A force de travail il est parvenu à une certaine connaissance du dossier. Sur La Maladrerie les questions de l’évolution du quartier sont suivies depuis très longtemps et un important patrimoine de réflexions existe ce qui facilite beaucoup les analyses possibles.
      .
      Le dossier de La Mala vient d’être officiellement entrouvert et des informations plus nombreuses sont désormais accessibles. Il est donc bien normal de mettre pour l’instant l’éclairage sur ce quartier très complexe.

      Dès que des éléments concernant les autres quartiers seront connus nous les analyserons bien sûr avec grande attention car des démolitions très importantes sont semble t’il envisagées et des consntructions vont manifestement poser problème. Il y a aussi le facteur humain (le relogement des habitants) dont on sait à ce jour peu de choses et les changements de population envisagés.

      Malgré toutes les difficultés nous essaierons d’effectuer une veille citoyenne de qualité. Aidez-nous à la réussir.

      Répondre à ce message

  • Aménagement de la ville Le 30 juillet à 17:00, par Promoteur immobilier

    Avis de participation par voie électronique
    Du mardi 16 août 2022 au vendredi 16 septembre 2022 inclus

    Par arrêté en date du 25 juillet 2022, Madame le Maire d’Aubervilliers, Karine Franclet, a ouvert la participation par voie électronique pour le projet de construction d’immeubles d’habitations de 300 logements, 530 m² de surfaces commerciales, 4 parcs de stationnement en sous-sol, réhabilitation des bâtiments patrimoniaux et création d’une nouvelle voie au 49 à 63 avenue de la République à Aubervilliers.

    Répondre à ce message

    • Aménagement de la ville Le 30 juillet à 17:10, par Promoteur 2

      Une opération immobilière est prévue sur la parcelle de terrain du 54, avenue de la République. Il s’agit de la construction de 103 logements en accession en R+5 et R+6 avec 3 commerces en RDC. Le démarrage des travaux, est prévu pour cette fin d’année 2022.

      Répondre à ce message

      • Aménagement de la ville par le vide Le 30 juillet à 18:27, par On fait quoi ? Rien !

        Le marché du Vivier, implanté dans le quartier Villette depuis 1868, vient, en catimini de fermer ses portes définitivement. Une fermeture faîte dans l’indifférence totale des "autorités" locales mais aussi des principaux responsables politiques de droite comme de gauche. Il n’y a plus aucune dynamique de révolte dans cette ville.

        Répondre à ce message

        • Aménagement de la ville par le vide Le 30 juillet à 22:09, par Le concombre masqué

          La Municipalité profite abusivement de la période au cœur de l’été pour fermer ce marché historique et privé ainsi les habitants d’un équipement accessible à tous.
          On peut en effet s’étonner du silence des communistes locaux. On pouvait espérer des actions pour défendre ce marché. C’est décevant.

          Répondre à ce message

        • Aménagement de la ville par le vide Le 2 août à 09:28, par Lionel

          Il existe un site Facebook qui a été ouvert et mis à disposition des habitants

          Collectif villette

          Répondre à ce message

  • Renouvellement urbain : ça tangue pour Mme Franclet ! Le 30 juillet à 22:22, par Le concombre masqué

    Deux opérations immobilières face à face : la Maire passe à la vitesse supérieure dans la vente de la ville aux promoteurs privés et dans la betonnisation de la ville.
    J’avais cru comprendre que la parcelle entre le 49 et le 63 avenue de la République était destinée à accueillir une mediatheque et le cinéma Le Studio avec trois salles. J’ai mal compris ou la Maire a changé d’avis et laisse de côté les équipements culturels ?

    Répondre à ce message

    • Renouvellement urbain Le 1er août à 10:19, par Ça bétonne !

      L’écoquartier du Fort d’Aubervilliers et ses 1800 logements commencent à sortir de terre.

      Conçu en 2014, ce projet immobilier doit aboutir à la création de près de 2000 logements.

      La première tranche, compte 900 logements au total ainsi qu’un groupe scolaire de douze classes. Il y aura en tout 30 % de logements sociaux, répartis sur les trois tranches de travaux.
      Commerces annoncés : un Carrefour de 2 800 m², un Fitness Park et un centre médical occuperont les pieds des tours.

      Répondre à ce message

      • Renouvellement urbain Le 1er août à 10:27, par Écolo

        Préciser qu’une deuxième tranche prévoit le même nombre de logements que la première, mais avec une part plus faible de logements sociaux, et avec 13 hectares d’espaces verts organisés autour des contreforts du site historique.

        Répondre à ce message

    • Non la maire n’a pas changé d’avis, c’est la ville qui a changé de maire en 2020.

      Répondre à ce message

    • Certains n’avaient pas cru au slogan de la maire :"Changeons Aubervilliers", comme si Aubervilliers était destinée à rester éternellement une des villes les plus pauvres de France.
      Et, évidemment, remettre un peu de mixité sociale çà passe par l’immobilier.
      Mais bien des projets ne l’avaient pas attendue : le nouveau quartier du Fort, et sa piscine, la rénovation ANRU de plusieurs quartiers, etc...
      Mais changer une ville en améliorant la qualité de vie, ce qui est le voeu de tous, çà prend au moins 20 ans (voir Pantin).

      Répondre à ce message

Répondre à cet article