La BNP discrimine et stigmatise à Aubervilliers

mercredi 15 décembre 2021

Dans un article du 13 décembre 2021, le journal Le Monde a révélé que la BNP a décidé de mener dès 2022 un projet « pilote » pour répartir différemment ses clients au sein de ses deux agences d’Aubervilliers.

Ce projet consisterait à concentrer les clients qu’ils appellent « peu autonomes » c’est-à-dire les clients qui sont confrontés à des problèmes économiques en raison du chômage, victimes des bas salaires et des faibles pensions de retraite ou encore les bénéficiaires des minimas sociaux, à l’agence des quatre-chemins qui se situe dans un quartier où les inégalités sont extrêmement importantes. En revanche, les clients dits « à potentiel » ceux qui quant à eux ne seraient pas confrontés aux difficultés de la vie et ont la possibilité d’investir seraient accueillis dans un environnement que la BNP considère plus apaisé et plus sécurisé à l’agence du centre-ville. 7
Un tel vocabulaire et une telle décision sont un véritable scandale tant sur plan de la discrimination que sur le plan de la stigmatisation des habitants de notre ville et de notre département.

Concrètement, quelles seraient les conséquences d’un tel laboratoire d’expérience pour la BNP ?

Nous pouvons imaginer, qu’à terme, cette décision pourrait entraîner des attentes interminables au guichet , ou pire, même la fermeture définitive de l’agence pour les clients qu’ils considèrent « peu autonomes » avec comme excuse le manque de rentabilité ou l’insécurité par exemple. Ce serait donc un service de moindre qualité qui pourrait avoir de graves conséquences pour ses clients.

Nous n’acceptons pas que les habitants d’Aubervilliers qui subissent déjà au quotidien les inégalités de l’État en matière de sécurité, de justice et d’éducation dans le département de la Seine-Saint-Denis, dénoncées dans le rapport parlementaire du 31 mai 2018, puissent une nouvelle fois être les victimes d’une discrimination et d’une stigmatisation non dissimulées du système bancaire en fonction de leur profil socioprofessionnel.

Les communistes d’Aubervilliers demandent à la BNP le retrait immédiat de ce projet et vont saisir le Défenseur des droits pour lutter contre cette discrimination et pour promouvoir l’égalité. De plus, nous exigeons une réaction de la Municipalité qui ne peut accepter cette rupture d’égalité contraire aux principes de la République.

1 Message

Répondre à cet article