Soutien à la communauté éducative

Communiqué de la section d’Aubervilliers du Parti communiste français

mercredi 4 novembre 2020

Le mercredi 28 octobre dernier, Emmanuel Macron annonçait un nouveau confinement. Suite à la catastrophe que fut le premier pour des millions d’élèves, le gouvernement a décidé de laisser les établissements scolaires ouverts.

Malheureusement, les conditions ne sont pas au rendez-vous pour assurer une bonne gestion de la crise sanitaire en milieu éducatif. Pire, les manques de moyens passés, dénoncés depuis des années, se font encore plus ressentir.

Au niveau national, nos écoles, collèges et lycées ont accueilli 300 000 élèves de plus en 10 ans, alors que dans le même temps le nombre de professeurs a chuté de
40 000.
En Seine-Saint-Denis, il manque 32 médecins scolaires et 5 postes de CPE pour 2800 collégien.ne.s et lycéen.ne.s en plus.

Depuis la rentrée, ce lundi 2 novembre, les conditions sanitaires ne permettent pas d’assurer un accueil serein et sécurisé des élèves : manque de personnel pour nettoyer les salles, manque de masques fournis par l’Éducation Nationale, un accueil de tous les élèves qui ne permet pas de respecter les préconisations sanitaires, des classes toujours aussi surchargées et dans certains cas des cours de récréation trop exiguës.

Les enseignants et les professeurs ont saisi leur direction et l’inspection académique pour tirer la sonnette d’alarme !

Parmi leurs principales revendications, la tenue de cours en demi-groupes afin de réduire le nombre d’élèves dans les établissements pour assurer la distanciation physique en classe et limiter le brassage des élèves dans les couloirs.

A Aubervilliers, face au refus de leur direction de banaliser des cours pour adapter le protocole sanitaire aux réalités locales, certaines équipes ont dû faire jouer leur droit de retrait – au risque de ne pas être payées.

Soutien à la communauté éducative : parents, élèves, enseignants !

Les communistes d’Aubervilliers assurent tout leur soutien à l’ensemble de la communauté éducative, aux élèves et aux parents.
Nous serons à leurs côtés dans la lutte pour obtenir des moyens humains et financiers pour leur santé, des conditions d’accueil et d’enseignement dignes.
Comme eux, nous sommes attachés à ce bien commun qu’est notre École, aux valeurs d’égalité et de solidarité, qu’ils défendent si bien.

C’est pourquoi, nous exigeons un pacte pour une école de l’égalité pour tou.te.s, avec l’embauche immédiate de personnel en fonction des besoins éducatifs, l’augmentation des salaires dans l’Éducation Nationale et la création d’un observatoire des inégalités sociales dans la réussite scolaire.

Répondre à cet article