Ah, Monsieur Darmanin

par Patrick Le Hyaric

mardi 31 mars 2020

Ah, Monsieur Darmanin

Il ne manquait plus que ça ! Il faut bien donner son décor à « l’union sacrée » décrétée par le pouvoir, fut il en carton-pâte. Ainsi, M Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics – autrement dit « du budget soumis aux critères de stabilité » – et zélateur d’une politique fiscale inégalitaire comme jamais, sort ses grands airs pour appeler les Français, particuliers comme entreprises, à abonder un fonds de solidarité. Solidarité ! Heureux que vous ayez retrouvé ce mot.

Ce fonds est selon vos mots M. Darmanin « une façon [pour les entreprises et les particuliers] d’apporter leur contribution à l’effort de solidarité de la nation ». Il y a un mot pour cela, M. Darmanin, l’impôt ! L’impôt que vous êtes évertués à dénigrer et à rendre injuste au nom d’un imaginaire ruissellement. L’impôt que vous avez amputé de 4 milliards d’euros de recettes par an en exonérant d’ISF les actifs financiers. L’impôt qui sert à éponger, chaque année, les 40 milliards d’euros de cotisations dont vous avez exonéré les entreprises. L’impôt sur les sociétés que vous avez abaissé. L’impôt sur le capital que vous avez transformé dans ce concept « globish » de « Flat-Tax pour cacher le petits cadeaux à la finance. Et, puis pourquoi avoir baissé pavillon devant les géants du numérique qui ne font aucun effort pour le bien commun au moment même où les travailleurs vivent dans l’angoisse avec un « salaire de la peur »

Votre prétendu « nouveau monde » renoue ainsi avec la charité d’ancien régime. Elle permettra aux plus riches de soulager s’ils le souhaitent leur mauvaise conscience – ce qui n’est jamais gagné-, et aux moins riches de culpabiliser, tant il est vrai que la culpabilité peut être un ressort pervers pour mettre au pas la population. Mais en aucun cas de créer les conditions d’un nouveau contrat social.

Ah, Mr Darmanin les Français, ne réclament pas la charité. Et les classes populaires, les travailleurs n’ont pas attendu qu’une parole ministérielle les enjoigne à la solidarité : elle se manifeste au quotidien, dans le village ou dans la cité, par mille et un gestes envers les personnels soignants, les personnes vulnérables. Et les salariés montés au front pour faire tourner le pays le font avec un sens du devoir qui a depuis bien longtemps quitté les actionnaires gloutons auxquels vous avez eu tant de mal à dire qu’ils devront se passer cette année de leurs dividendes. Encore qu’on demande à voir. Rétablissez l’ISF, imposez les revenus financiers, chassez l’évasion fiscale, interrogez les compagnies d’assurance et les banques : voilà ce qui serait une vraie « contribution à l’effort de solidarité de la nation ». On vous aiderait à le faire Mr Darmanin.

Patrick Le Hyaric

Répondre à cet article