Jack Ralite nous a quittés il y a deux ans.

mercredi 13 novembre 2019

« La vie n’est pas ce que l’on a vécu, mais ce dont on
se souvient et comment on s’en souvient »
(Gabriel Garcia Marquez)

Jack Ralite était un de ces hommes inventifs, capable d’audace pour tenter de faire naître un autre avenir. La prééminence de l’homme sur l’argent, la dignité, la liberté de conscience, le refus des inégalités et des exclusions ont été de tous ses combats quotidiens. Il avait Aubervilliers au cœur, infatigable, passionné, capable de rassembler dans le respect et la diversité, ne cédant jamais sur l’essentiel, il y avait pour lui toujours urgence d’un futur meilleur. Délaissant les querelles politiciennes et partisanes il ne voyait d’issue que vers l’avant pour réinventer sans cesse l’avenir. Il laisse un grand vide et va nous manquer. Même s’il est parti par un chemin où il n’y a pas de retour possible, on ne l’oubliera pas car, comme dit « Miguel de Cervantès » : « Il n’y a point de souvenir que le temps n’efface, ni de douleur que la mort ne dissipe ».

Gérard Del Monte
1er adjoint de Jack Ralite jusqu’en 2003

Deux ans déjà ’et son infatigable intervention pour la culture,les artistes, les poètes nous manque. Souvenons-nous : "Un peuple qui abandonne son imaginaire à l’affairisme se condamne à des libertés précaires ". Hélas plus vrai que jamais ! On le sait, Jack avait le sens de la formule,des citations ravageuses sans jamais sacrifier le fond. C’est un honneur d’avoir pris plaisir de travailler si longtemps avec lui.

Lucien Marest

Répondre à cet article