Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ?

jeudi 3 octobre 2019

Voici la deuxième partie de la contribution de notre camarade André Narritsens sur la question de l’unité à gauche (la première partie a été publiée le 25 septembre dernier).

Au soir du scrutin des européennes Meriem Derkaoui constatait qu’Aubervilliers restait une ville ancrée à gauche mais notait les bons scores de la droite et de l’extrême droite. Elle soulignait la nécessité de s’unir face à ces dangers et affirmait sa volonté de travailler au rassemblement de toute la gauche. La décision des communistes de confier à la maire sortante la responsabilité de la bataille des municipales s’est réalisée sur la base de cette analyse.

Mais quelle est donc la situation des gauches à Aubervilliers et une volonté d’unité se manifeste-t-elle ?

Une union s’est déjà concrétisée en 2014 avec EELV, Ensemble !, le Parti de gauche, une composante associative et s’est renforcée en cours de mandat avec l’arrivée du PRG. Le courant issu du mouvement associatif s’est cependant autonomisé et paraît disposé à poursuivre dans cette logique, ce qui est en soi regrettable mais confirme sans doute l’existence de désaccords (qu’il conviendrait d’expliciter) en ce qui concerne le devenir de la ville.

Le scrutin européen a provoqué des effets importants dans le Parti socialiste qui soulèvent des problèmes nouveaux. Le Parti socialiste a littéralement implosé, ne conservant qu’une section officielle résiduelle qui après avoir soutenu la candidature Macron persiste dans cette orientation, a quasiment effacé son étiquette socialiste, et se déclare ouverte à des combinaisons politiques douteuses qu’elle habille sous un slogan plus qu’ambigu : « Réveiller Aubervilliers ».

L’implosion du PS a provoqué des segmentations groupusculaires : un petit groupe a rejoint le courant créé par Benoît Hamon (Génération-s), un second (dans lequel figure E. Yonnet)²s’est agrégé à des éléments issus des anciens de la liste présente lors du scrutin de 2014, 100% Aubervilliers, sous le sigle R2A (« Rassemblement pour l’avenir d’Aubervilliers »), un troisième courant vient de se manifester sous la dénomination Gauche républicaine et socialiste qui se situe grosso modo dans l’orientation Maurel-Lienemann. La France insoumise, très invisible sur la ville et sans figure locale affirmée, se contente de faiblement relayer le discours national. Les intentions électorales concrètes de ces divers groupements n’étant pour l’heure guère explicites, la section locale du PCF a rencontré, cet été et en cette rentrée, tous les courants de gauche identifiables sur la ville afin que soient clarifiées les analyses et positions de chacun.

Observons également que Jean-Jacques Karman s’est engagé dans une curieuse campagne qui laisse cependant entendre une volonté unitaire de principe. S’il est fidèle à ses engagements il devrait à terme rejoindre la démarche impulsée à Aubervilliers par le PCF, parti dont il est membre.

Dans ce paysage pour l’heure marqué par beaucoup trop d’incertitudes, l’accord qui vient d’être signé entre les communistes et les écologistes d’Aubervilliers est de grande importance : il pose la première pierre d’un rassemblement unitaire fondé sur le partage de valeurs et d’objectifs communs.

Je considère pour ma part que les communistes d’Aubervilliers doivent poursuivre leurs efforts unitaires. Ils ne peuvent que souhaiter que les clarifications nécessaires s’opèrent rapidement afin que s’engage avec la population la définition des objectifs à défendre au cours des prochaines années.

31 Messages

  • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 4 octobre 2019 à 06:24, par Y-a-t-il des élus dans cette ville ?

    Cet article, est bien descriptif même s’il laisse apparaitre en creux le ralliement prochain de certaines entités à la maire, PRG, Filoche... Malheureusement, il n’aborde pas les raisons de l’atomisation de la majorité actuelle liée à des problèmes de fond. Il faut quand même mesurer qu’on a le sentiment de ne plus avoir d’élus dans cette ville. Que c’est la maire avec un cabinet non élu qui décide. Il suffit de lire les publications de la ville où seule la maire apparait. Ca tranche avec le bilan de mandat du maire de notre ville voisine, Saint-Denis, extrêmement complet dans lequel l’image du travail d’équipe de la municipalité est réelle. Comment dans ces conditions parler de démocratie participative si même la municipalité n’existe plus ? Elle pouvait un temps sembler écrasée par la personnalité de Jack Ralite, mais comparons ce qui est comparable.

    Malheureusement, oui, malheureusement ce texte élude les questions de fond et confirme la tambouille politicienne qui resortait du premier texte.

    Répondre à ce message

    • Descriptif ? Le 4 octobre 2019 à 11:38, par Francis

      J’ai cru comprendre que le texte incriminé était la simple opinion d’un militant qui raisonnait à partir des informations qu’il détenait. Il me paraît clair qu’il s’agit d’un texte informatif par nature et que les analyses plus fondamentales viendront prochainement. Je pense que les différentes formations évoquées dans la contribution vont faire connaître leurs intentions et ne resteront pas dans le flou très longtemps. Le mérite de la section du PC est de poser les cartes sur la table de manière sereine.

      S’agissant des élus évanouis, je crois que l’on a affaire à une sorte de fantasme. Je ne crois pas que les finances, l’OPH, le logement, la Santé, la propreté et l’environnement, la sécurité... soient délaissés. Bien au contraire.

      Venons-en au débat,et à la construction, c’est l’essentiel.

      Répondre à ce message

      • Descriptif ? Le 4 octobre 2019 à 18:45, par Y-a-t-il des élus dans cette ville ?

        Merci à francis de nous avoir indiqué qu’il y avait des élus dans cette ville, je ne m’en étais pas aperçu ! A la mairie, je n’ai vu aucun trombinoscope, dans le journal municipal ils n’apparaissent pas, peut-être qu’il faut aller dans le bilan de mandat pour les voir ?

        Répondre à ce message

    • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 4 octobre 2019 à 11:56, par Il est déjà trop tard

      Dans un contexte de crise de la démocratie représentative il est urgent de renouveler à la fois les pratiques et les élus municipaux. Si les élus ne sont pas capables de voir que le monde de demain s’administrera autrement, il faut les remplacer. La question n’est pas l’union des gauches politiciennes, le débat est ailleurs. Il faut mettre fin aux dérives des fonctionnements qui conduisent à croire que la com du cabinet de la maire va tout solutionner. Il existe un climat de défiance envers les élus à cause de l’accaparement du pouvoir par la maire qui va leur revenir comme un boomerang en mars 2020.

      Répondre à ce message

      • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 5 octobre 2019 à 00:19, par farid

        Il n’existe aucune défiansme envers la Maire. Tout ça c’est bidon. On kiffe voir la ville prendre son essort et veut voir les résultats.

        Cela relève du groupuscule qui pense que tout le monde peut devenir maire. C’est un peu la mode en ce moment.
        Le keum pense qu’il connaît 100 personnes, il peut devenir Maire. C’est n’importe quoi !
        C’est bidon.

        Autour de moi, c’est fini, la Maire a tué le Game avec son accord avec les verts. C’est l’alliance et tout le monde me dit qu’il vont voter Meriem. En plus, elle est de chez nous. Elle représente.

        Sinon, c’est quoi ? Le débat, c’est réglé. C’est plutôt comment on agit avec elle.

        Répondre à ce message

  • Retour au réel ? Le 6 octobre 2019 à 16:19, par Gérard

    Jean-Luc Mélenchon vient de déclarer qu’il n’y aurait pas de listes insoumises aux municipales mais que des insoumis pourraient rejoindre des listes progressistes. C’est un bonne nouvelle qui mérite cependant d’être concrètement précisée.

    Répondre à ce message

    • Retour au réel Le 6 octobre 2019 à 17:56, par Gérard (un autre pas le même que le précédent)

      C’est une position intéressante localement que nous donne "@Gérard" d’autant que selon un sondage "ELABE BFMTV" à la question question : "Pour chacune des élections suivantes (municipales, régionales, présidentielles), quelle est la probabilité que vous votiez pour "La France Insoumise" : 24% des sondés répondent "probable" pour les élections municipales dont 17% très probable.

      Ce sondage a été effectué le 18 septembre 2019 en plein procès politique conte LFI et JL Mélenchon.
      Malgré cette période négative pour LFI ce résultat montre qu’il existe une réelle dynamique qui peut donner du poids aux listes citoyennes soutenues par LFI.

      Cela étant pas d’affolement, il s’agit juste de probabilité et pour l’instant aucune liste citoyenne n’est déclarée à Aubervilliers contre la liste de large rassemblement de Mériem Derkaoui.

      Répondre à ce message

      • Rassembler ou diviser ? Le 6 octobre 2019 à 18:29, par Gérard

        Gérard 2 n’envisage qu’une liste citoyenne pour combattre et battre Mériem Derkaoui.

        C’est une drôle de façon de concevoir l’unité à gauche. Dans les faits c’est combattre tout rassemblement sur des bases de gauche.

        La tambouille politicienne n’est pas morte. Le bon sens, je l’espère, saura la mettre en échec.

        Répondre à ce message

        • Imposer ou s’ouvrir aux autres sans hégémonie et à égalité ? Le 6 octobre 2019 à 20:25, par Gérard (un autre pas le même que le précédent)

          Relax @Gérard(1), fais donc confiance à la stratégie et à la lucidité de Mériem Derkaoui pour réussir son large rassemblement. Regarde elle à déjà brillamment réussi à gagner Monino comme défenseur incontesté de l’écologie locale. Tout va bien, rien n’est perdu puisqu’à ce jour aucune liste citoyenne n’est déclarée, JJ Karmann lui même n’a rien décidé de définitif, le PS est fragilisé et incapable de mettre d’accord ses propres troupes, Les macronistes avec le renoncement de Aïdara abandonnent la bataille d’Aubervilliers, rien ne montre que le RN avec sa candidate débutante a vraiment l’intention et la capacité de faire une liste, Karroumi est condamné par sa jeunesse et son obsession à ne faire que des selfies et des égos-portraits sur facebook. Un peu patience et de calme @Gérard(1), tout va venir naturellement : Hafidi et Chouder et peut-être même le groupe "Ensemble" préparent leurs ralliements au nom de l’union de la gauche et il va bien sûr se trouver quelques citoyens et citoyennes non encartés pour réaliser une bonne liste bien à gauche comme au bon vieux temps. En fait il restera à affronter Karine Franclet de l’UDI qui ne s’entendra pas avec LR ce qui va pousser Damien Bidal à tenter sa chance. Tout ce méli-mélo politique va faire un beau fiasco. Autant dire que c’est dans la poche tu peux dormir tranquille @Gérard(1).

          Répondre à ce message

  • Sur le sentier de la guerre Le 13 octobre 2019 à 16:11, par Cassandre

    Le site de la section d’Aubervilliers du Parti socialiste, muet depuis le 28 mai 2019, informe, par l’intermédiaire d’un billet signé Marc Guerrien, secrétaire de la Section, qu’un vote interne au Parti a exprimé sa confiance en faveur de sa candidature pour les élections municipales de mars prochain.

    Le soutien est quasi unanime puisque M. Guerrien a recueilli 94% des suffrages exprimés (on ne connaît pas le nombre des votants).

    L’orientation d’effacement du PS est ainsi confirmée de même que la volonté "d’affrir une alternative crédible à l’actuelle majorité municipale". En clair cela signifie que M. Guerrien conduira une liste contre celle que pilotera Meriem Derkaoui.

    La droite du PS, qui a soutenu la candidature d’E. Macron lors du srutin présidentiel, vient donc d’abattre ses cartes locales. On attend avec impatience de connaître ceux qui, ayant laissé tomber dans les faits toute référence de gauche, s’embarqueront pour cette aventure.

    On notera avec le plus grand intérêt que M. Guerrien a décidé, à l’issue de ce scrutin, de se "mettre en retrait de ses responsabilités partisanes". De ce fait le PS se retrouve sans secrétaire, ce qui ne changera pas grand chose.

    Répondre à ce message

    • Sur le sentier du rassemblement à gauche Le 13 octobre 2019 à 19:19

      Marc Guerrien (page facebook)

      Je remercie les adhérents du Parti Socialiste d’Aubervilliers pour la confiance qu’ils m’ont témoigné à l’occasion du scrutin organisé hier en prévision des élections municipales de mars 2020.
      Avec 94 % de suffrages exprimés en faveur de ma candidature, ils ont signifié de façon claire et sans ambiguïté leur volonté de s’inscrire dans la démarche ouverte et citoyenne de rassemblement des habitants sur la base d’un projet de gauche pour développer de façon ambitieuse et solidaire les quartiers populaires de notre ville, et améliorer les conditions de vie de chacun au quotidien.
      Le projet "Réveiller Aubervilliers" a vocation à se poursuivre en s’ouvrant davantage encore, en développant des partenariats élargis. Il est maintenant de notre responsabilité de trouver des convergences avec toutes celles et ceux parmi les mouvements de gauche, écologiques et citoyens locaux qui veulent construire une alternative crédible à l’actuelle majorité municipale à bout de souffle, divisée, en incapacité d’agir, et au bilan plus que contesté.
      C’est ce à quoi nous allons nous atteler collectivement dans les semaines à venir, et la raison pour laquelle j’ai décidé à l’issue de ce scrutin de me mettre en retrait de mes responsabilités partisanes pour pouvoir mener cette campagne de façon libre et ouverte, en faisant toute leur place à d’autres, dans l’intérêt supérieur d’Aubervilliers et de ses habitants, qui méritent lors de cette prochaine élection municipale un véritable débat démocratique, constructif et transparent, se fondant sur les enjeux locaux et répondant aux attentes réelles des citoyens.

      Répondre à ce message

      • Sur le sentier des chemins qui bifurquent Le 13 octobre 2019 à 20:54, par Cassandre

        Guerrien c’est la guerre à partir des casemates archies pourries des « socialistes » macroniens. Ignorez les tenues de camouflage. Ce sont des anticommunistes patentés ennemis de la gauche et amis des promoteurs immobiliers. Que se vayan (qu’ils s’en aillent) !

        Répondre à ce message

        • Au PS on a voulu insulter l’avenir, voilà le résultat ! Le 14 octobre 2019 à 07:13, par Gérard 3 qui n’est ni le 1 ou le 2

          Pensez vous vraiment que Guerrien vaillent tant d’anathèmes ? D’abord c’est pas très sympathique, ensuite, il annonce clairement la couleur. Il a fait le choix de l’implosion du PS amorcée lors de la présidentielle où nombre de responsables PS ont fait le choix Macron, tournant le dos aux sympathisants qui avaient voté Hamon. Puis il a persévéré dans cette voix, en niant le parti socialiste. Là en se plaçant au dessus du (des partis), il fait un choix grandiloquent qui est en réalité aussi pathétique que ridicule. C’est dommage car il y a des restes du PS dans le département. Et sans doute, l’unité du PS méritait-elle d’être au moins envisagée, au moins travaillée. A quoi assiste-t-on aujourd’hui ? Une forme de rassemblement résiduelle du PS, des verts, de quelques citoyens, des socialistes qui lorgnent vers les loosers de Génération-s, d’autres qui sont dans la nature...
          Adieu dynamique, pendant se temps, Karman engrange ses signatures qui viennent à lui comme les petits enfants… Et personne n’y porte attention ! Tant mieux pour lui !

          Répondre à ce message

          • Quid du PS ? Le 14 octobre 2019 à 09:59, par Albert

            Le post passablement embrouillé de Gérard 3, me suggère cependant les réflexions suivantes :

            - comment penser à l’unité du PS sans les socialistes ? La tâche m’apparaît herculéenne ;

            - que penser des signatures glanées par JJK ? A lire attentivement les noms, ce qui frappe c’est le côté annuaire téléphonique, le fait que l’on n’y connaisse pas grand monde.
            - d’autre part que signifient ces soutiens ? S’agit-il d’une simple volonté d’affirmer une nécessaire orientation de gauche ou bien d’installer une sorte de comité electoral en vue de l’élection ?

            En tout cas, ce qui est sûr, c’est que la clarté n’est pas au rendez-vous.

            Répondre à ce message

            • Quid du PS ? Le 14 octobre 2019 à 10:53, par Gérard 3 qui n’est ni le 1 ou le 2

              @ Albert, le problème du PS, c’est le problème du PS, je ne crois pas que mon post dise autre chose. Je ne sais pas si Albert est communiste ou socialiste, mais concernant les premiers, je crois qu’ils ont suffisamment à faire dans leur boutique pour y promouvoir la démocratie interne et les seconds pour gérer leur implosion.
              Si Albert ne reconnait pas dans les signatures de JJK certains noms, c’est peut-être qu’il est en déconnexion avec la ville réelle qui ne se résume ni à la section du parti socialiste, ni à celle du parti communiste, ni à l’adhérent des verts ou aux deux du PRG, ou encore quelques collectifs alternatifs. Il y a dans cette ville des gens qui votent, y compris avec leur pieds ce qui est une donnée incontournable. Dans un annuaire téléphonique, il y a des femmes et des hommes dont l’existence ne peut être niée. Ils ont le droit d’aspirer à une ville meilleure, au même titre que les trente adhérents du PCF qui ont voté pour la candidature de Meriem Derkaoui comme tête de liste pour les élections ou les 94% de socialistes qui ont voté pour Marc Guerrien, ou encore 100% Aubervilliers qui a désigné Zishan Butt pour les représenter.
              Quand à la démarche de JJK, la balle est dans le camp du PCF qui soutient encore Meriem Derkaoui puisque semble-t-il, JJK attend toujours une rencontre avec la section. Pour l’heure, la situation me semble très claire et de toute façon, la clarification ne passe pas par la démarche qui consiste à faire le vide. Sinon, ça déborde et le bateau prend l’eau...

              Répondre à ce message

  • Ah ! Karman n’est pas bien en cour sur ce site ! Dame Censure a ressorti ses ciseaux.
    La tentative de putsch du vieux caïman se précise. Son ambition de mettre ses pas dans ceux de son père est la plus forte. Ça n’avait pas marché contre Ralite (de peu !) mais là contre Derkaoui, il doit se dire que c’est maintenant ou jamais.

    Répondre à ce message

  • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 18 octobre 2019 à 00:17, par Parti Socialiste d’Aubervilliers

    Les 186 adhérents inscrits sur la liste électorale d’Aubervilliers et à jour de cotisation le soir du vote, qui ont fait à 94% d’entre eux le choix de désigner Marc Guerrien comme leur candidat du Parti socialiste pour les élections municipales de mars 2020 seront certainement sensibles, avec tous leurs amis, à la bienveillance avec laquelle aura été accueillie ici la nouvelle de l’existence d’une alternative à gauche à la terrible impasse dans laquelle notre ville se trouve aujourd’hui. Il suffit de lire ce blog, et de vivre et se promener dans les rues d’Aubervilliers, pour comprendre. Sans cet espoir, sans cette offre alternative à gauche, notre ville serait vraisemblablement promise à la droite, qu’elle soit macronienne ou autre. Ne l’oublions pas et gardons le respect de chacun. À bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

    • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 18 octobre 2019 à 15:52, par Respect

      Qui peut croire un instant que la section du PS d’Aubervilliers compte 186 adhérents ?
      Qui peut croire en un choix puisqu’il n’y avait qu’un seul candidat ?
      Qui peut croire en une alternative à gauche quand la tête de liste aujourd’hui désignée a appelé à voter A. Aidara, candidat d’E. Macron, en 2017 ?

      Que ce site respecte les opinions de tous est à son honneur.
      Que ses contributeurs se mettent au diapason et respectent un tant soit peu les citoyens d’Aubervilliers.

      Répondre à ce message

      • La maire et la majorité municipale comme le pc devraient se montrer humbles et cesser de croire que la victoire est acquise en mars 2020. La modestie ne semble malheureusement pas à l’ordre du jour et pourtant beaucoup attendent un signe appelant toutes les forces citoyennes à construire un projet commun en commun et cela sans l’hégémonie qui s’applique aujourd’hui. Oubliez les accords et les alliances de façades entre partis politiques et recherchez plutôt un en-commun avec les acteurs et les actrices du mouvement social, syndical et associatif. Vous dénoncez le ps et demain vous allez courrir derrière pour le second tour. Vous croyez que le ralliement politicien et intéressé de JF Monino vous assure le soutien du "monde" écolo alors que celui-ci ne représente rien dans ce domaine.

        Répondre à ce message

        • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 24 octobre 2019 à 08:03, par jean

          Voilà ce qu’il représente dans le monde Ecolo.
          membre de Greenpeace de 1986 à 1995
          membre des Verts depuis 1996 à Aujourd’hui.
          president du groupe des élus verts au conseil municipal de 2001 à 2014
          plus de 18% sur son bureau de vote pour EELV au dernière Élections
          et si vous vous posez la question de pourquoi EELV part avec la Maire c’est
          simplement par ce qu’ils ont voté 100% de toutes les décisions entre 2014 et
          maintenant et qu’ils sont en accord avec la Maire sur les questions environnementales . (Axe, régie publique de l’eau, Plui, transports, etc.)

          Répondre à ce message

          • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 24 octobre 2019 à 09:38, par Que d’eau

            Parceque c’est quoi la position de la Maire sur la régie publique de l’eau ?
            Quelle position elle a sur ce sujet à Plaine Co ?

            Répondre à ce message

            • La question est plutôt l’intérêt des Albertivillariens.

              Pour rappel un syndicat d’économie mixte peut aussi constituer une régie publique.

              Car pour une régie simple, la collectivité compétente assure avec son propre personnel la gestion du service (eau, transports, cantine, piscine, etc.). Elle procède à l’ensemble des dépenses et à leur facturation à l’usager. Elle peut faire appel à des prestataires extérieurs mais les rémunère directement dans le respect du code des marchés publics. C’est un simple service de la collectivité. Il peut présenter un caractère industriel et commercial et faire à ce titre l’objet d’un budget spécifique.

              Les collectivités territoriales, leurs établissements publics, les établissements publics de coopération intercommunale ou les syndicats mixtes, peuvent aussi constituer une régie pour l’exploitation directe d’un service public après avoir recueilli l’avis de la commission consultative des services publics locaux. Ces régies, soumises au contrôle de la Chambre des Comptes ou du « Pôle national d’apurement administratif (PNAA) » selon le cas, peuvent avoir la forme de :

              régie autonome : elles sont dotées d’une simple autonomie financière,
              régie personnalisée : elles disposent, lorsque le conseil municipal ou le comité du syndicat en a décidé ainsi, de l’autonomie financière et de la personnalité morale. Dans ce cas, leur création est décidée, et leur organisation administrative et financière déterminée, par délibération du conseil municipal. Elles sont administrées par un conseil d’administration et un directeur désignés sur proposition du maire.
              Exemples de régies personnalisées : La Carène (Brest), La Cartonnerie à Reims, Grand Théâtre (Bordeaux), Opéra national de Bordeaux, RTM, ...

              Pour être complet, une confusion sémantique existe sous le vocable « régie ».

              Répondre à ce message

              • La Courneuve, le 25 octobre 2019 - COMMUNIQUE DE PRESSE
                Les Militant.e.s de la France Insoumise de La Courneuve ont tenu une assemblée communale le 27
                septembre dans laquelle il a été décidé de soutenir la démarche et la liste de Gilles Poux pour les élections municipales. Une nouvelle réunion a eu lieu ce vendredi 25 octobre, au cours de laquelle le soutien à la candidature de Gilles Poux a été renouvelé et un binôme paritaire de chef.fe.s de file a été élu. Il s’agit de Yasmine Morisse et de Sacha Moskowitz.
                Sans attendre, LFI La Courneuve appelle toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à entrer en campagne avec elles et eux autour de Gilles Poux pour que « Vive la Courneuve ».

                Voilà un bon exemple pour Aubervilliers. Pourquoi ça n’est pas possible ?

                Répondre à ce message

        • 19,58% aux élections présidentielles
          11,03% aux élections législatives
          6,31% aux élections européennes
          En deux ans LFI a vu ses résultats électoraux au niveau national chuter. Les chefs de file de LFI sur Aubervilliers feraient bien d’y réfléchir avant de s’engager dans une "aventure" solitaire aux élections municipales. Ce conseil vaut également pour son allié privilégié Sofienne Karroumi avec Alternative Citoyenne.

          Répondre à ce message

  • Maintenant il faut construire Le 27 octobre 2019 à 06:48, par Ernesto

    Nous entrons dans une période charnière.

    Le temps des discussions à quelques uns, des vagues déclarations d’intentions, des contacts plus ou moins formels doit se terminer : les cartes doivent être posées sur la table.

    La séquence des débats proposée par les communistes et les Verts peut être saisie pour ce faire. Ces ateliers peuvent devenir des lieux d’élaboration accueillant toutes les réflexions. Ils peuvent provoquer des rebonds et déboucher sur une visibilité partagée de l’avenir.

    Le contenu qui peut s’y élaborer doit valoir contrat.

    Une puissante dynamique unitaire, fondée sur l’intelligence politique et le souci d’un ancrage à gauche doit surgir rapidement. Aubervilliers en a besoin.

    Répondre à ce message

    • Maintenant il faut construire Le 28 octobre 2019 à 16:08

      A Aubervilliers personne ne peut gagner seul ! LFI et Karroumi doivent se résigner à l’union derrière Mériem Derkaoui, c’est leur seule chance d’être élu. LFI est en régression électorale pas seulement au niveau national mais aussi à Aubervilliers. A la présidentielle de 2017 LFI avec Mélenchon fait 41,10%, à la législative de 2017 avec Bastien Lachaud LFI fait 18,37% et aux européennes en 2019 LFI ne fait plus que 15,72%. Tout montre que la dégringolade électorale va se poursuivre aux municipales, même avec le ralliement de Karroumi LFI ne dépassera pas les 12%. Conclusion LFI et Karroumi doivent se rallier à Mériem Derkaoui s’ils veulent continuer d’exister dans la ville.

      Répondre à ce message

      • Maintenant il faut construire Le 1er novembre 2019 à 09:15

        Communiqué du maire de Saint-Denis. Aubervilliers devrait s’en inspirer !

        Mon équipe et moi-même avons pris connaissance de l’appel du collectif citoyen Saint-Denis Union et Fraternité intitulé « Il faut s’unir à gauche ! » publié sur le site internet du JSD le 16/10/2019.

        À l’instar des signataires de cet appel, je ne me satisfais pas de la situation actuelle. L’émiettement de la gauche de transformation sociale et écologiste locale ne va pas dans le sens de l’intérêt d’une immense majorité de Dionysien.ne.s qui paye déjà assez cher le prix des politiques ultralibérales appliquées avec zèle par les gouvernements successifs.

        Les nombreux acquis sociaux construits années après années et qui donnent à la ville de Saint-Denis son caractère si protecteur ne doivent pas disparaitre sous la houlette d’édiles locaux acquis aux forces du marché et qui n’ont que faire des valeurs fortes, de l’histoire et des spécificités de notre ville. Je suis également convaincu que la désunion renforce la démobilisation des classes populaires et moyennes pour lesquels nous œuvrons jour après jour.

        Parce que je pense que nous sommes toujours plus forts et plus intelligents ensemble, je n’ai de cesse d’appeler au rassemblement des forces de progrès qu’elles soient politiques, sociales ou citoyennes lors de chacune de mes prises de parole publiques et dans chacun des documents de la campagne Vivons Saint-Denis en Grand.

        Face aux nombreux défis que Saint-Denis doit relever, l’union est pour moi le seul moyen de construire, à partir d’un socle de valeurs fortes et dans le respect des sensibilités de chacun.e, un projet qui s’adresse à l’ensemble des habitant.e.s de notre ville. Pour nous, rien n’est clos et c’est maintenant qu’il faut redoubler d’efforts pour se parler, lever les doutes, les quiproquos et les divergences.

        Parce que ce combat nécessite des actes concrets et forts, je propose de mettre en place dès que possible une animation de campagne collective et paritaire à 5 visages qui rendent visible la diversité des forces politiques, sociales et citoyennes que nous souhaitons rassembler.

        En tant que Maire sortant élu par l’ensemble des membres de l’actuelle majorité municipale, je souhaite qu’à mes côtés, et sur un même pied d’égalité, 4 autres chefs de file et porte-paroles de cette campagne collective représentent les principales sensibilités politiques de cette ville que sont La France Insoumise, Europe Écologie Les Verts, le Parti Communiste Français et les citoyens non encartés politiquement (qui restent ultra-majoritaires tant dans notre ville qu’au sein des 1000 soutiens que compte déjà Vivons Saint-Denis en grand).

        Nous n’avons pas peur de nous ouvrir, de laisser toute leur place aux autres composantes de la gauche de transformation sociale et écologiste, de travailler concrètement au renouvellement profond des pratiques et des membres qui composeront la future équipe municipale.

        Pour nous, la question prioritaire, et que nous semblons tous partager, est de rassembler le plus largement possible les Dionysien.ne.s et leurs propositions autour d’un projet ambitieux et cohérent qui puisse offrir un avenir meilleur à Saint-Denis.

        Laurent Russier

        Répondre à ce message

      • Maintenant il faut construire Le 1er novembre 2019 à 20:26

        Pour construire il faut rechercher des consensus et cesser de croire que l’on est dans un îlot de tranquillité politique au motif que l’on dirige la ville, que nous sommes les plus influents et que l’on a raison tout seul. Pourquoi le rassemblement est possible ailleurs et pas chez nous ? Regardez à Vénissieux, le candidat LFI explique : « Le plus important pour nous, c’est que les citoyens soient impliqués dans une co-construction des projets, en tenant compte de leurs avis et propositions sur tous les sujets, et qu’ils soient impliqués dans la constitution de la liste », il poursuit : "Les gens ne veulent plus d’accords signés sur un coin de table par des cartels de partis, avec un programme à prendre ou à laisser, ils veulent être acteurs de leur ville ». Fort de cette démarche, le comité électoral national de la France Insoumise (FI) a validé la décision des adhérents vénissians de cette formation, adoptée à l’unanimité lors d’une assemblée réunissant une trentaine d’adhérents : les Insoumis de Vénissieux participeront au rassemblement conduit par Michèle Picard (PCF) pour les prochaines élections municipales.
        Une telle situation devrait être possible à Aubervilliers. On continue de ne pas comprendre qu’aucune initiative ne soit prise pour apaiser les débats et tenter de se rassembler. Il est vrai que le ridicule communiqué municipal sur les chats errants ne va pas dans le sens d’un rapprochement.

        Répondre à ce message

  • Qu’en est-il de l’Union des gauches à Aubervilliers ? Le 30 octobre 2019 à 08:31, par la gauche rassemblée

    Je passe régulièrement par le boulevard Edouard Vaillant. Le PC a collé ses affiches sur un panneau. Hier, j’ai vu que la France Insoumise avait collé les siennes par dessus. Cela m’a inquiété. N’y aura-t-il pas de liste de la gauche rassemblée à Aubervilliers ? J’espère qu’il s’agit d’une maladresse et que mon interprétation est fausse.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article