Conseils de quartier (1ère partie) : de quoi peut-il être question ?

mercredi 7 janvier 2009

La « démarche quartier » engagée depuis 1997 a permis de progresser dans la recherche d’une implication des habitants dans le fonctionnement de la cité. Mais elle a aussi révélé ses limites. Tous ceux qui s’y sont impliqués en conviennent : un nouveau souffle devait être trouvé. Il convenait donc de réfléchir à des évolutions (voire des ruptures) et pour ce faire ouvrir un moment de discussion critique sur les expériences tentées.

Au lendemain de son élection, la nouvelle municipalité a fait de cette question un sujet important où, en tout cas, à la symbolique forte. Dès juin 2008, des réunions de Conseils de quartier ont eu, , à connaître de quelques intentions et, un « Projet de Charte d’organisation et de modalités de fonctionnement de la démocratie de proximité » a été rédigé et « présenté » lors de réunions à l’automne.

Quel bilan peut-on tirer au bout de huit mois ?

1 – Pour une discussion sérieuse

On observera tout d’abord qu’aucune synthèse des présentations-discussions n’a été rendue publique. Le site de la Ville (rubrique « quartiers ») est d’une grande indigence informative. Comme le montre le tableau ci-après, aucun compte rendu de réunion n’est disponible pour Robespierre-Cochennec-Péri et, s’agissant de Vallès - La Frette, Firmin Gémier et Centre Ville - Victor Hugo, les comptes rendus concernent des réunions ayant eu lieu en… juin.

Il ressort de ces éléments :

- une extrême faiblesse de participation ;
- l’absence d’échange approfondi sur le Projet.

Quartier Habitants Date du CQ faisant l’objet d’un compte rendu sur site de la ville Nombre de participants
Robespierre-Cochennec-Péri 5 260 - -
Emile Dubois - Maladrerie 9 989 4/11 33
Vallès – La Frette 6 134 13/6 20
Paul Bert 9 823 7/10 25
Villette – Quatre Chemins 8 686 8/10 31
Firmin Gémier 7 105 9/6 25
Centre Ville - Victor Hugo 10 711 17/6 20
Landy – Plaine - Marcreux - Pressensé 5 398 14/10 25
Total 63 106 179 (0,3% des participants potentiels – hors Robespierre Cochennec)

Si je me réfère à ce qui s’est passé dans le CQ du quartier Emile Dubois/Maladrerie, la discussion n’a pas du tout commencé. Le 5 novembre, une simple présentation de l’économie générale du projet a été tentée, mais l’atmosphère était si lourde en raison de l’exaspération d’habitants du quartier, que l’exposé n’a pu vraiment se dérouler et aucune discussion ne s’est enclenchée.

Il faut dire que le projet de Charte n’avait été distribué qu’à l’ouverture de la réunion et que ce fait interdisait toutes discussion sérieuse. Une réunion de repêchage convenue pour le 27 novembre ne fut convoquée que le 11 décembre dans des conditions matérielles telles (pas de tracts, pas d’affichettes, courrier parvenu très tardivement aux principaux habitués du CQ) que moins de dix habitants se sont déplacés pour expliquer … qu’il convenait de convoquer une autre réunion. Celle-ci aura lieu le 15 janvier.

Ceci dit, qui témoigne de lourds dysfonctionnements, voire même de quelque désinvolture, les questions soulevées par le projet de Charte méritent attention et doivent faire l’objet d’un débat… qui, pour l’heure, n’a pas commencé.

Je propose en conséquence de refuser toute tentative de passage en force et d’établir, dans la concertation, une méthode et un calendrier de préparation de la discussion au sein des Conseils de quartiers.

(à suivre)

1 Message

  • Tristesse Le 8 janvier 2009 à 09:23, par Poisson Rouge

    Que les gens participent aussi peu à la démocratie locale est une chose triste. D’ailleurs, la participation très faible aux dernières municipales ainsi qu’aux élections professionnelles est le signe de l’échec de nos institutions. Que les gens aient si peu la fibre citoyenne est finalement peu surprenant : l’école pousse de moins en moins les élèves dans cette direction, préparant mieux les citoyens à se faire exploiter par leurs patrons qu’à critiquer le monde dans lequel ils vivent.

    Pour avoir participé à plusieurs conseils de quartier du centre-ville (et notamment au dernier), on comprend que les gens n’aient pas très envie d’y retourner : nous étions tassés dans une petite salle et une formidable impression de perdre son temps domine. Les gens s’ennuient et partent. À la fin de la réunion, nous n’étions plus qu’une quinzaine (il n’y avait même plus d’élus) à écouter la présentation de la nouvelle charte. Aucune discussion n’a suivi : il était tard et les gens avaient envie de rentrer chez eux...

    Le recensement va bientôt commencer, la municipalité aurait pu en profiter pour intégrer un questionnaire (anonyme) sur les attentes des habitants en terme de démocratie locale.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article