Square de la Maladrerie : les enfants prennent la main

jeudi 20 juin 2019

Dans le contexte de la Fête des voisins organisée le 19 juin par la CNL, les enfants du quartier ont réalisé des dessins sur le thème « Touchez pas à nos arbres » qui ont été punaisés sur chacun des arbres du square de la Maladrerie.

En parrainant ainsi chaque arbre, les enfants ont montré leur détermination à défendre le square.
Cette action symbolique est de haute portée.
Il s’agira cet été d’empêcher toute action d’arrachage de la SGP. L’arrêté municipal imminent devrait aider à l’action engagée.

La lutte va continuer jusqu’à la sauvegarde du square.

JPEG - 180.9 ko
JPEG - 105.5 ko
JPEG - 117.6 ko

31 Messages

  • Un arrêté de la maire interdisant l’abattage des arbres est il oppos%blé à la société du grand Paris ?

    Répondre à ce message

    • Portée d’un arrêté municipal Le 21 juin à 08:09, par André Narritsens

      Oui, l’arrêté municipal est opposable à la SGP.
      Mais il peut être contesté par elle et par le Préfet.
      C’est donc un outil de lutte utile mais qui peut avoir des limites.
      L’essentiel réside donc dans la mobilisation.
      Que celle-ci se réalise avec l’appui combatif de la maire et donc de la municipalité est très important.

      Répondre à ce message

      • Portée d’un arrêté municipal Le 21 juin à 15:51

        Si l’essentiel est dans la mobilisation, l’arrêté ne sert à rien. Car la mobilisation est faiblarde. J’ai signé la pétition mais on est pas beaucoup

        Répondre à ce message

        • Portée d’un arrêté municipal Le 21 juin à 17:47, par Claudius

          Encore du babillage politicien nous dit André Narritsens.

          Répondre à ce message

        • Pensée élevée Le 22 juin à 14:08, par André Narritsens

          A l’auteur anonyme du post sur la mobilisation faiblarde et l’inutilité de l’arrêté : comment peut-on être aussi con ?

          Répondre à ce message

          • Pensée élevée Le 22 juin à 16:53

            Il suffit de lire ce qui a été écrit.

            Répondre à ce message

          • La vie c’est pas tout où rien Le 23 juin à 17:31, par Voisin

            Je suis choqué par le commentaire de André Narritsens. Jusqu’à présent je le voyais, certes comme un ayatollah du pc avec qui il était inutile de passer du temps à discuter, mais qui savait rester poli et à peu près courtois. En traitant de con un internaute qui ne partage pas son point de vue il perd ses nerfs et se ridiculise. Sur le sujet du square je comprend la colère des locataires hlm, (je suis locataire à la Maladrerie) mais je crains que cette bataille soit perdue car prise beaucoup trop tardivement. Ce dossier est connu de la ville depuis des lustres, pourquoi avoir attendu si longtemps pour se contenter de prendre un arrêté interdisant de couper les arbres alors que tout le monde sait que cet arrêté n’est rien d’autre qu’un coup de com qui ne servira à rien. Les décideurs se proposent de planter 3 arbres pour 1 arbre coupé soit 145 arbres au lieu des 45 actuels. Pourquoi ne pas se saisir de cette proposition et réclamer une "mini forêt" en exigeant un peu plus de plantations, par exemple multiplier pas 4 le nombre d’arbres actuels et imposer que les arbres replantés soient au minimum de 1o mètres. Un puits de ventilation au milieu de 180 grands arbres devient acceptable pour l’environnement et l’écologie. Il faut essayer d’être sérieux et si possible positfs pour se faire entendre au lieu d’être toujours contre tout et de ne jamais rien obtenir.

            Répondre à ce message

            • La vie c’est pas tout où rien Le 23 juin à 19:14, par aérateur

              Le dossier sur l’aérateur de la Maladrerie a été transmis à la mairie en... 2012...

              La maire savait exactement à quoi s’en tenir.

              Elle fait un énième coup de com "C’est la faute à l’Etat" en espérant ramener quelques gogols dans son giron.

              Elle creuse, elle creuse, elle va finir par trouver du pétrole

              Répondre à ce message

              • La vie c’est pas tout où rien Le 23 juin à 19:19, par Ben Ali

                Il paraît que samedi matin, sur la place de la mairie, un groupe de citoyens a obligé Meriem Derkaoui à annuler une recontre avec la population aux cris de "Derkaoui dégagé, le slogan des manifestants des printemps arabes contre les dirigeants corrompus.

                Quelqu’un a-t-il des infos ?

                Répondre à ce message

                • La vie c’est pas tout où rien Le 23 juin à 19:40, par Julia

                  Qu’un incident de cette nature se soit produit, c’est possible et aucun élu en responsabilité n’est à l’abri de cet type de pratique. Je crois que Meriem Derkaoui peut compter sur l’entière solidarité de l’équipe municipale et même de tout le conseil. On peut relayer des informations de cette nature, mais le post qui nous est donné en lecture et qui à plusieurs égards fait allusion de façon plus qu’insidieuse à l’origine de la maire (pseudo, allusion au printemps arabe, corruption) m’apparaît particulièrement déplacé.

                  Répondre à ce message

              • La vie c’est pas tout où rien Le 23 juin à 19:31, par Sauvons les arbres de la Mala

                Si ce dossier a été transmis en 2012, c’est de la faute à la municipalité socialiste qui était aux manettes avec Salvator jusqu’en 2014. La municipalité de l’époque aurait du alerter la population et le maire de l’époque aurait du prendre un arrêté pour interdire l’abattage des arbres.

                Répondre à ce message

                • Oui à la mini-forêt Le 23 juin à 21:10, par Un autre voisin

                  Ce qui est fait est fait et peu importe de savoir qui n’a pas fait ce qu’il aurait du faire. En 2012 il restait deux ans à Jacques Salvator pour réagir. Visiblement il ne l’a pas fait. Depuis 2014 Pasal Beaudet et Mériem Derkaoui ont été maire à tour de rôle. En cinq ans ils n’ont pas fait mieux que leur prédécesseur sauf pour Derkaoui à pondre un arrété sans efficacité. Laissons tomber tout ça la solution ne viendra du côté des élus qui ont largement démontré leur inefficacité dans ce dossier. Passons aux choses sérieuses. Que faire pour avoir un aménagement qui soit le meilleur possible pour les locataires hlm ? Là est la vraie et bonne question. La suggestion de @Voisin mériterait réflexion.

                  Répondre à ce message

                • La vie c’est pas tout où rien Le 25 juin à 16:57, par élégance

                  Avec des "si", on peut accuser bien du monde et particulièrement un mort.

                  Quelle élégance !

                  Répondre à ce message

            • Respirons ensemble Le 26 juin à 08:58, par Voisin en recherche de responsables pour l’avenir

              D’après des ingénieurs, planter un arbre en ville remplace 5 climatiseurs

              La canicule terminée, la chaleur persiste dans les villes. Plutôt que de rajouter des clims, l’Agence pour l’Environnement préconise des végétaux qui feraient gagner jusqu’à 10 degrés, sans polluer.

              Le béton et le bitume urbains emmagasinent la chaleur en journée et la restituent la nuit. Phénomène connu sous le nom « d’îlots de chaleur urbain ». Alors que la solution se dresse devant nous.

              Comme le rappelait récemment Amandine Crambes, ingénieure urbaniste à l’Agence pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie (ADEME), si les centre-villes peuvent être 12 degrés plus chauds que leur périphérie, c’est aussi la faute au manque de végétation. Car les arbres nous protègent.

              Solution branchée. D’abord, il y a l’ombre, une façon évidente de réduire les effets du soleil. La terre recueille les eaux de pluie ou d’arrosage, apportant une fraîcheur immédiate tout en limitant aussi la surface de bitume accumulatrice de chaleur. À long terme, les arbres aspirent une part du CO2 qui contribue au réchauffement climatique. Mais surtout, les arbres transpirent par leurs feuilles et, là encore, l’eau est salvatrice.

              « Un arbre mature peut évaporer jusqu’à 450 litres d’eau, éclaire Amandine Crambes. C’est l’équivalent de cinq climatiseurs qui tourneraient pendant vingt heures. »

              Alors ! réfléchissons 1 arbre coupé contre 3 arbres plantés. Résultat : aujourd’hui 45 arbres, demain 135 arbres nouvellement plantés. On fait quoi si on est sérieux ?

              Répondre à ce message

              • Respirons ensemble Le 26 juin à 12:26

                On garde les arbres qui ont mis 30 ans à pousser et on en plante des milliers d’autres partout où c’est possible.

                Répondre à ce message

                • Rafraîchissons nous ensemble Le 26 juin à 16:43

                  Plaine Commune Habitat communique

                  Canicule - En dépit des fortes chaleurs, nous vous rappelons qu’il est interdit d’ouvrir les bouches à incendie.
                  Ces ouvertures intempestives peuvent être dramatiques et sont passibles de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende.
                  Si vous constatez un "geyser", vous pouvez contacter :
                  - En semaine : Allo Agglo au 0800 074 904
                  - Le soir et le week-end : votre mairie ou le commissariat le plus proche

                  Pour Aubervilliers il y a une fontaine rafraîchissante avec jets brumisateurs devant la cité République et des jeux d’eau à l’intérieur du square Stalingrad. Profitez-en pour vous rafraîchir et évitez d’ouvrir les bouches incendie.

                  Répondre à ce message

          • Les internautes méritent mieux ! Le 23 juin à 21:19, par Ne nous fâchons pas

            "La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents."
            Gandhi

            Répondre à ce message

  • Square de la Maladrerie : les enfants prennent la main Le 22 juin à 20:00, par SOS arbres

    Punaiser des dessins sur des arbres, c’est les abîmer. Alors qu’il existe plein de moyens autres pour accrocher les dessins. Comment peut-on prétendre protéger la nature en la mutilant ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Oui effectivement cela ne vole pas haut. Aussi je vous propose de signer
    la pétition "Société du Grand Paris : "Nous ne voulons pas que la Société du Grand Paris détruise le square de la Maladrerie !"
    Notre objectif est d’atteindre 1000 signatures et plus.
    Pour signer la pétition en ligne : http://chng.it/dxBxVkzhKp et la diffuser à vos contacts.

    Merci !

    Répondre à ce message

    • Ça fait longtemps que c’est signé mais y’a personne ! Si les maires mettent 10 ans à se remuer alors qu’ils ont le projet, on va pas demander aux gosses de faire des dessins

      Répondre à ce message

      • Peut-on construire sans détruire ?

        Vous avez 4 heures ;-)

        Répondre à ce message

      • Soyons clairs ! Le 25 juin à 21:03, par Karl

        La mauvaise foi n’ayant aucune limite, il vaudrait mieux dire que le projet était connu depuis la nuit des temps et que le square de la Mala était visé depuis les origines.
        Il y avait simplement eu une hésitation récente qui situait le puits d’aération à l’angle des rues D. Casanova/L et J Martin.

        Mais ceci est un détail : la responsabilité des élus est totale.

        Comme elle sera engagée à propos du projet de téléphérique qui reliera le parc Georges Valbon et le square rénové de la Maladrerie.

        Accessoirement on ne peut sans doute construire sans détruire (encore que), mais on ne doit pas détruire n’importe quoi alors que des solutions non destructrices existent, telle la friche Griset à proximité du square.

        Répondre à ce message

        • Soyons clairs ! Le 26 juin à 09:45, par Julien

          "Comme elle sera engagée à propos du projet de téléphérique qui reliera le parc Georges Valbon et le square rénové de la Maladrerie".
          On peut en savoir plus sur ce projet de téléphérique dont personne ne semble avoir entendu parler ?

          Répondre à ce message

    • On a la chance d’avoir à Aubervilliers avec la ligne 15 un équipement de transport qui va nous permettre d’économiser des milliards de particules fines produites par nos véhicules et on fait la fine bouche parce que quelques arbres risquent d’être coupés. Qu’il y ait une émotion, celle-ci est légitime, mais on attend du politique un niveau de réflexion qui permette de prendre un peu de hauteur. Au lieu de cela, on a instrumentalisation des enfants qui seront les premiers bénéficiaires de cet équipement qui leur permettra d’éviter d’emprunter la voiture Crit’Air 5 à papa.

      Répondre à ce message

      • L’arrêté est sur les rails Le 10 juillet à 14:12, par Rabcor

        Meriem Derkaoui vient de transmettre au Préfet la rédaction de l’arrêté sur l’abattage des arbres du square de la Maladrerie.

        Souhaitons que le Préfet ne mettra pas d’entrave à ce texte et qu’ainsi une offensive possible de la SGP pourra être entravée.

        Nous ferons dès que possible le point sur le dossier.

        Répondre à ce message

        • L’arrêté est sur les rails Le 10 juillet à 14:31, par Dilettantisme

          Seulement maintenant alors que ça fait trois semaines que cet arrêté aurait été pris ! C’est très dilettante tout ça !

          Répondre à ce message

          • L’arrêté est sur la table Le 12 juillet à 08:36, par André Narritsens

            Dans un courrier disponible sur le site de la ville, Meriem Derkaoui présente la démarche qui a conduit à la rédaction de l’arrêté sur l’abattage des arbres du square de la Maladrerie.

            Nous reviendrons lundi sur cette affaire et essaierons de
            définir la ligne f’action à mettre en œuvre dans la période qui vient.

            S’agissant du delai de rédaction de l’arrêté je souhaite indiquer que la sécurisation juridique du texte appelait consultations et discussions pointues.

            C’est ce qui a été fait : il en résulte un long texte très argumenté qui peut produire une jurisprudence positive.

            Répondre à ce message

Répondre à cet article