Retour sur les éléctions professionnelles de décembre

Dans le pays et à Aubervilliers les salariés ont placé la CGT en tête

vendredi 2 janvier 2009

André Narritsens, membre de l’Institut d’Histoire Sociale de la CGT, nous livre une dernière analyse des élections professionnelles de décembre 2008.

Nous avons présenté, au fil des dernières semaines, les résultats des diverses consultations « sociales » qui viennent de se dérouler.

Brèves considérations générales

Bien que de types divers, les scrutins ont concerné une très grande partie du salariat (secteur privé, personnels de la Fonction publique territoriale, Éducation Nationale).

Si l’abstention a été très forte aux élections prud’homales elle n’a pas progressé dans la Fonction publique territoriale et a même régressé à l’Éducation Nationale.

Des millions de travailleurs ont donc voté et ont envoyé des messages très clairs.

Quatre enseignements émergent :
1 – partout la CGT est en hausse ;
2 – la CFDT et FO chutent de manière importante ;
3 – le syndicalisme autonome (UNSA) et l’Union syndicale solidaires progressent modestement en raison notamment de listes plus nombreuses ;
4 – la CFTC et la CGC-CFE stagnent à un niveau peu élevé.
Ces tendances nationales (qui valident le syndicalisme de lutte et de propositions de la CGT) se retrouvent à Aubervilliers.

Les résultats à Aubervilliers

Si l’on retient comme références d’influence les scrutins où se matérialisait l’offre maximale de choix syndicaux (Prud’hommes, CTP OPH, CAP territoriales), les résultats sont les suivants (voix et %) :

Inscrits Exprimés CGT CFDT FO CFTC CGC UNSA USS
23877 4100 1898 704 517 259 303 227 154
44,29 17,17 12,6 6,31 7,39 5,53 3,75

Les personnels territoriaux et de l’OPH ont, pour ce qui les concerne, placé la CGT à près de 80% d’influence ainsi que l’expose le tableau ci-après :

OPH CTP CHS CAP
CGT 77,46 78,22 76,78 78,41
CFDT 22,53 3,25
FO 21,78% 23,22% 13,23%
CFTC 1,22%
CGC 0,40%
UNSA 1,00%
USS 1,83%

On observera que pour les scrutins aux CTP et CHS, où une liste FO était présente, cette dernière capitalise les suffrages « hostiles » à la CGT en regroupant 21,78% des voix au CTP et 23,22% au CHS.

Lors des élections aux CAP, FO perd 10 points qui se répartissent sur les autres listes en présence et la CGT obtient dans ce scrutin son % d’influence le plus élevé (78,41%).

A l’OPH ou, pour la première fois, une liste CFDT était présente, les résultats obtenus par celle-ci sont très loin des ambitions affichées.

La CGT est donc confirmée par ces différents scrutins comme la centrale syndicale à laquelle les salariés font très largement confiance.

Le fait syndical CGT est incontournable aussi bien à l’échelon national qu’à Aubervilliers.

A Aubervilliers, les organisations de la CGT (syndicats et Union locale [1]) trouveront dans les résultats obtenus l’encouragement à poursuivre leur action au service des salariés.

Résultats dans l’Éducation Nationale

Les élections intervenues dans l’Éducation Nationale appellent une analyse particulière mais les résultats enregistrés s’inscrivent dans les tendances révélées par les autres scrutins.

La FSU confirme sa première place en obtenant 46,73% (+0,13 point).

L’Unsa (ex Fédération de l’Éducation Nationale) obtient 14,70% (+0,15 point)

La CFDT et FO reculent respectivement à 8,89% (-0,41 point) et à 6,78% (-0,19 point).

SUD et la CGT progressent en obtenant respectivement 6,02% (+ 0,58 point) et 4,30% (+ 0,42 point).

Ces deux organisations ne syndiquent les personnels de l’Éducation Nationale que depuis une période récente. S’agissant de la CGT, a prévalue longtemps la position suivante : afin de préserver l’unité des personnels, les sympathisants de la CGT adhéraient à la FEN à l’intérieur de laquelle ils constituaient une tendance (Unité et Action) qui a été la matrice principale de la création de la FSU.

André Narritsens

Notes

[1L’Union locale des syndicats CGT est la seule organisation interprofessionnelle à développer l’action quotidienne de défense des salariés à l’échelle de la ville. Depuis 10 ans s’agissant de la CFDT et 3 ans concernant FO, ces centrales ne font vivre aucune structure syndicale interprofessionnelle (Union locale) sur la ville.