"Grand débat national" : Aubervilliers affirme ses exigences

jeudi 14 mars 2019

La soirée de discussion convoquée mardi 12 septembre dans le cadre du « grand débat national » souhaité par le Président de la République a réuni près de deux cents personnes à l’Embarcadère.

Présenté et animé par Jacques Marsaud, ancien administrateur territorial, la soirée s’est construite autour de prises de paroles sans encadrement. Les questions abordées ont concerné de grands sujets largement débattus nationalement, tels le pouvoir d’achat, les services publics, l’éducation, les inégalités diverses… mais ces débats ne se sont pas seulement installés dans leurs dimensions générales : ils ont été traversés de leurs illustration locales.

Les souffrances du quotidien ont été évoquées, le sentiment d’injustice s’est exprimé notamment à propos du traitement discriminatoire que subissent les habitants en matière de transports et de services publics.

Il est ressorti des propos entendus une accumulation de mal vie dont ceux qui gouvernent aujourd’hui le pays portent la responsabilité.

Le besoin de solutions en rupture avec ce qui est fait par Emmanuel Macron et le gouvernement a été fortement exprimé. Une refonte complète de la fiscalité, aujourd’hui tournée au bénéfice des riches a été proposée.
Loin de se réduire à un dépôt de plaintes la discussion a fait ressortir une volonté d’agir.

Dans ses propos conclusifs de la soirée, la maire, Meriem Derkaoui, après avoir souligné que l’on ne pouvait guère avoir confiance dans l’actuel gouvernement d’Emmanuel Macron a indiqué que, malgré les limites de l’exercice il convenait de s’y impliquer, la politique de la chaise vide ne menant nulle part.

Les revendications et propositions formulées lors de la réunion de l’Embarcadère mais également celles enregistrées dans les cahiers mis à disposition en Mairie ou formulées sur internet seront transmises, après synthèse, au Préfet.
D’évidence, la lutte pour l’égalité doit se poursuivre.