Beaucoup de monde aux vœux du PCF Aubervilliers

vendredi 1er février 2019

Beaucoup de monde aux vœux du PCF Aubervilliers en présence de Meriem Derkaoui, Maire d’Aubervilliers, des élus communistes, des militants, des partenaires politiques, des membres associatifs et de nombreux habitants.

Une belle soirée fraternelle où combativité, justice sociale, démocratie, solidarité étaient au menu !

6 adhésions au PCF et des abonnements à l’Humanité !

Notre ville mérite le meilleur et notre priorité c’est de continuer à gagner le respect, la dignité pour les habitants, de faire vivre les valeurs d’égalité, de justice , de paix et de vivre ensemble pour continuer de construire tous ensemble l’avenir d Aubervilliers.

JPEG - 54.2 ko

Voici l’intégralité du discours prononcé par Aurélie Le Meur, secrétaire de section :

Cher-e-s ami-e-s, Cher-e-s camarades,

Je tiens tout d’abord à vous remercier d’avoir répondu présent à l’invitation aux vœux du Parti Communiste Français d’Aubervilliers.

Je profite de cet instant pour remercier chaleureusement Marie-José Malis, la Directrice du Théâtre, Frédéric Saccard son directeur adjoint qui ont gentiment accepté de nous accueillir au Théâtre, le Cinéma le Studio Peggy et son équipe mais également Catherine la cheffe du restaurant qui régalera nos papilles ce soir.

Vous le savez, notre camarade et ami, tant regretté, Jack Ralite était de ceux qui affirmaient qu’il n’y a pas de politique sans politique culturelle. C’est donc un grand plaisir de partager avec vous, ce moment de fraternité, au cœur même de ce lieu symbolique et porte drapeau de l’ambition culturelle que ne cesse de porter Aubervilliers.

Le traditionnel moment des vœux c’est l’occasion pour les militants, les sympathisants, les compagnons de route et même d’autoroute pour certains, comme j’ai communément pris l’habitude de les appeler, de toutes celles et ceux qui sont sensibles à l’injustice et au caractère inhumain de ce système capitaliste et garants de l’émancipation humaine, de se projeter dans notre avenir commun, à Aubervilliers, en France, en Europe, dans le monde, celui que nous voulons construire ensemble.

C’est donc sans perdre de temps, nous sommes déjà le 31 Janvier, mais mieux vaut tard que jamais et il parait que l’on garde toujours le meilleur pour la fin, qu’au nom des communistes d’Aubervilliers, je vous présente ainsi qu’à toutes celles et ceux qui vous sont chers, nos vœux, de bonheur, de santé, de joie et de réussite pour l’année 2019.

***

Aujourd’hui ce n’est pas sans émotion et sans la gorge nouée que je vais me faire le relais de l’appel URGENT pour que continue de vivre et de se développer le journal l’Humanité, lancé par notre ami et camarade Patrick Le Hyaric, son Directeur.

Depuis plusieurs mois, Patrick ne cesse de nous alerter sur les difficultés financières qu’affronte l’Humanité. Avec toute son équipe, il travaille sans relâche pour les surmonter et continuer à faire un journal de qualité au service de toutes et tous. Nous tenons à lui assuré ainsi qu’à toute son équipe et je pense à Michelle, Sylvie, Lionel et Grégory nos camarades, toute notre solidarité.

Devant l’impossibilité de faire face à ses importantes difficultés financières malgré le nombre d’abonné qui progresse tout comme les ventes en kiosque ou le nombre d’utilisateurs de la plate forme numérique, que la Fête de l’Humanité fut un énorme succès populaire et culturel et que des dons ont été levés en masse , en quelques semaines, par les lecteurs, qui ont permis de récolter plus d’un million d’euros, AUCUNE banque n’a voulu s’engager aux côtés de l’Humanité.
L’Humanité a donc été placée sous protection du Tribunal de commerce de Bobigny. Une audience a eu lieu hier pour décider de l’avenir de l’entreprise et d’une procédure de continuation de l’exploitation.

Le combat pour que vive l’Humanité ne fait que commencer !
Nous sommes résolument prêts à le mener avec force en portant une grande campagne locale d’abonnement - vous pouvez souscrire dès maintenant un abonnement - une récolte de dons, nous réfléchissons également à une initiative sur Aubervilliers et surtout en vous invitant à venir nombreuses et nombreux à la grande soirée de soutien qui aura lieu le 22 février à la Bellevilloise à Paris.

Car au-delà de l’enjeu comptable, c’est une question politique qui interroge la société sur le pluralisme de la presse, des idées et aussi de la démocratie au moment où plusieurs journaux nationaux viennent d’être rachetés ou recapitalisés par des groupes industriels et financiers.

Ainsi, être un journal indépendant est dorénavant presque considéré comme un luxe.

Oui, l’Humanité, le plus beau nom que l’on pouvait donner à un quotidien est un bien précieux puisqu’il est le porte voix de toutes celles et ceux qui au quotidien luttent contre les injustices, les inégalités et les discriminations, qui veulent être outillé pour comprendre le monde et le transformer.
Non, ce n’est pas un luxe pour la pensée humaine et l’émancipation car dans un monde idéal l’Humanité n’existerait pas !

***
Et malheureusement le monde idéal n’existe pas.

Nous le découvrons sans cesse à travers les reportages des journalistes de l’Humanité au niveau international notamment avec le coup d’Etat au Vénézuela contre Maduro avec l’accord des Etats-Unis et des gouvernements de droite du continent notamment le Brésil où l’ultra droite est au pouvoir depuis janvier, en Palestine, où les prisonniers politiques, des enfants sont enfermés dans les geôles israéliennes et où l’apartheid sévit, en Europe où le climat n’est pas non plus à l’heure du progrès social et de la paix avec Orban en Hongrie qui réinvente le fascisme, en Autriche où un néo-nazi ami, de Marine Le Pen est au pouvoir et ou encore en Pologne.

Un mauvais vent souffle actuellement sur le monde et l’Europe mais des résistances se lèvent face aux politiques ultra libérales pour le progrès social, humain et démocratique tout comme en France.

***
Depuis le mois de novembre, l’alarme sociale ne cesse de retentir dans le pays.

Le mouvement dit des « Gilets Jaunes », qui pour ceux qui l’enfilent ou non est devenu tout un symbole.

Un symbole porté par les sans emplois, les salariés, les retraités, ceux qui d’ordinaire sont invisibles, isolés dans leur précarité, assommés depuis de nombreuses années par les reculs sociaux, le démantèlement des services publics utiles au quotidien, qui subissent l’augmentation de la CSG, la baisse des APL, ces salariés qui finissent la fin du mois à découvert à qui on refuse l’augmentation du SMIC et qui subissent de plein fouet la vie chère...
Le tout au profit des cadeaux fiscaux faits aux plus riches en supprimant l’ISF, en ne prenant aucune mesure contre l’évasion fiscale qui représente 80 milliards d’euros ou au MEDEF en versement le CICE aux grandes entreprises à hauteur de 40 milliards sans contre partie pour l’emploi.

Au total se sont des milliards d’euros qui manquent au budget de la France.

Le mouvement des gilets jaunes, avec les contradictions que l’on peut parfois lui reprocher, a eu la puissance de permettre à des milliers de français de relever la tête, d’être heureux de retrouver du lien social, la fierté d’appartenir à un groupe et surtout de mettre en évidence plus qu’une crise sociale, de porter des aspirations populaires à l’égalité sociale, à la justice fiscale, à une démocratie citoyenne entrainant ainsi une crise politique et institutionnelle historique.

La situation est telle que malgré tous les moyens de communication que le Président de la République dépolit dans ses allocutions ou dans une adresse aux français sans mesures concrètes, il ne peut plus détourner le regard ou traverser la rue sans être apostrophé par la colère qui s’exprime.

Pour essayer de contourner cette colère il a décidé d’ouvrir un "Grand débat national" pour demander aux français leur avis sur les grandes questions qu’il a choisit et pour lesquelles il a des propositions écrites d’avance.
Nous ne sommes pas dupes cette belle opération de communication est une véritable mascarade.

Pendant qu’il fait le show pendant plus de 6h avec les maires des communes qui se font le relais des aspirations citoyennes, la loi alimentation a été votée et entrera en vigueur dès demain entrainant une augmentation de nombreux produits alimentaires de 6% en moyenne pour mieux rémunérer les producteurs - ce pour quoi nous sommes d’accord – en ne touchant pas d’un centime la marge des distributeurs !
C’est une aberration quand ont sait que le PDG de Carrefour gagne 26 000€ par jour, que son groupe a touché 46 millions de CICE et supprimé plus de 1500 emplois.

Ainsi le Président des riches préfère donner des leçons "à ceux qui ne sont rien" comme il ose le dire, comme si les pauvres étaient des enfants à éduquer, à sermonner quand ils se révoltent dans les beaux quartiers de Paris.

Pour cause, nous assistions depuis des mois à de graves dérives concernant les libertés publiques sous couvert d’un Président, d’un gouvernement, d’une majorité parlementaire et de leurs relais médiatiques qui en appellent à la défense des institutions et de la République pour mieux se protéger et justifier la criminalisation de ce mouvement populaire qui ne saurait se résumer aux violences que nous condamnons.

Pour répondre aux consignes « d’extrême fermeté » données par Castaner, ministre de l’Intérieur, la liberté de manifester, de revendiquer sont remises en causes, les arrestations sont nombreuses nous donnant des images terrifiantes des élèves de Mantes la Jolie, les condamnations sont lourdes je pense à notre camarade du Gard, des hommes et des femmes sont mutilés par le LBD et il tente d’intimider ceux qui pourraient aller manifester en proposant de les ficher.

Je voudrais ici solennellement lancer un appel à tous les démocrates, à toutes les organisations politiques, associatives, syndicales soucieuses de la préservation des libertés publiques.

Nous devons dénoncer ensemble cette politique répressive dangereuse pour le pacte républicain.
Soyons très vigilants car dans des moments troublés, le risque autoritaire existe toujours.

Il devient donc urgent de trouver un débouché à cette colère qui s’exprime dans le pays et en Europe.

Nous avons décidé de ne pas rester spectateurs ou commentateurs mais d’être présents dans les manifestations et dans les débats où nous savons que nous pouvons ensemble pousser les choses et les actions concrètes.
Tout comme nous le faisons chaque été dans le cadre du droit aux vacances. Cette année ce sont 250 albertivillariens en lien avec l’association AVISA que le PCF d’Aubervilliers à emmené une journée à la mer et plus de 2000 sur le département.

C’est pourquoi, dès ce soir les communistes d’Aubervilliers lancent les cahiers de l’espoir, que je vous invite à remplir.
Notre objectif est simple faire entendre les aspirations populaires, les exigences et les colères et mettre sur la table nos propositions concrètes en les traduisant en propositions de lois avec le soutien de nos parlementaires.

Et pour cela nous allons également devoir travailler à poser les premières pierres d’une alternative majoritaire capable de transformer les politiques nationales comme européennes.

Il devient urgent de mettre fin à ces directives européennes ultra-libérales qui ont des conséquences sur notre pouvoir d’achat – par exemple La commission de régulation de l’énergie vient de demander au gouvernement de programmer une hausse de 6% des tarifs de l’électricité pour 2019. Cette augmentation sonne comme une provocation qui aura pour conséquence une augmentation d’environ 85E par an pour un foyer chauffé à l’électricité et 25€ par an pour celui chauffé avec une autre énergie. – provoque des injustices fiscales, réduit nos libertés, ouvre la concurrence et libéralise à outrance les services publics notre bien commun.

Face à cette ambition, on ne fera pas le coup très opportuniste du "ni-droite ni-gauche" ou du "et de droite et de gauche" ... nous ne savons trop bien que cela fini rarement à gauche.

Il nous faudra mener une grande bataille lors des élections européennes qui auront lieu dimanche 26 mai prochain pour rompre avec les traités européens libéraux. Traités pour lesquels les communistes ont toujours voté contre.

Les communistes vont continuer de travailler à militer pour les progrès sociaux, pour les libertés démocratiques, pour l’absolue nécessité d’un développement juste et écologique en France et en Europe.

Nous voulons l’Europe des peuples et non l’Europe de l’argent.

Nous le ferons avec notre tête de lise Ian Brossat et notre camarade député européen Patrick Le Hyaric qui n’a eu de cesse de défendre nos intérêts au Parlement et tous ceux qui sur notre liste porteront les aspirations du monde du travail.

***

Mais parlons-on de la vraie violence, cette violence sociale qui tue chaque année, de ce mépris classe dont on ne parle jamais du côté du pouvoir.
Ce sont toujours les mêmes qui trinquent, ceux qui en ont le moins.

Nous habitants de Seine-Saint-Denis sommes touchés par l’austérité et les politiques ultra libérales.

En plus d’être la grande oubliée de la République, chaque seconde l’Etat doit 11€ à la Seine-Saint-Denis et la facture s’élève à plus de 347 millions € pour assurer à sa place les dépenses de solidarité essentielles pour bon nombre d’habitants. Autant d’argent que nous pourrions mettre au service des associations qui font le vivre ensemble, de nos collègiens, pour le sport, la culture, les personnes en perte d’autonomie, les personnes à mobilité réduite, la précarité écologique et sociale.

La mobilisation des élues, des militants communistes et des habitants en début d’année 2018 a été victorieuse pour conserver le Département utile à toutes et tous au quotidien et c’est une bonne nouvelle. Mais le combat continue puisqu’une plainte a été déposée par de nombreux maires du territoire Aubervilliers, Saint-Denis, La Courneuve, Stains pour rupture d’égalité et il commence à payer.

Un rapport d’enquête parlementaire sur l’action de l’Etat sur le 93 a conclut à une sous dotation de moyens de l’Etat en matière de justice, de police et d’éducation. Ce qui a conduit à ce que la situation alarmante de notre département soit enfin abordée le 5 février prochain à l’Assemblée nationale.

Et on le sait et c’est prouvé, Quand les droits progressent en Seine-Saint-Denis c’est toute la France qui profite de ce progrès.

Mais les premiers touchés par cette injustice sociale sont les albertivillariens puisque 41,9% selon l’observatoire des inégalités de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

A Aubervilliers, Mériem Derkaoui et les élus communistes n’ont pas attendus le Président Macron pour entendre les revendications, porter les exigences des albertivillariens pour une vie meilleure et amener des solutions concrètes malgré la politique de Macron et son gouvernement contre des villes populaires comme Aubervilliers qui subissent de plein fouet la contractualisation et la prise en compte du nombre d’habitant avec cinq ans de retard entrainant une besoin toujours plus important et urgent de services publics.

Dès la rentrée scolaire 2019 un nouveau système de calcul de quotient sera mis en place pour les tarifs de cantine scolaire et les centres de loisirs des écoles primaires et maternelles. Cette décision politique va permettre aux familles les plus modestes de faire des économies d’environ 450 € par an. Cette décision politique permettra certainement à d’avantage d’enfants de manger plus souvent à la cantine un repas équilibré et de pratiquer des activités culturelles et sportives plus régulièrement.

La lutte contre la loi ELAN qui casse le logement public en baissant les moyens pour les OPH, réduit els aides à la pierre, nous l’avons mené avec nos élus, nos parlementaires, devant les ministères. Et ce combat pour le logement social, le logement digne résonne à Aubervilliers qui cet été Aubervilliers a été touchée par de terribles incendies qui ont ôté la vie à plusieurs personnes et dont les communistes ont été solidaires. Des dispositions importantes ont été prises contre l’habitat indigne qui existe depuis des décennies et le permis de louer est entré en vigueur depuis le 1er Janvier.

Parce que les villes populaires doivent être desservies par les transports publics aussi bien que les autres. Nous ne supportons plus les retards successifs de la ligne 12 du métro que nous attendons depuis 20 ans. La maire et les élus exigent des compensations à la hauteur du préjudice injuste dont nous sommes victimes pour le respect et la dignité des habitants.

Avec la jeunesse mobilisée contre les inégalités territoriales, la réforme du BAC et Parcours supp, accompagnée des parents d’élèves de la FCPE, des agents municipaux et des militants communistes, tous les jours avec la municipalité nous avons été à leurs cotés pour les écouter et surtout les aider à porter leurs revendications. Ils seront accompagnés d’un dispositif pour faire face aux difficultés qu’ils risquent malheureusement de connaitre avec Parcours sup.

La démocratie à Aubervilliers est en pleine activité avec Vivre Aubervilliers, la démarche citoyenne initiée en 2016 pour écouter les attentes, les préoccupations et les espoirs des habitants, continue. Comme la Maire s’y était engagée le 13,14 et 21 février prochain pour discuter des 24enagements qui avaient été pris et évalués par plus de 130 habitants volontaires de tous les âges et de tous les quartiers autour de trois ateliers.

La solidarité à Aubervilliers n’est pas un vain mot non plus notamment en direction des migrants qui fuient les guerres et la misère en soutenant l’appel du 104 ou encore la lutte victorieuse pour la libération de Salah Hamouri, avocat franco palestinien en détention administrative plus de 13 mois dans les geôles israéliennes.
Un territoire monde avec plus de 100 cultures, un territoire où le vivre ensemble se fait au quotidien dans les initiatives portées par plus de 400 associations culturelles et sportives. Un territoire souvent sous le feu des projecteurs avec des tournages de films et des titres de magazines notamment le premier numéro papier de L’insatiable a été consacré et qui considère, à juste titre, qu’Aubervilliers pourrait être le laboratoire de l’Europe de demain : « une sorte de preuve vivante que dans ce monde de chaos et de fracas, de violence et d’inhumanité, de pire, si nous le désirons vraiment, peut basculer vers le meilleur ».
Alors la justice sociale, l’égalité, l’éducation, la culture, le sport, le vivre ensemble, la démocratie et la solidarité à Aubervilliers c’est du concret, Macron devrait en rependre de la graine.

Ainsi à l’heure où la droite gouvernementale mène un véritable travail de casse des droits sociaux, ne respecte pas nos quartiers populaires, notre ville, notre département il est important de résister ensemble d’être unis et rassemblés pour protéger Aubervilliers et les habitants.

Il nous faut désormais œuvrer collectivement pour donner plus de force à toutes ces mobilisations et aux initiatives citoyennes pour faire converger les colères et les transformer en espoir.

Nous considérons, nous communistes, que dans la situation sociale actuelle et l’émiettement de la gauche dans notre pays qui pourrait nous amener à des heures sombres qu’il est utile fédérer tous ceux qui ont intérêt à l’être, à rassembler les citoyens, les organisations et les mouvements politiques de gauche qui portent ces aspirations.

Aubervilliers mérite le meilleur et notre priorité c’est ensemble de continuer à gagner le respect et de faire vivre les valeurs de justice, de paix et de vivre ensemble pour une ville pour toutes et tous et l’avenir d’Aubervilliers.

Pour finir, je tiens à réaffirmer notre détermination et notre engagement aux côtés de Mériem Derkaoui, maire courageuse et combative, à qui nous portons une totale confiance dans les batailles politiques qu’elle mène pour les habitants aux côtés des élus communistes et de ceux qui défendent l’intérêt général.

Je vous remercie

Répondre à cet article