Un rassemblement pour la liberté de Salah Hamouri

samedi 25 août 2018

Les communistes d’Aubervilliers appellent à participer à l’initiative symbolique organisée par la municipalité le lundi 27 août 2018 à 18h dans le hall de l´Hotel de Ville d’Aubervilliers pour exiger la liberté de Salah Hamouri

Il y a un an, le jeudi 23 août 2017, l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri a été arrêté par l’armée israélienne à son domicile de Jérusalem-Est. Emprisonné depuis dans les geôles israéliennes, la police l’accuse vaguement « d’avoir renoué avec des organisations politiques illégales ».

Salah Hamouri est enfermé sur le principe de la détention administrative. Cette disposition permet aux autorités israéliennes d’enfermer une personne sans motif ni procès avec une condamnation renouvelable.

Victime d’harcèlement des autorités israéliennes depuis plusieurs années, on lui reproche désormais d’exercer sa profession d’avocat au service des prisonniers politiques palestiniens.

Le Conseil municipal d’Aubervilliers avait alors voté un vœu en septembre 2017 appelant à la libération immédiate de notre compatriote et a posé une banderole de soutien au fronton de l’Hôtel de Ville.

Un an que Salah Hamouri est enfermé, c’est un an de trop !

Aujourd’hui, malgré les sollicitations du collectif pour sa libération, de plusieurs élu-es et parlementaires engagé-es, la diplomatie française fait preuve d’une frilosité inadmissible.

Cette dernière se doit pourtant d’intervenir dès lors que l’un-e de ses ressortissant-e-s est arbitrairement enfermé-e dans un pays, dirigé par un Gouvernement d’extrême droite, qui viole délibérément le droit international.

Ce principe ne doit souffrir d’aucune exception.

Afin de réaffirmer notre soutien à notre compatriote Salah Hamouri, la Municipalité vous invite à participer à une initiative symbolique qui se tiendra dans le hall de l’Hôtel de Ville, le lundi 27 août prochain à 18h.

Nous invitons les Albertivillariennes et Albertivillariens à y participer nombreuses et nombreux.

La Municipalité

Répondre à cet article