Colère ! Nouveau retard pour l’arrivée de la ligne 12 du métro à Aubervilliers : stop au mépris !

jeudi 29 mars 2018

Avant le début du conseil municipal Meriem Derkaoui, Maire d’Aubervilliers, a fait part avec colère et indignation de l’annonce de la RATP d’un nouveau retard pour l’arrivée de la ligne 12 au centre ville initialement prévue fin 2019.

Meriem Derkaoui, exige solennellement auprès de la Ministre des transports le respect de notre ville. La municipalité prendra les mesures juridiques nécessaires.
La patience a ses limites : nous demandons réparation ! Nous sommes en droit d’être desservis comme toutes les villes à la périphérie de Paris et de ne plus vivre dans les travaux !

La Maire appelle la population à se mobiliser largement le lundi 9 avril devant la mairie pour un départ collectif au siège de la RATP. Nous exigerons le métro que nous attendons depuis plus de 25 ans !

15 Messages

  • Pas de mépris pour les les habitants. Personne n’a intérêt à prendre volontairement du retard, surtout pas la RATP. Le problème est technique, le dispositif de congélation va être modifié avec une possible utilisation de l’azote. Il faut souhaiter que cette ultime solution technique soit efficace.

    « Actuellement, les équipes de Vinci modifient le dispositif de congélation au sein du chantier de la future station Mairie d’Aubervilliers. Cette opération sera terminée à l’été 2018. En fonction des résultats obtenus, un nouveau calendrier des travaux pourra être totalement stabilisé », a indiqué la RATP.

    La Régie précise qu’en revanche les travaux de la station Aimé-Césaire, également située sur la commune d’Aubervilliers, « avancent bien ».

    Répondre à ce message

    • Rien ne s’arrange Le 31 mars à 08:21, par Retraité

      Entre le report de la ligne 12 et la zac au fort qui à bien du Mal à démarrer aubervilliers mérite mieux !!

      Répondre à ce message

    • Question écrite sur le prolongement de la ligne 12 du métro à Aubervilliers
      12 avril 2018 dans Assemblée nationale, Bastien Lachaud

      M. Bastien Lachaud interroge Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, sur le report sine die du prolongement de la ligne 12 du métro dont les stations Mairie d’Aubervilliers et Aimé Césaire devaient être inaugurées fin 2019, après un premier report. Ce nouveau report vient d’être officiellement annoncé, alors que dans un courrier adressé à la mairie d’Aubervilliers, Mme la ministre avait assuré que cette ouverture se ferait bien à la date prévue. Les travaux impliquent d’importantes nuisances pour les habitant·e·s avec la modification des voies de circulation et des passages piétons en surface. Aubervilliers est aujourd’hui la seule ville limitrophe de Paris qui n’a toujours pas de métro pour accéder directement à son centre-ville, alors qu’elle compte plus de 80 000 habitant·e·s. Pourtant les travaux des lignes situées sur les zones d’intérêt touristique ou économique ne semblent pas souffrir des mêmes reports, ceci indépendamment des conditions géologiques des travaux. Tout comme les travaux desservant des départements plus aisés, limitrophes également de Paris. Aubervilliers n’est déjà que trop délaissée par les pouvoirs publics, notamment en termes de transports en commun. Les Albertivillarien·ne·s, qui prennent leur mal en patience depuis déjà de trop nombreuses années, sont une fois de plus discriminé·e·s et abandonné·e·s à leur sort. Il souhaite donc avoir des explications quant à cette énième promesse non-tenue ainsi que des informations sur les mesures qui vont être prises pour faire en sorte que ce projet puisse voir le jour le plus rapidement possible. Il souhaite apprendre de sa part la date réelle et effective d’ouverture de ces stations de métro.

      Voir ici le texte sur le site de l’assemblée nationale (le 10/04/18).

      Répondre à ce message

  • Il était prévu de sortir de la congélation début janvier, c’est donc déjà au minimum trois mois de retard et ce n’est pas fini puisque la congélation n’est pas terminé.
    Ce qui est étrange, c’est qu’avec l’expérience de plus d’un siècle de construire des stations en souterrain ils n’arrivent pas à faire bien du premier coup.
    Rappelons que tout au début, il n’était pas question de congélation puis ils se sont aperçus qu’il fallait faire de la congélation puis maintenant ils s’aperçoivent qu’il faut changer de congélation.
    S’il y en a bien deux qui doivent se retourner dans leur tombe c’est bien Fulgence Bienvenüe, l’ingénieur des Ponts et Chaussées ainsi que l’entrepreneur de Travaux Public Léon Chagnaud qui voilà plus d’un siècle firent congeler le lit de la Seine à « -24° » pour le passage de la ligne 4 du métro sous la Seine.
    Et dire que c’est VINCI qui est en fin de compte le grand patron avec toutes ses filiales du "GRAND PARIS EXPRESS". Ça promet ! Lire le rapport de la cour des comptes est de ce point de vue édifiant !

    Répondre à ce message

  • On peut être légitimement déçus mais point trop n’en faut dans la vindicte.

    On sait que les problèmes techniques sont réels, il n’y a rien de bien politique là-dedans sauf à en apporter des preuves tangibles.

    Madame la maire a fait campagne en 2014 sur le thème du "mieux vivre à Aubervilliers". Compte tenu de l’état de la ville, de ses rues, de ses trottoirs, elle aussi est loin de tenir ses engagements.

    Restons mobilisés sans gesticulation inutile et effets de manche qui discréditent plus qu’autre chose.

    Répondre à ce message

    • Message de M. Jérôme Fouville copié sur Facebook ce jour.
      Jérôme Fouville : "Transformer un grave problème technique en "analyse" politique sur la banlieue défavorisée, on n’a vraiment peur de rien à Aubervilliers.
      Çà fait des mois que VINCI a des problèmes avec ce chantier et qu’un discours pessimiste fuitait. Mais la maire n’a pas les infos que d’autres obtiennent. Que c’est curieux... Quoique, c’est bien connu que c’est la ministre des transports qui est la mieux placée pour savoir où en est le chantier. Grotesque.
      C’est sûr que quand on refuse se s’intéresser à la technique, aux ingénieurs, aux techniciens, que ce soit sur ce métro ou de la même façon d’ailleurs sur la question des taux variables (cf "non réponse" d’Anthony Daguet à Ling Lenzi hier soir au conseil municipal), et qu’on préfère tout ramener à de la politique, on arrive à ce genre de situation
      Le prolongement de la ligne 4 à Montrouge a eu beaucoup de retard (ce qui a pénalisé le campus d’une grande banque comme le Crédit Agricole), le prolongement vers Bagneux est aussi retardé, tout comme la ligne 14 à la mairie de Saint Ouen. Est-ce que les élus de ces villes ont une telle attitude agressive vis-à-vis de la RATP ???
      Aubervilliers a déjà la ligne 7, les RER B et E à proximité, l’A86.
      Comparez avec Boulogne Billancourt ou Montrouge et on verra que les villes populaires de petite couronne ne sont pas forcément plus méprisées que des villes plus riches niveau transport, contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire par pure idéologie.
      La communication de la RATP aujourd’hui est manifestement de ne pas faire de nouveau calendrier tant que le défi technique ne sera pas gagné, n’en déplaise aux politiques qui voudraient imposer la communication aux sachants. C’est la seule attitude raisonnable.
      Alors, oui, la RATP est fautive mais son tort est sans doute d’avoir cédé aux pressions permanentes et aux déclarations vindicatives sur la ligne 12, la ligne 15, lors d’une réunion devant la SGP où on ne parle que des nuisances de riverains qui ne profiteront pas pleinement plutôt que de l’intérêt à long terme pour la ville
      ET on se permet d’exiger une station supplémentaire sur la ligne 7 entre les 4 Chemins et la Porte de la Villette en compensation, sans dire comment on fait techniquement puisque l’exploitation de la ligne 7 ne peut pas raisonnablement être interrompue et alors que la distance entre ces 2 stations est assez faible. Demandez donc aux habitants de PAris 15e s’ils ont tous un métro aussi proche de leur logement...
      On se demande donc bien qui méprise qui dans cette affaire. A moins que ça permet d’éviter de parler d’autres problèmes pendant cette pitoyable polémique.
      Que la municipalité demande à la RATP de faire une réunion publique pour expliquer le problème, les habitants pourront se faire leur propre opinion et non se faire influencer par quelques déclarations tapageuses contre-productives. A moins que la municipalité ne méprise ses habitants".

      Répondre à ce message

      • Une proposition intelligente  : une compensation immédiate : la gratuité des bus qui emmènent les Albertivillariens au métro 🚇 512 mais aussi 170, 150, 249... Ou la correspondance bus/métro avec un même ticket. Ras-le-bol du racket !

        Répondre à ce message

      • Vous avez raison monsieur Fouville, il ne fallait surtout pas demander quoique ce soit à la RATP. Il ne fallait pas que Pascal Beaudet emmene deux cars d’albertivillariens pour débarquer au milieu du conseil d’administration du STIF et ainsi obtenir enfin que la ligne 12 qui avait disparu des radars revienne à l’ordre du jour !

        Répondre à ce message

        • Tout le pouvoir aux sachants ! Le 31 mars à 15:59, par Rabcor

          Il y a donc les sachants et les autres. Je suis des autres et ne comprends peut-être pas tout, mais ce qui savent, savent mentir, louvoyer, berner les gens. Juchés sur leurs savoirs ils pérorent assènent, dictent. Au fond ils n’en ont rien à faire de la vie des gens. qui n’ont qu’a attendre en s’excusant de leur impatience.

          Oui, on en a marre de ces bureaucrates pédants, de ces piètres ingénieurs incapables de tenir leurs engagements.

          Répondre à ce message

          • Tout le pouvoir aux sachants ! Le 4 avril à 10:02

            "ceux qui savent, savent mentir, louvoyer, berner les gens"... "ces piètres ingénieurs incapables de tenir leurs engagements"... Rien que ça, quel mépris ! Au lieu de stigmatiser les cadres techniques et les ingénieurs vous feriez mieux d’être attentif, @Rabcor", aux explications qu’ils ont donné depuis plusieurs mois sur les raisons des difficultés rencontrées sur ce chantier. Ça vous éviterait de les rendre responsables inutilement. Votre commentaire est une idiotie, c’est du même niveau que ceux qui rendent les cheminots responsables du retard des trains.

            Répondre à ce message

            • Tout le pouvoir aux sachants ! Le 4 avril à 11:02, par kikid’auber

              Pourquoi ne pas avoir fait bien du premier coup avec l’expérience que les ingénieurs ont acquise des centaines de stations de métro qui ont été construites à travers le monde dans des nappes phréatiques.
              Est-ce pour des raisons d’économie (dans un premier temps ne pas se servir de la congélation !)
              ou parce que l’on se sert de cette station pour faire des expériences.

              Répondre à ce message

              • Tout le pouvoir aux sachants ! Le 4 avril à 13:32, par le concombre masqué

                Je pense que les difficultés techniques annoncées par la RATP sont probablement exactes...

                Mais je crois que la source de ces problèmes est bien antérieure.

                Quand la Région, en 1999 je crois, a décidé de ne financer que partiellement le prolongement de la ligne 12, nous n’avons pas mesuré les conséquences.
                La première phase, financée seule alors, consistait à creuser le tunnel sans les deux stations (Aimé Césaire et Mairie d’Aubervilliers). Celles-ci n’ont été financées que lors de la deuxième phase ; ainsi les ingénieurs ont dû travailler dans ces conditions sans doute inédites, mais imposées par les financeurs. Ajoutons qu’on a aussi imposé le maintien de la circulation avenue Victor Hugo, alors qu’un chantier à ciel ouvert aurait été plus facile à mener à bien, et plus rapidement ! On peut d’ailleurs à nouveau s’interroger sur le report de deux ans (2019 au lieu de 2017) annoncé en 2015 : il n’y avait pas de problème technique alors, mais du retard dans le détournement des réseaux.

                Cela dit, je suis d’accord pour demander à la RATP de tout faire, vraiment tout faire, pour maintenir une mise en service fin 2019, comme prévu.

                Répondre à ce message

      • M. Fouville ne semble pas comprendre ce que signifie les nuisances pour les riverains et l’intérêt de la ville.
        Il est remarquable que ce monsieur plaigne le Crédit Agricole de Montrouge mais pas celles et ceux qui vivent au milieu d’un chantier qui dure depuis 5 ans, et qui va durer encore combien de temps ? Je rappelle que, après de longues tergiversations et sous la pression des habitants et de ses élus, le STIF avait programmé pour la fin 2017 l’arrivée du métro à la mairie. De retard en retard, quand cela se terminera-t-il ? Et la SGP osera-t-elle nous imposer dans la foulée au moins cinq années de travaux supplémentaires "pour l’intérêt de la ville" ?
        Si je ne mets pas en doute les difficultés techniques invoquées, mais invérifiables bien que me considérant comme "sachant", vivrait-on les mêmes retards sans fin si l’avenue de l’Opéra était concernée par de tels travaux ? Je suis persu&dé que non !
        M. Fouville, parlez-donc avec les habitants qui fréquentent le centre-ville tous les jours !

        Répondre à ce message

    • Il n’y a pas qu’à Aubervilliers que les travaux prennent du retard. Juillet 2015, 1er coup de pioche pour le prolongement de la ligne 4 du métro à Bagneux. Les travaux de génie civil ont commencé en juillet 2015 pour le prolongement de la ligne 4. Pilotés par la RATP, la ligne 4 reliera le terminus actuel, Mairie de Montrouge, à la station Bagneux, la fin des travaux était prévu pour début 2020. En fait la mise en service est maintenant programmée pour mi 2021.

      Répondre à ce message

  • A quand le bilan des promesses électorales du MAIRE surtout les promesses non tenues et aussi le bilan de ses élus fantôme ???

    Répondre à ce message

Répondre à cet article