Il faudra gagner une gestion publique de l’eau

mercredi 1er novembre 2017

Le 19 octobre, à l’initiative de la municipalité, un débat s’est déroulé dans les locaux de l’école Victor Hugo à propos de la question de la gestion de l’eau. Une volonté partagée s’est exprimée en faveur d’une gestion publique mais les interrogations étaient nombreuses sur l’opportunité qu’il y avait à réadhérer ou non au Syndicat des eaux d’Ile-de-France (SEDIF).

Une position devait être exprimée à ce sujet avant le 31 décembre et quelle que soit l’option retenue cela soulevait de nombreuses questions (juridiques et techniques notamment).

Un communiqué en date du 20 octobre signé des présidents des Etablissements publics territoriaux (ETP) Grand-Orly Seine Bièvre, Est Ensemble et Plaine commune vient de trancher ou pour le moins différer ce débat puisque il indique qu’André Santini, le président du SEDIF, a accepté le principe de la demande qui lui était faite : « prendre deux ans supplémentaires pour travailler, réfléchir, en coopération étroite avec le syndicat [le SEDIF] et [les] ETP ». Le communiqué ajoute : « cette acceptation que nous saluons positivement, doit déboucher sur un travail, de nos services respectifs pour trouver les formes de droit adaptées à notre souhait : poursuivre la réflexion, ne pas stopper les engagements du SEDIF dans le déploiement de ses activités avec les villes de nos territoires et permettre de participer aux débats prochains du syndicat dans le bilan et la DSP actuelle et le devenir de la gestion de l’eau après 2022 ».

Ainsi les collectivités n’ont plus le couteau sur la gorge s’agissant de la question de la réadhésion au SEDIF et un espace s’ouvre pour un débat qui, appuyé sur des études, peut permettre de poursuivre l’action pour le passage en régie publique de la gestion de l’eau.

C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui se sont mobilisés sur ce dossier.

Rappelons que la position du Parti communiste sur la question de l’eau est la suivante : « création d’un service public national déconcentré de l’eau et des déchets pour accompagner les compétences des collectivités dans la création de régies démocratisées ou de sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) de l’eau et de la gestion des déchets » (La France en commun, p. 64).

1 Message

  • Au conseil municipal extraordinaire de Saint-Denis la Régie publique de l’eau fait consensus
    Réuni en session extraordinaire, le mercredi 15 novembre, le conseil municipal de Saint-Denis a approuvé le principe d’un passage en régie publique de l’eau. Le conseil municipal d’Aubervilliers reste silencieux sur le sujet. La maire d’Aubervilliers n’a proposé aucune délibération. Rien n’a été n’a été voté.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article